ACÉTATE DE CYPROTÉRONE TEVA

Mis à jour : Mardi 18 Juin 2019
Famille du médicament :

Antiandrogène

Ce médicament est un générique de ANDROCUR

Dans quel cas le médicament ACÉTATE DE CYPROTÉRONE TEVA est-il prescrit ?

Ce médicament contient un dérivé de la progestérone. Il a une action antihormonale : il s'oppose à l'action des hormones androgènes, essentiellement la testostérone. Chez l'homme, son action permet de ralentir la croissance des cellules de la prostate. Chez la femme, les hormones androgènes sont présentes en petite quantité et sont impliquées dans les troubles de la pilosité et des excès de sébum.

Il est utilisé dans le traitement :
  • du cancer de la prostate ;

  • de l'hirsutisme chez la femme, lorsque la pilosité excessive retentit gravement sur la vie affective et sociale (comprimé à 50 mg) ;

  • de certaines formes de paraphilie, en association avec une prise en charge psychothérapeutique (comprimé à 100 mg).

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament ACÉTATE DE CYPROTÉRONE TEVA

ACÉTATE DE CYPROTÉRONE TEVA 50 mg : comprimé ; boîte de 20
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 8,79 €.
ACÉTATE DE CYPROTÉRONE TEVA 100 mg : comprimé sécable ; boîte de 60
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 100 % - Prix : 71,89 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ACÉTATE DE CYPROTÉRONE TEVA

p cpp cp
Cyprotérone acétate50 mg100 mg
Lactose++
Excipients : Cellulose microcristalline, Croscarmellose sel de Na, Lactose monohydrate, Magnésium stéarate, Povidone K 30

Contre-indications du médicament ACÉTATE DE CYPROTÉRONE TEVA

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament peut, à fortes doses, être responsable d'une atteinte du foie parfois grave. Une analyse de sang est recommandée avant de débuter le traitement. Signalez rapidement à votre médecin tout symptôme pouvant faire craindre un effet toxique pour le foie : douleurs abdominales, perte d'appétit, urines foncées, démangeaisons intenses, jaunisse. Des analyses peuvent être nécessaires pour s'assurer de l'absence d'anomalie.

Le suivi médical doit être renforcé en cas de diabète ou de maladie chronique du foie. De plus, une surveillance gynécologique (seins, utérus) est recommandé chez la femme.

Des accidents thromboemboliques ont été rapportés sous traitement : en cas de survenue de maux de tête importants et inhabituels, de troubles de la vision ou d'élévation de la tension artérielle, ne poursuivez pas le traitement sans avis médical.

Des études ont montré une nette augmentation du risque de survenue de méningiome (tumeur cérébrale le plus souvent bénigne) chez les patients traités par de l'acétate de cyprotérone à fortes doses sur une longue période. La durée du traitement doit être la plus courte possible et la dose utilisée la plus faible.

Attention : conducteurSi vous devez conduire ou utiliser une machine dangereuse, assurez-vous préalablement que ce médicament n'altère pas votre vigilance.

Interactions du médicament ACÉTATE DE CYPROTÉRONE TEVA avec d'autres substances

Ce médicament peut interagir avec les produits de phytothérapie contenant du millepertuis.

Informez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez un antidiabétique (insuline, metformine, sulfamides hypoglycémiants) ou un antiépileptique (carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, primidone, oxcarbazépine).

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Ce médicament n'a pas d'indication chez la femme enceinte. Il faut s'assurer de l'absence de grossesse avant de débuter le traitement.

La cyprotérone bloque l'ovulation et a donc un effet contraceptif. Chez la femme en âge de procréer, ce médicament doit toujours être associé à un estrogène. Cette association assure une contraception dès le premier mois.

Allaitement :

Les données disponibles ne permettent pas de savoir si ce médicament passe dans le lait maternel ; un choix est donc nécessaire entre l'allaitement et la prise du médicament. Cette décision devra être prise en accord avec votre médecin.

Mode d'emploi et posologie du médicament ACÉTATE DE CYPROTÉRONE TEVA

Ce médicament doit être avalé avec un verre d'eau.

Posologie usuelle :

  • Cancer de la prostate : 4 à 6 comprimés à 50 mg par jour ou 2 à 3 comprimés à 100 mg par jour, en 2 ou 3 prises.

