GABAPENTINE SANDOZ

Mis à jour : Mardi 17 Septembre 2019
Famille du médicament :

Antiépileptique

Ce médicament est un générique de NEURONTIN

Dans quel cas le médicament GABAPENTINE SANDOZ est-il prescrit ?

Ce médicament est un antiépileptique chimiquement apparenté à une substance présente dans le cerveau, l'acide gamma-amino-butyrique (GABA).

Il est utilisé dans le traitement :
  • de certaines formes d'épilepsie en association avec un autre antiépileptique chez l'adulte et l'enfant de plus de 6 ans, ou seul chez l'adulte et l'enfant de plus de 12 ans ;

  • des douleurs neuropathiques de l'adulte, comme celles du diabétique ou à la suite d'un zona.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament GABAPENTINE SANDOZ

GABAPENTINE SANDOZ 100 mg : gélule ; boîte de 90
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 7,84 €.
GABAPENTINE SANDOZ 300 mg : gélule ; boîte de 90
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 23,70 €.
GABAPENTINE SANDOZ 400 mg : gélule ; boîte de 90
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 28,41 €.
GABAPENTINE SANDOZ 600 mg : comprimé (blanc) ; boîte de 90
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 34,71 €.
GABAPENTINE SANDOZ 800 mg : comprimé (blanc) ; boîte de 90
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 34,71 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament GABAPENTINE SANDOZ

p gélp gélp gél
Gabapentine100 mg300 mg400 mg
p cpp cp
Gabapentine600 mg800 mg
Lécithine de soja++
Excipients communs : Talc, Titane dioxyde
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Alcool polyvinylique, Amidon de maïs, Amidon de maïs modifié, Fer jaune oxyde, Fer rouge oxyde, Gélatine, Gomme xanthane, Lactose anhydre, Macrogol 4000, Magnésium stéarate, Silice colloïdale anhydre, Soja lécithine

Attention

Une augmentation du risque de dépression et de comportement suicidaire a été observée chez les patients traités par antiépileptiques. Les causes de cette augmentation ne sont pas connues et le risque ne peut être exclu avec ce médicament. La survenue d'idées morbides ou de signes de dépression (changement d'humeur, détachement affectif, difficultés de concentration...) doit être rapidement signalée à votre médecin. La vigilance de l'entourage s'impose.

Des éruptions cutanées parfois graves ont été rapportées avec certains antiépileptiques, notamment la gabapentine. Si une éruption cutanée survient sans cause évidente (varicelle, moustiques, orties...), prenez d'urgence un avis médical.

Ne modifiez ni n'interrompez jamais votre traitement antiépileptique sans l'accord de votre médecin : risque de réapparition des convulsions, même si aucune crise n'est survenue depuis une longue période.

La conduite automobile et l'utilisation de machines dangereuses sont contre-indiquées chez les épileptiques lorsque les crises persistent malgré un traitement préventif. Par ailleurs, ce médicament peut être à l'origine d'une somnolence ou d'étourdissements.

Interactions du médicament GABAPENTINE SANDOZ avec d'autres substances

Ce médicament peut interagir avec la morphine et ses dérivés ; une modification des doses peut être nécessaire.

Respectez un intervalle minimal de 2 heures entre la prise de ce médicament et celle d'un antiacide.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Un désir de grossesse nécessite un avis médical compte tenu des risques de malformations observés chez les enfants nés de mères traitées par antiépileptiques.

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu. Si une grossesse survient sous traitement, consultez rapidement votre médecin. L'arrêt brutal du traitement antiépileptique expose à la réapparition de crises préjudiciables à la mère et à l'enfant à naître. Votre médecin appréciera le risque éventuel lié à la poursuite du traitement dans votre cas.

Allaitement :

Les données actuellement disponibles ne permettent pas de savoir si ce médicament passe dans le lait maternel. L'allaitement est déconseillé pendant le traitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament GABAPENTINE SANDOZ

Ce médicament peut être pris au moment ou en dehors des repas. La dose quotidienne est habituellement répartie en 3 prises.

Les gélules doivent être avalées entières avec un verre d'eau.

Posologie usuelle :

Épilepsie :

  • Adulte et enfant de plus de 12 ans : la posologie est individuelle et déterminée par le médecin en fonction de l'efficacité et de la tolérance du traitement ; elle varie habituellement entre 900 mg et 3 600 mg par jour.

  • Enfant de 6 à 12 ans : 25 à 35 mg par kg et par jour, en association avec un autre antiépileptique.

Douleurs neuropathiques :

  • Adulte : la dose initiale est comprise entre 300 mg et 900 mg par jour ; elle peut être augmentée progressivement par le médecin jusqu'à 3600 mg par jour en fonction de la tolérance du traitement.

