ACTISKENAN

Mis à jour : Mardi 18 Juin 2019
Famille du médicament :

Morphine

Dans quel cas le médicament ACTISKENAN est-il prescrit ?

Ce médicament est un antalgique puissant qui contient de la morphine. Il combat la douleur en agissant directement sur le cerveau. Il agit rapidement mais son effet s'estompe en quelques heures.

Il est utilisé dans le traitement des douleurs rebelles, notamment des douleurs cancéreuses.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament ACTISKENAN

ACTISKENAN 5 mg : gélule (bleu clair transparent) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 1,84 €.
ACTISKENAN 10 mg : gélule (rouge transparent) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 2,26 €.
ACTISKENAN 20 mg : gélule (bleu foncé transparent) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 3,85 €.
ACTISKENAN 30 mg : gélule (vert transparent) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 5,71 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ACTISKENAN

p gélp gél
Morphine sulfate5 mg10 mg
p gélp gél
Morphine sulfate20 mg30 mg
Excipients communs : Gélatine, Hypromellose, Microgranules neutres, Saccharose, Talc
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Azorubine, Bleu patenté V, Indigotine, Jaune de quinoléine

Contre-indications du médicament ACTISKENAN

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • insuffisance respiratoire grave ;

  • insuffisance hépatique grave ;

  • épilpesie non stabilisée par un traitement ;

  • en association avec les antalgiques contenant de la buprénorphine, de la nalbuphine ou de la pentazocine ;

  • enfant de moins de 6 mois ;

  • allaitement (en cas de traitement prolongé).

Attention

Ce médicament est principalement adapté au traitement des formes aiguës de douleurs rebelles. Il peut également être utilisé pour compléter l'action des antalgiques morphiniques à libération prolongée.

Des précautions sont nécessaires en cas d'insuffisance rénale, d'hypertension intracrânienne et chez les personnes âgées, notamment en cas d'adénome de la prostate.

Attention : conducteurCe médicament peut induire une somnolence parfois intense chez certaines personnes. Cette somnolence peut être augmentée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs. La conduite ou l'utilisation de machines dangereuses sont déconseillées.

Attention : sportifSportif : ce médicament contient une substance susceptible de rendre positifs certains tests antidopage.

Interactions du médicament ACTISKENAN avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé aux médicaments contenant de la pentazocine ou de la nalbuphine de la buprénorphine (TEMGÉSIC, SUBUTEX et ses génériques) : diminution de l'effet antalgique de la morphine.

Informez votre médecin si vous prenez des médicaments sédatifs (tranquillisants, somnifères, antidépresseurs, neuroleptiques...) ; ils peuvent augmenter le risque de somnolence.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'utilisation de la morphine et de ses dérivés ne doit être envisagée chez la femme enceinte qu'en cas d'absolue nécessité, en effet :
  • une insuffisance respiratoire peut survenir chez le nouveau-né d'une mère traitée par des doses élevées, même si le traitement est ponctuel mais précède de peu l'accouchement ;

  • un syndrome de sevrage, à l'inverse, peut concerner des nouveau-nés si leur mère reçoit un traitement régulier, même à faible dose. L'enfant souffre alors d'irritabilité, de vomissements, voire de convulsions.

Il est donc important de signaler à l'obstétricien la prise éventuelle de morphinique, afin que ces risques puissent être prévenus par une surveillance et un éventuel traitement adapté.

Allaitement :

La morphine passe dans le lait maternel : l'allaitement est contre-indiqué en cas de traitement prolongé. Une prise unique ne pose pas de problème.

Mode d'emploi et posologie du médicament ACTISKENAN

Les gélules ne doivent pas être croquées mais avalées avec un peu d'eau. Elles peuvent également être ouvertes et leur contenu mélangé à des aliments semi-liquides (purée, yaourt...).

Posologie usuelle :

  • Adulte et enfant de plus de 6 mois : la posologie, strictement individuelle, est adaptée progressivement par le médecin en fonction de l'intensité de la douleur et des médicaments éventuellement associés.