  • Hirsutisme :

    • Femme non ménopausée : 1 comprimé à 50 mg par jour pendant 20 jours par mois, en association avec un estrogène, suivi d'une pause de 7 jours. En traitement d'entretien, en fonction des signes cliniques, la dose peut être réduite à 1/2 comprimé à 50 mg par jour pendant 20 jours par mois, en association avec un estrogène, suivi d'une pause de 7 jours

    • Femme ménopausée : 1/2 ou 1 comprimés à 50 mg par jour, si possible en association avec un estrogène.

  • Réduction des pulsions sexuelles : la posologie est individuelle.

Conseils

Chez la femme non ménopausée, une contraception locale complémentaire est nécessaire pendant les 2 premiers cycles. En cas d'oubli d'un comprimé, prendre le comprimé dès le constat de l'oubli. Si le retard de prise dépasse 12 heures, la sécurité contraceptive n'est plus assurée. Une méthode contraceptive complémentaire (préservatifs) doit être utilisée jusqu'à l'arrivée des règles. En l'absence de règles pendant les 7 jours sans traitement, un test de grossesse doit être pratiqué pour vérifier l'absence de grossesse avant de reprendre le traitement.

Effets indésirables possibles du médicament ACÉTATE DE CYPROTÉRONE TEVA

Chez l'homme :
  • baisse de la production des spematozoïdes habituellement réversible à l'arrêt du traitement, pouvant entraîner une stérilité temporaire ;

  • gynécomastie, impuissance, baisse de la libido, sueurs, bouffées de chaleur, anémie ;

  • perte osseuse en cas de traitement prolongé.

Chez la femme : tension des seins, modification de la libido, troubles des règles (léger saignement entre les règles, arrêt des règles...).

Chez la femme comme chez l'homme : variation de poids, essoufflement, jambes lourdes, migraine, maux de tête, éruption cutanée, fatigue, agitation et état dépressif.

Rarement : hépatite, accident thromboembolique, méningiome (voir Attention).

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

accident thromboembolique

Accident qui résulte de l'obstruction (embolie) d'un vaisseau sanguin par un caillot (thrombus).

Le vaisseau peut être une artère : il s'agit alors d'une embolie artérielle, qui provoque une ischémie (privation de sang oxygéné) dans la région que cette artère irriguait. Une ischémie grave aboutit à la mort des tissus privés d'oxygène : l'infarctus. Heureusement, dans de nombreux cas, une artère voisine permet d'éviter l'infarctus en apportant du sang oxygéné dans la région victime de l'ischémie.

Le cœur est irrigué par les artères coronaires qui ont la propriété d'être peu reliées entre elles, ce qui explique la gravité d'un accident thromboembolique coronarien : une partie du muscle cardiaque, le myocarde, est détruite (infarctus du myocarde).

L'obstruction d'une veine est moins grave, car les veines assurent le retour du sang chargé de gaz carbonique vers le cœur. L'obstruction d'une veine est généralement appelée thrombophlébite. La gravité d'une thrombophlébite, ou phlébite, tient à la possibilité pour un caillot de se détacher de la veine et d'être emporté par le sang veineux jusqu'au cœur. Après avoir traversé l'oreillette droite et le ventricule droit, ce caillot va pénétrer dans une artère pulmonaire et obstruer un vaisseau sanguin, provoquant une embolie pulmonaire et un infarctus pulmonaire.

anémie

Baisse du taux d'hémoglobine dans le sang, qui se traduit le plus souvent par une baisse du nombre des globules rouges. Le fer est indispensable à la synthèse de l'hémoglobine. Une carence en fer lors d'une grossesse, d'un régime végétarien, d'hémorragies abondantes ou répétées (règles) est une cause fréquente d'anémie. D'autres causes, plus rares, sont liées à des carences en vitamines du groupe B.

anémie falciforme

Variété d'anémie chronique fréquente en Afrique due à une anomalie congénitale de l'hémoglobine, protéine contenue dans les globules rouges.

Voir aussi : drépanocytose.

