En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

NIVAQUINE

Mis à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Antipaludique

Dans quel cas le médicament NIVAQUINE est-il prescrit ?

Ce médicament est un antipaludique : il inhibe la reproduction du parasite responsable du paludisme.

Il est principalement utilisé dans le traitement préventif et le traitement curatif du paludisme.

Les comprimés à 100 mg sont également utilisés dans la prévention des lucites et dans le traitement du lupus érythémateux disséminé et de la polyarthrite rhumatoïde ; le mécanisme d'action de ce médicament dans ces affections, qui n'ont bien sûr rien à voir avec le paludisme, n'est pas parfaitement élucidé.

Présentations du médicament NIVAQUINE

NIVAQUINE 100 mg : comprimé sécable (blanc) ; boîte de 20
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 1,97 €.
NIVAQUINE 100 mg : comprimé sécable (blanc) ; boîte de 100
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 4,72 €.
NIVAQUINE 25 mg/5 ml : sirop ; flacon de 150 ml avec cuillère-mesure (5 ml)
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 8,06 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament NIVAQUINE

p cpp c mes
Chloroquine100 mg25 mg
Saccharose4,14 g
Amidon de blé (gluten)+
Aucun excipient commun.

Contre-indications du médicament NIVAQUINE

Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas de maladie de la rétine.

Cette dernière contre-indication peut ne pas s'appliquer pour le traitement d'urgence du paludisme.

Attention

L'activité de ce médicament utilisé seul est insuffisante dans de nombreux pays (résistance du parasite à la chloroquine) : il est nécessaire de consulter votre médecin pour connaître la prévention la mieux adaptée à votre voyage. L'automédication en prévention du paludisme est fortement déconseillée.

En cas de séjour en zone de paludisme de plus de 3 mois, il peut être nécessaire d'utiliser d'autres méthodes de prévention du paludisme.

Des précautions sont nécessaires en cas de psoriasis (risque d'aggravation des lésions), d'épilepsie, de déficit en G6PD, de porphyrie, d'insuffisance rénale ou d'insuffisance hépatique.

Avant de prescrire un traitement au long cours par ce médicament, le médecin fait un bilan ophtalmologique pour rechercher une éventuelle anomalie de la rétine. La surveillance ophtalmologique est ensuite adaptée en fonction des risques (doses prescrites, durée de traitement...).

Ne poursuivez pas le traitement sans avis médical en cas d'apparition d'un des symptômes suivants :
  • troubles de la vision : risque d'atteinte de la rétine nécessitant un avis spécialisé ;

  • mouvements anormaux de la tête (tics, torticolis...) ;

  • éruption cutanée étendue associée ou non à de la fièvre ou des ganglions : risque de syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse, rare mais potentiellement grave ;

  • malaise, sueurs, palpitations, tremblements, pâleur : ces signes peuvent traduire une hypopglycémie. Un dosage du taux de sucre dans le sang doit être réalisé.

Le sirop contient du sucre (saccharose) en quantité notable.

Attention : conducteurConducteur : ce médicament peut être responsable de troubles visuels.

Interactions du médicament NIVAQUINE avec d'autres substances

Informez votre médecin si vous prenez un médicament contenant de la ciclosporine ou de la cimétidine.

Il est préférable de respecter un délai de 2 heures entre la prise de ce médicament et celle de pansements digestifs (contenant des sels d'aluminium, de calcium ou de magnésium).

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Le risque pendant la grossesse est lié au paludisme et non pas au médicament, qui peut être pris par la femme enceinte aux doses préconisées.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel ; ne l'utilisez pas ou ne le réutilisez pas sans avis médical.

Mode d'emploi et posologie du médicament NIVAQUINE

Les comprimés doivent être avalés de préférence à la même heure, après le petit déjeuner ou le déjeuner pour éviter la survenue de nausées ou de troubles du sommeil.

Posologie usuelle :

Paludisme :

Le traitement préventif du paludisme commence le jour du départ, se poursuit pendant la durée de l'exposition au risque et se termine 4 semaines après le retour.

  • Adulte : 1 comprimé par jour.