Conseils

La morphine et les médicaments apparentés ne sont pas réservés aux douleurs des cancéreux ; ils sont aussi utilisés dans le traitement de courte durée des fortes douleurs pouvant faire suite à une fracture, une intervention chirurgicale, un infarctus du myocarde...

La prescription de morphine et de substances apparentées (stupéfiants) est rédigée par le médecin sur une ordonnance sécurisée.

La durée de validité de l'ordonnance est limitée à 28 jours.

Respectez la posologie et la durée de traitement prescrites par votre médecin. Mais si le traitement paraît insuffisant, n'hésitez pas à reprendre contact avec lui.

Effets indésirables possibles du médicament ACTISKENAN

Fréquemment : somnolence, nausées, vomissements qui souvent régressent spontanément ; constipation qui nécessite la prise d'un traitement laxatif régulier.

Plus rarement : confusion des idées, excitation, cauchemars (notamment chez la personne âgée), difficulté respiratoire, difficulté à uriner, hypertension intracrânienne.

Ce médicament contient de la morphine et expose à un risque de dépendance. Ce risque est très faible par voie orale, dans les conditions d'utilisation médicale.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

adénome de la prostate

Augmentation du volume de la prostate, glande située sous la vessie de l'homme. Cette augmentation de volume est bénigne, n'a aucun rapport avec un cancer, mais peut gêner le passage des urines dans le canal (urètre) qui traverse la glande.

Les symptômes qui font évoquer la présence d'un adénome de la prostate sont :
  • une difficulté à uriner (lenteur, faiblesse du jet) ;

  • le besoin de se lever plusieurs fois la nuit pour uriner ;

  • des envies d'uriner impérieuses et difficiles à contrôler.

Certains médicaments, les atropiniques notamment, peuvent avoir pour effet indésirable d'aggraver la gêne et peuvent conduire à un blocage total de l'évacuation de la vessie. Ils sont donc contre-indiqués ou doivent être utilisés prudemment chez les hommes présentant les symptômes décrits ci-dessus.

alcool

Nom général désignant une famille de substances qui ont la propriété de pouvoir être mélangées à l'eau et aux corps gras. L'alcool le plus courant est l'alcool éthylique (éthanol), mais il existe de nombreux autres alcools : méthanol, butanol, etc. Le degré d'une solution alcoolique correspond au volume d'alcool pur présent dans 100 ml de solution, en sachant que 1 verre ballon de vin ou 1 demi de bière (25 cl) contiennent environ 8 g d'alcool.

Lorsque l'alcool est utilisé comme antiseptique, un dénaturant d'odeur désagréable lui est souvent ajouté pour éviter qu'il soit bu. Contrairement à une croyance répandue, l'alcool à 70o (ou même à 60o) est un meilleur antiseptique que l'alcool à 90o.

antalgique

Médicament qui agit contre la douleur. Les antalgiques agissent soit directement sur les centres de la douleur situés dans le cerveau, soit en bloquant la transmission de la douleur au cerveau.

Synonyme : analgésique.

antidépresseur

Médicament qui agit contre la dépression. Certains antidépresseurs sont également utilisés pour combattre les troubles obsessionnels compulsifs, l'anxiété généralisée, certaines douleurs rebelles, l'énurésie, etc.

En fonction de leur mode d'action et de leurs effets indésirables, les antidépresseurs sont divisés en différentes familles : les antidépresseurs imipraminiques, les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, les IMAO (sélectifs ou non sélectifs). Enfin, d'autres antidépresseurs n'appartiennent à aucune de ces familles, car ils possèdent des propriétés originales.

Le mode d'action des antidépresseurs comporte deux aspects principaux : le soulagement de la souffrance morale et la lutte contre l'inhibition qui enlève toute volonté d'action au déprimé. Il arrive qu'un décalage survienne entre ces deux effets : la souffrance morale peut persister, alors que la capacité d'action réapparaît. Pendant cette courte période, le risque suicidaire présent chez certains déprimés peut être accru. Le médecin en tient compte dans sa prescription (association éventuelle à un tranquillisant) et celle-ci doit être impérativement respectée.

dépendance

Besoin psychique ou physique entraîné par la prise de certaines substances naturelles ou médicamenteuses. Cet état peut s'accompagner, à l'arrêt des prises, de symptômes variés, regroupés sous le terme de syndrome de sevrage.

