LANSOPRAZOLE ARROW

Mis à jour : Mardi 18 Juin 2019
Famille du médicament :

Antisécrétoire gastrique

LANSOPRAZOLE ARROW comprimé orodispersible :

Ce médicament est un générique de OGASTORO

LANSOPRAZOLE ARROW gélule gastrorésistante

Ce médicament est un générique de LANZOR et OGAST

Dans quel cas le médicament LANSOPRAZOLE ARROW est-il prescrit ?

Ce médicament appartient à la famille des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP). Il diminue la sécrétion des acides gastriques et permet ainsi de combattre les troubles liés à l'acidité de l'estomac. Il agit de façon prolongée, mais retardée : la baisse de l'acidité de l'estomac demande un délai de quelques jours.

Il est utilisé dans :
  • le traitement symptomatique du reflux gastro-œsophagien,

  • le traitement et la prévention des inflammations de l'œsophage (œsophagite) dues au reflux des acides de l'estomac vers l'œsophage,

  • le traitement des ulcères de l'estomac ou du duodénum,

  • le traitement et la prévention des ulcères gastroduodénaux liés à la prise d'anti-inflammatoires (AINS),

  • le traitement du syndrome de Zollinger-Ellison.

En association avec un traitement antibiotique spécifique, ce médicament permet l'éradication d'un germe appelé Helicobacter pylori, très fréquemment responsable des récidives de l'ulcère.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament LANSOPRAZOLE ARROW

LANSOPRAZOLE ARROW 15 mg : comprimé orodispersible (arôme fraise) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 2,75 €.
LANSOPRAZOLE ARROW 15 mg : comprimé orodispersible (arôme fraise) ; boîte de 28
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 5,24 €.
LANSOPRAZOLE ARROW 15 mg gél gastrorésis
LANSOPRAZOLE ARROW 15 mg : gélule gastrorésistante (blanche) ; boîte de 15
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 2,92 €.
LANSOPRAZOLE ARROW 15 mg gél gastrorésis
LANSOPRAZOLE ARROW 15 mg : gélule gastrorésistante (blanche) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 5,60 €.
LANSOPRAZOLE ARROW 30 mg : comprimé orodispersible (arôme fraise) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 2,75 €.
LANSOPRAZOLE ARROW 30 mg : comprimé orodispersible (arôme fraise) ; boîte de 28
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 5,24 €.
LANSOPRAZOLE ARROW 30 mg gél gastrorésis
LANSOPRAZOLE ARROW 30 mg : gélule gastrorésistante (blanche) ; boîte de 7
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 1,49 €.
LANSOPRAZOLE ARROW 30 mg gél gastrorésis
LANSOPRAZOLE ARROW 30 mg : gélule gastrorésistante (blanche) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 2,75 €.
LANSOPRAZOLE ARROW 30 mg gél gastrorésis
LANSOPRAZOLE ARROW 30 mg : gélule gastrorésistante (blanche) ; boîte de 28
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 65 % - Prix : 5,24 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament LANSOPRAZOLE ARROW

p cpp gél
Lansoprazole15 mg15 mg
Aspartam+
Saccharose+
p cpp gél
Lansoprazole30 mg30 mg
Aspartam+
Saccharose+
Excipients communs : Copolymère d'acide méthacrylique et d'acrylate d'éthyle, Hypromellose, Propylèneglycol, Talc, Titane dioxyde, Triéthyle citrate
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Acide citrique anhydre, Acide oléique, Alcool isopropylique, Amidon de maïs, Ammoniac solution concentré, Arôme naturel, Aspartam, Butanol, Calcium phosphate dibasique anhydre, Cellulose microcristalline, Crospovidone, Encre pour impression, Éthanol anhydre, Eudragit E 30D, Fer jaune oxyde, Fer noir oxyde, Fer rouge oxyde, F-melt type C, Fraise arôme, Gélatine, Glucose, Glycérol monostéarate, Gomme laque, Hyprolose, Hyprolose faiblement substituée, Macrogol 6000, Magnésium carbonate léger, Magnésium stéarate, Maltodextrine de maïs, Mannitol, Polysorbate 80, Potassium hydroxyde, Potassium oléate, Povidone K 30, Saccharose, Sodium carboxyméthylamidon, Sodium laurylsulfate, Sphères de sucre, Xylitol

Contre-indications du médicament LANSOPRAZOLE ARROW

Les comprimés orodispersibles ne doivent pas être utilisés en cas de phénylcétonurie (présence d'aspartam).