Conseils

Les traitements antiépileptiques doivent être pris de manière régulière, sans interruption. L'oubli du traitement peut favoriser la survenue de nouvelles crises. Pour éviter les oublis, il est recommandé de prendre ce médicament à heure fixe. Un pilulier peut s'avérer utile. Veillez également à disposer d'une réserve de médicament ; lors de déplacements, munissez-vous d'une ordonnance en cours de validité.

Effets indésirables possibles du médicament GABAPENTINE SANDOZ

Très fréquents (chez plus de 10 % des patients) : infection virale, somnolence, étourdissements, fatigue, fièvre, difficulté de coordination des mouvements.

Fréquents (chez 1 à 10 % des patients) : modification de l'appétit, aggressivité, dépression, nervosité, insomnie, anxiété, tremblements, maux de tête, fourmillement des extrémités, diminution de la sensibilité, mouvements oculaires anormaux, troubles des réflexes, vision double ou trouble, vertiges, hypertension artérielle, essoufflement, toux, mal de gorge, rhume, nausées, vomissements, diarrhée, constipation, digestion difficile, ballonnements, bouche sèche, prise de poids, éruption cutanée, démangeaisons, douleur articulaire ou musculaire, mal de dos, crampes, impuissance, œdème, diminution du nombre de globules blancs.

Réaction allergique, lésion cutanée grave, palpitations, pancréatite (pouvant se traduire par des maux d'estomac persistants et des nausées), jaunisse.

Comme avec les autres antiépileptiques : augmentation paradoxale de la fréquence des crises d'épilepsie ou modification de leurs caractéristiques.

Des cas d'abus et de dépendance ont également été signalés.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

antiacide

Médicament qui neutralise l'acidité des sécrétions gastriques ou qui bloque les glandes responsables de la sécrétion d'acide.

convulsions

Contractions involontaires limitées à quelques muscles ou généralisées à tout le corps. Elles sont dues à une souffrance ou à une stimulation excessive du cerveau : fièvre, intoxication, manque d'oxygène, lésion du cerveau. Les convulsions peuvent être dues à une crise d'épilepsie ou à une fièvre élevée chez le jeune enfant.

dépression

Maladie associant le plus souvent un sentiment de fatigue, d'inutilité, de culpabilité, d'incapacité à accomplir les tâches quotidiennes. Une perte d'appétit et des troubles du sommeil sont fréquents. Les pulsions suicidaires sont l'un des signes de gravité de la dépression.

douleur neuropathique

Douleur due à une neuropathie, c'est-à-dire à une lésion du système nerveux. En pratique, la douleur résulte le plus souvent d'une atteinte des nerfs (névrite) : mononévrite (un seul nerf), polynévrite (atteinte diffuse de plusieurs nerfs), etc.

Les principales causes de névrite sont les virus (zona), les compressions des racines nerveuses (radiculonévrite) comme la sciatique, les troubles métaboliques comme le diabète, l'alcoolisme ou certains médicaments.

Si la polynévrite du diabète est rarement douloureuse, les autres causes peuvent être à l'origine de douleurs intenses et difficiles à traiter. Si les antalgiques usuels sont peu efficaces, d'autres produits comme les antidépresseurs donnent parfois de meilleurs résultats par une action antalgique spécifique et indépendante de l'effet antidépresseur ; certains anti-épileptiques sont également utilisés.

épilepsie

Maladie chronique survenant par crises, liée à une anomalie de l'activité électrique d'un groupe de cellules cérébrales. Ses manifestations, d'intensité variable, vont de la chute brutale de l'attention (absences, ou petit mal) à la perte de conscience accompagnée de mouvements musculaires anormaux (convulsions, ou grand mal). L'épilepsie partielle, comme son nom l'indique, ne concerne pas la totalité du corps : les mouvements saccadés ne touchent qu'un ou plusieurs groupes musculaires.

œdème

Accumulation d'eau ou de lymphe provoquant un gonflement localisé.

pancréatite

Inflammation ou infection du pancréas. Cette glande située derrière l'estomac sécrète des enzymes digestives ainsi que l'insuline, indispensable au métabolisme des sucres.

Une pancréatite aiguë se traduit par des douleurs abdominales ou dorsales extrêmement violentes. Elle est confirmée par une prise de sang spécifique.

posologie

Quantité et répartition de la dose d'un médicament en fonction de l'âge, du poids et de l'état général du malade.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

traitement préventif

Traitement destiné à prévenir une maladie (synonyme : prophylaxie), ou à limiter la fréquence des crises ou des poussées dans une maladie chronique.

vertige

Symptôme qui peut désigner une impression de perte d'équilibre (sens commun) ou, plus strictement, une sensation de rotation sur soi-même ou de l'environnement (sens médical).

zona

Éruption douloureuse de boutons due à une réactivation du virus de la varicelle, resté dans un ganglion nerveux après cette maladie infantile.