En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

NIQUITINMINIS

Mis à jour : Mardi 19 Juin 2018
Famille du médicament :

Médicament du sevrage tabagique

Dans quel cas le médicament NIQUITINMINIS est-il prescrit ?

Ce médicament aide les fumeurs à se désintoxiquer du tabac. Le comprimé à sucer apporte dans le sang, par l'intermédiaire de la muqueuse buccale, la nicotine, principale substance active du tabac, responsable de l'accoutumance.

Il est utilisé soit pour arrêter définitivement de fumer, soit pour arrêter temporairement.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament NIQUITINMINIS

NIQUITINMINIS sans sucre 1,5 mg : comprimé à sucer (arôme menthe) ; boîte de 20
- Non remboursé - Prix libre 
NIQUITINMINIS sans sucre 1,5 mg : comprimé à sucer (arôme menthe) ; boîte de 60
- Non remboursé - Prix libre 
NIQUITINMINIS sans sucre 4 mg : comprimé à sucer (arôme menthe) ; boîte de 20
- Non remboursé - Prix libre 
NIQUITINMINIS sans sucre 4 mg : comprimé à sucer (arôme menthe) ; boîte de 60
- Non remboursé - Prix libre 

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament NIQUITINMINIS

p cpp cp
Nicotine1,5 mg4 mg
Mannitol++
Excipients : Arôme artificiel masquant, Bicarbonate de potassium, Gomme xanthane, Magnésium stéarate, Mannitol, Menthe poivrée arôme, Menthol arôme, Polycarbophile sel de Ca, Potassium acésulfame, Sodium alginate, Sodium carbonate anhydre

Contre-indications du médicament NIQUITINMINIS

Ce médicament ne doit pas être utilisé chez le non fumeur ou chez le fumeur occasionnel.

Attention

Ce médicament ne doit pas être utilisé chez les moins de 18 ans sans consultation médicale préalable.

Des précautions sont nécessaires en cas d'ulcère de l'estomac ou du duodénum, d'insuffisance rénale ou d'insuffisance hépatique grave. Dans ces situations, une consultation médicale préalable est indispensable avant d'utiliser ce médicament ; un arrêt du tabac sans traitement de substitution peut être nécessaire.

N'utilisez pas d'autres médicaments contenant de la nicotine, notamment les dispositifs transdermiques (voir Interaction médicamenteuses).

Interactions du médicament NIQUITINMINIS avec d'autres substances

Les produits contenus dans la fumée du tabac peuvent accélérer la vitesse d'élimination de certains médicaments, la théophylline notamment. Lors de l'arrêt du tabagisme, ces médicaments peuvent voir leur effet renforcé et des signes de surdosage peuvent apparaître. Contactez votre médecin au moindre doute.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Le tabagisme chez la femme enceinte peut être à l'origine d'un retard de croissance du fœtus. L'arrêt du tabac est donc toujours souhaitable. Chez les femmes fortement dépendantes à la nicotine, l'usage de ce médicament peut être une aide, mais les effets de la nicotine seule sur le fœtus sont mal connus. Ce médicament a l'avantage de ne pas exposer le fœtus aux autres toxiques présents dans la fumée du tabac. En résumé : si l'idéal est de ne pas fumer et de ne pas exposer le fœtus à des apports de nicotine, l'usage de ce médicament est un moindre mal par rapport au tabac.

Allaitement :

La nicotine passe dans le lait maternel, l'allaitement est déconseillé pendant le traitement.

Si l'allaitement maternel est néanmoins choisi, prendre les comprimés de préférence après la têtée.

Mode d'emploi et posologie du médicament NIQUITINMINIS

Le choix du dosage est fonction de la dépendance initiale à la nicotine. Les comprimés à 4 mg sont adaptés aux fumeurs fortement ou très fortement dépendants.

En pratique, il est utile de connaître les signes de sous ou surdosage pour adapter la posologie après quelques jours de traitement :
  • le surdosage aboutit à l'état du fumeur qui a trop fumé et se traduit principalement par un état nauséeux et des maux de tête. Des troubles de la vue ou de l'audition, un tremblement, des vertiges sont également possibles ;

  • un sous-dosage provoque des symptômes de manque : irritabilité, nervosité, crampes d'estomac (sorte de faim douloureuse), difficulté de concentration.

Dès que le désir de fumer est surmonté, réduire progressivement le nombre de comprimés, jusqu'à désaccoutumance complète.

