MINIDRIL

Mis à jour : Mardi 21 Avril 2020
Famille du médicament :

Pilule estroprogestative

Dans quel cas le médicament MINIDRIL est-il prescrit ?

C'est un contraceptif oral (pilule) qui contient un estrogène et un progestatif. Il est minidosé (moins de 0,04 mg d'estrogène) et monophasique (tous les comprimés contiennent la même quantité d'hormones et sont donc de la même couleur).

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament MINIDRIL

MINIDRIL : comprimé (blanc) ; boîte de 1 plaquette de 21
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 1,59 €.
MINIDRIL : comprimé (blanc) ; boîte de 3 plaquettes de 21
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 3,76 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament MINIDRIL

p cp
Éthinylestradiol0,03 mg
Lévonorgestrel0,15 mg
Lactose+
Saccharose+
Excipients : Amidon de maïs, Calcium carbonate, Cire d'abeille blanche, Cire de carnauba, Lactose monohydrate, Macrogol 6000, Magnésium stéarate, Povidone K 25, Povidone K 90, Saccharose, Talc

Contre-indications du médicament MINIDRIL

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • accident thromboembolique veineux (phlébite, embolie pulmonaire) ancien ou survenant au cours de la contraception ;

  • accident thromboembolique artériel (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral) ancien ou survenant au cours de la contraception ;

  • prédisposition connue aux thromboses (déficit en protéine C, résistance à la protéine C activée par exemple) ;

  • situations susceptibles d'augmenter le risque de thrombose artérielle : hypertension artérielle grave, lésion des valves cardiaques, certains troubles du rythme cardiaque, diabète avec lésions vasculaires, excès important de cholestérol ou de triglycérides dans le sang ;

  • pancréatite ;

  • maladie du foie, grave ou récente ;

  • tumeur du foie ancienne ou en cours ;

  • cancer hormonodépendant (cancer du sein ou de l'utérus par exemple) ;

  • saignement génital intermittent (l'origine de ce saignement doit être déterminée par des examens avant la mise en route de la contraception) ;

  • antécédent de migraine grave accompagnée de signes neurologiques (paralysies...) ;

  • en association avec les produits contenant du millepertuis, du dasabuvir ou de l'ombitasvir/paritaprévir.

Attention

Avant de débuter la contraception orale, une consultation médicale est indispensable. Elle permet au médecin de rechercher les antécédents et facteurs de risque d'accidents thromboemboliques (tabac, anomalie de la coagulation sanguine...) afin de choisir une contraception adaptée. Par la suite, une consultation annuelle est habituellement recommandée.

Comme toutes les pilules associant un estrogène et un dérivé de la progestérone, ce médicament augmente le risque d'accidents cardiovasculaires par formation d'un caillot dans une veine (phlébite, embolie pulmonaire) ou par obstruction d'une artère (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral). Le risque d'accidents thromboemboliques artériels, pouvant laisser des séquelles importantes, est le même pour toutes les pilules et est estimé à 2 à 4 cas pour 10 000 utilisatrices de pilule par an. Par ailleurs, le risque d'accidents thromboemboliques veineux (principalement phlébite) existe chez toutes les femmes, même sans pilule. Des études ont montré que le risque de phlébite augmente lors de la prise d'une pilule contraceptive. Le risque reste faible : 2 cas pour 10 000 femmes prenant une pilule contenant du lévonorgestrel (le progestatif contenu dans cette pilule). Néanmoins, ces accidents thromboemboliques peuvent exceptionnellement être d'évolution fatale.

Certaines situations nécessitent un suivi particulier : diabète, obésité, excès de cholestérol, de triglycérides ou de prolactine dans le sang, affection bénigne du sein ou de l'utérus, ictère (jaunisse) chronique ou survenu lors d'une grossesse, épilepsie, migraine, otosclérose, asthme, varices, dépression, calcul biliaire, herpès gestationis, ou antécédents familiaux de cancer du sein ou d'accidents thromboemboliques.

Si vous avez plus de 35 ans et si vous fumez, le risque d'accidents thromboemboliques liés à la prise d'hormones augmente fortement. Un autre mode de contraception est préconisé.

Arrêtez la prise de ce contraceptif et consultez d'urgence votre médecin en cas d'apparition de l'un des symptômes suivants : maux de tête violents et inhabituels, troubles de la vision, élévation importante de la tension artérielle, douleur inhabituelle à la jambe ou au mollet, essoufflement, toux de survenue brutale.

Des dépressions ont été observées chez des utilisatrices de contraceptifs hormonaux. Si vous ressentez un état psychique anormal, consultez votre médecin.

La survenue d'un léger saignement entre les règles (spotting) est fréquente chez les femmes pendant les premiers mois d'utilisation de la pilule. Si les saignements se prolongent ou s'ils apparaissent en cours de contraception, parlez-en à votre médecin.

