En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

ZERIT

Mis à jour : Mardi 20 Juin 2017

Antiviral

Dans quel cas le médicament ZERIT est-il prescrit ?

Ce médicament est un antirétroviral actif sur le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Il appartient à la famille des inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse. En bloquant cette enzyme, il empêche la reproduction du virus dans les cellules infectées, sans toutefois permettre son élimination.

Il est utilisé chez les patients infectés par le VIH en association avec d'autres médicaments antirétroviraux, uniquement quand d'autres traitements ne peuvent être utilisés.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament ZERIT

ZERIT 20 mg : gélule (brun) ; boîte de 56
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 193,99 €.
ZERIT 30 mg : gélule (orange clair et foncé) ; boîte de 56
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 201,99 €.
ZERIT 40 mg : gélule (orange foncé) ; boîte de 56
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 209,33 €.
ZERIT 1 mg/ml : poudre pour suspension buvable ; flacon de 200 ml avec cuillère-mesure
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 52,54 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ZERIT

p gélp gél
Stavudine20 mg30 mg
p gélp ml
Stavudine40 mg1 mg
Excipient commun : Silicium dioxyde
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Acide sorbique, Amidon glycolate sodique, Carmellose sodique, Cellulose microcristalline, Cerise arôme, Eau purifiée, Encre noire, Fer oxyde, Gélatine, Lactose anhydre, Lactose monohydrate, Magnésium stéarate, P-hydroxybenzoate de méthyle, P-hydroxybenzoate de propyle, Potassium hydroxyde, Propylèneglycol, Saccharose, Shellac, Siméticone, Sodium laurylsulfate, Stéarate, Titane dioxyde

Attention

Ce médicament expose à un risque de complication rare mais grave : l'acidose lactique. Certains signes peuvent précéder sa survenue de quelques jours à quelques semaines : manifestations digestives (nausées, vomissements, perte de l'appétit, douleurs abdominales, diarrhée), neuromusculaires (crampes ou douleurs musculaires, fourmillements des membres). Plus tardivement, apparaissent une altération de l'état général (fatigue importante, perte de poids) et des manifestations respiratoires (essoufflement). Il est donc important de consulter devant ses signes et d'effectuer une prise de sang comportant un dosage des lactates. L'aggravation de cette complication peut être brutale. Certains facteurs de risque sont signalés : l'obésité, le sexe féminin, certaines situations particulières (intervention chirurgicale, infection, grossesse), certains traitements associés (notamment le traitement d'une hépatite C par de la ribavirine et de l'interféron alpha).

Des troubles de la sensibilité des membres (neuropathie périphérique) ont été observés en cours de traitement par la stavudine. Ce risque est plus important si vous avez des antécédents de neuropathie, et en cas de prise simultanée de certains médicaments (voir Interactions) ; dans ce cas une surveillance plus étroite du traitement est nécessaire. En cas d'apparition d'un engourdissement persistant, de fourmillements ou de sensations douloureuses ou de brûlures dans les pieds et les mains, consultez rapidement votre médecin. Les neuropathies périphériques liées à la stavudine peuvent disparaître si le traitement est arrêté rapidement, bien qu'une aggravation transitoire des symptômes soit parfois observée. En cas de survenue d'une neuropathie, l'arrêt définitif du traitement doit être envisagé.

Ce traitement nécessite une surveillance hépatique régulière (dosage des transaminases), surtout lorsqu'il existe un dysfonctionnement préexistant du foie. L'arrêt du médicament et de tout médicament potentiellement toxique pour le foie devra être envisagé en cas d'aggravation rapide de l'atteinte hépatique.

Une inflammation du pancréas (pancréatite) peut également survenir au cours du traitement. Ce risque est plus important si vous avez des antécédents de pancréatite, une consommation régulière et excessive d'alcool ou en cas de prise de certains médicaments (voir Interactions) ; dans ce cas une surveillance plus étroite du traitement est nécessaire. Si elle n'est pas diagnostiquée à temps, elle peut provoquer d'importantes douleurs au ventre et dans le dos, des nausées, des vomissements, et impose une hospitalisation. Contactez rapidement votre médecin si vous ressentez de telles manifestations.

Le traitement antiviral n'élimine pas le risque de transmission du VIH à d'autres personnes lors de rapports sexuels : vous devez continuer à prendre les mesures de protections appropriées (préservatifs).

Interactions du médicament ZERIT avec d'autres substances

La stavudine ne doit pas être associée à la zidovudine (action antagoniste).

L'association à la doxorubicine doit être évitée (inhibition de l'activation de la stavudine).

Les interactions avec d'autres médicaments sont mal connues, mais il paraît prudent d'éviter certaines associations ou d'effectuer une surveillance renforcée :
  • médicaments potentiellement toxiques pour le pancréas (pentamidine intraveineuse, zalcitabine) ;

  • médicaments potentiellement toxiques pour le système nerveux (thalidomide, didanosine, zalcitabine, isoniazide, carbamazépine, métronidazole, phénytoïne, ribavirine, nitrofurantoïne, dapsone, cisplatine, vincristine...) ;

  • ribavirine (possible diminution de l'effet antiviral de la stavudine).

