GLIBENCLAMIDE MYLAN

Mis à jour : Jeudi 14 Mai 2020
Famille du médicament :

Antidiabétique oral

Comprimé à 2,5 mg :

Ce médicament est un générique de HÉMI-DAONIL

Comprimé à 5 mg :

Ce médicament est un générique de DAONIL

Dans quel cas le médicament GLIBENCLAMIDE MYLAN est-il prescrit ?

Ce médicament est un antidiabétique oral qui appartient à la famille des sulfamides hypoglycémiants. Il permet de diminuer l'excès de sucre dans le sang en favorisant la sécrétion de l'insuline.

Il est utilisé dans le traitement du diabète de type 2 lorsque le régime alimentaire seul est insuffisant.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament GLIBENCLAMIDE MYLAN

GLIBENCLAMIDE MYLAN 2,5 mg : comprimé sécable ; boîte de 60
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 2,51 €.
GLIBENCLAMIDE MYLAN 5 mg : comprimé sécable ; boîte de 20
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 1,58 €.
GLIBENCLAMIDE MYLAN 5 mg : comprimé sécable ; boîte de 90
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 5,21 €.
GLIBENCLAMIDE MYLAN 5 mg : comprimé sécable ; boîte de 180
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 9,88 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament GLIBENCLAMIDE MYLAN

p cpp cp
Glibenclamide2,5 mg5 mg
Lactose++
Excipients : Amidon de maïs modifié, Crospovidone, Lactose monohydrate, Magnésium stéarate, Povidone, Silice colloïdale anhydre

Contre-indications du médicament GLIBENCLAMIDE MYLAN

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament n'est pas adapté au traitement du diabète de type 1 : celui-ci requiert un traitement par injections d'insuline.

Un sentiment de malaise associé à des sueurs froides, une fringale, une accélération du cœur sont les signes habituels d'une hypoglycémie due à un effet excessif du médicament. Cette hypoglycémie peut également se traduire par des troubles du comportement, qui doivent alerter votre entourage, voire des convulsions ou un coma. En présence de ces signes ou en cas de simple doute, buvez une boisson sucrée ou mangez du sucre. Si le diabétique est inconscient, surtout ne lui donnez rien à boire et appelez votre médecin ou à défaut le 15 ou un service d'urgence.

Consultez rapidement votre médecin en cas de malaises hypoglycémiques répétés.

Certaines situations peuvent contribuer à augmenter la glycémie : infections, prise de médicaments, stress. En cas de soif intense, de grande fatigue, de sensation de malaise général, consultez rapidement votre médecin.

Des analyses de sang régulières permettent à votre médecin d'adapter la posologie. Dans certains cas, il peut être nécessaire de pratiquer vous-même des contrôles, à l'aide de bandelettes et d'un appareil lecteur de glycémie.

Évitez la prise de boissons alcoolisées pendant le traitement : risque accru d'hypoglycémie et risque d'effet antabuse.

Attention : conducteurConducteur : une hypoglycémie peut entraîner un malaise pendant la conduite ou l'utilisation de machines.

Interactions du médicament GLIBENCLAMIDE MYLAN avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec les médicaments oraux contenant du miconazole (DAKTARIN gel buccal, LORAMYC) : risque d'hypoglycémie.

Il peut interagir avec les médicaments contenant de la phénylbutazone ou du danazol.

Informez par ailleurs votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez un bêtabloquant, un inhibiteur de l'enzyme de conversion, un corticoïde ou un médicament contenant du fluconazole, de la clarithromycine, de l'érythromycine, de la ritodrine, du salbutamol, de la terbutaline ou de la chlorpromazine.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Un diabète mal équilibré peut être néfaste pour l'enfant à naître. Un désir de grossesse nécessite le remplacement de ce médicament par de l'insuline et une surveillance médicale renforcée. Si une grossesse survient alors que vous êtes encore sous traitement antidiabétique oral, consultez rapidement votre médecin pour un passage à l'insuline injectable.

Allaitement :

Les données disponibles ne permettent pas de savoir si ce médicament passe dans le lait maternel : il est contre-indiqué en cas d'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament GLIBENCLAMIDE MYLAN

Les comprimés doivent être avalés avec un verre d'eau, avant les repas.

Posologie usuelle :

  • Adulte de moins de 65 ans : la dose initiale est de 1/2 comprimé à 2,5 mg ou 5 mg avant le petit déjeuner ; la dose est ensuite adaptée par paliers en fonction de la glycémie, en répartissant les prises avant les 2 ou 3 principaux repas. La dose maximale est de 15 mg par jour.

