En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

FOSINOPRIL/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN

Mis à jour : Mardi 22 Octobre 2019
Famille du médicament :

Association d'antihypertenseurs

Ce médicament est un générique de FOZIRETIC (qui n'est plus commercialisé).

Dans quel cas le médicament FOSINOPRIL/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN est-il prescrit ?

Ce médicament est un antihypertenseur qui associe deux substances d'action complémentaire :
  • le fosinopril, un inhibiteur de l'enzyme de conversion. Il bloque la formation de l'angiotensine II, une substance responsable d'une contraction des artères, qui augmente la tension artérielle et fatigue le cœur ;

  • l'hydrochlorothiazide, un diurétique dont la structure chimique est proche de celle des sulfamides. Son action renforce celle du fosinopril.

Il est utilisé dans le traitement de l'hypertension artérielle.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament FOSINOPRIL/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN

FOSINOPRIL/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN 20 mg/12,5 mg : comprimé sécable ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 3,71 €.
FOSINOPRIL/HYDROCLOROTHIAZIDE BIOGARAN 20 mg/12,5 mg : comprimé sécable ; boîte de 90
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 10,72 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament FOSINOPRIL/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN

p cp
Fosinopril20 mg
Hydrochlorothiazide12,5 mg
Lactose+
Excipients : Amidon prégélatinisé, Croscarmellose sel de Na, Fer jaune oxyde, Fer rouge oxyde, Glycérol dibéhénate, Lactose monohydrate, Titane dioxyde

Contre-indications du médicament FOSINOPRIL/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Votre médecin est seul juge pour prescrire ce médicament en cas d'hyperkaliémie ou de rétrécissement des artères rénales.

Attention

En cas de gonflement du visage (lèvres, paupières...) ou d'une autre région du corps, consultez un médecin en urgence : il peut s'agir d'un œdème de Quincke.

Si vous suiviez auparavant un traitement par diurétique ou un régime sans sel, la baisse de la tension artérielle peut être importante lors des premières prises du médicament et expose à un risque de malaise ou d'étourdissement. Il est donc recommandé de commencer le traitement avec de faibles posologies, sous surveillance médicale plus étroite.

Chez les personnes atteintes d'une insuffisance hépatique, l'apparition de troubles de la conscience peut annoncer une complication. Ne poursuivez pas le traitement sans l'avis de votre médecin.

Faites pratiquer régulièrement les analyses de sang prescrites par votre médecin ; elles sont notamment destinées à vérifier le bon fonctionnement de vos reins (dosage de la créatinine) et les taux de potassium et de sodium sanguins.

Le diurétique contenu dans ce médicament peut faire baisser la kaliémie : évitez d'utiliser des laxatifs stimulants dont l'usage régulier contribue à la baisse du taux de potassium dans le sang. Il peut par ailleurs augmenter le taux sanguin d'acide urique (possibilité de crise de goutte).

L'hydrochlorothiazide peut entraîner une sensibilité accrue de la peau au soleil (photosensibilisation) et provoquer des réactions cutanées (coup de soleil, brûlures) en cas d'exposition même faible aux rayons ultraviolets. Il augmente également le risque de survenue de certains cancers de la peau : il ne s'agit pas de mélanomes, mais de cancers localisés d'évolution très lente et donc peu menaçants. Une surveillance cutanée lors des renouvellements d'ordonnance est nécessaire et suffisante pour éviter les complications graves. Néanmoins, leur ablation, notamment sur le visage, peut-être à l'origine de cicatrices.

Du fait de l'importance de l'hydrochlorothiazide dans la prise en charge de l'hypertension artérielle et de la prévention des accidents vasculaires cérébraux, son utilisation reste néanmoins justifiée lorsqu'elle est nécessaire.

Il est important de se protéger efficacement du soleil et des ultraviolets afin de réduire le risque de cancers cutanés.

Dans certaines circonstances rares, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion peuvent être responsables d'une baisse des globules blancs. Des dosages sanguins sont parfois nécessaires pour s'assurer de l'absence d'anomalie, notamment chez les insuffisants rénaux avec une collagénose (telle qu'un lupus érythémateux) ou un traitement immunosuppresseur.

Si vous êtes dialysé, informez votre centre de dialyse de la prise de ce médicament.

En cas d'intervention chirurgicale programmée, l'anesthésiste doit être prévenu de la prise de ce traitement.

Attention : conducteurConducteur : ce médicament peut être responsable de vertiges lors des premières prises.

Attention : sportifSportif : ce médicament contient une substance susceptible de rendre positifs certains tests antidopage.

