En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

SUBUTEX

Mis à jour : Mardi 18 Septembre 2018
Famille du médicament :

Substitution aux opiacés

Dans quel cas le médicament SUBUTEX est-il prescrit ?

Ce médicament contient une substance proche de la morphine. Chez le toxicomane à l'héroïne ou aux autres opiacés, il permet de supprimer les symptômes du manque qui surviennent lors de la privation de drogue, et qui sont en grande partie à l'origine de la dépendance.

Il est utilisé chez les toxicomanes comme produit de substitution aux opiacés. Sa prescription complète une prise en charge médicale, sociale et psychologique, indispensable pour limiter le risque de rechute.

Présentations du médicament SUBUTEX

SUBUTEX 0,4 mg : comprimé sublingual ; boîte de 7
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 1,88 €.
SUBUTEX 2 mg : comprimé sublingual ; boîte de 7
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 4,79 €.
SUBUTEX 8 mg : comprimé sublingual ; boîte de 7
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 14,92 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament SUBUTEX

p cpp cpp cp
Buprénorphine0,4 mg2 mg8 mg
Excipients communs : Acide citrique anhydre, Amidon de maïs, Lactose monohydrate, Magnésium stéarate, Mannitol, Povidone K 30
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Sodium citrate, Sodium citrate anhydre

Contre-indications du médicament SUBUTEX

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament est réservé aux adultes et aux adolescents volontaires : le succès d'un programme de désintoxication est étroitement lié à la motivation personnelle du toxicomane.

Des précautions sont nécessaires en cas d'insuffisance rénale ou d'asthme.

Un délai minimal de 4 heures doit généralement être respecté entre le début du traitement et la prise d'opiacé. En effet, ce traitement, pris trop tôt, bloque l'action des opiacés sur le cerveau et peut déclencher des symptômes de manque. En revanche, si ces symptômes apparaissent spontanément moins de 4 heures après la prise d'opiacé, le traitement peut être débuté plus tôt.

Attention : sportifSportif : ce médicament contient une substance susceptible de rendre positifs certains tests antidopage.

Attention : conducteurÉvitez la conduite automobile et les activités dangereuses en début de traitement : une baisse de la tension artérielle ou une somnolence notable peuvent apparaître. Ce risque est majoré par la prise conjointe d'alcool ou de sédatifs.

Interactions du médicament SUBUTEX avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé à la méthadone ou aux antalgiques puissants (morphine et ses dérivés) : risque de diminution de leurs effets.

Il peut interagir avec les antitussifs et les antalgiques de la famille des opiacés (codéine, tramadol, éthylmorphine...).

Informez par ailleurs votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez des médicaments sédatifs.

Il n'existe pas d'interaction connue avec la cocaïne (fréquemment utilisée par les toxicomanes en mélange avec l'héroïne).

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'utilisation de ce médicament dans le traitement de la dépendance aux opiacés est possible pendant la grossesse. Une adaptation des doses peut être nécessaire. En cas de prise prolongée en fin de grossesse, une surveillance médicale renforcée du nouveau-né est recommandée afin de parer à un éventuel syndrome de sevrage.

Allaitement :

Ce médicament passe faiblement dans le lait maternel. Seul votre médecin peut apprécier la nécessité du traitement et son risque pendant l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament SUBUTEX

Ce médicament doit être pris par voie sublinguale : placé sous la langue, il fond au contact de la salive et est absorbé par la muqueuse buccale ; il doit être conservé sous la langue 5 à 10 minutes, délai habituel pour sa dissolution complète.

La dose quotidienne est prise en une fois ; elle reste active pendant 24 heures.

Posologie usuelle :

Initialement, le médecin prescrit entre 0,8 et 4 mg ; il adapte ensuite le dosage en fonction du résultat. La posologie maximale est de 16 mg par jour.

Des précautions sont nécessaires lors de la première prise (voir Attention). Lorsque ce médicament est pris en relais d'un traitement par la méthadone, il convient de diminuer préalablement la dose de méthadone à un maximum de 30 mg par jour.

Lorsque l'état du toxicomane est stabilisé, le médecin diminue progressivement la posologie jusqu'à l'arrêt du traitement.

Conseils

Comme tous les dérivés de la morphine, ce médicament est un antalgique puissant, susceptible de masquer la douleur en cas de maladie ou de traumatisme grave : appendicite, fracture... Il convient d'en tenir compte dans de telles circonstances.

