En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

COMBIVIR

Mis à jour : Mardi 19 Septembre 2017

Antirétroviral

Dans quel cas le médicament COMBIVIR est-il prescrit ?

Ce médicament est une association d'antirétroviraux actifs sur les virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Ses deux composants appartiennent à la famille des inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI). En bloquant une enzyme du virus, la transcriptase inverse, il empêche sa reproduction dans les cellules infectées, sans toutefois permettre son élimination.

Il est utilisé dans le traitement de l'infection par le VIH, en association avec d'autres antirétroviraux.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament COMBIVIR

COMBIVIR : comprimé (blanc cassé) ; boîte de 60
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 180,91 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament COMBIVIR

p cp
Lamivudine150 mg
Zidovudine300 mg
Excipients : Amidon glycolate sodique, Cellulose microcristalline, Hypromellose, Macrogol 400, Magnésium stéarate, Polysorbate 80, Silice colloïdale, Titane dioxyde

Contre-indications du médicament COMBIVIR

Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas de troubles hématologiques sévères (taux très faibles de globules rouges ou de globules blancs).

Attention

Une diminution du nombre des globules rouges (anémie) ou de certains globules blancs (neutropénie) peut survenir au cours du traitement. Ce risque est accru lorsque certains médicaments sont associés (voir Interactions). Une surveillance régulière de la numération formule sanguine est proposée en début de traitement puis tous les 3 mois en moyenne en cas de bonne tolérance. Le traitement doit parfois être interrompu ou donné à plus faible dose. Ces anomalies régressent habituellement rapidement à l'arrêt du traitement.

Une inflammation du pancréas (pancréatite) peut survenir au cours du traitement. Contactez rapidement votre médecin si vous ressentez de fortes douleurs au ventre et dans le dos.

La zidovudine expose à un risque de complication rare mais grave : l'acidose lactique. Certains signes peuvent précéder sa survenue : manifestations digestives (nausées, vomissements, perte de l'appétit, douleurs abdominales, diarrhée), neuromusculaires (crampes ou douleurs musculaires, fourmillements des membres). Plus tardivement, apparaissent une altération de l'état général (fatigue importante, perte de poids) et des manifestations respiratoires (essoufflement). Il est donc important de consulter devant ses signes et d'effectuer une prise de sang comportant un dosage des lactates. L'aggravation de cette complication peut être brutale. Certains facteurs de risque sont signalés : l'obésité, le sexe féminin, certaines situations particulières (intervention chirurgicale, infection, grossesse), certains traitements associés (notamment le traitement d'une hépatite C par de la ribavirine et de l'interféron alpha).

Ce médicament comporte de la lamivudine qui a une activité antivirale contre le virus de l'hépatite B. De ce fait, en cas d'hépatite B chronique associée à l'infection VIH, une surveillance biologique renforcée est nécessaire après l'interruption du traitement (risque de réactivation de l'hépatite).

Des atteintes osseuses sont possibles avec les antirétroviraux, en particulier en cas de traitement corticoïde, d'obésité, de consommation excessive d'alcool ou de dépression du système immunitaire. Prenez un avis médical en cas de douleur de la hanche, du genou ou de l'épaule, de raideur articulaire ou des difficultés à vous déplacer.

Le traitement antiviral n'élimine pas le risque de transmission du VIH à d'autres personnes lors de rapports sexuels : vous devez continuer à prendre les mesures de protections appropriées (préservatifs).

Interactions du médicament COMBIVIR avec d'autres substances

Certains traitement doivent être évités ou justifient une surveillance renforcée du fonctionnement des reins : pentamidine, dapsone, pyriméthamine, cotrimoxazole, amphotéricine, flucytosine, ganciclovir, interféron, vincristine, vinblastine et doxorubicine.

En association avec d'autres médicaments antirétroviraux :

Ce médicament ne doit pas être pris avec un autre médicament contenant de la lamivudine ou un médicament contenant de l'emtricitabine.

L'association avec la stavudine n'est pas recommandée.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu. Si une grossesse survient au cours du traitement, prévenez votre médecin.

Les enfants nés de mère traitée avec ce médicament pendant la grossesse doivent faire l'objet d'un suivi médical renforcé.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel. Quelles que soient les circonstances, l'infection par le VIH contre-indique l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament COMBIVIR

Ce médicament peut être pris au cours ou en dehors des repas.

Les comprimés doivent être pris de préférence tels quels. Néanmoins, pour les personnes ayant du mal à avaler les comprimés, ceux-ci peuvent être écrasés et mélangés à une petite quantité de nourriture semi-solide ou de liquide, et pris immédiatement.

