CIPROFLOXACINE ZYDUS

Mis à jour : Jeudi 14 Mai 2020
Famille du médicament :

Antibiotique de la famille des quinolones

Ce médicament est un générique de CIFLOX

Dans quel cas le médicament CIPROFLOXACINE ZYDUS est-il prescrit ?

Ce médicament est un antibiotique qui appartient à la famille des quinolones.

Il est utilisé dans le traitement de diverses maladies infectieuses, notamment :
  • des infections génitales à gonocoque,

  • des infections urinaires,

  • des infections intestinales, cutanées, osseuses et articulaires,

  • des infections chroniques des oreilles et des sinus,

  • des infections des poumons et des bronches.

Il est également utilisé dans la prévention des méningites à méningocoques et dans le traitement et la prévention des infections chez les adultes ayant une baisse importante du nombre de globules blancs dans le sang.

Il peut être également utilisé chez l'enfant dans le traitement des infections sévères, notamment des infections des poumons et des bronches chez les enfants fragiles.

Présentations du médicament CIPROFLOXACINE ZYDUS

CIPROFLOXACINE ZYDUS 250 mg : comprimé ; boîte de 12
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 6,55 €.
CIPROFLOXACINE ZYDUS 500 mg : comprimé sécable ; boîte de 12
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 8,91 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament CIPROFLOXACINE ZYDUS

p cpp cp
Ciprofloxacine250 mg500 mg
Excipients : Cellulose microcristalline, Crospovidone, Hypromellose, Macrogol 400, Magnésium stéarate, Silice colloïdale anhydre, Titane dioxyde

Contre-indications du médicament CIPROFLOXACINE ZYDUS

Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas d'allergie aux antibiotiques de la famille des quinolones.

Attention

Les antibiotiques de la famille des quinolones peuvent provoquer des lésions des tendons, parfois graves : toute douleur ou gonflement évoquant une tendinite doit vous conduire à arrêter le traitement et à consulter immédiatement votre médecin. Il jugera alors des mesures à prendre. Les lésions tendineuses peuvent survenir dès les premiers jours de traitement et jusqu'à plusieurs mois après son arrêt. Pensez à informer votre médecin si vous avez une activité sportive soutenue ou si vous prenez un traitement prolongé par corticoïde.

Les quinolones peuvent également être responsables d'une photosensibilisation : une exposition aux rayons ultraviolets (soleil, lampe à bronzer) peut provoquer des coups de soleil intenses. Évitez toute exposition au soleil ou en cabine de bronzage et n'omettez pas de signaler à votre médecin vos projets de vacances au soleil pendant la durée du traitement.

Une baisse de la vision ou l'apparition de tout autre trouble oculaire nécessitent un avis ophtalmologique en urgence.

Ne poursuivez pas le traitement sans avis médical en cas de perte d'appétit, de démangeaisons, de jaunisse, d'urines anormalement foncées : risque de troubles hépatiques potentiellement graves.

En cas d'infection génitale à gonocoque, le médecin prescrit un antibiogramme pour tester la sensibilité du germe à cet antibiotique. Si les symptômes persistent après 3 jours de traitement, un nouvel avis médical est nécessaire pour une éventuelle adaptation du traitement.

Des précautions sont nécessaires en cas d'antécédent de tendinite lors de l'utilisation d'une quinolone, d'insuffisance rénale, de myasthénie, de situations favorisant les torsades de pointes (hypokaliémie, anomalies de l'ECG, bradycardie par exemple), de déficit en G6PD, de dépression, de psychose ou d'antécédent de convulsions.

Attention : conducteurConducteur : ce médicament peut provoquer des troubles nerveux susceptibles d'altérer la vigilance.

Interactions du médicament CIPROFLOXACINE ZYDUS avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé aux médicaments contenant de la tinazidine (non commercialisés en France).

Il peut interagir avec les médicaments susceptibles de favoriser les torsades de pointes et les médicament contenant l'une des substances suivants : méthotrexate, théophylline, clozapine, olanzapine, ropinirole, duloxétine, agomélatine, pentoxifylline ou de la caféine.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez un anticoagulant oral ou un médicament contenant du probénécide, du sildénafil, du zolpidem ou de la ciclosporine.

Il est préférable de respecter un délai de 4 heures entre la prise de ce médicament et celle des pansements digestifs (contenant des sels d'aluminium, de magnésium ou de calcium) et un délai de 2 heures avec les médicaments contenant du fer, du zinc, du sucralfate ou de la didanosine.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu : seul votre médecin peut évaluer le risque éventuel de son utilisation dans votre cas.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel : l'allaitement est déconseillé.

Mode d'emploi et posologie du médicament CIPROFLOXACINE ZYDUS

Ce médicament peut être pris indifféremment au cours ou en dehors des repas.