L'arrêt du traitement de substitution correspond à une période critique pour le toxicomane et à un risque de rechute important. Le succès du sevrage dépend beaucoup du contexte psychologique et social lors de ce moment difficile.

Ce médicament est prescrit sur une ordonnance « sécurisée » mentionnant le nom de la pharmacie où il pourra être obtenu, pharmacie choisie en accord avec le toxicomane. La durée maximale de chaque prescription est de 28 jours. Le médecin peut préciser que la délivrance du médicament par le pharmacien sera fractionnée : quotidienne en début de traitement, puis hebdomadaire, après la stabilisation, par exemple.

Effets indésirables possibles du médicament SUBUTEX

Constipation, nausées, vomissements, maux de tête, fatigue, somnolence ou insomnie, malaise, vertiges, sueurs, hypotension orthostatique.

Plus rarement : dépression respiratoire, hallucinations, hépatite.

Lors de la première prise, des symptômes de manque peuvent survenir (voir Attention).

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (5)

Le 14/03/2018 à 11:40
avatar Pie V.
Pie V. Profession non médicale / Autre
Bonjour , je voudrais remercier Sssousou pour son commentaire du 14/09/2015 : " comment faire décrocher
une personne avec 1 produit + fort que l'héroine ??? " .
C'est en 2004 que j'ai eu une prescription de "bupré" pour dépendance psychologique [et,sic , subconsciente ?! ] à la codéine ;je l'ai arrété ,reprise ... puis à l'automne 2015 , de nouveau codéine (en vente libre) , début janvier , avec l'aide du codoliprane et de son faible dosage (rapport au néo-codion) ,le décrochage était à portée de mains. Làs , un rdv ,pris courant décembre , et de nouveau, "bupré" ; alors la phrase de Sssousou m'interpelle ! (et pas que peu!)

3 1
Le 29/09/2015 à 17:07
avatar Pika64
Pika64
Ma fille est sous Subutex depuis deux ans maintenant. Elle est jeune maman, ancienement femme battue. Elle a décidé seule de stopper l'héroïne et d'aller vers le Subutex. Hélas, c'est un généraliste qui lui a prescrit ça. Il lui a donné 8 mg. Le double de ce dont elle aurait eu besoin pour palier aux crises de manque. elle n'a entamé un travail que récement, et encore ça a été suite au décés de sa mère. Le Subutex est tout, sauf une solution. Le manque n'est plus là. La source, si. Je suis toujours étonné de voir que l'on puisse donner ce genre de produit sans une formation à minima sur la toxicomanie. Le généraliste qui a prescrit ça, je le vis un peu comme un dealer.

17 22
Le 15/03/2018 à 10:00
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour, je réponds en réaction au commentaire récent de Pie V. La buprénorphine est pas destinée à faire cesser l'addiction aux opioÏdes, mais a permettre au toxicomane de ne plus être forcé de voler, de prostituer ou d'utiliser des seringues douteuses. Le produit n'est qu'un des éléments du drame de la toxicomanie. Il est possible de mener une vie normale sous buprénorphine, pas sous héroïne (à moins d'être très riche, et encore)

2 4
Le 14/09/2015 à 10:43
avatar Pika64
Pika64
si tu as commencé il y a longtemps alors ça va ètre très dur, car moi cela fait 17 ans que j'en prend (comment faire décrocher une personne avec 1 produit + fort que L'héroine ??? ) IMPOSSIBLE

16 4
Le 08/07/2015 à 20:31
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour Driss2101,

C'est une démarche difficile, à entreprendre avec un professionnel de santé, si possible un médecin : le sevrage doit être progressif et adapté à votre état de santé....

13 5
Le 01/06/2015 à 13:47
avatar Pika64
Pika64
comment faire pour arreter le traitement du SUBUTEX?

70 15

Actualités

DI-HYDAN est indiqué dans le traitement de certaines formes d'épilepsie chez l'enfant et l'adulte (illustration).

Epilepsie : rupture de stock de DI-HYDAN (phénytoïne) jusqu’en novembre

Nouvelle seringue de DOLIPRANE 2,4 % sans sucre suspension buvable.

DOLIPRANE 2,4 POUR CENT SANS SUCRE suspension buvable (paracétamol) : une nouvelle seringue pour administration orale

Représentation en 3D d'un virus de l'hépatite C (illustration).

Hépatite C chronique : arrêt de commercialisation d’EXVIERA et VIEKIRAX