En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

INVIRASE

Mis à jour : Mercredi 15 Novembre 2017
Famille du médicament :

Antirétroviral

15/11/2017 : ce médicament est en arrêt de commercialisation. Il n’est plus disponible en pharmacie ou ne le sera bientôt plus.

Si vous devez prendre ce médicament, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui pourront vous conseiller un autre traitement.

Le document ci-dessous représente la dernière fiche publiée par Vidal concernant ce médicament et ne préjuge en rien des évolutions ayant pu survenir postérieurement à cette publication.

Dans quel cas le médicament INVIRASE est-il prescrit ?

Ce médicament est un antirétroviral actif sur les virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Il appartient à la famille des inhibiteurs de la protéase (ou antiprotéase). En bloquant une enzyme du virus, appelée protéase, il empêche sa reproduction dans les cellules infectées, sans toutefois permettre son élimination. Il est toujours associé à une faible dose ritonavir, un autre inhibiteur de protéase qui permet d'obtenir de bonnes concentrations sanguines du saquinavir.

Il est utilisé, en association avec le ritonavir et d'autres médicaments antirétroviraux, dans le traitement des adultes infectés par le VIH.

Présentations du médicament INVIRASE

INVIRASE 200 mg : gélule (marron et vert) ; flacon de 270
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte
INVIRASE 500 mg : comprimé (orange) ; flacon de 120
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte

Composition du médicament INVIRASE

p gélp cp
Saquinavir200 mg500 mg
Lactose++

Contre-indications du médicament INVIRASE

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Des études ont montré que ce médicament peut provoquer des troubles du rythme cardiaque, parfois graves. Des électrocardiogrammes réguliers peuvent être prescrits avant et pendant le traitement pour s'assurer de l'absence d'anomalie. Tout symptôme pouvant être le signe d'une arythmie (palpitations, malaise, perte de connaissance) doit être rapidement signalé au médecin.

Une surveillance biologique renforcée (dosage des transaminases et des marqueurs de l'infection) est recommandée en cas d'insuffisance hépatiqueou en cas d'hépatite B ou C chronique associée à l'infection VIH.

Les patients souffrant d'hémophilie doivent signaler à leur médecin l'apparition d'hématomes (bleus) sans cause apparente.

Des atteintes osseuses sont possibles avec les antirétroviraux, en particulier en cas de traitement corticoïde, d'obésité, de consommation excessive d'alcool ou de dépression du système immunitaire. Prenez un avis médical en cas de douleur de la hanche, du genou ou de l'épaule, de raideur articulaire ou des difficultés à vous déplacer.

Le traitement antiviral n'élimine pas le risque de transmission du VIH à d'autres personnes lors de rapports sexuels : vous devez continuer à prendre les mesures de protections appropriées (préservatifs).

Attention : conducteurCompte-tenu de ses effets indésirables potentiels, ce médicament peut, chez certaines personnes, ne pas être compatible avec la conduite automobile ou le maniement de machines dangereuses. Assurez-vous à l'occasion des premières prises que vous supportez bien ce médicament avant de conduire ou d'utiliser une machine.

Interactions du médicament INVIRASE avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec :
  • les antirétroviraux contenant de l'atazanavir ou du lopinavir/ritonavir ;

  • certains neuroleptiques (tels que le pimozide, l'halopéridol, la chlorpromazine, les phénothiazines...), antiarythmiques (bépridil, quinidine, hydroquinidine, amiodarone, flécaïnide, propafénone, sotalol), antidépresseurs (amitriptyline, imipramine, clomipramine), antiallergiques (astémizole, mizolastine), antibiotiques (clarithromycine, érythromycine), médicaments des troubles de l'érection (sildénafil, vardénafil, tadalafil) et les médicaments contenant de l'halofantrine, du tacrolimus, de la méthadone : risque de troubles du rythme cardiaque ;

  • les médicaments contenant de la quétiapine, du midazolam, du triazolam, de la rifampicine ;

  • les dérivés de l'ergot de seigle : risque d'augmentation de leur effets indésirables ;

  • les médicaments contenant de la simvastatine ou de la lovastatine : risque d'augmentation de leur toxicité musculaire ;

  • les produits de phytothérapie contenant du millepertuis : risque de diminution des concentrations de l'antirétroviral.

