En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

CYPROTÉRONE ÉTHINYLESTRADIOL ZYDUS

Mis à jour : Mardi 21 Mai 2013
Famille du médicament :

Traitement hormonal de l'acné

21/05/2013 : ce médicament est en arrêt de commercialisation. Il n’est plus disponible en pharmacie ou ne le sera bientôt plus.

Si vous devez prendre ce médicament, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui pourront vous conseiller un autre traitement.

Le document ci-dessous représente la dernière fiche publiée par Vidal concernant ce médicament et ne préjuge en rien des évolutions ayant pu survenir postérieurement à cette publication.

Ce médicament est un générique de DIANE 35

Dans quel cas le médicament CYPROTÉRONE ÉTHINYLESTRADIOL ZYDUS est-il prescrit ?

C'est un traitement hormonal antiacnéique réservé aux femmes. Il contient un estrogène et de la cyprotérone, un dérivé de la progestérone, qui s'oppose à l'action des hormones androgènes (hormones mâles). Son effet sur l'acné est modéré et ne s'observe généralement qu'après plusieurs mois.

Il est utilisé dans le traitement de l'acné chez la femme.

Présentations du médicament CYPROTÉRONE ÉTHINYLESTRADIOL ZYDUS

CYPROTÉRONE/ÉTHINYLESTRADIOL ZYDUS 2 mg/0,035 mg : comprimé ; boîte de 1 plaquette de 21
Sur ordonnance (Liste I)
CYPROTÉRONE/ÉTHINYLESTRADIOL ZYDUS 2 mg/0,035 mg : comprimé ; boîte de 3 plaquettes de 21
Sur ordonnance (Liste I)

Composition du médicament CYPROTÉRONE ÉTHINYLESTRADIOL ZYDUS

p cp
Cyprotérone acétate2 mg
Éthinylestradiol0,035 mg
Lactose+
Saccharose+

Contre-indications du médicament CYPROTÉRONE ÉTHINYLESTRADIOL ZYDUS

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • accident thromboembolique (phlébite, embolie pulmonaire...) ancien ou survenant pendant le traitement, prédisposition connue aux thromboses veineuses ;

  • maladie cardiovasculaire (hypertension artérielle, angine de poitrine, lésion des valves cardiaques, anomalie de la circulation sanguine cérébrale ou rétinienne) ;

  • diabète avec lésions vasculaires ;

  • cancer hormonodépendant (même guéri), tumeur de l'hypophyse ;

  • saignement génital intermittent (l'origine de ce saignement doit être déterminée par des examens avant la mise en route du traitement) ;

  • maladie du foie, grave ou récente ;

  • certaines maladies rares : connectivite, porphyrie ;

  • en association avec le millepertuis.

Dans d'autres situations, votre médecin est seul juge pour prescrire ce médicament, notamment en cas de diabète, d'obésité, d'otosclérose, d'excès de cholestérol, de triglycérides ou de prolactine dans le sang, d'affection bénigne du sein ou de l'utérus, d'ictère (jaunisse) chronique ou survenu lors d'une grossesse, d'insuffisance rénale, d'allaitement.

Attention

Ce médicament bloque l'ovulation et a donc un effet contraceptif. Toutefois, son efficacité contraceptive n'a pas été évaluée par des études cliniques comme pour les pilules. Il n'est pas indiqué dans la contraception orale.

Comme d'autres traitements estroprogestatifs, ce médicament expose à un risque accru d'accident thromboembolique (phlébite, embolie pulmonaire, accident vasculaire cérébral). Chez les femmes de plus de 35 ans, chez les femmes qui fument, ce risque de complications cardiovasculaires liées à la prise d'hormones augmente nettement.

Tout symptôme pouvant faire craindre une complication impose l'arrêt du traitement : maux de tête importants et inhabituels, troubles de la vision, douleur inhabituelle à la jambe, élévation franche de la tension artérielle.

Une surveillance médicale et des prises de sang sont nécessaires avant et pendant le traitement. Cette surveillance sera renforcée chez les femmes souffrant d'épilepsie, de migraine, d'asthme ou ayant des antécédents familiaux de maladie vasculaire.

La survenue d'un léger saignement entre les règles (spotting) est fréquente pendant le traitement. Vous devez néanmoins en informer votre médecin.

En cas d'intervention chirurgicale programmée ou d'alitement prolongé, votre médecin jugera de l'opportunité d'interrompre votre traitement.

Interactions du médicament CYPROTÉRONE ÉTHINYLESTRADIOL ZYDUS avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé aux produits de phytothérapie contenant du millepertuis : risque de baisse de l'efficacité.

L'effet de ce médicament peut également être diminué par les anticonvulsivants, certains traitements du sida et les médicaments contenant l'une des substances suivantes : griséofulvine, rifampicine, rifabutine, modafinil, topiramate.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez un médicament contenant de la flunarizine.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Ce médicament n'a pas de raison d'être utilisé chez la femme enceinte. Un test de grossesse peut être justifié en cas de doute. Néanmoins, si le traitement est entrepris lors d'une grossesse méconnue, l'interruption de cette grossesse n'est pas justifiée.

Allaitement :

Les données disponibles ne permettent pas de savoir si ce médicament passe dans le lait maternel ; un choix est donc nécessaire entre l'allaitement et la prise du médicament. Cette décision devra être prise en accord avec votre médecin.

Mode d'emploi et posologie du médicament CYPROTÉRONE ÉTHINYLESTRADIOL ZYDUS

Prendre, sans oublier, 1 comprimé par jour à la même heure pendant 21 jours consécutifs, avec un arrêt de 7 jours entre chaque plaquette de 21 comprimés. L'efficacité du traitement sur l'acné n'apparaît qu'après plusieurs mois de traitement.

Commencer le traitement le premier jour des règles, que vous preniez ou non un contraceptif oral auparavant.

Effets indésirables possibles du médicament CYPROTÉRONE ÉTHINYLESTRADIOL ZYDUS

Rares, mais devant faire interrompre le traitement : accident thromboembolique tel que phlébite, embolie pulmonaire, accident vasculaire cérébral (voir Attention), hypertension artérielle, augmentation importante des lipides dans le sang, diabète, nodule ou tension douloureuse des seins, tumeur bénigne du foie, jaunisse, vertiges, troubles de la vision, taches sombres sur le visage, migraine, écoulement de lait.

Effets n'empêchant pas habituellement la poursuite du traitement : nausées, maux de tête banals, prise ou perte de poids, tension modérée des seins, irritabilité, jambes lourdes, saignement entre les règles, diminution ou disparition des règles, modification de l'humeur et de la libido, irritation oculaire par les lentilles de contact.

Une absence des règles associée à une absence d'ovulation peut être observée à l'arrêt du traitement. Les cycles se rétablissent en général spontanément.

Laboratoire Zydus France

Actualités

Les spécialités de valproate indiquées dans l'épilepsie sont désormais contre-indiquées, sauf exception, chez les patientes épileptiques enceintes ou en âge de procréer, en sus de l'interdiction déjà en place pour les patientes atteintes d'une maladie bipolaire (illustration).

Valproate : interdiction chez toutes les patientes enceintes ou en âge de procréer, sauf exception

L'inscription d'une spécialité au répertoire des génériques est une condition indispensable à la substitution lors de la délivrance à l'officine (illustration).

Répertoire des génériques : inscription de 10 nouveaux groupes

Le schéma vaccinal classique contre l'hépatite A comporte 1 injection suivie d'un rappel 6 à 12 mois plus tard (illustration).

Hépatite A : remise à disposition du vaccin HAVRIX 1440 à partir de mi-juin 2018