En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

NORVIR

Mis à jour : Mardi 17 Septembre 2019
Famille du médicament :

Antiviral

Dans quel cas le médicament NORVIR est-il prescrit ?

Ce médicament est un antirétroviral actif sur les virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Il appartient à la famille des inhibiteurs de la protéase du VIH (antiprotéase). En bloquant cette enzyme il empêche la reproduction du virus dans les cellules infectées, sans toutefois permettre son élimination.

Il est utilisé chez les patients infectés par le VIH uniquement en association avec d'autres médicaments antirétroviraux. Il peut être utilisé chez l'adulte, l'adolescent et l'enfant de plus de 2 ans.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament NORVIR

NORVIR 100 mg : poudre pour suspension buvable ; boîte de 30 sachets et 1 godet pour mélange et 2 seringues doseuses de 10 ml
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 25,30 €.
NORVIR 100 mg : comprimé (blanc) ; flacon de 30
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 21,23 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament NORVIR

p sachet p cp
Ritonavir100 mg100 mg
Excipients communs : Copovidone, Silice colloïdale anhydre, Sorbitan laurate
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Hyprolose, Hypromellose, Macrogol, Phosphate dicalcique anhydre, Polysorbate 80, Sodium stéarylfumarate, Talc, Titane dioxyde

Contre-indications du médicament NORVIR

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • insuffisance hépatique grave ;

  • en association avec les médicaments contenant l'une des substances suivantes : amiodarone, astémizole, terfénadine, bépridil, bupropion, cisapride, clozapine, dérivés de l'ergot de seigle, mépéridine, pimozide, encaïnide, flécaïnide, piroxicam, propafénone, propoxyfène, quinidine, clorazépate, diazépam, estazolam, flurazépam, midazolam, triazolam, rifabutine ;

  • en association avec les produits de phytothérapie contenant du millepertuis.

Attention

Des troubles digestifs (nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhées...) surviennent fréquemment en début de traitement. Ces signes régressent le plus souvent spontanément en quelques semaines. Si ces troubles persistent et empêchent une hydratation correcte, vous devez rapidement contacter votre médecin.

D'autres effets indésirables, tels que des sensations de fourmillement, des vertiges, des maux de tête ou des démangeaisons peuvent également apparaître en début de traitement.

L'augmentation progressive des doses permet de diminuer l'intensité des effets indésirables. Une augmentation progressive de la dose est également nécessaire lorsque le traitement a été interrompu depuis plusieurs jours, sous peine de voir réapparaitre ces effets indésirables.

Des précautions sont nécessaires en cas d'hémophilie ou d'hépatite B ou C.

Signalez à votre médecin l'apparition de bleus sans cause apparente.

Le traitement antiviral n'élimine pas le risque de transmission du VIH lors de rapports sexuels : vous devez continuer à prendre les mesures de protections appropriées (préservatifs).

Attention : conducteurConducteur : ce médicament peut être responsable de vertiges ou d'une baisse de la vigilance.

Interactions du médicament NORVIR avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec les médicaments contenant l'une des substances suivantes : amiodarone, bépridil, bupropion, cisapride, clozapine, dérivés de l'ergot de seigle, mépéridine, pimozide, piroxicam, propafénone, propoxyfène, quinidine, encaïnide, flécaïnide, rifabutine : risque accru d'effets indésirables.

L'association à certains somnifères ou sédatifs tels que le clorazépate, le diazépam, l'estazolam, le flurazépam, le midazolam et le triazolam est à éviter, en raison d'un risque de sédation importante et de dépression respiratoire.

L'association avec les produits de phytothérapie contenant du millepertuis est contre-indiquée, car elle diminue les concentrations du ritonavir.

Le ritonavir peut interagir avec de nombreux autres médicaments :
  • il diminue la dégradation de certains médicaments dont il augmente les concentrations, notamment certains hypocholestérolémiants de la famille des statines, les médicaments contenant l'une des substances suivantes : clarithromycine, inhibiteurs calciques, certains antidépresseurs (désipramine, imipramine, amitriptyline, nortriptyline, fluoxétine, paroxétine, sertraline), sildénafil, itraconazole, kétoconazole, alprazolam, zolpidem, acide fusidique , warfarine...

  • il accélère la dégradation d'autres médicaments dont il diminue l'efficacité : théophylline, sulfaméthoxazole, méthadone, péthidine.

L'effet de l'éthynilestradiol (contraceptif oral) est diminué. Un autre mode de contraception doit être envisagé pendant la durée du traitement.

Ne prenez aucun autre médicament sans prendre l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien.

La liste des médicaments susceptibles d'interagir n'est pas exhaustive et les recommandations vis-à-vis de l'association à certains médicaments doivent être modulées selon les situations et l'importance de ce traitement associé. Hormis certaines contre-indications formelles, une adaptation des doses est envisageable dans certains cas.

Des dosages sanguins pour certains médicaments et les antirétroviraux associés peuvent être très utiles pour adapter les doses.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu. Si une grossesse survient au cours du traitement, prévenez votre médecin.

Allaitement :

L'infection par le VIH contre-indique l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament NORVIR

Ce médicament doit être pris au cours des repas.

Le comprimé doit être avalé tel quel sans être ni mâché, ni coupé.

La poudre en sachet peut être versée directement dans une petite quantité d'aliment semi-liquide (compote de pommes ou crème dessert à la vanille) ou être mise en suspension dans un liquide (eau, lait chocolaté ou lait infantile). Pour cela, prélever 9,4 ml de liquide avec la seringue doseuse et le transvaser dans le godet. Ajouter la poudre, fermer le couvercle et secouer pendant 1 minute 30. Laisser ensuite reposer 10 minutes jusqu'à disparition des bulles. Le goût amer de la suspension buvable peut être atténué par du beurre de cacahuète, de la pâte à tartiner au chocolat ou du sirop de cassis pris immédiatement après l'administration de la dose.