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

bilirubine

Pigment jaune synthétisé dans le foie ou dans le sang lors de la dégradation de l'hémoglobine. Son taux dans le sang augmente fortement lors des hépatites (provoquant la « jaunisse ») et de certaines anémies par destruction des globules rouges.

cancer

Maladie due au développement anarchique et incontrôlable de certaines cellules de l'organisme. Ces cellules anormales, capables de se multiplier indéfiniment, peuvent envahir des organes ou des vaisseaux sanguins et lymphatiques, formant à distance de nouvelles tumeurs, appelées métastases. On classe les cancers en tumeurs solides (qui se développent à partir d'un organe visible) et en tumeurs liquidiennes, qui proviennent des cellules de la moelle osseuse (leucémies notamment).

contraceptif

Qui s'oppose à la conception : contraceptif oral (pilule), local (stérilet, spermicide, diaphragme et préservatif).

dépression

Maladie associant le plus souvent un sentiment de fatigue, d'inutilité, de culpabilité, d'incapacité à accomplir les tâches quotidiennes. Une perte d'appétit et des troubles du sommeil sont fréquents. Les pulsions suicidaires sont l'un des signes de gravité de la dépression.

diabète

Terme général désignant les maladies se traduisant par l'émission d'urines abondantes et par une soif intense. Employé seul, le mot diabète concerne généralement le diabète sucré, qui correspond à une perturbation de la régulation des sucres de l'organisme par l'insuline. Il se traduit par l'augmentation du sucre (glucose) dans le sang et par sa présence éventuelle dans les urines. Il existe deux sortes de diabète sucré : le diabète de type 1, ou insulinodépendant, qui nécessite un traitement par l'insuline en injection, et le diabète de type 2, ou non insulinodépendant, qui peut, dans un premier temps, être traité par les antidiabétiques oraux.

embolie

Obstruction d'une artère par un caillot ou une plaque d'athérome apportés par le courant sanguin. L'embolie pulmonaire est généralement due à un caillot formé dans une veine qui remonte vers le cœur et vient obstruer une artère pulmonaire.

estrogène

Famille d'hormones stimulant les organes sexuels féminins (utérus et glandes mammaires essentiellement). On écrit aussi œstrogène.

gynécomastie

Augmentation du volume des seins chez l'homme, congénitale ou due à une maladie, à une tumeur ou à la prise de certains médicaments.

hépatite

Inflammation du foie. Elle peut être due à un médicament, à un virus, à l'alcool ou à une autre cause.

Les hépatites virales guérissent généralement sans traitement. Contrairement aux hépatites A et E presque toujours bénignes, les hépatites B et C peuvent devenir chroniques : le virus persiste dans l'organisme du malade qui reste contagieux mais ne souffre pas obligatoirement de troubles hépatiques. L'hépatite chronique est dite active lorsque le virus continue à détruire les cellules du foie, destruction traduite par l'augmentation des transaminases dans le sang.

hirsutisme

Apparition anormale d'une pilosité de type masculin chez la femme. À ne pas confondre avec l'hypertrichose féminine, qui correspond à une accentuation de la pilosité normale.

hormone androgène

Famille d'hormones produites essentiellement par les testicules. Elles permettent le développement des caractères sexuels masculins.

impuissance

Érection impossible ou insuffisante pour la pénétration.

infarctus du myocarde

Destruction d'une partie du muscle cardiaque (myocarde), privé de sang par obstruction de ses artères.

paraphilies

Formes de sexualité tournées de façon intense et répétitive vers des objets inanimés (fétichisme), vers des enfants (pédophilie), vers des personnes non consentantes (exhibitionnisme, voyeurisme, viol), ou faisant intervenir une souffrance et/ou une humiliation de soi-même ou de son partenaire (sado-masochisme). Les paraphilies impliquant un partenaire non consentant ou un enfant sont punies par la loi.

phlébite

Inflammation d'une veine profonde avec formation d'un caillot sanguin, touchant généralement les jambes. La gravité des phlébites est liée à la possibilité d'un déplacement du caillot qui peut migrer jusqu'au cœur et venir ensuite obstruer une artère des poumons (embolie pulmonaire). Une paraphlébite, ou phlébite superficielle, est l'inflammation d'une veine superficielle ; elle est beaucoup moins préoccupante.

progestérone

Hormone sécrétée par l'ovaire pendant la seconde phase du cycle et pendant la grossesse. Elle favorise la fixation et le développement dans l'utérus de l'œuf fécondé. Certains dérivés de la progestérone sont également utilisés comme contraceptif.

symptôme

Trouble ressenti par une personne atteinte d'une maladie. Un même symptôme peut traduire des maladies différentes et une même maladie ne donne pas forcément les mêmes symptômes chez tous les malades.

tuberculose

Maladie infectieuse due au bacille de Koch. Elle peut toucher tous les organes, notamment le poumon, l'os (mal de Pott), l'appareil urinaire ou génital, l'œil.