Interactions du médicament FOSINOPRIL/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec les médicaments contenant :
  • du sacubitril (ENTRESTO) : augmentation du risque d'œdème de Quincke. Un délai de 36 heures doit obligatoirement être respecté entre ces traitements ;

  • de l'aliskiren (RAZILEX, RAZILEX HTC qui ne sont plus commercialisés en France) en cas de diabète ou d'insuffisance rénale ; l'association est déconseillée dans les autres cas.

Il peut interagir avec les inhibiteurs de l'angiotensine II, les médicaments susceptibles d'augmenter le taux de potassium dans le sang (diurétiques, sels de potassium...), les antidiarrhéiques contenant du racécadotril (TIORFAN et ses génériques...) et les médicaments contenant du lithium ou de l'estramustine.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez un antidiabétique, un médicament favorisant les torsades de pointes, un digitalique, un laxatif stimulant, un neuroleptique, un antidépresseur imipraminique, un corticoïde, un AINS ou de l'aspirine à fortes doses, un alphabloquant ou un médicament contenant de l'évélorimus, de la ciclosporine, du baclofène ou un sel de calcium.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament pendant les 3 premiers mois de la grossesse est mal connu. Par prudence, son usage est déconseillé.

Au cours des 6 derniers mois de la grossesse, la prise prolongée d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion peut endommager les reins du fœtus. L'utilisation de ce médicament est contre-indiquée à partir du 4e mois de la grossesse.

En conséquence, un désir de grossesse nécessite le remplacement de ce médicament par un autre antihypertenseur. Si une grossesse survient alors que vous prenez ce médicament, consultez rapidement votre médecin pour qu'il modifie votre traitement. Des échographies régulières sont parfois nécessaires pour s'assurer de l'absence d'anomalie.

Allaitement :

Les données disponibles ne permettent pas de savoir si ce médicament passe dans le lait maternel. Son utilisation est déconseillée chez la femme qui allaite.

Mode d'emploi et posologie du médicament FOSINOPRIL/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN

Ce médicament doit être pris avec un peu d'eau.

Posologie usuelle :

  • Adulte : 1 comprimé par jour.

En cas d'athérosclérose, de traitement préalable par des diurétiques ou de régime sans sel, notamment chez la personne âgée, la posologie initiale est faible ; elle est augmentée progressivement par le médecin en fonction des effets du médicament.

Conseils

Votre tension artérielle doit être contrôlée régulièrement. Les appareils permettant une mesure automatique de la tension à domicile utilisent souvent un procédé de mesure différent de celui qu'emploie votre médecin. Si vous avez un tel appareil, apportez-le en consultation pour vous assurer que la mesure obtenue est bien conforme à celle du tensiomètre de votre médecin.

Le traitement médicamenteux ne dispense pas de mesures pouvant faire baisser la tension artérielle : activité physique régulière, modération de la consommation de boissons alcoolisées et de sel, lutte contre l'excès de poids, arrêt du tabac.

Effets indésirables possibles du médicament FOSINOPRIL/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN

Toux sèche.

Baisse excessive de la tension artérielle (voir Attention) ; hypotension orthostatique.

Maux de tête, fatigue, étourdissements, troubles du sommeil, nervosité, fourmillement des extrémités, vision trouble.

Troubles digestifs (nausées, diarrhée, douleurs abdominales, et plus rarement, vomissement, constipation, bouche sèche, perte d'appétit), troubles du goût.

Éruption cutanée, démangeaisons, photosensibilité, œdème de Quincke.

Augmentation du taux de créatinine, d'acide urique ou des lipides dans le sang et exceptionnellement du calcium. Modification de la glycémie.

Baisse du taux de potassium dans le sang, associée ou non à des crampes.

Rarement : baisse de taux de sodium dans le sang (natrémie) et risque de troubles du comportement, pancréatite, impuissance.

De plus, dans certaines circonstances rares, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion peuvent être responsables d'une anomalie de la numération formule sanguine (notamment une baisse des globules blancs). Des prises de sang sont parfois nécessaires pour s'assurer de l'absence d'anomalie.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

Les douleurs neuropathiques s’expriment par des sensations de brûlure, de froid, de décharge électrique, parfois associées à des fourmillements, picotements, engourdissements et surtout à une hypoesthésie, voire une anesthésie dans le même territoire (illustration).

Douleurs neuropathiques : plaidoyer pour une prise en charge rapide

Les ruptures de stock déclarées à l’ANSM par les laboratoires pharmaceutiques ont pour origine des difficultés liées à la production de ces médicaments (illustration).

Approvisionnement des médicaments en ville : tensions et remises à disposition

Trois situations cliniques permettent désormais d'apposer la mention

Prescription médicamenteuse : de nouvelles règles pour le "non substituable"