Attention

La disparition des douleurs ne signifie pas que l'ulcère est cicatrisé : la durée du traitement prescrite par le médecin doit être respectée.

La prise de ce médicament peut masquer les symptômes d'autres maladies que celles traitées. Signalez rapidement à votre médecin la survenue :
  • d'une perte de poids importante et involontaire ou de difficulté à avaler,

  • de vomissements répétés,

  • de sang dans les selles ou de crachats sanglants,

  • d'une diarrhée sévère ou persistante.

Des précautions sont nécessaires en cas d'insuffisance hépatique.

Une surveillance médicale régulière est recommandée en cas de traitement prolongé par lansoprazole, notamment en cas de risque d'ostéoporose. En effet, la prise d'un inhibiteur de la pompe à protons pendant plusieurs mois peut entraîner :
  • une augmentation du risque de fracture de la hanche, du poignet et des vertèbres (principalement chez les personnes âgées) ;

  • une baisse importante du taux de magnésium dans le sang ;

  • une carence en vitamine B12.

Interactions du médicament LANSOPRAZOLE ARROW avec d'autres substances

Ce médicament peut interagir avec le méthotrexate et les inhibiteurs de protéases utilisés dans le traitement du VIH tels que l'atazanavir.

Informez par ailleurs votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez un inihibteur des tyrosine kinases, un médicament contenant de la théophylline, du tacrolimus, de la fluvoxamine, de l'ulipristal, de la digoxine, de l'itraconazole, du kétoconazole, du posoconazole, de la rifampicine ou du millepertuis.

Respectez un intervalle d'au moins 1 heure entre la prise d'un anti-acide ou de sucralfate et celle de ce médicament.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Aucun effet néfaste pour l'enfant à naître n'a été établi avec ce médicament. Néanmoins, par précaution, son usage pendant la grossesse est réservé aux situations pour lesquelles il n'existe pas d'alternative thérapeutique.

Allaitement :

Les données actuellement disponibles ne permettent pas de savoir si ce médicament passe dans le lait maternel : son usage est déconseillé pendant l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament LANSOPRAZOLE ARROW

Ce médicament doit être pris au moins 30 minutes avant les repas.

Le comprimé orodispersible est à placer sur la langue et à sucer doucement sans être croqué, ou peut être avalé entier avec un verre d'eau. Il peut également être administré avec une sonde gastrique ou avec une seringue placée dans la bouche, après délitement du comprimé dans 5 à 10 ml d'eau.

Les gélules doivent être avalées avec un verre d'eau. Pour les patients qui ont des difficultés à avaler, les gélules peuvent être ouvertes et leur contenu mélangé à une petite quantité d'eau, de jus de pomme, de jus de tomate, de yaourt ou de compote de pomme.

Posologie usuelle :

  • Adulte : 15 ou 30 mg par jour, le matin. La durée du traitement est généralement de plusieurs semaines.

    Dans le syndrome de Zollinger-Ellison : la posologie est individuelle et plus élevée.

    Dans l'éradication d'Helicobacter pylori : 1 comprimé ou 1 gélule à 30 mg, 2 fois par jour, associé à un traitement antibiotique pendant 7 jours ; puis 1 comprimé ou 1 gélule à 30 mg par jour pendant au moins 3 semaines. Le succès du traitement est étroitement lié au strict respect de la posologie de l'antiulcéreux et des antibiotiques pendant la première semaine.