En cas de prise en dehors des repas, il ne faut pas prendre cet antibiotique avec des produits laitiers (par exemple, lait, yaourt) ou des boissons enrichies en minéraux (notamment en calcium).

Posologie usuelle :

  • Adulte : 250 mg à 750 mg, matin et soir. La durée du traitement varie de 5 à 21 jours selon les infections.

En cas d'infection génitale à gonocoque : 500 mg, en une prise unique.

Conseils

Le médecin prescrit parfois un prélèvement pour identifier le germe responsable de l'infection et tester sa sensibilité aux antibiotiques. Le résultat de cet examen peut être faussé en cas d'automédication préalable : ne prenez pas d'antibiotiques sans avis médical.

En cas d'infection génitale, votre partenaire peut être contaminé sans présenter de symptôme. En l'absence de traitement conjoint, une recontamination est possible.

Il est recommandé de boire abondamment pendant le traitement, mais évitez d'absorber des quantités importantes de café ou de thé : ce médicament peut en augmenter ou en prolonger les effets.

Effets indésirables possibles du médicament CIPROFLOXACINE ZYDUS

Fréquents (1 à 10 % des patients) : nausées, diarrhée.

Peu fréquents (moins de 1 patient sur 100) : vomissements, douleurs abdominales, ballonnements, manque d'appétit, agitation, maux de tête, étourdissements, trouble du goût, douleurs musculaires ou articulaires, éruption cutanée, démangeaisons, urticaire, élévation des transaminases.

Rares (moins de 1 patient sur 1 000) : bourdonnements d'oreilles, perte d'audition, confusion des idées, anxiété, rêves anormaux, dépression, hallucinations, fourmillement des extrémités, engourdissements, convulsions, vertiges, trouble de la vision (vision double par exemple), essoufflement, modification de la glycémie, réaction allergique (œdème de Quincke), anomalie de la numération formule sanguine, photosensibilisation, tendinite, hépatite (voir Attention).

Très rares (moins de 1 patient sur 10 000) : migraine, troubles de la coordination, de la marche ou de l'odorat, troubles psychiques, idées suicidaires, choc anaphylactique, insuffisance rénale grave.

Fréquence indéterminée : réaction cutanée bulleuse potentiellement grave, troubles du rythme cardiaque (arythmie).

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

allergie

Réaction cutanée (démangeaisons, boutons, gonflement) ou malaise général apparaissant après un contact avec une substance particulière, l'utilisation d'un médicament ou l'ingestion d'un aliment. Les principales formes d'allergie sont l'eczéma, l'urticaire, l'asthme, l'œdème de Quincke et le choc allergique (choc anaphylactique). L'allergie alimentaire peut également se traduire par des troubles digestifs.

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

antibiotique

Substance capable de bloquer la multiplication de certaines bactéries ou de les tuer. Le spectre d'un antibiotique est l'ensemble des bactéries sur lesquelles ce produit est habituellement actif. Contrairement aux bactéries, les virus ne sont pas sensibles aux antibiotiques. Les premiers antibiotiques furent extraits de cultures de champignons : penicillium (pénicilline), streptomyces (streptomycine). Ils sont actuellement fabriqués par synthèse chimique. Les antibiotiques sont divisés en familles : pénicillines, céphalosporines, macrolides, tétracyclines (cyclines), sulfamides, aminosides, lincosanides, phénicolés, polymyxines, quinolones, imidazolés, etc.

Un usage inapproprié des antibiotiques peut favoriser l'apparition de résistances : n'utilisez un antibiotique que sur prescription médicale, respectez sa posologie et sa durée, ne donnez pas et ne conseillez pas à une autre personne un antibiotique que l'on vous a prescrit.

anticoagulant

Médicament qui empêche le sang de coaguler et qui prévient donc la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins.

Les anticoagulants sont utilisés pour traiter ou prévenir les phlébites, les embolies pulmonaires, certains infarctus. Ils permettent aussi d'empêcher la formation de caillots dans le cœur lors de troubles du rythme comme la fibrillation auriculaire ou en cas de valve cardiaque artificielle.

Il existe deux grand types d'anticoagulants :
  • les anticoagulants oraux, qui bloquent l'action de la vitamine K (antivitamine K, ou AVK) et dont l'efficacité est contrôlée par un dosage sanguin : l'INR (anciennement TP) ;

  • les anticoagulants injectables, dérivés de l'héparine, dont l'efficacité peut être contrôlée par le dosage sanguin de l'activité anti-Xa, le Temps de Howell (TH) ou le Temps de Cephalin Kaolin (TCK) suivant les produits utilisés. Un dosage régulier des plaquettes sanguines est nécessaire pendant toute la durée d'utilisation d'un dérivé de l'héparine.

bradycardie

Ralentissement de la fréquence des battements du cœur à moins de 60 par minute.

