En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

TRILIFAN RETARD

Mis à jour : Mardi 07 Avril 2009
Famille du médicament :

Neuroleptique

07/04/2009 : ce médicament est en arrêt de commercialisation. Il n’est plus disponible en pharmacie ou ne le sera bientôt plus.

Si vous devez prendre ce médicament, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui pourront vous conseiller un autre traitement.

Le document ci-dessous représente la dernière fiche publiée par Vidal concernant ce médicament et ne préjuge en rien des évolutions ayant pu survenir postérieurement à cette publication.

Dans quel cas le médicament TRILIFAN RETARD est-il prescrit ?

C'est un neuroleptique qui appartient à la famille chimique des phénothiazines. Il possède des effets atropiniques modérés, qui ne participent pas à son activité, mais qui expliquent certaines contre-indications et certains effets indésirables.

Il est utilisé dans le traitement de certains troubles psychiques (schizophrénie, certains types de psychoses...).

Présentations du médicament TRILIFAN RETARD

TRILIFAN RETARD 100 mg/ml : solution injectable IM huileuse ; boîte de 1 ampoule de 1 ml
Sur ordonnance (Liste I)

Composition du médicament TRILIFAN RETARD

p amp inj
Perphénazine énanthate100 mg

Contre-indications du médicament TRILIFAN RETARD

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament peut être responsable d'une baisse du nombre des globules blancs dans le sang. Des analyses doivent être réalisées rapidement en cas d'angine, d'ulcérations de la bouche ou de fièvre anormale, qui peuvent traduire cette anomalie sanguine.

En cas de survenue d'une fièvre inexpliquée associée à une raideur musculaire (qui pourraient être dues au médicament), ne poursuivez pas le traitement sans avis médical : risque de syndrome malin des neuroleptiques.

Ce médicament présente des effets atropiniques. Il peut provoquer un glaucome aigu chez les personnes prédisposées : œil rouge, dur et douloureux, avec vision floue. Une consultation d'extrême urgence auprès d'un ophtalmologiste est nécessaire.

Sauf cas exceptionnel, ce médicament ne doit pas être utilisé en cas de maladie de Parkinson.

Les situations favorisant les torsades de pointes doivent être signalées au médecin.

Des précautions sont requises en cas d'épilepsie, de maladie cardiaque, d'insuffisance hépatique, d'insuffisance rénale et chez la personne âgée, notamment en cas de constipation chronique, de tendance aux vertiges ou aux baisses de tension.

Évitez les boissons alcoolisées : augmentation du risque de somnolence.

Attention : conducteurCe médicament peut induire une somnolence parfois intense chez certaines personnes. Cette somnolence peut être augmentée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs. La conduite ou l'utilisation de machines dangereuses sont déconseillées.

Interactions du médicament TRILIFAN RETARD avec d'autres substances

La prise conjointe de neuroleptiques et de médicaments dopaminergiques est généralement contre-indiquée (risque d'annulation de leurs effets) ; cette association peut néanmoins être nécessaire chez certaines personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Il peut interagir avec les médicaments contenant du lithium, de la lévodopa ou de la guanéthidine.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez un antihypertenseur, un médicament atropinique, un sédatif ou certains pansements gastriques.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Si une grossesse survient pendant le traitement, consultez votre médecin. Il appréciera le risque éventuel lié à l'utilisation de ce médicament dans votre cas.

Si le traitement est poursuivi jusqu'à l'accouchement, une surveillance médicale du nouveau-né est nécessaire.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel : l'allaitement est déconseillé.

Mode d'emploi et posologie du médicament TRILIFAN RETARD

La solution injectable est administrée par voie intramusculaire, dans la fesse, en utilisant une seringue en verre.

Posologie usuelle :

  • Adulte : la posologie est strictement individuelle. 1 injection toutes les 2 ou 4 semaines.

Conseils

Dans le traitement de la schizophrénie et autres psychoses, les neuroleptiques permettent de contrôler efficacement la maladie, mais une modification ou un arrêt intempestif du traitement expose à une rechute grave.

Une prise de poids peut être observée au cours du traitement. Une alimentation équilibrée, et si nécessaire les conseils d'un nutritionniste, peuvent prévenir et limiter ce phénomène.

Effets indésirables possibles du médicament TRILIFAN RETARD

Somnolence, surtout en début de traitement.

Indifférence, réaction anxieuse, variation de l'humeur.

À forte dose, effets atropiniques : sécheresse de la bouche, constipation, troubles de l'accommodation, rétention d'urine.

Hypotension orthostatique.

Mouvements involontaires ou inadaptés, tics, pouvant survenir lors de la première prise (notamment en cas de surdosage) ou, plus tardivement, lors d'un traitement prolongé.

Raideur musculaire et difficultés à coordonner les mouvements.

Augmentation de la sécrétion de prolactine pouvant se traduire par : absence des règles, augmentation du volume des seins, écoulement de lait par le mamelon. Troubles sexuels.

Prise de poids, hyperglycémie.

Rarement : réaction allergique cutanée, photosensibilisation, troubles du rythme cardiaque (torsades de pointes), syndrome malin des neuroleptiques (voir Attention), agranulocytose (exceptionnelle).

Laboratoire Schering-Plough SAS

Actualités

ESMYA est indiqué dans la prise en charge de fibromes utérins (illustration).

ESMYA (ulipristal) : restriction des indications et mesures de réduction du risque d'atteintes hépatiques

Représentation en 3D de Streptococcus pneumoniae (illustration).

Vaccin PNEUMOVAX : mise à disposition exceptionnelle de seringues préremplies à péremption courte

L’amyotrophie spinale (ASA ou SMA) est une maladie neuromusculaire progressive d’origine génétique, caractérisée par une dégénérescence des motoneurones (illustration).

SPINRAZA (nusinersen) : risque d'hydrocéphalie communicante, non reliée à une méningite ou à une hémorragie