Posologie usuelle :

Traitement comportant le ritonavir comme seule antiprotéase associée à d'autres antirétroviraux :

  • Adulte : 6 comprimés ou 6 sachets, matin et soir. Le traitement doit être instauré de façon progressive en débutant par 3 comprimés ou sachets de solution buvable, 2 fois par jour pendant 3 jours et augmenté par doses de 100 mg (1 comprimé ou 1 sachet), 2 fois par jour, sur une période n'excédant pas 14 jours.

  • Enfant de plus de 2 ans : la posologie est fonction du poids et de la taille de l'enfant, avec une augmentation progressive de la dose.

Le ritonavir est surtout utilisé à des doses plus faibles (sans recherche de l'effet antiviral de la molécule) pour optimiser l'effet d'une autre antiprotéase en augmentant ses concentrations sanguines, ce qui permet de diminuer le nombre des prises, ou lève certaines contraintes vis-à-vis de l'horaire des prises par rapport à l'alimentation.

Par exemple, chez l'adulte :
  • ritonavir 100 mg associé à de l'amprénavir 600 mg, 2 fois par jour ;

  • ritonavir 100 mg associé à de l'atazanavir 300 mg, 1 fois par jour ;

  • ritonavir 100 mg associé à du fosamprénavir 700 mg, 2 fois par jour ;

  • ritonavir 100 mg associé à du saquinavir 1000 mg, 2 fois par jour ;

  • ritonavir 200 mg associé à du tipranavir 500 mg, 2 fois par jour.

Conseils

Le traitement doit être pris tous les jours, de préférence au cours des repas ; veillez à toujours disposer d'une réserve de médicament.

La seringue doseuse doit être rincée à l'eau chaude et au liquide vaisselle juste après chaque utilisation. Vous évitez ainsi les dépôts de solution buvable qui gênent la lecture des graduations. La seringue doseuse doit être sèche avant utilisation.

L'activité d'un traitement antirétroviral est maximale si vous respectez strictement les doses et les modalités de prise. Dans le cas contraire, il existe un risque d'apparition de résistances virales qui peut compromettre l'efficacité des traitements ultérieurs.

Le traitement nécessite un suivi régulier pour s'assurer du bon contrôle de l'infection et prévenir la survenue de complications évolutives (notamment des infections opportunistes). Il est important de garder un contact régulier avec votre médecin traitant.

Conditions particulières de délivrance :

Ce médicament, disponible en ville et à l'hôpital, est un médicament à prescription restreinte : il doit être obligatoirement prescrit pour la première fois à l'hôpital (prescription initiale hospitalière annuelle).

La prescription peut être renouvelée par le médecin traitant (pour une durée maximale d'un an, si les examens sont satisfaisants) mais toute modification nécessite une nouvelle prescription hospitalière. Elle doit être renouvelée après 12 mois obligatoirement à l'hôpital.

La délivrance des antirétroviraux se fait sur la présentation des 2 ordonnances : la prescription initiale hospitalière datant de moins de 1 an et l'ordonnance de renouvellement du médecin de ville identique à cette dernière.

Effets indésirables possibles du médicament NORVIR

Fréquents en début de traitement, les effets indésirables du ritonavir régressent le plus souvent en quelques semaines. Il s'agit le plus souvent de :
  • diarrhées, nausées, vomissements, douleurs abdominales. Si ces troubles persistent et vous empêchent de boire en quantité suffisante, vous devez rapidement contacter votre médecin ;

  • irritation de la gorge, toux, sensation de bouche sèche, inflammation des muqueuses buccales, fourmillements du visage et des membres ;

  • fatigue, maux de tête, vertiges, somnolence, insomnie, anxiété, douleurs musculaires ;

  • éruptions cutanées, démangeaisons, sueurs.

Le traitement par ritonavir peut entraîner des perturbations du métabolisme des sucres et des graisses. Il peut également avoir une toxicité pour le foie (augmentation des transaminases) et le pancréas. Des prises de sang régulières sont nécessaires pendant la durée du traitement.

Une redistribution anormale des graisses peut être observée après plusieurs mois de traitement (lipodystrophie) avec les associations d'antirétroviraux, dont celles comportant des antiprotéases. Elle peut entraîner une augmentation de la taille de la poitrine, de l'abdomen, et de la région rétrocervicale (bosse de bison), et une diminution de la graisse périphérique des membres, des fesses et des joues.

Les risques de saignement peuvent être majorés chez les hémophiles.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

Les ruptures de stock déclarées à l’ANSM par les laboratoires pharmaceutiques ont pour origine des difficultés liées à la production de ces médicaments (illustration).

Ruptures de stock et remises à disposition en ville : DEPAKOTE, RIFATER, ARACYTINE, OZURDEX et LARGACTIL

Les spécialités à base d'alpha-amylase sont indiquées dans le traitement d'appoint des états congestifs de l'oropharynx (illustration).

MAXILASE et ALFA-AMYLASE BIOGARAN CONSEIL : attention aux risques de réactions d'hypersensibilité

La mitomycine C est une substance antinéoplasique et antibiotique extraite de Streptomyces caespitosus, une espèce d'actinobactéries (illustration @Wikimedia).

AMETYCINE et MITOMYCIN-C KYOWA : rappel de lots de grande envergure