L'oubli d'un comprimé ou sa mauvaise ingestion, du fait de vomissements par exemple, peuvent rendre la contraception inefficace.

En cas d'immobilisation prolongée (en cas de chirurgie ou de fracture par exemple), il faut interrompre la contraception orale. Demandez conseil à votre médecin.

Interactions du médicament MINIDRIL avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec :
  • les produits de phytothérapie contenant du millepertuis : risque de baisse d'efficacité voire d'annulation de l'effet contraceptif ;

  • les traitements de l'hépatite C contenant du dasabuvir ou de l'ombitasvir/paritaprévir : risque d'augmentation de la toxicité hépatique de ces médicaments.

L'efficacité contraceptive de cette pilule peut être également diminuée par certains antiépileptiques, certains traitements du sida et les médicaments contenant l'une des substances suivantes : griséofulvine, rifampicine, rifabutine, modafinil. Il est recommandé d'utiliser une autre méthode contraceptive (préservatif ou dispositif intra-utérin) pendant toute la durée du traitement et un cycle suivant.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez des médicaments contenant de la lamotrigine.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Ce médicament n'a pas de raison d'être utilisé pendant la grossesse. Si une grossesse survient malgré la contraception, du fait d'un oubli ou d'un retard de pilule, interrompez immédiatement la prise des comprimés. La grossesse pourra être poursuivie normalement si vous le désirez.

Allaitement :

Les hormones contenues dans ce contraceptif passent dans le lait maternel : ne l'utilisez pas pendant l'allaitement sans avis médical.

Mode d'emploi et posologie du médicament MINIDRIL

Prendre régulièrement, et sans oubli, 1 comprimé par jour pendant 21 jours consécutifs. Il est recommandé de ne pas trop faire varier l'heure de prise (choisir le petit déjeuner ou le coucher de préférence).

Le contraceptif est efficace pendant tout le cycle, y compris pendant la semaine d'arrêt des comprimés.

L'interruption de la prise des comprimés déclenche les règles au bout de 2 ou 3 jours. La nouvelle plaquette est reprise après les 7 jours d'arrêt, que les règles soient terminées ou non.

Pour éviter un retard dans la reprise de la pilule, préjudiciable à l'efficacité de la contraception, il est utile de noter le jour de la prise du premier comprimé : une nouvelle plaquette est toujours commencée le même jour de la semaine. Le respect de ces délais est important : une reprise trop tardive du premier comprimé peut nuire à l'efficacité de la contraception pour le nouveau cycle. En revanche, une reprise un ou deux jours plus tôt ne pose pas de problème et décale d'autant la survenue des règles. Il est également possible d'enchaîner deux plaquettes. Dans ce cas, les règles surviendront à la fin de la deuxième plaquette.

En cas de première contraception orale ou de reprise d'une contraception interrompue temporairement, prendre le premier comprimé le premier jour des règles.

En cas de changement de contraceptif, prendre le premier comprimé de la plaquette :
  • le jour suivant la prise du dernier comprimé actif, si le précédent contraceptif est une autre pilule estroprogestative ;

  • sans interruption et à n'importe quel moment du cycle, si le précédent contraceptif est une pilule progestative microdosée ;

  • le jour du retrait, si le précédent mode de contraception est un implant contraceptif, un dispositif intra-utérin (DIU), un anneau vaginal ou un dispositif transdermique ;

  • le jour prévu pour l'injection, dans le cas du relais d'une contraception par progestatif injectable.

Après retrait d'un dispositif intra-utérin (DIU) ou si le précédent contraceptif ne contenait qu'un progestatif (pilule microprogestative, implant, injection), une contraception complémentaire (préservatif) est nécessaire pendant les 7 premiers jours de la plaquette.

Après un accouchement ou une interruption de grossesse, suivre les indications du médecin.

Conseils

Les recommandations en cas d'oubli d'un comprimé sont les suivantes : prendre immédiatement le comprimé oublié et continuer à l'heure habituelle pour les comprimés suivants (ce qui peut correspondre à la prise de 2 comprimés si l'oubli est découvert lors de la prise suivante). Si l'oubli est constaté plus de 12 heures après l'heure habituelle de prise, trois situations différentes peuvent alors se présenter :

  • l'oubli a lieu pendant la 1ère semaine de la plaquette : utiliser une contraception complémentaire (préservatif) pendant les 7 jours qui suivent. L'efficacité contraceptive peut être compromise en cas de rapports sexuels ayant eu lieu pendant les 7 jours qui précédaient l'oubli ;

  • oubli pendant la 2e semaine de la plaquette : aucune méthode contraceptive complémentaire n'est nécessaire si les comprimés ont été pris correctement pendant la 1ère semaine ;

  • oubli pendant la 3e semaine de la plaquette : prendre les comprimés restants aux jours prévus et enchaîner directement avec la plaquette suivante sans période d'interruption. Des saignements irréguliers peuvent survenir pendant la deuxième plaquette. Il est également possible d'arrêter prématurément la plaquette à la date de l'oubli, ce qui aura comme conséquence de provoquer des règles. Une nouvelle plaquette est commencée après un délai de 7 jours.