Conseils

Si vous êtes fumeur, la poursuite du tabagisme est un frein important au traitement ; la nicotine augmente l'acidité gastrique et réduit l'efficacité du muscle qui ferme la jonction entre l'œsophage et l'estomac.

La prise de ce médicament ne dispense pas des mesures diététiques que peut vous conseiller votre médecin.

L'aspirine et les anti-inflammatoires peuvent être agressifs pour l'estomac : n'en prenez pas sans l'avis de votre médecin.

Effets indésirables possibles du médicament LANSOPRAZOLE ARROW

Fréquents : diarrhée ou constipation, nausées, vomissements, douleurs abdominales, bouche sèche, maux de tête, étourdissements, rougeur cutanée, démangeaisons, fatigue, polypes bénins dans l'estomac, augmentation des transaminases.

Peu fréquents : dépression, douleurs articulaires ou musculaires, anomalies de la numération formule sanguine.

Rares : anémie, vertiges, fourmillement des extrémités, somnolence, tremblements, vision trouble, pertubation du goût, chute de cheveux, photosensibilité, augmentation du volume des seins chez l'homme (gynécomastie), altération du fonctionnement du rein, jaunisse, hépatite.

Très rares : colite, augmentation des lipides dans le sang (cholestérol, triglycérides), réaction allergique (œdème de Quincke, choc), éruption cutanée potentiellement grave.

Très occasionnellement, les inhibiteurs de la pompe à protons pourraient également provoquer le développement d'un lupus cutané. En cas d'éruption cutanée, notamment sur des zones exposées au soleil, consultez votre médecin sans tarder.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

AINS

Abréviation d'anti-inflammatoire non stéroïdien. Famille de médicaments anti-inflammatoires qui ne sont pas dérivés de la cortisone (stéroïdes), et dont le plus connu est l'aspirine.

antibiotique

Substance capable de bloquer la multiplication de certaines bactéries ou de les tuer. Le spectre d'un antibiotique est l'ensemble des bactéries sur lesquelles ce produit est habituellement actif. Contrairement aux bactéries, les virus ne sont pas sensibles aux antibiotiques. Les premiers antibiotiques furent extraits de cultures de champignons : penicillium (pénicilline), streptomyces (streptomycine). Ils sont actuellement fabriqués par synthèse chimique. Les antibiotiques sont divisés en familles : pénicillines, céphalosporines, macrolides, tétracyclines (cyclines), sulfamides, aminosides, lincosanides, phénicolés, polymyxines, quinolones, imidazolés, etc.

Un usage inapproprié des antibiotiques peut favoriser l'apparition de résistances : n'utilisez un antibiotique que sur prescription médicale, respectez sa posologie et sa durée, ne donnez pas et ne conseillez pas à une autre personne un antibiotique que l'on vous a prescrit.

anti-inflammatoire

Médicament qui lutte contre l'inflammation. Il peut être soit dérivé de la cortisone (anti-inflammatoire stéroïdien), soit non dérivé de la cortisone (anti-inflammatoire non stéroïdien ou AINS).

choc

Malaise brutal et grave avec chute de la pression artérielle. Les principales causes de choc sont les allergies (choc allergique ou anaphylactique), les troubles cardiovasculaires graves (choc cardiovasculaire) et les septicémies (choc septique).

duodénum

Partie de l'intestin dans laquelle pénètrent les aliments issus de l'estomac.

gastrorésistant

Qualifie certains comprimés ou gélules dans lesquels la substance active est protégée de l'acidité de l'estomac.

germe

Terme général qui désigne tous les organismes microscopiques susceptibles de provoquer une infection : bactéries, virus, parasites, champignons.