Ne prenez pas d'autre médicament surtout de façon prolongée sans prendre l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Il n'existe pas d'étude clinique adéquate et bien contrôlée chez la femme enceinte, mais des anomalies congénitales ainsi que des avortements ont été rapportés. Des cas d'acidose lactique (voir Attention), parfois fatales, ont été observés chez des femmes enceintes après administration d'une association de didanosine et stavudine. Dans l'attente de données supplémentaires, ZERIT ne doit donc être administré durant la grossesse qu'après une observation attentive. Si une grossesse survient au cours du traitement, prévenez votre médecin.

Allaitement :

L'infection par le VIH contre-indique l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament ZERIT

Ce médicament doit être pris de préférence à jeun, c'est-à-dire au moins 1 heure avant les repas, mais si ceci est impossible, il peut être pris au cours d'un repas léger. Il peut également être administré en ouvrant avec précaution la gélule et en mélangeant le contenu avec les aliments.

Posologie usuelle :

  • Adulte de plus de 60 kg : 40 mg toutes les 12 heures.

  • Adulte de moins de 60 kg : 30 mg toutes les 12 heures.

  • Enfant et adolescent de plus de 30 kg : posologie adulte.

  • Nourrisson et enfant de plus de 14 jours et pesant moins de 30 kg : 1 mg par kg toutes les 12 heures.

  • Nourrisson de moins de 13 jours : 0,5 mg par kg toutes les 12 heures.

La dose est adaptée en cas d'insuffisance rénale.

La durée du traitement doit être la plus courte possible.

Conseils

Ce traitement doit être pris tous les jours : veiller à toujours disposer d'une réserve de médicament.

Les gélules doivent être conservées à une température inférieure à 30 °C. La suspension buvable doit être conservée avec le flacon fermé, entre 2 °C et 8 °C.

L'activité d'un traitement antirétroviral est maximale si vous respectez strictement les doses et les modalités de prise. Dans le cas contraire, il existe un risque d'apparition de résistances virales qui peut compromettre l'efficacité des traitements ultérieurs.

Le traitement nécessite un suivi régulier pour s'assurer du bon contrôle de l'infection et prévenir la survenue de complications évolutives (notamment des infections opportunistes). Il est important de garder un contact régulier avec votre médecin traitant.

Conditions particulières de délivrance :

Ce médicament est disponible en ville et à l'hôpital.

C'est un médicament à prescription restreinte : il doit être obligatoirement prescrit pour la première fois à l'hôpital (prescription initiale hospitalière annuelle). La prescription peut être renouvelée par le médecin traitant (pour une durée maximale d'un an, si les examens sont satisfaisants) mais toute modification nécessite une nouvelle prescription hospitalière. Elle doit être renouvelée après 12 mois obligatoirement à l'hôpital.

La délivrance des antirétroviraux se fait sur la présentation des 2 ordonnances : la prescription initiale hospitalière datant de moins de 1 an et l'ordonnance de renouvellement du médecin de ville identique à cette dernière.

Effets indésirables possibles du médicament ZERIT

De nombreux effets indésirables, parfois graves, ont été rapportés au cours des essais cliniques, sans que l'on puisse toujours déterminer le lien soit avec l'évolution clinique de l'infection par le VIH, soit avec les traitements associés.

Des troubles de la sensibilité des membres (neuropathie périphérique) ont été observés chez près de 20 % des patients traités par la stavudine (voir Attention).

Ce médicament expose à un risque de complication rare mais grave : l'acidose lactique (voir Attention).

Une redistribution anormale des graisses peut être observée après plusieurs mois de traitement (lipodystrophie) avec les associations d'antirétroviraux, dont celles comportant des antiprotéases. Elle peut entraîner une augmentation de la taille de la poitrine, de l'abdomen, et de la nuque (bosse de bison), et une diminution de la graisse périphérique des membres, des fesses et des joues. Cet effet indésirable a été plus fréquemment observé avec la stavudine qu'avec d'autres antirétroviraux.

Une inflammation du pancréas (pancréatite) peut survenir au cours du traitement (voir Attention).

Ce médicament peut également être responsable d'une hépatite, potentiellement grave ; il nécessite une surveillance régulière du fonctionnement du foie.

Parmi les très nombreux effets indésirables observés au cours des essais, certains sont apparus plus fréquents : maux de tête, frissons/fièvre, douleurs abdominales, fatigue, malaise, essoufflement, douleurs dorsales, syndrome grippal, diarrhées, nausées et vomissements, perte d'appétit, insomnie, dépression, anxiété, vertiges, éruption cutanée, sueurs, démangeaisons, douleurs musculaires ou articulaires. Ces effets indésirables étant de nature très variée, il est souhaitable de demander conseil à votre médecin traitant en cas de survenue de manifestations inhabituelles, afin de rechercher un lien éventuel avec la prise de ce médicament.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en téléchargeant le formulaire.

Commentaires (0)

Actualités

Ictère de la peau et des conjonctives chez un patient atteint d'hépatite A (illustration @CDC/Dr Thomas F. Sellers/Emory University)

Hépatite A : reprise partielle de la distribution du vaccin VAQTA 50 en ville

FENDRIX est un  vaccin contre l'hépatite B spécifiquement indiqué chez les sujets porteurs d'une insuffisance rénale chronique (illustration).

Hépatite B : mise à disposition du vaccin FENDRIX pour les patients en insuffisance rénale

La commercialisation du contraceptif estroprogestatif de 3e génération, TRIMINULET, est arrêtée (illustration).

TRI MINULET : arrêt de commercialisation depuis fin juin