  • Adulte âgé de plus de 65 ans ou fragilisé : la dose initiale est de 1/2 comprimé à 2,5 mg par jour ; l'adaptation de la posologie est faite ensuite, en fonction de la glycémie, en respectant des paliers d'au moins 7 jours.

Suivre attentivement la prescription de votre médecin. Le régime alimentaire reste nécessaire pendant le traitement.

Conseils

Le respect de certaines règles simples permet de diminuer le risque d'hypoglycémie :
  • toute prise de ce médicament doit être suivie d'un repas (ne prenez pas de comprimé si vous devez sauter le repas suivant) ;

  • si vous envisagez un effort physique intense et prolongé, il peut être nécessaire de diminuer la dose du médicament (demandez conseil à votre médecin) ;

  • informez votre médecin si vous devez travailler la nuit ou si votre religion vous impose un jeûne prolongé ;

  • évitez la prise de boissons alcoolisées à jeun ou à distance des repas.

Le diabète peut diminuer la sensibilité des pieds à la douleur et favoriser les infections. Des plaies profondes peuvent se développer : une hygiène rigoureuse et des chaussures confortables limitent ce risque.

Le régime du diabétique ne consiste pas en une simple interdiction des glucides (sucres, pain, pâtes...) : demandez conseil à votre médecin.

Pesez-vous régulièrement et signalez toute variation rapide de poids à votre médecin.

Effets indésirables possibles du médicament GLIBENCLAMIDE MYLAN

Hypoglycémie (voir Attention).

Nausées, diarrhée, gène gastrique, démangeaisons, réaction allergique (éruption cutanée...), sensibilité au soleil.

Troubles de la vision transitoires (flou visuel, troubles de l'accommodation).

Exceptionnellement : anomalie de la numération formule sanguine, augmentation des transaminases, hépatite, inflammation de la paroi des vaisseaux sanguins.

Effet antabuse en cas d'absorption d'alcool pendant les repas.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

allergie

Réaction cutanée (démangeaisons, boutons, gonflement) ou malaise général apparaissant après un contact avec une substance particulière, l'utilisation d'un médicament ou l'ingestion d'un aliment. Les principales formes d'allergie sont l'eczéma, l'urticaire, l'asthme, l'œdème de Quincke et le choc allergique (choc anaphylactique). L'allergie alimentaire peut également se traduire par des troubles digestifs.

antidiabétique

Médicament destiné à lutter contre le diabète. Il en existe deux catégories : les antidiabétiques oraux (sulfamides hypoglycémiants et biguanides, essentiellement) et l'insuline, qui ne s'utilise qu'en injection.

bêtabloquant

Famille de médicaments utilisés essentiellement en cardiologie. Ils bloquent l'action de l'adrénaline (et d'autres hormones apparentées) sur le cœur, les vaisseaux et les bronches.

coma

Trouble de la conscience, allant de la simple torpeur à la perte de connaissance complète (coma profond).

convulsions

Contractions involontaires limitées à quelques muscles ou généralisées à tout le corps. Elles sont dues à une souffrance ou à une stimulation excessive du cerveau : fièvre, intoxication, manque d'oxygène, lésion du cerveau. Les convulsions peuvent être dues à une crise d'épilepsie ou à une fièvre élevée chez le jeune enfant.

corticoïde

Substance proche de la cortisone. Les corticoïdes naturels, nécessaires au fonctionnement de l'organisme, sont fabriqués par les glandes surrénales. Les corticoïdes de synthèse, dérivés chimiques de la cortisone, sont utilisés comme anti-inflammatoires puissants.

diabète

Terme général désignant les maladies se traduisant par l'émission d'urines abondantes et par une soif intense. Employé seul, le mot diabète concerne généralement le diabète sucré, qui correspond à une perturbation de la régulation des sucres de l'organisme par l'insuline. Il se traduit par l'augmentation du sucre (glucose) dans le sang et par sa présence éventuelle dans les urines. Il existe deux sortes de diabète sucré : le diabète de type 1, ou insulinodépendant, qui nécessite un traitement par l'insuline en injection, et le diabète de type 2, ou non insulinodépendant, qui peut, dans un premier temps, être traité par les antidiabétiques oraux.

effet antabuse

Ensemble de symptômes désagréables provoqués par certains médicaments lorsqu'ils sont associés à la prise de boissons alcoolisées : bouffées de chaleur, rougeur du visage, maux de tête, nausées, vomissements.