Placer le comprimé dans la bouche, sans le croquer ou le mâcher, afin de permettre l'absorption lente et régulière de la nicotine par les vaisseaux sanguins de la bouche. Le comprimé se dissout en 10 minutes environ et doit être régulièrement déplacé d'un côté à l'autre de la bouche pendant ce temps.

Il est important de ne pas boire ou manger tant que le comprimé est dans la bouche.

Posologie usuelle :

  • Adulte de plus de 18 ans :

Arrêt complet du tabac : pendant les 6 premières semaines, sucer un comprimé toutes les 1 à 2 heures, sans dépasser 15 comprimés à 1,5 mg ou 11 comprimés à 4 mg par jour ; les 3 semaines suivantes, sucer 1 comprimé toutes les 2 à 4 heures ; les 3 semaines suivantes, espacer encore les prises en suçant 1 comprimé toutes les 4 à 8 heures ; ensuite, ne prendre que 1 ou 2 comprimés par jour en cas de tentation forte.

Arrêt temporaire du tabac ou réduction du nombre de cigarette : 1 comprimé chaque fois que l'envie de fumer apparaît, sans dépasser 15 comprimés à 1,5 mg ou 11 comprimés à 4 mg par jour.

Ne pas dépasser 6 mois de traitement continu.

Conseils

Ce médicament peut être utilisé par des fumeurs sans consultation médicale. Il est disponible sans ordonnance et peut être en accès direct dans certaines pharmacies. Néanmoins, n'hésitez pas à faire valider votre choix par votre pharmacien. Ses conseils sont précieux. Il pourra vous aider à déterminer le meilleur moment pour arrêter de fumer et vous expliquera les causes d'échec.

La nicotine prise par voie orale en remplacement de la cigarette présente la même nocivité cardiovasculaire que celle qui est contenue dans le tabac. Seul le risque de cancer du poumon disparaît. Lorsque l'arrêt du tabac est motivé par des raisons médicales urgentes : infarctus récent, artérite, gastrite ou ulcère, il est préférable d'arrêter l'absorption de nicotine sous toutes ses formes.

Comme toutes les méthodes antitabac utilisées pour aider les fumeurs, ce médicament ne peut être efficace que lorsque la volonté d'arrêter de fumer est personnelle et s'accompagne d'une forte motivation. C'est cette motivation qui permettra de lutter contre l'envie de fumer, sans être forcé de faire en permanence appel à la volonté qui s'émousse avec le temps. Un arrêt du tabac durable chez le fumeur suppose que celui-ci considère le tabac comme un poison, une dépendance inacceptable. Il doit se faire à l'idée qu'il ne fumera plus jamais, dès le début du sevrage. Chaque jour sans tabac doit être vécu comme une libération, et non comme un calvaire. Le fumeur qui est dans cet état d'esprit est un bon candidat au sevrage définitif.

L'arrêt du tabac, qui est une véritable drogue, induit de nombreux problèmes : une prise de poids est fréquente, des troubles de la concentration peuvent durer plusieurs semaines. Un état dépressif léger est possible. La prise de poids doit être combattue par un régime, et si possible par un programme sportif qui a l'avantage de réconcilier le fumeur avec son corps.

N'hésitez pas à consulter votre médecin en cas de difficulté ; ses conseils et son expérience seront précieux pour lutter contre les rechutes.

Effets indésirables possibles du médicament NIQUITINMINIS

En début de traitement : irritation de la bouche ou de la gorge s'atténuant habituellement à la poursuite du traitement.

Fréquemment : nausées, digestion difficile, hoquet, maux de tête, palpitations, sécheresse de la bouche, rhinite, toux.

Rarement : troubles du rythme cardiaque.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

ESMYA est indiqué dans la prise en charge de fibromes utérins (illustration).

ESMYA (ulipristal) : restriction des indications et mesures de réduction du risque d'atteintes hépatiques

Représentation en 3D de Streptococcus pneumoniae (illustration).

Vaccin PNEUMOVAX : mise à disposition exceptionnelle de seringues préremplies à péremption courte

L’amyotrophie spinale (ASA ou SMA) est une maladie neuromusculaire progressive d’origine génétique, caractérisée par une dégénérescence des motoneurones (illustration).

SPINRAZA (nusinersen) : risque d'hydrocéphalie communicante, non reliée à une méningite ou à une hémorragie