En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

DINACODE

Mis à jour : Vendredi 30 Juin 2017
Famille du médicament :

Antitussif opiacé

30/06/2017 : ce médicament est en arrêt de commercialisation. Il n’est plus disponible en pharmacie ou ne le sera bientôt plus.

Si vous devez prendre ce médicament, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui pourront vous conseiller un autre traitement.

Le document ci-dessous représente la dernière fiche publiée par Vidal concernant ce médicament et ne préjuge en rien des évolutions ayant pu survenir postérieurement à cette publication.

Dans quel cas le médicament DINACODE est-il prescrit ?

Ce médicament contient un antitussif opiacé (codéine), un terpène (teinture de serpolet), antiseptique des voies respiratoires et un fluidifiant bronchique (benzoate de sodium). La codéine bloque le réflexe de la toux en agissant directement sur le cerveau.

Il est utilisé dans le traitement symptomatique des toux sèches et d'irritation chez l'adulte.

Présentations du médicament DINACODE

DINACODE ADULTES : sirop ; flacon de 180 ml
Sur ordonnance (Liste II)

Composition du médicament DINACODE

p c à s
Codéine19 mg
Serpolet, teinture567 mg
Benzoate de sodium283 mg
Saccharose10,2 g
Alcool510 mg
Sodium45 mg

Contre-indications du médicament DINACODE

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament n'est pas adapté au traitement de la toux grasse, qui est un mécanisme de défense normal de l'organisme permettant l'évacuation des mucosités présentes dans les bronches.

La toux est un symptôme qui peut révéler de nombreuses maladies : consultez votre médecin si elle persiste plus de quelques jours.

La codéine est transformée partiellement en morphine par une enzyme dans le foie. Chez certaines personnes (environ 7 % de la population blanche), cette enzyme est absente avec pour conséquence un moindre effet de la codéine. Chez d'autres (1 à 6 % des Européens, 29 % des Africains), l'activité de cette enzyme est augmentée avec pour conséquence un risque accru d'effets indésirables respiratoires graves. Si vous constatez des effets indésirables gênants (confusion mentale, difficulté à respirer), parlez-en rapidement à votre médecin.

L'utilisation de la codéine n'est pas recommandée chez les enfants âgés de 12 à 18 ans qui présentent des troubles respiratoires.

La prise prolongée à forte dose de codéine expose à un risque de dépendance.

Des précautions sont nécessaires en cas d'hypertension intracrânienne qui pourrait être aggravée.

Ce médicament contient un terpène (teinture de serpolet) : respectez les doses préconisées, notamment en cas d'antécédent d'épilepsie.

Ce sirop contient du sucre (saccharose) et de l'alcool en quantité notable.

Évitez la prise de boissons alcoolisées pendant le traitement.

Attention : conducteurCe médicament peut induire une somnolence, parfois intense chez certaines personnes. Cette somnolence peut être augmentée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs. La conduite et l'utilisation de machines dangereuses sont déconseillées, surtout dans les heures qui suivent la prise du médicament.

Interactions du médicament DINACODE avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec les médicaments contenant de l'oxybate de sodium (XYREM) : augmentation du risque de dépression respiratoire.

Il peut interagir avec les médicaments qui contiennent de la nalbuphine, de la buprénorphine, du nalméfène ou de la naltrexone : risque de diminution de l'effet antalgique

Informez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez de la méthadone, d'autres médicaments sédatifs (tranquillisant, somnifère, antidépresseur, neuroleptique...), certains antalgiques (alfentanil, dihydrocodéine, fentanyl, hydromorphone, morphine, oxycodone, péthidine, tramadol...) ou un autre antitussif contenant du dextrométorphane, de la pholcodine, de la noscapine ou de l'éthylmorphine.

De plus, de nombreux médicaments antitussifs et antalgiques contiennent de la codéine. Leur prise conjointe expose à un risque de surdosage et à une augmentation des effets indésirables.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'utilisation de la codéine et de ses dérivés (codéthyline, pholcodine) ne doit être envisagée chez la femme enceinte qu'en cas de nécessité, en effet :
  • une insuffisance respiratoire peut survenir chez le nouveau-né d'une mère traitée par des doses élevées, même si le traitement est ponctuel mais précède de peu l'accouchement ;

  • un syndrome de sevrage, à l'inverse, peut concerner des nouveau-nés si leur mère reçoit un traitement régulier, même à faible dose.

Il est donc important de signaler à l'obstétricien la prise éventuelle de codéine ou d'un de ses dérivés, afin que ces risques puissent être prévenus par une surveillance et un éventuel traitement adapté.

Allaitement :

Le passage de la codéine dans le lait maternel est faible aux doses usuelles, mais des effets toxiques pour le nourrisson ont été observés dans de très rares cas. En conséquence, ce médicament est contre-indiqué pendant l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament DINACODE

Ce médicament est pris de préférence au moment où survient la toux, en espaçant les prises d'au moins 6 heures.

Posologie usuelle :

  • Adulte : 1 cuillère à soupe de sirop Adulte, 1 à 4 fois par jour. En cas d'insuffisance hépatique et chez la personne âgée, la posologie initiale est généralement réduite de moitié.

La durée du traitement ne doit pas dépasser quelques jours.

Conseils

Une toux nocturne aggravée par ce médicament peut être une toux allergique : demandez conseil à votre médecin.

La cigarette est irritante pour les bronches et entretient la toux : évitez de fumer ou d'être exposé à la fumée des autres.

Des mesures simples permettent de calmer les toux sèches : boissons chaudes et humidification de l'air ambiant.

Effets indésirables possibles du médicament DINACODE

Liés à la codéine : constipation, somnolence, nausées, vomissements, sensation de vertige et, plus rarement, bronchospasme, réaction allergique cutanée, ralentissement de la respiration. Ces effets indésirables sont ceux de la famille des opiacés ; ils sont généralement modérés aux doses recommandées.

Liés à la présence de terpènes : agitation et confusion des idées chez la personne âgée en cas de dépassement de la posologie usuelle.

Laboratoire Tradiphar

Actualités

Les préparations coliques  sont indiquées pour le lavage colique, en préparation des examens d'exploration (endoscopie, radiologie) ou d'une chirurgie colique chez l'adulte (illustration).

Préparations coliques orales : prescription médicale obligatoire pour 10 spécialités passées sur liste I

SRILANE est indiqué dans le traitement local d'appoint des entorses, des contusions et de la lombalgie aiguë (illustration).

SRILANE 5 % crème (idrocilamide) : arrêt de commercialisation depuis mi-octobre

Les substituts nicotiniques remboursables sur prescription médicale « classique » n'entrent plus dans le cadre du forfait annuel, à hauteur de 150 € par an et par personne (illustration).

NICORETTESKIN (boîte de 7), NIQUITIN et NIQUITINMINIS : désormais remboursables sur prescription "classique"