En cas d'oublis multiples, l'utilisation de préservatifs est nécessaire pendant les 7 jours qui suivent le dernier oubli.

En cas d'oubli d'un ou de plusieurs comprimés et d'absence de règles à l'arrêt de la plaquette, il existe un risque de grossesse et un test est nécessaire avant de commencer une nouvelle plaquette.

En cas de vomissements survenant dans les 4 heures après la prise du comprimé (sans rapport avec la prise du contraceptif), prendre dès que possible un autre comprimé. Si ces troubles durent plus de 12 heures, la sécurité contraceptive n'est plus assurée et une contraception locale complémentaire doit être employée.

Il n'y a pas de danger à débuter une grossesse au cours du cycle qui suit l'arrêt volontaire du contraceptif oral.

Effets indésirables possibles du médicament MINIDRIL

Fréquemment : inflammation ou candidose vaginale, nausées, vomissements, tension des seins, jambes lourdes, troubles des règles, saignements entre les règles, prise de poids, acné, modification de l'humeur ou de la libido, irritabilité, nervosité, étourdissement, maux de tête, migraine. Ces effets sont variables d'une femme à l'autre, et peuvent être un facteur de changement de pilule.

Moins fréquents : irritation oculaire par les lentilles de contact, modification de l'appétit, ballonnements, pousse excessive des poils, chute de cheveux, hypertension artérielle, augmentation importante des lipides dans le sang.

Rares, mais parfois graves : accident thromboembolique veineux (phlébite, embolie pulmonaire...) ou artériel (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral), taches sombres sur le visage, troubles de la vision, réaction allergique, exacerbation d'un lupus érythémateux disséminé, d'une porphyrie ou d'une chorée, pancréatite, tumeur bénigne du foie, jaunisse, calcul de la vésicule biliaire.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (75)

Le 23/05/2020 à 14:15
avatar lea1404
lea1404 Profession non médicale / Autre
Bonjour, je prends minidril depuis maintenant 1 mois je n’ai fait aucun oubli et je suis à mon 5 jours d’arrêt sur les 7, j’aurais bien voulu savoir combien de temps dure les “règles” généralement sous cette pilule sachant que cela fait déjà 3 jours que je l’es ai.
et également si cela était normal d’avoir des mal à la poitrine et de perdre un peu de sang depuis le début de la prise de cette pilllule, Merci

0 0
Le 25/05/2020 à 09:42
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour
Tout ce que vous décrivez est banal sous contraceptif oral. Parlez-en avec votre médecin lors de la prochaine consultation.

0 0
Le 10/05/2020 à 05:21
avatar Aruall
Aruall Profession non médicale / Autre
Bonjour, je prend minidril depuis quelques années. Cependant par erreur, samedi j'ai pris ma pillule deux fois, une fois vers 23h puis à 3 heures du matin je l'ai repris pensant l'avoir oublié. J'ai donc pris le comprimé de samedi et dimanche. Il me reste 3 comprimés. Dois je tout de même prendre le comprimé dimanche soir ? Qu'est-ce que ça va changer par rapport à d'habitude ?

1 0
Le 10/05/2020 à 09:35
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour
Oui, prenez le, vous aurez au total 20 jours de prise au lieu de 21, ce qui n'est pas grave.

0 0
Le 02/05/2020 à 10:21
avatar cee
cee Profession non médicale / Autre
Bonjour je prend minidril est depuis l’arrêter de ma pillule pour la semaine des règles je n’es toujours pas régle et je ne sais pas quoi faire

1 0
Le 03/05/2020 à 10:39
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour
L'absence de règles à l'arrêt de la pilule est banal. Si vous êtes inquiète, faites un test pour vous rassurer.

1 0
Le 28/04/2020 à 09:16
avatar Emma09
Emma09 Profession non médicale / Autre
Bonjour,
Au cours de la3e semaine de prise de la pilule, j'ai eu des vomissements apres la prise. Je n'ai repris la pilule que le lendemain heure habituelle. Et fait la pause de 7 jours. Je viens de finir la 1ere semaine suis-je à présent protégé normalement ?
Merci par avance de votre réponse.

0 0
Le 30/04/2020 à 09:05
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,
Oui.

