ACIDE ALENDRONIQUE EG

Mis à jour : Jeudi 14 Mai 2020
Famille du médicament :

Biphosphonate

Ce médicament est un générique de FOSAMAX

Dans quel cas le médicament ACIDE ALENDRONIQUE EG est-il prescrit ?

Ce médicament appartient à la famille des biphosphonates. Il agit en bloquant les cellules qui détruisent l'os et en luttant contre la déminéralisation. Des études ont montré qu'il diminue le risque de fractures vertébrales et de la hanche dues à l'ostéoporose.

Il est utilisé dans le traitement de l'ostéoporose chez la femme ménopausée.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament ACIDE ALENDRONIQUE EG

ACIDE ALENDRONIQUE EG 70 mg : comprimé ; boîte de 4
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 9,19 €.
ACIDE ALENDRONIQUE EG 70 mg : comprimé ; boîte de 12
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 27,29 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ACIDE ALENDRONIQUE EG

p cp
Acide alendronique70 mg
Lactose+
Excipients : Cellulose microcristalline, Croscarmellose sel de Na, Lactose monohydrate, Magnésium stéarate

Contre-indications du médicament ACIDE ALENDRONIQUE EG

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • maladie de l'œsophage susceptible de provoquer un blocage du comprimé avant sa descente dans l'estomac,

  • incapacité de se tenir debout ou en position assise vvverticale pendant au moins 30 minutes,

  • hypocalcémie.

Attention

Ce médicament peut être irritant pour la bouche ou l'œsophage, il est important :
  • de ne pas croquer ou sucer le comprimé ;

  • de prendre le comprimé en position assise ou debout, avec un grand verre d'eau ;

  • de ne pas s'allonger dans la demi-heure qui suit la prise.

Son utilisation est contre-indiquée chez les personnes qui ne peuvent pas suivre ces recommandations.

Signalez au médecin l'apparition de troubles digestifs comme des brûlures d'estomac, des acidités, ou des brûlures derrière le sternum.

Une atteinte des os de la mâchoire pouvant entraîner la perte des dents a été rapportée chez certaines personnes prenant des biphosphonates. Un examen dentaire et des soins préventifs peuvent être nécessaires avant de débuter le traitement, notamment en cas d'antécédent de chimiothérapie anticancéreuse, de radiothérapie, ou de prise de corticoïdes. Informez rapidement votre médecin de la survenue de douleurs dentaires, de gonflement des gencives ou de mobilité des dents

Des fractures inhabituelles du fémur ont été observées chez des patients traités par biphosphonate, principalement lors de traitement prolongé. En cas de douleur, faiblesse ou gêne persistante dans la cuisse, la hanche ou l'aine, contactez sans tarder votre médecin.

En raison du manque de données, ce médicament n'est pas recommandé en cas d'insuffisance rénale grave.

Interactions du médicament ACIDE ALENDRONIQUE EG avec d'autres substances

Ce médicament peut aggraver les troubles gastriques provoqués par l'aspirine, l'ibuprofène ou les autres AINS.

Les autres médicaments (surtout les pansements digestifs ou ceux contenant du calcium) doivent être absorbés au moins une demi-heure après la prise de ce médicament.

Fertilité, grossesse et allaitement

Ce médicament n'a pas d'indication chez la femme non ménopausée.

Mode d'emploi et posologie du médicament ACIDE ALENDRONIQUE EG

Le comprimé doit être pris avec un grand verre d'eau (eau du robinet ou eau minérale pauvre en calcium et en magnésium), en position assise ou debout, au moins une demi-heure avant l'absorption du petit-déjeuner (ou du déjeuner chez les femmes qui ne mangent pas le matin).

Il ne doit jamais être pris au coucher ou avant le lever.

Posologie usuelle :

  • Adulte : 1 comprimé à 70 mg par semaine, à prendre toujours le même jour de la semaine. En cas d'oubli d'un comprimé, prendre 1 comprimé le lendemain matin du jour du constat de l'oubli, et prendre le comprimé suivant le jour de la prise initialement choisi. Ne pas prendre 2 comprimés le même jour.

Conseils

Pendant toute la durée du traitement, des apports de calcium sont nécessaires, soit par l'alimentation (produits laitiers), soit par un traitement conjoint spécifique.

Des exercices physiques réguliers, adaptés à l'âge et à la condition physique, contribuent à limiter l'évolution de l'ostéoporose.

Une consommation modérée d'alcool et l'arrêt du tabac sont également recommandés, car ils favorisent la perte osseuse.

Effets indésirables possibles du médicament ACIDE ALENDRONIQUE EG

Très fréquents (plus de 10 % des patientes) : douleurs osseuses, articulaires et/ou musculaires parfois handicapantes. Habituellement, ces effets disparaissent à l'arrêt du traitement.

Fréquents (1 à 10 % des patientes) : maux de tête, étourdissements, vertiges, douleurs abdominales, brûlures d'estomac, ballonnements, flatulences, diarrhée ou constipation, chute de cheveux, démangeaisons, fatigue, gonflement des articulations.