choc anaphylactique

Choc d'origine allergique se manifestant par une baisse brutale de la tension artérielle, due à une dilatation extrême des vaisseaux sanguins. Il survient après un contact avec une substance allergisante (aliment, piqûre d'insecte, injection ou absorption de médicament).

convulsions

Contractions involontaires limitées à quelques muscles ou généralisées à tout le corps. Elles sont dues à une souffrance ou à une stimulation excessive du cerveau : fièvre, intoxication, manque d'oxygène, lésion du cerveau. Les convulsions peuvent être dues à une crise d'épilepsie ou à une fièvre élevée chez le jeune enfant.

corticoïde

Substance proche de la cortisone. Les corticoïdes naturels, nécessaires au fonctionnement de l'organisme, sont fabriqués par les glandes surrénales. Les corticoïdes de synthèse, dérivés chimiques de la cortisone, sont utilisés comme anti-inflammatoires puissants.

dépression

Maladie associant le plus souvent un sentiment de fatigue, d'inutilité, de culpabilité, d'incapacité à accomplir les tâches quotidiennes. Une perte d'appétit et des troubles du sommeil sont fréquents. Les pulsions suicidaires sont l'un des signes de gravité de la dépression.

diarrhée

Le sens médical strict de diarrhée est « émission de selles trop fréquentes et trop abondantes ». En fait, le sens commun assimile la diarrhée à la notion de selles liquides et fréquentes. Normalement, les selles sont pâteuses, mais l'émission de selles liquides ou à peine formées, sans douleur ou trouble particulier associé, n'est pas pathologique. On peut parler de diarrhée lorsque les émissions de selles liquides se répètent dans la journée, et que les besoins sont impérieux ou douloureux.

Beaucoup de médicaments peuvent accélérer le transit intestinal et rendre les selles plus liquides, sans que cet effet indésirable soit réellement préoccupant.

Les antibiotiques peuvent altérer la flore digestive, indispensable à la digestion, et provoquer des diarrhées plus ou moins gênantes mais bénignes. L'effet apparaît immédiatement ou après quelques jours de traitement. Une forme de diarrhée grave et exceptionnelle, la colite pseudomembraneuse, peut être observée après un traitement antibiotique ; cette affection se traduit par l'émission de glaires et de fausses membranes (ressemblant à des lambeaux de peau) associées à des douleurs abdominales ; une constipation peut remplacer la diarrhée initiale. La colite pseudomembraneuse peut survenir plusieurs jours après l'arrêt du traitement antibiotique et nécessite un avis médical urgent.

ECG

Électrocardiogramme, enregistrement de la fonction cardiaque.

éruption cutanée

Apparition de boutons ou de plaques sur la peau. Ces lésions peuvent être dues à un aliment, à un médicament, et traduire une allergie ou un effet toxique. De nombreux virus peuvent également provoquer des éruptions de boutons : celles de la rubéole, de la roséole et de la rougeole sont les plus connues.

G-6-PD (déficit en)

Abréviation de glucose-6-phosphate-déshydrogénase, enzyme normalement présente dans le globule rouge. Son absence congénitale (déficit) est responsable d'une maladie nommée favisme ; elle interdit l'emploi de certains médicaments.

germe

Terme général qui désigne tous les organismes microscopiques susceptibles de provoquer une infection : bactéries, virus, parasites, champignons.

globule blanc

Cellule présente dans le sang. Il en existe différents types : les polynucléaires neutrophiles, qui augmentent lors des infections ; les polynucléaires éosinophiles, dont le nombre est élevé chez les personnes allergiques ou en cas de parasitose ; les polynucléaires basophiles ; les lymphocytes et monocytes, dont le nombre s'élève en cas d'infection virale ou d'atteinte de la moelle osseuse.

gonocoque

Bactérie responsable de la blennorragie, transmise par voie sexuelle.

hépatite

Inflammation du foie. Elle peut être due à un médicament, à un virus, à l'alcool ou à une autre cause.

Les hépatites virales guérissent généralement sans traitement. Contrairement aux hépatites A et E presque toujours bénignes, les hépatites B et C peuvent devenir chroniques : le virus persiste dans l'organisme du malade qui reste contagieux mais ne souffre pas obligatoirement de troubles hépatiques. L'hépatite chronique est dite active lorsque le virus continue à détruire les cellules du foie, destruction traduite par l'augmentation des transaminases dans le sang.

hypokaliémie

Baisse de la kaliémie (taux de potassium dans le sang) pouvant provoquer des troubles du rythme cardiaque. La prise régulière de laxatifs stimulants ou de certains diurétiques est fréquemment responsable d'hypokaliémie.

insuffisance rénale

Incapacité des reins à éliminer les déchets ou les substances médicamenteuses. Une insuffisance rénale avancée ne se traduit pas forcément par une diminution de la quantité d'urine éliminée. Seuls une prise de sang et le dosage de la créatinine peuvent révéler cette maladie.

