En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

SYNALAR

Mis à jour : Jeudi 02 Septembre 2010
Famille du médicament :

Dermocorticoïde

02/09/2010 : ce médicament est en arrêt de commercialisation. Il n’est plus disponible en pharmacie ou ne le sera bientôt plus.

Si vous devez prendre ce médicament, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui pourront vous conseiller un autre traitement.

Le document ci-dessous représente la dernière fiche publiée par Vidal concernant ce médicament et ne préjuge en rien des évolutions ayant pu survenir postérieurement à cette publication.

Dans quel cas le médicament SYNALAR est-il prescrit ?

C'est un dermocorticoïde d'activité forte. Comme les autres dérivés de la cortisone à usage local, il freine le renouvellement et la multiplication des cellules de la peau et limite le suintement.

Il est utilisé pour traiter les eczémas de contact ou atopiques, les lichénifications, les dermites séborrhéiques (sauf celles du visage), le psoriasis, le prurigo, la dyshidrose, et pour soulager les démangeaisons dues aux piqûres d'insectes ou à la présence de parasites sous la peau.

Il est également utilisé dans le traitement de certaines maladies rares : granulome annulaire, lupus érythémateux discoïde, mycosis fongoïde.

Présentations du médicament SYNALAR

SYNALAR : crème ; tube applicateur de 15 g
Sur ordonnance (Liste I)
SYNALAR GRAS : pommade ; tube de 15 g
Sur ordonnance (Liste I)

Composition du médicament SYNALAR

p 100 g p 100 g
Fluocinolone acétonide25 mg25 mg
Phénylmercure nitrate+

Contre-indications du médicament SYNALAR

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • infection et parasitose non traitées de la peau (ce médicament n'a pas d'effet anti-infectieux),

  • lésion cutanée,

  • acné et rosacée,

  • en application sur les paupières (risque d'augmentation de la tension intraoculaire).

Attention

Sauf indication contraire de votre médecin, n'appliquez jamais de dermocorticoïdes d'activité forte ou très forte :

Comme les autres dermocorticoïdes, ce médicament a souvent une action efficace et rapide sur les lésions de la peau ; il peut être tentant de le réutiliser, mais l'automédication expose à des risques importants : aggravation de certaines lésions, installation d'une dépendance (amélioration de moins en moins visible des lésions et recrudescence des symptômes à chaque arrêt de traitement) et altération durable de la peau.

Suivez attentivement la prescription de votre médecin et n'hésitez pas à lui demander des explications.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Aucun effet néfaste pour l'enfant à naître n'a été établi avec ce médicament. Il peut être prescrit pendant la grossesse.

Allaitement :

En raison du risque d'ingestion par le nouveau-né, ce médicament ne doit pas être appliqué sur le mamelon chez la femme qui allaite.

Mode d'emploi et posologie du médicament SYNALAR

La crème est adaptée au traitement des lésions suintantes, la pommade à celui des lésions sèches.

Étaler le médicament sur les lésions et le faire pénétrer par un léger massage. Pour traiter de grandes surfaces de peau : appliquer en touches espacées, puis étaler jusqu'à complète absorption.

Posologie usuelle :

1 ou 2 applications par jour.

Le médecin prescrit fréquemment un arrêt progressif du traitement : espacement des applications ou diminution de la quantité appliquée.

Conseils

Ne conseillez pas, ne donnez pas ce médicament à un proche.

Pensez à vous laver les mains après l'application. En cas d'utilisation sur une grande surface de peau, le port d'un gant en plastique est recommandé.

Effets indésirables possibles du médicament SYNALAR

Sont à craindre en cas d'usage prolongé : atrophie cutanée, télangiectasies (dilatation des petits vaisseaux), vergetures, purpura (microhémorragies de la peau), fragilisation de la peau.

Appliqué sur le visage, ce médicament peut provoquer une dermite périorale ou provoquer ou aggraver une rosacée.

Sont possibles également : retard de cicatrisation, acné, développement anormal des poils, dépigmentation localisée de la peau.

L'utilisation des dermocorticoïdes sous un pansement étanche ou dans les plis peut favoriser la prolifération des bactéries ou une allergie cutanée. Consulter votre médecin en cas de rougeur ou de douleur apparue après le début du traitement.

Laboratoire Jolly-Jatel

Actualités

Dans le contexte réglementaire français, le déremboursement d’un médicament permet le passage d’un système de prix administrés à un système de prix libres (illustration).

Plusieurs déremboursements prévus à compter du 2 août 2019

Le taux de remboursement des médicaments prend notamment en compte le service médical rendu dans la pathologie considérée (illustration).

PREVISCAN, ELEBRATO ELLIPTA et TRELEGY ELLIPTA : modification des taux de remboursement au 1er juillet 2019

L'hépatite A est une maladie infectieuse aiguë du foie causée par un virus à transmission le plus souvent oro-fécale par des aliments ou de l'eau contaminés (illustration).

Vaccination contre l'hépatite A : VAQTA 50 sous tension en ville jusqu'en août 2019