Peu fréquents (moins de 1 patiente sur 100) : troubles du goût, uvéite, nausées, vomissement, inflammation de l'estomac ou de l'œsophage, rougeur cutanée.

Rares (moins de 1 patiente sur 1 000) : ulcère gastroduodénal, réaction allergique (urticaire, œdème de Quincke...), réaction cutanée sévère avec formation de cloques.

Comme avec d'autres biphosphonates : fragilisation des os de la mâchoire ou du conduit auditif (pouvant se traduire par des douleurs, un écoulement ou des infections chroniques de l'oreille), fracture du fémur survenant de manière atypique sans chute ou après un choc léger (voir Attention).

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

AINS

Abréviation d'anti-inflammatoire non stéroïdien. Famille de médicaments anti-inflammatoires qui ne sont pas dérivés de la cortisone (stéroïdes), et dont le plus connu est l'aspirine.

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

chimiothérapie anticancéreuse

Traitement médicamenteux destiné à soigner les cancers. Le mécanisme d'action des différentes chimiothérapies est très proche : il consiste à détruire les cellules cancéreuses, qui se divisent rapidement, en altérant leur ADN, leur métabolisme ou les mécanismes moléculaires qui leur permettent de se diviser. Suivant leur mode d'action, les chimiothérapies anticancéreuses sont classées en plusieurs grandes familles : les alkylants, les antimétabolites, les poisons du fuseau et les inhibiteurs de la topo-isomérase. D'autres ont un mode d'action complexe, qui ne permet pas de les classer facilement.

La toxicité des chimiothérapies n'est malheureusement pas dirigée exclusivement contre les cellules cancéreuses. D'autres cellules à développement rapide, comme celles du sang, des cheveux ou du tube digestif, sont également touchées, entraînant de nombreux effets indésirables. Mais contrairement aux cellules tumorales, les cellules saines ont des capacités de réparation plus ou moins complètes, ce qui explique par exemple que les cheveux repoussent après une chimiothérapie qui a provoqué leur chute.

corticoïde

Substance proche de la cortisone. Les corticoïdes naturels, nécessaires au fonctionnement de l'organisme, sont fabriqués par les glandes surrénales. Les corticoïdes de synthèse, dérivés chimiques de la cortisone, sont utilisés comme anti-inflammatoires puissants.

hypocalcémie

Baisse du taux de calcium dans le sang, consécutive à une maladie ou à l'usage de certains médicaments.

insuffisance rénale

Incapacité des reins à éliminer les déchets ou les substances médicamenteuses. Une insuffisance rénale avancée ne se traduit pas forcément par une diminution de la quantité d'urine éliminée. Seuls une prise de sang et le dosage de la créatinine peuvent révéler cette maladie.

ostéoporose

Fragilisation des os, qui deviennent poreux et cassants.

pansement digestif

Médicament qui protège le tube digestif en tapissant la muqueuse d'un film protecteur et en diminuant l'acidité de l'estomac. Ce type de médicament peut gêner l'absorption d'autres médicaments.

Quincke (œdème de)

Réaction allergique touchant généralement le visage. L'œdème de Quincke se traduit par un gonflement parfois spectaculaire. Les paupières sont souvent les premières touchées. Dans les rares cas où l'œdème touche la gorge, des troubles respiratoires peuvent survenir et un traitement urgent est nécessaire.

radiothérapie

Utilisation de la radioactivité pour soigner certaines maladies, notamment des cancers.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

troubles digestifs

Ensemble de symptômes traduisant une irritation ou un mauvais fonctionnement du tube digestif. Un ou plusieurs troubles peuvent être présents : nausées, vomissements, aérophagie, douleurs abdominales, brûlures d'estomac, ballonnements, flatulences, diarrhée ou constipation, etc. Les antibiotiques peuvent favoriser les candidoses, souvent responsables de troubles digestifs.

ulcère

Lésion en creux de la peau, des muqueuses ou de la cornée.

  • Ulcère de jambe : plaie chronique due à une mauvaise circulation du sang.

  • Ulcère gastroduodénal : plaie localisée de la muqueuse de l'estomac ou du duodénum, due à un excès d'acidité et très souvent à la présence d'une bactérie (Helicobacter pylori). L'ulcère est favorisé par le stress, l'alcool, le tabagisme et la prise de certains médicaments (aspirine, AINS, etc.).

urticaire

Éruption de boutons sur la peau, dont l'origine est le plus souvent allergique. Les boutons ressemblent à des piqûres d'orties et leur couleur varie du rose pâle au rouge.

uvéite

Inflammation interne de l'œil qui concerne l'iris et les structures voisines.

vertige

Symptôme qui peut désigner une impression de perte d'équilibre (sens commun) ou, plus strictement, une sensation de rotation sur soi-même ou de l'environnement (sens médical).