Le saquinavir peut interagir avec d'autres médicaments, notamment des anticonvulsivants (carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne), certains hypocholestérolémiants de la famille des statines (atorvastatine), certaines benzodiazépines (alprazolam, clorazépate, diazépam, flurazépam), la colchicine, le salmétérol, la ciclosporine...

L'effet des contraceptifs oraux (pilule) peut être diminué par la prise de ce médicament associé au ritonavir. Un autre mode de contraception doit être envisagé pendant la durée du traitement.

La liste des interactions est susceptible d'évoluer. Il est préférable de toujours demander conseil à votre médecin traitant ou à votre pharmacien pour la prise de tout nouveau médicament.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu. Si une grossesse survient au cours du traitement, prévenez votre médecin.

Allaitement :

L'infection par le VIH contre-indique l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament INVIRASE

Les gélules doivent être avalées telles quelles et les comprimés entiers, en même temps que le ritonavir, pendant ou après les repas.

Posologie usuelle :

  • Adulte et adolescent de plus de 16 ans : 1 000 mg (soit 5 gélules à 200 mg ou 2 comprimés à 500 mg) avec 100 mg de ritonavir, 2 fois par jour, en association avec d'autres antirétroviraux. Cez les adultes qui n'ont jamais reçu d'antirétroviraux, le traitement doit être initié avec une dose de 500 mg associé à 100 mg de ritonavir, 2 fois par jour, pendant la premièresemaine.

Conseils

Ce traitement doit être pris tous les jours : veiller à toujours disposer d'une réserve de médicament.

L'activité d'un traitement antirétroviral est maximale si vous respectez strictement les doses et les modalités de prise. Dans le cas contraire, il existe un risque d'apparition de résistances virales qui peut compromettre l'efficacité des traitements ultérieurs.

Le traitement nécessite un suivi régulier pour s'assurer du bon contrôle de l'infection et prévenir la survenue de complications évolutives (notamment des infections opportunistes). Il est important de garder un contact régulier avec votre médecin traitant.

Conditions particulières de délivrance :

Ce médicament, disponible en ville et à l'hôpital, est un médicament à prescription restreinte : il doit être obligatoirement prescrit pour la première fois à l'hôpital (prescription initiale hospitalière annuelle). La prescription peut être renouvelée par le médecin traitant (pour une durée maximale d'un an, si les examens sont satisfaisants) mais toute modification nécessite une nouvelle prescription hospitalière. Elle doit être renouvelée après 12 mois obligatoirement à l'hôpital.

La délivrance des antirétroviraux se fait sur la présentation des 2 ordonnances : la prescription initiale hospitalière datant de moins de 1 an et l'ordonnance de renouvellement du médecin de ville identique à cette dernière.

Effets indésirables possibles du médicament INVIRASE

Très fréquents : nausées, diarrhées.

Fréquents : augmentation de l'appétit, vomissements, douleurs abdominales, constipation, digestion difficile, bouche sèche, diminution de la libido, fourmillements des extrémités, picotements, étourdissement, maux de tête, troubles du goût, crampes musculaires, fatigue, malaise, essoufflement, chute de cheveux, peau sèche, eczéma, démangeaisons, éruption cutanée, perturbation du métabolisme des sucres et des graisses (augmentation des taux de cholestérol et de triglycérides).

Peu fréquents : diminution de l'appétit, somnolence, convulsions, troubles visuels, réaction allergique, pancréatite, hépatite.

Une prise de poids peut également survenir au cours d'un traitement antirétroviral.

Un syndrome de restauration immunitaire peut être observé lorsque le système immunitaire se remet à jouer son rôle et combat les infections existantes, ce qui provoque une inflammation de la zone infectée.

Les analyses de sang peuvent montrer une augmentation des enzymes du foie (transaminases), une baisse du nombre de globules blancs ou des plaquettes sanguines, une anémie.

Laboratoire Roche

Actualités

Lymphome de Hodgkin - Coloration hématoxyline-éosine-safran (HES) [illustration@Famittle sur Wikimedia).

NATULAN (procarbazine) : rupture de stock en ville et mise à disposition à l’hôpital d'unités néerlandaises

L'enregistrement des données électro-encéphalographiques est l'unique moyen de directement mettre en évidence l'activité épileptique (illustration).

DEPAKOTE (divalproate de sodium) : remise à disposition normale

Représentation en 3D de virus de la rage (illustration).

Vaccin contre la rage RABIPUR : remise à disposition progressive en ville