En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

OXYBUTYNINE MYLAN

Mis à jour : Jeudi 18 Octobre 2018
Famille du médicament :

Antispasmodique urinaire

Ce médicament est un générique de DITROPAN

Dans quel cas le médicament OXYBUTYNINE MYLAN est-il prescrit ?

Ce médicament est un antispasmodique qui lutte contre la contraction anormale des muscles de la vessie. Il a des propriétés atropiniques qui expliquent certains effets indésirables.

Il est utilisé dans le traitement des envies impérieuses d'uriner ou des fuites urinaires (incontinences) dues à une instabilité de la vessie.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament OXYBUTYNINE MYLAN

OXYBUTYNINE MYLAN 5 mg : comprimé sécable ; boîte de 60
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 30 % - Prix : 3,01 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament OXYBUTYNINE MYLAN

p cp
Oxybutynine chlorhydrate5 mg
Lactose+
Excipients : Calcium stéarate, Cellulose microcristalline, Indigotine laque aluminique, Lactose monohydrate

Contre-indications du médicament OXYBUTYNINE MYLAN

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament ne convient pas au traitement des fuites d'urine dues à la toux, au stress ou aux efforts.

Une infection urinaire peut provoquer à elle seule des envies impérieuses d'uriner. Ce traitement serait alors inadapté. En cas de doute, consultez votre médecin.

Ce médicament présente des effets atropiniques. Il peut provoquer un glaucome aigu chez les personnes prédisposées : œil rouge, dur et douloureux, avec vision floue. Une consultation d'extrême urgence auprès d'un ophtalmologiste est nécessaire.

L'oxybutynine peut diminuer la transpiration et exposer à un coup de chaleur lorsqu'il fait très chaud. Évitez les activités intenses aux heures les plus chaudes et assurez-vous de boire suffisamment.

Des précautions sont nécessaires dans les situations suivantes :

En cas de survenue de troubles psychiques (hallucinations, agitation, confusion par exemple) ou de somnolence importante, prévenez votre médecin.

Évitez les boissons alcoolisées : augmentation du risque de somnolence.

Attention : conducteurCompte-tenu de ses effets indésirables potentiels, ce médicament peut, chez certaines personnes, ne pas être compatible avec la conduite automobile ou le maniement de machines dangereuses. Assurez-vous à l'occasion des premières prises que vous supportez bien ce médicament avant de conduire ou d'utiliser une machine.

Interactions du médicament OXYBUTYNINE MYLAN avec d'autres substances

Informez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez d'autres médicaments ayant des effets atropiniques.

Fertilité, grossesse et allaitement

L'effet de ce médicament pendant la grossesse ou l'allaitement est mal connu : seul votre médecin peut évaluer le risque éventuel de son utilisation dans votre cas.

Mode d'emploi et posologie du médicament OXYBUTYNINE MYLAN

Ce médicament doit être pris de préférence à jeun, avec un verre d'eau. En cas de douleurs digestives, il peut être pris pendant les repas ou avec un verre de lait.

Posologie usuelle :

  • Adulte : 1 comprimé, 2 ou 3 fois par jour. Le traitement est habituellement débuté à la dose de 1/2 comprimé, 3 fois par jour. La dose maximale est de 1 comprimé, 4 fois par jour.

  • Enfant de plus de 5 ans : la dose initiale est de 1/2 comprimé, 2 fois par jour. Elle est augmentée si besoin par le médecin, sans dépasser les doses suivantes :

    • Enfant de 5 à 9 ans : 1/2 comprimé, 3 fois par jour.

    • Enfant de 9 à 12 ans : 1 comprimé, 2 fois par jour.

    • Enfant de 12 à 15 ans : 1 comprimé, 3 fois par jour.

Conseils

Ce médicament peut entraîner une sécheresse de bouche susceptible de favoriser la survenue de caries, de mycose buccale ou d'inflammation des gencives. Une bonne hygiène bucco-dentaire et des visites régulières chez le dentiste sont recommandées en cas d'utilisation prolongée.

L'effet maximal du traitement est atteint après 4 à 6 semaines. Votre médecin peut être amené à évaluer le traitement après ce délai.

La prise de ce médicament ne dispense pas d'un traitement comportemental et/ou d'une rééducation périnéale que peut vous prescrire votre médecin.

Effets indésirables possibles du médicament OXYBUTYNINE MYLAN

Très fréquents (plus de 10 % des patients) : constipation, nausées, sécheresse de la bouche (voir Conseils), maux de tête, étourdissements, somnolence, peau sèche.

Fréquents (1 à 10 % des patients) : diarrhée, vomissements, confusion, bouffée de chaleur, rougeur du visage (plus prononcée chez l'enfant que chez l'adulte), sécheresse oculaire, rétention d'urine.

Peu fréquents (moins de 1 % des patients) : gêne abdominale, diminution de l'appétit, difficulté à avaler.

Fréquence indéterminée : reflux gastro-œsophagien, obstruction intestinale (chez les patients à risque), agitation, anxiété, hallucinations, cauchemars, délire, dépression, dépendance, arythmie, coup de chaleur, vision floue, mydriase, glaucome (voir Attention), réaction allergique (éruption cutanée, urticaire, œdème de Quincke).

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

Les substituts nicotiniques diffusent de la nicotine de manière lente et régulière, permettant ainsi au fumeur de se libérer petit à petit de sa dépendance physique (illustration).

NICOTINELL comprimé à sucer (boîte de 204) et NICOTINELL TTS patch (boîte de 28) : désormais remboursables à 65 %

La prise de lévothyroxine permet de substituer une carence en hormones thyroïdiennes (illustration).

LEVOTHYROX : l’ancienne formule (EUTHYROX) restera commercialisée en 2019

Les patients traités par hydrochlorothiazide doivent vérifier régulièrement l\'état de leur peau et faire examiner toute lésion cutanée suspecte par leur médecin (illustration).

Hydrochlorothiazide : risque accru de "cancer de la peau non mélanome" à doses cumulatives croissantes