0 0
Le 27/04/2020 à 10:53
avatar Yaya75
Yaya75 Profession non médicale / Autre
Bonjour je vous explique
A la fin de la plaquette je m’arrête pendant sept jours et je la reprend le huitième jour, ma pilule est prise avec sérieux il y a juste deux fois où je l’ai prise une heure en retard sinon elle est prise correctement.
Mais cela fait trois jours que j’ai arrêté la pilule (fin de plaquette) mais je n’ai toujours pas été indisposée, mais j’ai des douleurs de règles au niveau de l’utérus est ce normal? Suis je enceinte? Sachant que le mois d’avant j’ai été indisposée. La pilule fait elle disparaître les règles ?

0 0
Le 28/04/2020 à 07:04
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour
L'absence de règles sous pilule, cela arrive. Faites un test de grossesse pour vous rassurer si elles ne surviennent pas pendant la semaine

0 1
Le 20/04/2020 à 11:38
avatar Riyou
Riyou Profession non médicale / Autre
Bonjour,

J’ai fini la 2eme plaquette et je suis au 5emé jour et j’ai pas eu mes règles des fois j’ai des pertes marrons ou noir À ce que c’est normal ( et j’ai pas eu des rapports ) je prend la pilule Minidril

Merci

1 0
Le 22/04/2020 à 04:46
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour
Ce n'est pas "normal" mais c'est banal.

1 0
Le 27/03/2020 à 21:16
avatar Lilou123
Lilou123 Profession non médicale / Autre
Bonsoir,
J’ai commencé la pilule 5 jours après la fin de mes règles. Je l’ai prise correctement chaque jour à la même heure (j’ai eu un rapport mais sans risque) J’ai finis la première plaquette et je n’ai toujours pas eu de règles est ce que c est normal ?

0 0
Le 30/03/2020 à 18:49
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour
Ce n'est pas "'normal" mais c'est banal.

0 0
Le 11/03/2020 à 22:50
avatar Riyou
Riyou Profession non médicale / Autre
Bonjour ,
J’ai commencée à prendre la pilule MINIDRIL le 27 février le 1er jour de mes règles mais depuis ce jour là j’ai des règles très noir puis des pertes marrons puis des règles noir .. A ce que c’est normal a ce que je dois arrêter la pilule a ce que je dois prendre un rendez-vous avec la Gynécologue ..

Merci

0 0
Le 12/03/2020 à 09:46
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour
C'est banal lors du premier cycle. Consultez si cela persiste.

2 0
Le 25/02/2020 à 12:19
avatar Love077
Love077 Profession non médicale / Autre
Bonjour,je commence à peine le traitement,et mon médecin m'a prescrit 2/jour, je voulais savoir comment pourrais-je prendre la pilule ? Et est ce que sa ne causerait pas de problème ?

0 0
Le 27/02/2020 à 08:50
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour
Je ne comprends pas votre question.

1 3
Le 21/01/2020 à 14:36
avatar SleepyLion
SleepyLion Profession non médicale / Autre
Bonjour,

Je viens de commencer la pilule pour la première fois, assez anxieuse j’ai donc suivi les instructions à la lettre (j’ai commencé la plaquette le premier jour de mes règles, et ensuite pris un comprimé tous les jours à 22h) je n’ai fait aucun oublie. J’arrive donc à la fin de la première plaquette (vendredi 17/01/2020) le problème c’est que je n’ai toujours pas de saignements normalement prévus pendant cette semaine d’arrêt (aujourd’hui mardi 21/01/2020)... Je m’inquiète car j’ai eu des rapports pendant ces jours d’arrêt, et comme je n’ai pas eu de règles j’ai peur que ces jours d’arrêt soient considérés comme des oublis.... Alors je me demandais si c’était normal de ne pas avoir ses règles pendant cette semaine d’arrêt ? Et si je n’ai pas fait une erreur en ayant des rapports sachant tout ça ?

Merci d’avance pour votre réponse !

3 0
Le 21/01/2020 à 17:38
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,
Il est banal de ne pas avoir ses règles, c'est n'est pas inquiétant. La semaine sans pilule n'est pas une semaine d'oubli ! Vous êtes protégée aussi pendant cette semaine, règles ou pas.

6 0
Lire tous les commentaires

Actualités

Les troubles du sommeil constituent un important problème de santé, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques (illustration).

Insomnie : arrêt de commercialisation de NOCTAMIDE (lormétazépam)

Les ruptures de stock déclarées à l’ANSM par les laboratoires pharmaceutiques ont pour origine des difficultés liées à la production de ces médicaments (illustration).

Disponibilité des médicaments distribués en ville et à l'hôpital : deux spécialités sous contingentement

Représentation en 3D de neurones contenant des corps de Lewy (petites sphères rouges), caractéristiques de la maladie de Parkinson (illustration).

Maladie de Parkinson : arrêt de commercialisation de la forme injectable d'ARTANE