épilepsie

Maladie chronique survenant par crises, liée à une anomalie de l'activité électrique d'un groupe de cellules cérébrales. Ses manifestations, d'intensité variable, vont de la chute brutale de l'attention (absences, ou petit mal) à la perte de conscience accompagnée de mouvements musculaires anormaux (convulsions, ou grand mal). L'épilepsie partielle, comme son nom l'indique, ne concerne pas la totalité du corps : les mouvements saccadés ne touchent qu'un ou plusieurs groupes musculaires.

hypertension intracrânienne

Excès de pression à l'intérieur de la boîte crânienne, dû à un hématome, un œdème, ou une tumeur du cerveau. Cette affection rare est diagnostiquée par un examen ophtalmologique du fond de l'œil. La douleur de l'hypertension intracrânienne, intense, permanente et durable, ne doit pas être confondue avec un banal mal de tête ou une migraine, qui cèdent généralement en quelques heures ou jours.

infarctus du myocarde

Destruction d'une partie du muscle cardiaque (myocarde), privé de sang par obstruction de ses artères.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

insuffisance respiratoire

Incapacité des poumons à oxygéner correctement le sang et à éliminer le gaz carbonique en excès.

libération prolongée

Procédé de fabrication d'un médicament, qui permet une libération lente et progressive des substances actives dans l'organisme.

Abréviation : LP.

morphine

Substance extraite du pavot (opium). La morphine a des propriétés sédatives et antalgiques puissantes. Son usage expose à un risque de dépendance.

neuroleptique

Famille de médicaments utilisés dans le traitement de certains troubles nerveux ou de symptômes divers : troubles digestifs, troubles de la ménopause, etc.

posologie

Quantité et répartition de la dose d'un médicament en fonction de l'âge, du poids et de l'état général du malade.

sédatif
  • Qui apaise, qui calme.

  • Médicament appartenant à différentes familles : anxiolytiques, hypnotiques, antalgiques, antitussifs, antiépileptiques, neuroleptiques, etc. mais aussi antidépresseurs, antihistaminiques H1, antihypertenseurs. Un sédatif peut être responsable de somnolence et augmenter les effets de l'alcool.

stupéfiant

Médicament particulièrement susceptible d'être détourné de son usage par un toxicomane. Il ne peut être prescrit que sur une ordonnance sécurisée.

Cette ordonnance a une validité de 7 jours (parfois 14 ou 28 jours).

D'autres médicaments obéissent à des règles de délivrance particulière : les médicaments d'exception et les médicaments à prescription restreinte (voir ces termes).

syndrome de sevrage

Réaction due à la privation brutale d'une substance (médicament, toxique, alcool, etc.) à laquelle l'organisme a été habitué. Certains médicaments pris pendant la grossesse peuvent provoquer cette réaction chez le nouveau-né. Une forme particulière de syndrome de sevrage est le manque ressenti par les toxicomanes lorsqu'ils sont privés de drogue.

test antidopage

Les sportifs peuvent être soumis à des tests destinés à détecter la présence dans leurs urines de substances dopantes ou de leurs dérivés. Le Comité international olympique et le ministère de la Santé et des Sports tiennent à jour une liste des substances considérées comme dopantes. Ces substances sont très variées : hormones anabolisantes qui développent les muscles, excitants qui augmentent la vigilance, bêtabloquants qui ralentissent le cœur et, par exemple, permettent aux tireurs à l'arc de décocher leur flèche entre deux battements cardiaques, etc. Certains médicaments tels que les crèmes, les gouttes auriculaires, contiennent des substances considérées comme dopantes, mais la probabilité pour que ces substances passent dans le sang et soient retrouvées dans les urines est très faible. Dans le doute, l'éventualité d'une réaction positive est mentionnée pour chaque médicament lorsqu'une substance dopante est présente dans sa composition. Il appartient au sportif de décider avec son médecin s'il peut utiliser ou non un tel médicament.