En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

ABBÉ CHAUPITRE No 83

Mis à jour : Jeudi 01 Avril 2010

Homéopathie

01/04/2010 : ce médicament est en arrêt de commercialisation. Il n’est plus disponible en pharmacie ou ne le sera bientôt plus.

Si vous devez prendre ce médicament, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui pourront vous conseiller un autre traitement.

Le document ci-dessous représente la dernière fiche publiée par Vidal concernant ce médicament et ne préjuge en rien des évolutions ayant pu survenir postérieurement à cette publication.

Dans quel cas le médicament ABBÉ CHAUPITRE No 83 est-il prescrit ?

Ce médicament est un complexe (association) de composants homéopathiques.

Il est utilisé dans le traitement homéopathique des troubles des règles et de la ménopause.

Présentations du médicament ABBÉ CHAUPITRE No 83

ABBÉ CHAUPITRE No 83 : solution buvable ; flacon de 20 ml (gouttes)

Composition du médicament ABBÉ CHAUPITRE No 83

Chamomilla 6 CH, Arsenicum album 6 CH, Nux vomica 6 CH, Sulfur 6 CH, alcool.

Mode d'emploi et posologie du médicament ABBÉ CHAUPITRE No 83

Ce médicament doit être pris de préférence à distance des repas.

Les gouttes peuvent être diluées dans un peu d'eau ou mises directement sous la langue.

Posologie usuelle :

5 ou 6 gouttes, 3 fois par jour.

Laboratoire Arkopharma

Actualités

A partir du 17 octobre, l'un ou l'autre des pictogramme ci-dessus sera présent sur les boîtes des médicaments à risque pendant la grossesse.

Médicaments et grossesse : les boîtes de médicaments à risque arborent le nouveau pictogramme "femmes enceintes"

HYALGAN est indiqué dans la prise en charge de la gonarthrose douloureuse avec épanchement (illustration).

Arthrose du genou : HYALGAN (acide hyaluronique) déremboursé à partir du 1er décembre 2017

Les premiers résultats de l'enquête de pharmacovigilance de l'ANSM montrent une forte hausse des signamenets d'effets indésirables en juillet et en août (section d'un graphe reproduit ci-dessous).

LEVOTHYROX : premiers résultats de l'enquête de pharmacovigilance de l'ANSM, des zones d'ombre persistent