En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

RISPERDALCONSTA LP

Mis à jour : Mardi 19 Septembre 2017

Neuroleptique atypique

Dans quel cas le médicament RISPERDALCONSTA LP est-il prescrit ?

Ce médicament est antipsychotique de la famille des neuroleptiques dit atypiques. Certains de ses effets indésirables sont moins marqués que ceux des neuroleptiques classiques plus anciens.

Il est utilisé dans le traitement d'entretien de la schizophrénie, chez les patients stabilisés par un traitement oral.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament RISPERDALCONSTA LP

RISPERDALCONSTA LP 25 mg/2 ml : préparation pour suspension injectable à libération prolongée IM ; flacon de poudre + seringue préremplie de 2 ml
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 101,25 €.
RISPERDALCONSTA LP 37,5 mg/2 ml : préparation pour suspension injectable à libération prolongée IM ; flacon de poudre + seringue préremplie de 2 ml
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 130,58 €.
RISPERDALCONSTA LP 50 mg/2 ml : préparation pour suspension injectable à libération prolongée IM ; flacon de poudre + seringue préremplie de 2 ml
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 159,93 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament RISPERDALCONSTA LP

p flp flp fl
Rispéridone25 mg37,5 mg50 mg
Excipients : Acide citrique anhydre, Carmellose sodique, Eau ppi, Phosphate disodique dihydrate, Polymère DL-lactide coglycolide, Polysorbate 20, Sodium chlorure, Sodium hydroxyde

Attention

En cas de survenue d'une fièvre inexpliquée associée à une raideur musculaire (qui pourraient être dues au médicament), ne poursuivez pas le traitement sans avis médical : risque de syndrome malin des neuroleptiques.

Des précautions sont nécessaires dans les situations favorisant les torsades de pointes et en cas de maladies cardiovasculaires, de maladie de Parkinson ou d'épilepsie.

Évitez les boissons alcoolisées : augmentation du risque de somnolence.

Attention : conducteurCe médicament peut induire une somnolence, parfois intense chez certaines personnes. Cette somnolence peut être augmentée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs. La conduite et l'utilisation de machines dangereuses sont déconseillées, surtout dans les heures qui suivent la prise du médicament.

Interactions du médicament RISPERDALCONSTA LP avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec les médicaments contenant de la cabergoline ou du quinagolide : risque d'annulation de leurs effets.

Il peut interagir avec la lévodopa et les médicaments dopaminergiques utilisés dans le traitement de la maladie de Parkinson.

Informez votre médecin si vous prenez par ailleurs un sédatif, un antihypertenseur, un bêtabloquant ou un médicament contenant de la carbamazépine, de la fluoxétine ou de la paroxétine.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Si une grossesse survient pendant le traitement, consultez votre médecin. Il appréciera le risque éventuel lié à l'utilisation de ce médicament dans votre cas. Si le traitement est poursuivi jusqu'à l'accouchement, une surveillance médicale du nouveau-né est nécessaire.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel ; un choix est donc nécessaire entre l'allaitement et la prise du médicament. Cette décision devra être prise en accord avec votre médecin.

Mode d'emploi et posologie du médicament RISPERDALCONSTA LP

La suspension est injectée par voie intramusculaire, dans le muscle fessier ou dans l'épaule (muscle deltoïde).

Posologie usuelle :

  • Adulte : 1 injection toutes les 2 semaines. La dose injectée est fonction du traitement oral précédent. Des doses plus faibles sont nécessaires en cas d'insuffisance rénale ou hépatique et chez la personne âgée.

Conseils

En raison du délai d'action de la suspension injectable, un traitement oral doit être poursuivi pendant les 3 semaines qui suivent la première injection.

Dans le traitement de la schizophrénie et autres psychoses, les neuroleptiques permettent de contrôler efficacement la maladie, mais une modification ou un arrêt intempestif du traitement expose à une rechute grave.

Une prise de poids peut être observée au cours du traitement. Une alimentation équilibrée, et si nécessaire les conseils d'un nutritionniste, peuvent prévenir et limiter ce phénomène.

Ce médicament doit être conservé au réfrigérateur entre + 2 °C et + 8 °C.

Effets indésirables possibles du médicament RISPERDALCONSTA LP

Prise de poids, dépression, fatigue.

Hypotension orthostatique.

Plus rarement :
  • perte de poids, nervosité, troubles du sommeil, difficultés de concentration, troubles de la vision, hypotension orthostatique, malaise, éruption cutanée, démangeaisons, œdème, réaction au site d'injection

  • augmentation de la sécrétion de prolactine pouvant se traduire par : troubles sexuels, absence de règles, écoulement de lait par le mamelon ;

  • mouvements ou grimaces involontaires, tremblements, raideur anormale ;

  • syndrome malin des neuroleptiques, troubles du rythme cardiaque.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

A partir du 17 octobre, l'un ou l'autre des pictogramme ci-dessus sera présent sur les boîtes des médicaments à risque pendant la grossesse.

Grossesse : les boîtes de médicaments à risque arborent le pictogramme "femmes enceintes"

HYALGAN est indiqué dans la prise en charge de la gonarthrose douloureuse avec épanchement (illustration).

Arthrose du genou : HYALGAN (acide hyaluronique) déremboursé à partir du 1er décembre 2017

Les premiers résultats de l'enquête de pharmacovigilance de l'ANSM montrent une forte hausse des signamenets d'effets indésirables en juillet et en août (section d'un graphe reproduit ci-dessous).

LEVOTHYROX : premiers résultats de l'enquête de pharmacovigilance de l'ANSM, des zones d'ombre persistent