En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le vaccin contre les infections à pneumocoques

Mis à jour : Mardi 09 Avril 2019

La très bonne efficacité du vaccin et la gravité des complications des infections à pneumocoques justifient de vacciner tous les enfants.

Pourquoi vacciner contre les infections à pneumocoques ?

Le pneumocoque est une bactérie présente dans les voies respiratoires de l’homme, responsable de 15 millions de cas d’infections graves chaque année dans le monde. En France, il constitue une cause fréquente d’otites aiguës et de méningites bactériennes chez l’enfant de moins de 2 ans et de pneumonies chez l’adulte et l’enfant. La protection du nourrisson obtenue avec le vaccin contenant 13 sétotypes de pneumocoques est élevée (supérieure à 90 %). Dans les pays qui la pratiquent, la généralisation de la vaccination contre les infections à pneumocoques a permis de réduire drastiquement le nombre de méningites bactériennes et de pneumonies à pneumocoques chez les enfants. Un impact a également été observé chez les adultes et les personnes âgées grâce à l’immunité de groupe obtenue par la vaccination des enfants.

Qui vaccine-t-on contre les infections à pneumocoques ?

La vaccination contre les infections à pneumocoques avec le vaccin contre 13 sérotypes (PREVENAR 13) est obligatoire pour tous les nourrissons nés après le 1er janvier 2018. Elle était auparavant recommandée pour tous les enfants jusqu'à 2 ans.

La vaccination contre les infections à pneumocoques avec le vaccin contre 23 sérotypes (PNEUMOVAX) est recommandée pour les personnes de plus de 2 ans présentant un facteur de risque d’infection à pneumocoque risque : personnes sans rate, personnes qui souffrent d’insuffisance cardiaque ou respiratoire, par exemple.

Les vaccins contre les infections à pneumocoques

Les pneumocoques existent sous différents types : plus de 90 sérotypes ont été identifiés. Ces sérotypes se différencient par leur virulence et leur résistance aux antibiotiques. Les vaccins anti-pneumococciques visent les sérotypes impliqués le plus souvent dans les infections invasives (otites, pneumonies, méningites).

Il existe deux vaccins contre le pneumocoque constitués de fragments de différents sérotypes de pneumocoques : l’un contient 13 sérotypes de pneumocoques (PREVENAR 13) est 13-valent, l’autre contient 23 sérotypes de pneumocoques (PNEUMOVAX) est dit 23-valent. Le vaccin 23-valent protège contre plus de types de pneumocoques, mais il induit une réponse immunitaire moindre qu’avec le vaccin 13-valent. Il est réservé, en complément du vaccin à 13 sérotypes, à certains enfants et adultes à risque : personnes dont la rate a été retirée, ou celles qui souffrent d’insuffisance cardiaque ou respiratoire, par exemple.

Comme les autres vaccins, des réactions au point d’injection (rougeur, douleur) sont fréquentes. Des effets généraux (fièvre, douleurs articulaires ou musculaires) sont également possibles.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Mai 2019

Vaccins : infections à pneumocoques

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Quand vacciner contre les infections à pneumocoques ?

La vaccination contre les infections à pneumocoques avec le vaccin contre 13 sérotypes (PREVENAR 13) comporte deux doses, respectivement à l’âge de 2 mois et de 4 mois, suivies d’une dose de rappel à 11 mois.

    Un rattrapage est possible pour les nourrissons de plus de 6 mois non vaccinés antérieurement, selon le schéma de vaccination suivant :
  • pour les enfants de 7 à 11 mois : deux doses à deux mois d'intervalle, suivies d'un rappel un an après ;
  • pour les enfants de 12 à 23 mois : deux doses à au moins deux mois d'intervalle.

Pour les prématurés et les nourrissons qui ont un risque élevé d’infection à pneumocoques : une injection avec le vaccin à 13 sérotypes à 2 mois, 3 mois et 4 mois suivie d’un rappel à 11 mois.

Pour les enfants de 2 à 5 ans qui ont une maladie qui les expose à un risque d'infection grave par un pneumocoque :

  • les enfants non encore vaccinés : deux injections avec le vaccin à 13 sérotypes à deux mois d'intervalle, suivies d'une injection du vaccin 23-valent au moins 2 mois après ;
  • les enfants déjà vaccinés avant 2 ans : une injection du vaccin 23-valent.

Pour les enfants de plus de 5 ans et les adultes qui ont un déficit immunitaire (infection par le VIH, chimiothérapie, traitement immunosuppresseur, greffe, transplantation d’organe), un implant cochléaire, à qui on a enlevé la rate, atteints de drépanocytose, d'un syndrome néphrotique, d’insuffisance cardiaque, d’insuffisance rénale, d’insuffisance respiratoire chronique, d’asthme grave, de maladie chronique du foie, de diabète non équilibré : une injection avec le vaccin à 13 sérotypes suivie d’une injection avec le vaccin 23-valent. Une revaccination est possible avec le vaccin 23 valent après un délai minimal de 5 ans.

Les recommandations en cas de pénurie de vaccin

Depuis quelques années, certains vaccins, dont le vaccin contre 23 sérotypes de pneumocoques (PNEUMOVAX), font l’objet de tensions d’approvisionnement en France. Cette situation a amené les autorités de santé à faire, pour les périodes de pénurie, des recommandations spécifiques qui définissent les populations prioritaires à vacciner et les cas pour lesquels la vaccination peut être reportée à la fin de la période de pénurie (voir PNEUMOVAX seringue préremplie : distribution contingentée en ville, normale à l’hôpital, 05/2018).

Sources et références

Actualités

Un méningiome est une tumeur cérébrale développée à partir de cellules des enveloppes du cerveau et de la moelle épinière appelées les méninges (illustration).

ANDROCUR et génériques (acétate de cyprotérone) : dispositif renforcé pour prévenir le risque de méningiome

Les médicaments inscrits sur la liste de médication officinale peuvent être placés en accès direct par les pharmaciens dans leur officine (illustration).

Médicaments en accès direct : nouvelle actualisation de la liste de médication officinale

Sous forme de comprimé, LYNPARZA est indiqué dans la prise en charge de cancers pelviens (ovaires, trompes de Fallope, péritoine) et de cancers du sein (illustration).

LYNPARZA (olaparib) : nouvelle présentation en comprimé, NON substituable à la gélule