méningite

Inflammation due le plus souvent à une infection des enveloppes externes du cerveau appelées méninges. Les méningites peuvent être dues à un virus ; leur évolution est le plus souvent favorable. Certaines bactéries, telles que le méningocoque, l'Haemophilus influenzae de type b, peuvent être responsables de méningites graves susceptibles de laisser des séquelles. Il faut penser à une méningite en cas de mal de tête permanent avec des nausées, une forte fièvre et un état de prostration inhabituel chez un enfant : un examen médical urgent est alors nécessaire. Heureusement, dans la majorité des cas, il s'agit d'une grippe banale.

méningocoque

Bactérie responsable de méningites graves qui peuvent être prévenues par une vaccination.

myasthénie

Maladie des muscles se traduisant par une fatigabilité anormale pendant l'effort. Il existe des formes de myasthénie plus ou moins graves.

numération formule sanguine

La numération mesure le nombre de globules rouges (hématies), de globules blancs (leucocytes) et de plaquettes dans le sang. La formule sanguine précise le pourcentage des différents globules blancs : neutrophiles, éosinophiles, basophiles, lymphocytes, monocytes.

Abréviation : NFS.

photosensibilisation

Sensibilité anormale de la peau à la lumière ou aux rayons ultraviolets, due à un médicament ou à une substance naturelle ou chimique.

psychose

Maladie mentale que le malade n'est pas capable de reconnaître en tant que telle. Le psychotique n'est pas conscient de sa maladie, contrairement à la personne atteinte de névrose, qui a la capacité de se rendre compte de l'existence d'un trouble.

Quincke (œdème de)

Réaction allergique touchant généralement le visage. L'œdème de Quincke se traduit par un gonflement parfois spectaculaire. Les paupières sont souvent les premières touchées. Dans les rares cas où l'œdème touche la gorge, des troubles respiratoires peuvent survenir et un traitement urgent est nécessaire.

quinolones

Famille d'antibiotiques utilisés dans le traitement des infections urinaires, génitales, gastro-intestinales, respiratoires, etc. Elle contient, entre autres, la péfloxacine, la ciprofloxacine, l'ofloxacine et la sparfloxacine. Également appelés fluoroquinolones, ces antibiotiques sont efficaces sur un grand nombre de germes. Leur usage est contre-indiqué chez les femmes enceintes, chez celles qui allaitent et chez les enfants du fait de leur possible toxicité sur la croissance des cartilages.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

sinus

Cavités osseuses de la face communiquant avec les fosses nasales.

symptôme

Trouble ressenti par une personne atteinte d'une maladie. Un même symptôme peut traduire des maladies différentes et une même maladie ne donne pas forcément les mêmes symptômes chez tous les malades.

tendinite

Inflammation des tendons, qui provoque une douleur lors de certains mouvements. Les tendinites les plus courantes affectent les tendons du coude (tennis-elbow) et le tendon d'Achille.

torsades de pointes

Trouble du rythme cardiaque grave, favorisé par :

  • une hypokaliémie ou des situations la favorisant : diarrhées importantes et prolongées, usage répété de laxatif stimulant, etc.,

  • un cœur trop lent,

  • une prédisposition visible sur l'électrocardiogramme,

  • la prise de certains médicaments.

Les principaux médicaments susceptibles de provoquer des torsades de pointes sont les suivants : quinidine, hydroquinidine, disopyramide, amiodarone, sotalol, ibutilide, certains neuroleptiques (amisulpride, chlorpromazine, cyamemazine, dropéridol, flupentixol, fluphéenazine, halopéridol, lévomépromazine, pimozide, pipampérone, pipotiazine, sulpiride, tiapride, zuclopenthixol), cisapride, citalopram, escitalopram, diphémanil, dompéridone, hydroxyzine, chloroquine, halofantrine, mizolastine, pentamidine, moxifloxacine, érythromycine (voie IV), spiramycine.

transaminases

Enzymes dosées dans le sang, dont le taux s'élève lors de certaines hépatites. Elles figurent dans les analyses de sang sous le nom de SGOT et SGPT ou ASAT et ALAT.

ultraviolet

Les rayons ultraviolets sont des radiations émises naturellement par le soleil ou artificiellement par certaines lampes. On distingue les UV A et les UV B. Les UV B, de courte longueur d'onde, sont arrêtés dans les couches les plus externes de la peau. Ils sont responsables de brûlures (coups de soleil). Les UV A, de longueur d'onde plus importante, pénètrent profondément et atteignent le derme. Ils induisent la pigmentation (bronzage). L'exposition intense et répétée aux UV cause un vieillissement prématuré de la peau et augmente le risque de cancer cutané.

Abréviation : UV.