  • Enfant de 1 à 15 ans : 1,7 mg par kg et par jour, soit 1 à 4 cuillères-mesure par jour, à prendre en 1 seule fois (après un repas).

  • Enfant de moins de 10 kg : 1 cuillère-mesure tous les 2 jours (après un repas).

Le traitement curatif du paludisme dure de 3 à 5 jours. Le traitement d'une crise de paludisme nécessite toujours au moins 3 jours de repos strict.

Par voie orale, chez l'adulte de plus de 60 kg :
  • 1er jour : 6 comprimés en une prise, puis 3 comprimés 6 heures plus tard ;

  • 2e et 3e jours : 3 comprimés par jour, en une prise à heure fixe.

Chez l'enfant, la dose est calculée précisément par le médecin, en fonction du poids.

Autres indications (comprimés à 100 mg) :

Le traitement préventif de la lucite commence 7 jours avant l'exposition au soleil et se poursuit pendant 15 jours.

  • Adulte et enfant de plus de 6 ans : 2 ou 3 comprimés par jour.

Dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde :

Dans le traitement du lupus érythémateux :

  • Adulte et enfant de plus de 6 ans : la dose initiale est 1 ou 2 comprimés par jour. Le médecin adapte ensuite la dose en fonction de l'évolution des lésions.

Conseils

Le sirop destiné à l'enfant est amer et souvent mal accepté. En cas de vomissement survenant juste après la prise, celle-ci doit être renouvelée à la même dose. Compte tenu de la difficulté d'obtenir une protection efficace, il est déconseillé de voyager avec un nourrisson dans une zone à risque de paludisme.

La chimioprophylaxie ne dispense pas des mesures destinées à empêcher les piqûres de moustiques : port de vêtements longs après le coucher du soleil, répulsifs sur les zones découvertes, insecticides, moustiquaire...

L'utilisation de moyens de prévention n'exclut pas totalement le risque de paludisme. Toute fièvre importante au cours d'un séjour en zone impaludée ou dans les 4 semaines qui suivent le retour peut traduire une crise de paludisme et nécessite une consultation médicale d'urgence pour rechercher le parasite dans le sang.

Une rechute après une crise de paludime peut toujours survenir, même si le traitement a été bien suivi.

Effets indésirables possibles du médicament NIVAQUINE

Fréquemment : nausées, vomissements, diarrhées, maux de tête, étourdissement, troubles de l'accommodation, vision floue, démangeaisons, réaction allergique (urticaire, œdème de Quincke).

Rarement : agitation, anxiété, troubles du sommeil, confusion, hallucination, coloration ardoisée, en particulier des ongles et des muqueuses, aggravation d'un psoriasis existant, chute de cheveux, atteinte des nerfs et des muscles.

Exceptionnellement : bourdonnement d'oreilles, surdité, psychose, convulsions, photosensibilité, anomalie de la numération formule sanguine, augmentation des transaminases.

À dose élevée, lors d'un traitement prolongé : opacité de la cornée, régressant à l'arrêt du traitement (exceptionnellement irréversibles) ; rarement, atteinte de la rétine.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (2)

Le 26/09/2013 à 10:00
avatar Modérateur
Modérateur
maryem : Certains médicaments sont hautement toxiques en cas de surdosage. C'est la cas de la chloroquine.

17 8
Le 26/09/2013 à 01:26
avatar Magnésium 2017
Magnésium 2017
J'ai une amie qui s'est suicidée à la nivaquine ! cela est-il possible ?? Ce n'est que antipaludeen...!

32 28

Actualités

BAYPRESS est un inhibiteur calcique indiqué dans le traitement de l'hypertension artérielle essentielle (illustration).

HTA : arrêt de commercialisation de BAYPRESS (nitrendipine) fin 2017

Représentation anatomique en 3D de la glande thyroïde (illustration).

THYROFIX comprimé : nouvelle spécialité de lévothyroxine à partir de décembre 2017

La transmission de l'hépatite A est le plus souvent oro-fécale par des aliments ou de l'eau contaminés (illustration).

Hépatite A : mise à disposition d'unités du vaccin HAVRIX 1440 destinées à l'export