En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Le vaccin contre le tétanos

Mis à jour : Jeudi 27 Avril 2017

Le tétanos est une maladie mortelle qui a presque disparu en France grâce à la vaccination. Néanmoins, une trentaine de cas sont encore recensés chaque année, tous liés à l’absence de rappels de vaccination. Ces cas, parfois mortels, auraient pu être prévenus par le respect du calendrier de vaccination.

Qu’est-ce que le tétanos ?

Le tétanos est une infection bactérienne due à un micro-organisme présent dans les déjections animales (chevaux et bovins en particulier) et qui survit très longtemps dans la terre. On le trouve notamment dans le sol, l’herbe, le foin, le bois et les poussières d’étable. La contamination se fait habituellement par une plaie souillée de terre (échardes, plaies ou égratignures de jardinage, par exemple). Au bout de quelques jours ou quelques semaines (la plaie est alors cicatrisée), la personne atteinte ressent des maux de tête, des frissons et de la fatigue. La bactérie, restée dans la plaie cicatrisée, se multiplie peu mais sécrète une toxine qui s’attaque au système nerveux, provoquant des contractures musculaires douloureuses qui débutent souvent au niveau des mâchoires ainsi que des crises de spasmes. Petit à petit, l’ensemble du corps est touché et le patient se paralyse tout en restant conscient. Un très long séjour en réanimation est alors nécessaire. La personne y est placée au calme et dans l’obscurité et elle reçoit des médicaments tranquillisants. Parfois, la mise en place d’un appareil de respiration assistée est nécessaire. Néanmoins, l’issue de la maladie reste toujours incertaine : le tétanos est mortel dans plus de 20 % des cas et laisse des séquelles dans plus de 10 % des cas.

Que penser de la vaccination contre le tétanos ?

La vaccination contre le tétanos est indispensable et ne devrait jamais être négligée, pour les enfants comme pour les adultes. Le vaccin est efficace et, chez l’adulte, un rappel tous les dix à vingt ans suffit. Pourtant, on estime qu’un tiers au moins des Français ne serait pas à jour dans leur vaccination antitétanique ! Il est donc essentiel de respecter le calendrier de vaccination.

Les vaccins antitétaniques

Le vaccin antitétanique est généralement associé aux vaccins contre la diphtérie et la poliomyélite (DTP), voire contre la coqueluche (DTCP) et les infections à Hæmophilus chez les enfants. Ce vaccin est également utilisé en prévention du tétanos, seul ou accompagné d’anticorps contre le tétanos, lorsqu’une personne dont les vaccins ne sont pas à jour présente une plaie souillée, quelle qu’en soit la cause.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 18 Mai 2017

Vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite

Vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche

Vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, infections à Haemophilus influenzae type b

Vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, infections à Haemophilus influenzae type b, hépatite B

Vaccins : tétanos

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Quand vacciner contre le tétanos ?

La vaccination DTP (diphtérie – tétanos - poliomyélite) est obligatoire en France pour les nourrissons et pour les professionnels de santé. Depuis le calendrier vaccinal 2013, la vaccination DTP est simplifiée et ne comporte plus désormais que deux doses, injectées à l'âge de 2 mois et de 4 mois, suivies d'un rappel à 11 mois. D'autres rappels sont recommandés à 6 ans, entre 11 et 13 ans, à 25 ans, 45 ans, 65 ans, puis tous les dix ans chez les adultes de plus de 65 ans.

Sources et références

Actualités

La codéine utilisée comme agent antitussif en pédiatrie est contre-indiquée depuis 2015 (illustration).

TUSSIPAX, NEO-CODION ENFANTS, EUCALYPTINE LE BRUN formes buvables : rappel de lots

Quatre gouttes d'HALDOL 2 mg/mL solution buvable correspondent à 0,4 mg d'halopéridol (illustration).

HALDOL buvable : risque d'erreurs médicamenteuses entre la seringue graduée en mg/mL et le flacon compte-gouttes

Les antipsychotiques sont le traitement pharmacologique de référence des états psychotiques aigus et chroniques, notamment de la schizophrénie (illustration).

La solution buvable de lévomépromazine NOZINAN 4 % devient NOZINAN 40 mg/mL