ABSTRAL

Mis à jour : Mardi 18 Février 2020
Famille du médicament :

Antalgique apparenté à la morphine

Dans quel cas le médicament ABSTRAL est-il prescrit ?

Ce médicament est un antalgique puissant, d'action rapide. Il contient un dérivé de la morphine et se présente sous forme de comprimé sublingual. Placé sous la langue, il libère la substance active qui est absorbée à travers la muqueuse buccale et passe rapidement dans le sang.

Il est utilisé pour soulager les accès douloureux aigus chez les adultes bénéficiant déjà d'un traitement de fond pour des douleurs chroniques liées à un cancer.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament ABSTRAL

ABSTRAL 100 μg : comprimé sublingual (rond, blanc) ; boîte de 10
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 59,62 €.
ABSTRAL 100 μg : comprimé sublingual (rond, blanc) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 178,03 €.
ABSTRAL 200 μg : comprimé sublingual (ovale, blanc) ; boîte de 10
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 59,62 €.
ABSTRAL 200 μg : comprimé sublingual (ovale, blanc) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 178,03 €.
ABSTRAL 300 μg : comprimé sublingual (triangulaire, blanc) ; boîte de 10
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 59,62 €.
ABSTRAL 300 μg : comprimé sublingual (triangulaire, blanc) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 178,03 €.
ABSTRAL 400 μg : comprimé sublingual (losange, blanc) ; boîte de 10
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 59,62 €.
ABSTRAL 400 μg : comprimé sublingual (losange, blanc) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 178,03 €.
ABSTRAL 600 μg : comprimé sublingual (en forme de D, blanc) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 178,03 €.
ABSTRAL 800 μg : comprimé sublingual (oblong, blanc) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 178,03 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ABSTRAL

p cpp cpp cp
Fentanyl100 μg200 μg300 μg
Mannitol+++
p cpp cpp cp
Fentanyl400 μg600 μg800 μg
Mannitol+++
Excipients : Cellulose microcristalline silicifiée, Croscarmellose sel de Na, Magnésium stéarate, Mannitol

Contre-indications du médicament ABSTRAL

Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas d'insuffisance respiratoire grave ou de maladies pulmonaires obstructives graves (asthme sévère, bronchite chronique, emphysème...).

Attention

Ce médicament ne peut être utilisé que si un traitement régulier avec de la morphine ou un de ses dérivés a déjà été mis en place pour contrôler la douleur. Il est complémentaire de ce traitement de fond.

Les comprimés doivent être impérativement conservés hors de portée des enfants.

Des précautions sont nécessaires en cas de d'arythmie cardiaque lente, d'insuffisance hépatique, d'insuffisance rénale, de myasthénie, d'hypertension intracrânienne et chez les personnes âgées.

Attention : sportifSportif : ce médicament contient une substance susceptible de rendre positifs certains tests antidopage.

Attention : conducteurCe médicament peut induire une somnolence parfois intense chez certaines personnes. Cette somnolence peut être augmentée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs. La conduite ou l'utilisation de machines dangereuses sont déconseillées.

Interactions du médicament ABSTRAL avec d'autres substances

Ce médicament peut interagir avec :
  • les antibiotiques de la famille des macrolides contenant de la troléandomycine, de la clarithromycine ou de l'érythromycine, les antirétroviraux contenant du ritonavir, du nelfinavir ou de l'amprénavir, les antifongiques contenant du kétoconazole, de l'itraconazole ou du fluconazole : augmentation du risque d'effets indésirables du médicament ;

  • les antalgiques contenant de la buprénorphine, de la pentazocine ou de la nalbuphine : diminution de l'effet du fentanyl ;

  • les IMAO sélectifs ou non : un délai de 15 jours doit séparer un traitement antérieur par IMAO de la mise en route du traitement antalgique.

Informez votre médecin si vous prenez des médicaments sédatifs (tranquillisants, somnifères, antitussifs, antidépresseurs, antihistaminiques H1, neuroleptiques par exemple).

L'absorption de jus de pamplemousse est déconseillée pendant le traitement.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'absence d'effets nocifs de ce médicament chez la femme enceinte n'a pas été établie ; seul votre médecin peut apprécier la nécessité du traitement et son risque pendant la grossesse.

Une surveillance particulière est nécessaire pour l'enfant né d'une mère sous traitement afin de parer à l'éventualité d'un syndrome de sevrage.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel et pourrait être responsable d'effets indésirables chez le nourrisson. Si un traitement régulier par la morphine ou un de ses dérivés est nécessaire, l'allaitement doit être suspendu.

Mode d'emploi et posologie du médicament ABSTRAL

Les comprimés doivent être placés directement sous la langue, au fond de la bouche. Ils ne doivent pas être avalés, ni mâchés, ni sucés, mais fondre complètement. Il ne faut pas manger ni boire avant dissolution complète du comprimé. Si un soulagement de la douleur n'est pas obtenu dans les 15 minutes suivant la prise d'un comprimé, un comprimé supplémentaire peut éventuellement être utilisé.

Un nouveau comprimé peut être pris après un délai minimal de 4 heures pour soulager un nouvel accès douloureux. Lorsque les accès douloureux surviennent plus de 4 fois par jour, le traitement morphinique de fond peut être insuffisant : consultez votre médecin.

Posologie usuelle :

  • Adulte de plus de 18 ans : la dose par prise, strictement individuelle, est adaptée par votre médecin en fonction de l'intensité de la douleur.

Conseils

Respectez la posologie et la durée de traitement prescrites par votre médecin. Si le traitement paraît insuffisant, n'hésitez pas à reprendre contact avec lui.

