En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les vaccins contre les méningites à méningocoques

Mis à jour : Mercredi 08 Août 2018

Le méningocoque est une bactérie qui peut être à l’origine d’épidémie de méningites. Plusieurs types de vaccins contre les méningites à méningocoques existent en France.

Pourquoi une vaccination contre les infections à méningocoques ?

Le méningocoque (Neisseria meningitidis) est responsable d’environ un quart des cas de méningite bactérienne en France. Comme le pneumocoque, cette bactérie se développe dans le nez et la gorge où elle peut rester longtemps sans provoquer de symptômes. Toutefois, chez certaines personnes, le méningocoque peut être responsable d’une méningite ou d’une septicémie. Ces infections graves surviennent surtout chez les jeunes enfants et les adolescents.

Des épidémies de méningites touchent régulièrement la zone de l’Afrique subsaharienne qui s’étend du Sénégal à l’Ethiopie pendant la saison sèche entre décembre et juin. Après l’introduction de la vaccination dans ces régions, les épidémies sont devenues moins nombreuses.

En France, la vaccination par le vaccin méningococcique C a été introduite dans le calendrier vaccinal en 2010 pour tous les nourrissons, et étendue aux enfants et adultes jusqu’à 24 ans, l’objectif est d’obtenir une large immunité de groupe pour limiter les épidémies.

Les différents vaccins contre les infections à méningocoques

Les méningocoques, tout comme les pneumocoques, existent sous différents variantes (sérogroupes ou sérotypes) : 12 sérotypes ont été identifiés, les types B, C, Y et W135 étant les plus fréquents en France. Il existe en France plusieurs types de vaccins contre les infections à méningocoques.

Les vaccins contre le méningocoque C

La vaccination par le vaccin contre les infections à méningocoques de type C est obligatoire pour tous les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018. Elle est recommandée pour les enfants plus âgés et jeunes adultes non vaccinés jusqu’à 24 ans, afin d’obtenir une couverture vaccinale importante pour diminuer le nombre de méningites et de septicémies à méningocoques C, notamment chez les nourrissons de moins de 1 an. Le vaccin est également recommandé en cas de contact direct avec une personne présentant une méningite à méningocoque, en complément d’un traitement préventif antibiotique.

Le vaccin méningococcique C est habituellement bien toléré. Les effets indésirables sont peu fréquents et généralement bénins : rougeur ou douleur au point d’injection, fièvre, maux de tête.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 18 Octobre 2018

Vaccins : infections à méningocoques

Les vaccins contre les méningocoques de type A, C, Y, W135

Le vaccin dit « tétravalent » dirigé contre les contre les méningocoques de type A, C, Y, W135 n’est recommandé que dans des situations particulières : personnes immunodéprimées ou qui n’ont plus de rate, voyageurs qui partent dans un pays à risque de méningite à méningocoques (pèlerinage à la Mecque, par exemple). La vaccination par ce vaccin peut également être proposée en cas de contact avec une personne ayant une infection par un méningocoque A, C Y ou W135.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 18 Octobre 2018

Vaccins : infections à méningocoques

Le vaccin contre le méningocoque du groupe B

Le vaccin contre les méningocoques du groupe B est disponible en France depuis 2014. Utilisable à partir de l'âge de 2 mois, il n'est actuellement recommandé par le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) que pour des populations particulières, telles que les personnes immunodéprimées, et dans certaines situations spécifiques lors de foyers de cas groupés.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 18 Octobre 2018

Vaccins : infections à méningocoques

Quand vacciner contre les infections à méningocoques de type C ?

Le calendrier vaccinal préconise l'administration d'une dose unique de vaccin contre les méningites à méningocoques de type C à l'âge de 12 mois, éventuellement en même temps que la première dose de vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole.

Le calendrier vaccinal 2017 recommande, de façon transitoire, une vaccination pendant la première année de vie, avec l’injection d’une dose à 5 mois avec le vaccin (NEISVAC) et une dose de rappel à 12 mois. En effet, des infections graves à méningocoques C ayant été observées chez des nourrissons de moins de 12 mois, il a été décidé d'étendre la stratégie vaccinale aux nourrissons de moins de 1 an.

Le rattrapage pour tous les enfants, les adolescents et les jeunes adultes non vaccinés jusqu'à l'âge de 24 ans se fait également avec une seule dose de vaccin.

Sources et références

Actualités

Radiographie du poignet montrant des lésions de rachitisme, principalement ici des ventouses (illustration @Frank Gaillard sur Wikimedia).

PHOSPHONEUROS : posologie et pipette modifiées pour éviter les erreurs médicamenteuses

Le collyre hypotenseur IOPIDINE 1 % n\\\'est désormais plus recommandé pendant la grossesse (illustration).

IOPIDINE 1 % m/V collyre en solution : désormais non recommandé pendant la grossesse

RELVAR/REVINTY ELLIPTA 92/22 µg sont indiqués pris en charge à 65 % dans la prise en charge de l\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'asthme et de la BPCO (illustration).

Asthme et BPCO : augmentation du taux de remboursement de RELVAR/REVINTY ELLIPTA 92/22 µg