Posologie usuelle :

  • Adulte et adolescent au moins 30 kg : 1 comprimé, 2 fois par jour.

  • Enfant pesant entre 21 et 30 kg : 1/2 comprimé le matin et 1 comprimé le soir.

  • Enfant pesant entre 14 et 21 kg : 1/2 comprimé, 2 fois par jour.

Si une diminution de la posologie de l'une des deux substances actives est nécessaire, chaque composant (lamivudine ou zidovudine) est disponible sous forme non associée.

Les doses doivent être adaptées en cas d'insuffisance rénale ou d'insuffisance hépatique.

Conseils

Le traitement doit être pris tous les jours : veillez à toujours disposer d'une réserve de médicament.

L'activité d'un traitement antirétroviral est maximale si vous respectez strictement les doses et les modalités de prise. Dans le cas contraire, il existe un risque d'apparition de résistances virales qui peut compromettre l'efficacité des traitements ultérieurs.

Le traitement nécessite un suivi régulier pour s'assurer du bon contrôle de l'infection et prévenir la survenue de complications évolutives (notamment des infections opportunistes). Il est important de garder un contact régulier avec votre médecin traitant.

Conditions particulières de délivrance :

Ce médicament, disponible en ville et à l'hôpital, est un médicament à prescription restreinte : il doit être obligatoirement prescrit pour la première fois à l'hôpital (prescription initiale hospitalière annuelle). La prescription peut être renouvelée par le médecin traitant (pour une durée maximale d'un an, si les examens sont satisfaisants) mais toute modification nécessite une nouvelle prescription hospitalière. Elle doit être renouvelée après 12 mois obligatoirement à l'hôpital. La délivrance des antirétroviraux se fait sur la présentation des 2 ordonnances : la prescription initiale hospitalière datant de moins de 1 an et l'ordonnance de renouvellement du médecin de ville identique à cette dernière.

Effets indésirables possibles du médicament COMBIVIR

Très fréquents: nausées, maux de tête.

Fréquents : insomnie, toux, vomissements, diarrhées, douleur abdominales, douleur articulaire ou musculaire, éruption cutanée, chute de cheveux, fatigue, malaise, vertiges, anémie, baisse du nombre de globules blancs, de globules rouges ou de plaquettes, augmentation des transaminases.

Peu fréquents : essoufflement, ballonnement, augmentation du volume des seins.

Rares : pigmentation des ongles et de la peau, urticaire, altération du goût, fourmilllements, gynécomastie, anxiété, dépression, hépatite, inflammation du pancréas (pancréatite), acidose lactique (voir Attention).

Une redistribution anormale des graisses peut être observée après plusieurs mois de traitement (lipodystrophie) par la zidovudine. Elle peut entraîner une augmentation de la taille de la poitrine, de l'abdomen et de la nuque (bosse de bison), et une diminution de la graisse périphérique des membres, des fesses et des joues.

Une prise de poids ainsi qu'une augmentation des graisses et du glucose dans le sang ont été rapportées au cours d'un traitement antirétroviral.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (2)

Le 13/08/2011 à 19:54
avatar Modérateur
Modérateur
@SM : A priori, il n'est pas nécessaire d'arrêter le traitement sauf si des lésions de la peau apparaissent (plaques rouges, boutons, etc.). Si c'est le cas, consultez rapidement le service qui vous a prescrit ces médicaments mais n'arrêtez pas votre traitement d'urgence.

0 0
Le 13/08/2011 à 18:24
avatar Magnésium 2017
Magnésium 2017
Bonjour, je voudrais savoir s'il faut arrêter un traitement d'urgence de 5 jours quand il y a apparition de démangeaisons. Kit trithérapie Combivir et Kaletra ? Nous avons des avis contraires des médecins (arrêter ou continuer). Merci

0 1

Actualités

Les IEC et les ARA II sont formellement contre-indiqués aux 2e et 3e trimestres de la grossesse (illustration).

IEC et ARA II : un mésusage persistant pendant la grossesse

A partir du 17 octobre, l'un ou l'autre des pictogramme ci-dessus sera présent sur les boîtes des médicaments à risque pendant la grossesse.

Grossesse : les boîtes de médicaments à risque arborent le pictogramme "femmes enceintes"

HYALGAN est indiqué dans la prise en charge de la gonarthrose douloureuse avec épanchement (illustration).

Arthrose du genou : HYALGAN (acide hyaluronique) déremboursé à partir du 1er décembre 2017