Helicobacter pylori

Bactérie impliquée dans la survenue des ulcères de l'estomac ou du duodénum. Elle empêche la guérison et favorise les récidives à l'arrêt du traitement. Son élimination permet des guérisons définitives. Le traitement associant un antiulcéreux à des antibiotiques constitue un progrès important pour les malades souffrant d'ulcère chronique de l'estomac ou du duodénum.

hépatite

Inflammation du foie. Elle peut être due à un médicament, à un virus, à l'alcool ou à une autre cause.

Les hépatites virales guérissent généralement sans traitement. Contrairement aux hépatites A et E presque toujours bénignes, les hépatites B et C peuvent devenir chroniques : le virus persiste dans l'organisme du malade qui reste contagieux mais ne souffre pas obligatoirement de troubles hépatiques. L'hépatite chronique est dite active lorsque le virus continue à détruire les cellules du foie, destruction traduite par l'augmentation des transaminases dans le sang.

inflammation

Réaction naturelle de l'organisme contre un élément reconnu comme étranger. Elle se manifeste localement par une rougeur, une chaleur, une douleur ou un gonflement.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

numération formule sanguine

La numération mesure le nombre de globules rouges (hématies), de globules blancs (leucocytes) et de plaquettes dans le sang. La formule sanguine précise le pourcentage des différents globules blancs : neutrophiles, éosinophiles, basophiles, lymphocytes, monocytes.

Abréviation : NFS.

orodispersible

Qualifie un comprimé qui se désagrège dans la bouche au contact de la salive. Il peut également être dispersé dans un verre d'eau avant ingestion.

ostéoporose

Fragilisation des os, qui deviennent poreux et cassants.

phénylcétonurie

Maladie héréditaire qui se caractérise par l'absence d'une enzyme et qui conduit à l'accumulation dans le sang d'un produit toxique. Son dépistage est systématique à la naissance. Le traitement repose sur un régime alimentaire spécifique pendant la petite enfance.

polype

Excroissance sur une muqueuse.

posologie

Quantité et répartition de la dose d'un médicament en fonction de l'âge, du poids et de l'état général du malade.

Quincke (œdème de)

Réaction allergique touchant généralement le visage. L'œdème de Quincke se traduit par un gonflement parfois spectaculaire. Les paupières sont souvent les premières touchées. Dans les rares cas où l'œdème touche la gorge, des troubles respiratoires peuvent survenir et un traitement urgent est nécessaire.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

reflux gastro-œsophagien

Remontée du suc gastrique dans l'œsophage et dans l'arrière-gorge, favorisée par la position allongée après les repas, par le fait de se pencher en avant, par le port de vêtements qui compriment l'abdomen. Ce reflux est parfois dû à une hernie hiatale.

traitement symptomatique

Traitement qui supprime ou atténue les symptômes d'une maladie sans s'attaquer à sa cause.

transaminases

Enzymes dosées dans le sang, dont le taux s'élève lors de certaines hépatites. Elles figurent dans les analyses de sang sous le nom de SGOT et SGPT ou ASAT et ALAT.

triglycérides

Graisses circulant dans le sang. Elles proviennent essentiellement de l'assimilation des corps gras, des sucres et de l'alcool.

ulcère

Lésion en creux de la peau, des muqueuses ou de la cornée.

  • Ulcère de jambe : plaie chronique due à une mauvaise circulation du sang.

  • Ulcère gastroduodénal : plaie localisée de la muqueuse de l'estomac ou du duodénum, due à un excès d'acidité et très souvent à la présence d'une bactérie (Helicobacter pylori). L'ulcère est favorisé par le stress, l'alcool, le tabagisme et la prise de certains médicaments (aspirine, AINS, etc.).

vertige

Symptôme qui peut désigner une impression de perte d'équilibre (sens commun) ou, plus strictement, une sensation de rotation sur soi-même ou de l'environnement (sens médical).

Zollinger-Ellison (syndrome de)

Maladie rare due à une sécrétion anormale de gastrine, hormone qui stimule l'acidité de l'estomac. Les malades souffrent d'ulcères digestifs graves et récidivants.