éruption cutanée

Apparition de boutons ou de plaques sur la peau. Ces lésions peuvent être dues à un aliment, à un médicament, et traduire une allergie ou un effet toxique. De nombreux virus peuvent également provoquer des éruptions de boutons : celles de la rubéole, de la roséole et de la rougeole sont les plus connues.

glucides

Famille de substances énergétiques contenant notamment les sucres. On distingue les glucides simples, ou rapides, des glucides complexes, ou lents, en fonction de la durée de leur digestion. Ils sont parfois appelés hydrates de carbone.

glycémie

Quantité de sucre présente dans un litre de sang. Elle varie habituellement entre 0,6 et 1,1 g/l (3,3 mmol/l à 6 mmol/l) chez la personne à jeun. Le diagnostic de diabète doit être envisagé lorsque la glycémie dépasse 1,2 g/l (6,6 mmol/l).

hépatite

Inflammation du foie. Elle peut être due à un médicament, à un virus, à l'alcool ou à une autre cause.

Les hépatites virales guérissent généralement sans traitement. Contrairement aux hépatites A et E presque toujours bénignes, les hépatites B et C peuvent devenir chroniques : le virus persiste dans l'organisme du malade qui reste contagieux mais ne souffre pas obligatoirement de troubles hépatiques. L'hépatite chronique est dite active lorsque le virus continue à détruire les cellules du foie, destruction traduite par l'augmentation des transaminases dans le sang.

hypoglycémie

Baisse de la glycémie (taux de sucre dans le sang) pouvant provoquer des malaises.

inflammation

Réaction naturelle de l'organisme contre un élément reconnu comme étranger. Elle se manifeste localement par une rougeur, une chaleur, une douleur ou un gonflement.

inhibiteur de l'enzyme de conversion (IEC)

Cette famille de médicaments bloque l'action d'une enzyme, qui convertit l'angiotensine I (substance naturelle inactive) en angiotensine II. Cette dernière substance augmente la tension artérielle et fatigue le cœur.

Les IEC sont utilisés pour traiter l'hypertension artérielle, l'insuffisance cardiaque ou les suites d'infarctus du myocarde.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

insuffisance rénale

Incapacité des reins à éliminer les déchets ou les substances médicamenteuses. Une insuffisance rénale avancée ne se traduit pas forcément par une diminution de la quantité d'urine éliminée. Seuls une prise de sang et le dosage de la créatinine peuvent révéler cette maladie.

insuline

Hormone sécrétée par le pancréas après consommation de sucres. Elle diminue le taux de sucre dans le sang et permet son utilisation par les organes. L'insuline sert au traitement de certains types de diabète. La seule insuline actuellement utilisée est obtenue par biotechnologie ; les insulines d'origine animale ne sont plus commercialisées.

Les différentes insulines disponibles diffèrent par leur délai et leur durée d'action.

numération formule sanguine

La numération mesure le nombre de globules rouges (hématies), de globules blancs (leucocytes) et de plaquettes dans le sang. La formule sanguine précise le pourcentage des différents globules blancs : neutrophiles, éosinophiles, basophiles, lymphocytes, monocytes.

Abréviation : NFS.

porphyrie

Maladie héréditaire rare due à un trouble du métabolisme d'une substance appelée porphyrine.

posologie

Quantité et répartition de la dose d'un médicament en fonction de l'âge, du poids et de l'état général du malade.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

sucre

Terme général désignant différentes substances dont la plus répandue est le saccharose. D'autres sucres peuvent être contenus dans les médicaments : glucose, fructose, lactose, etc. Le glucose est le sucre utilisé par l'organisme ; il est le seul à circuler en quantité notable dans le sang.

Les édulcorants (faux sucre) sont autorisés chez les diabétiques ou les personnes suivant un régime, et sont très peu caloriques.

sulfamide hypoglycémiant

Médicament de la famille des sulfamides, qui abaisse le taux de glucose dans le sang (glycémie) en augmentant la sécrétion d'insuline par le pancréas.

sulfamides

Famille chimique représentée dans plusieurs classes de médicaments : antibiotiques, antidiabétiques, diurétiques, etc. Les sulfamides peuvent être à l'origine d'allergies.

transaminases

Enzymes dosées dans le sang, dont le taux s'élève lors de certaines hépatites. Elles figurent dans les analyses de sang sous le nom de SGOT et SGPT ou ASAT et ALAT.