La prescription de morphine et de substances apparentées est rédigée par le médecin sur une ordonnance « sécurisée ». La durée de validité de l'ordonnance est limitée à 28 jours. La délivrance de ce médicament par le pharmacien s'effectue en plusieurs fois (tous les 7 jours) sauf mention contraire du médecin.

Effets indésirables possibles du médicament ABSTRAL

Ce médicament étant toujours associé à un traitement morphinique de fond, les effets indésirables observés sont difficilement dissociables de ce traitement de fond.

Fréquents : fatigue, maux de tête, nausées, vomissements, constipation, digestion difficile, anxiété, confusion des idées, vertiges, bouche sèche, somnolence ou, au contraire, insomnie, démangeaisons, sueurs, troubles de la vision.

Rares : inflammation de la bouche ou des gencives, anomalies de la coordination des mouvements, cauchemars, hallucinations, excitation, éruption cutanée, pertubation du goût, difficultés à uriner.

La prise de dérivés de la morphine expose à un risque de dépendance. Ce risque est rare dans les conditions médicales d'utilisation.

Il existe également un risque rare, mais potentiellement grave, de dépression respiratoire. Contactez d'urgence votre médecin si vous avez du mal à respirer, une respiration sifflante ou fortement ralentie.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

alcool

Nom général désignant une famille de substances qui ont la propriété de pouvoir être mélangées à l'eau et aux corps gras. L'alcool le plus courant est l'alcool éthylique (éthanol), mais il existe de nombreux autres alcools : méthanol, butanol, etc. Le degré d'une solution alcoolique correspond au volume d'alcool pur présent dans 100 ml de solution, en sachant que 1 verre ballon de vin ou 1 demi de bière (25 cl) contiennent environ 8 g d'alcool.

Lorsque l'alcool est utilisé comme antiseptique, un dénaturant d'odeur désagréable lui est souvent ajouté pour éviter qu'il soit bu. Contrairement à une croyance répandue, l'alcool à 70o (ou même à 60o) est un meilleur antiseptique que l'alcool à 90o.

antalgique

Médicament qui agit contre la douleur. Les antalgiques agissent soit directement sur les centres de la douleur situés dans le cerveau, soit en bloquant la transmission de la douleur au cerveau.

Synonyme : analgésique.

antifongique

Médicament qui détruit les champignons et levures microscopiques. Ceux-ci peuvent être présents sur la peau ou les muqueuses (tube digestif ou organes génitaux). La levure la plus courante est le Candida albicans.

antirétroviral

Médicament inhibant la reproduction des rétrovirus, dont le virus du sida (VIH).

arythmie

Irrégularité du fonctionnement du cœur.

Voir aussi : trouble du rythme cardiaque.

asthme

Maladie caractérisée par une difficulté à respirer, se traduisant souvent par des sifflements. L'asthme, permanent ou survenant par crise, est dû à un rétrécissement et à une inflammation des bronches.

bronchite chronique

Maladie des bronches se traduisant par une toux, des difficultés respiratoires et des mucosités de plus en plus difficiles à évacuer. Ces troubles, le plus souvent dus au tabac, deviennent définitifs après une certaine période d'évolution.

dépendance

Besoin psychique ou physique entraîné par la prise de certaines substances naturelles ou médicamenteuses. Cet état peut s'accompagner, à l'arrêt des prises, de symptômes variés, regroupés sous le terme de syndrome de sevrage.

dépression respiratoire

Diminution, voire arrêt de la respiration, par inhibition des centres nerveux qui commandent les mouvements d'inspiration et d'expiration.

emphysème

Maladie des poumons se traduisant par une dilatation de la cage thoracique et par des difficultés respiratoires. Elle peut être due au tabagisme, à une maladie génétique ou à l'inhalation prolongée de substances toxiques.

hypertension intracrânienne

Excès de pression à l'intérieur de la boîte crânienne, dû à un hématome, un œdème, ou une tumeur du cerveau. Cette affection rare est diagnostiquée par un examen ophtalmologique du fond de l'œil. La douleur de l'hypertension intracrânienne, intense, permanente et durable, ne doit pas être confondue avec un banal mal de tête ou une migraine, qui cèdent généralement en quelques heures ou jours.

IMAO

Abréviation d'inhibiteur de la mono-amine-oxydase. Famille de médicaments utilisés en psychiatrie et en neurologie (dépression, maladie de Parkinson). Ces médicaments sont divisés en deux types : les IMAO non sélectifs, qui sont incompatibles avec de nombreux médicaments et même certains aliments, et les IMAO sélectifs (A ou B), pour lesquels ces inconvénients sont absents ou limités.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

insuffisance rénale

Incapacité des reins à éliminer les déchets ou les substances médicamenteuses. Une insuffisance rénale avancée ne se traduit pas forcément par une diminution de la quantité d'urine éliminée. Seuls une prise de sang et le dosage de la créatinine peuvent révéler cette maladie.

insuffisance respiratoire

Incapacité des poumons à oxygéner correctement le sang et à éliminer le gaz carbonique en excès.

morphine

Substance extraite du pavot (opium). La morphine a des propriétés sédatives et antalgiques puissantes. Son usage expose à un risque de dépendance.

myasthénie

Maladie des muscles se traduisant par une fatigabilité anormale pendant l'effort. Il existe des formes de myasthénie plus ou moins graves.

posologie

Quantité et répartition de la dose d'un médicament en fonction de l'âge, du poids et de l'état général du malade.

sédatif
  • Qui apaise, qui calme.

  • Médicament appartenant à différentes familles : anxiolytiques, hypnotiques, antalgiques, antitussifs, antiépileptiques, neuroleptiques, etc. mais aussi antidépresseurs, antihistaminiques H1, antihypertenseurs. Un sédatif peut être responsable de somnolence et augmenter les effets de l'alcool.

sublingual

Voie d'administration d'une substance médicamenteuse qui permet une absorption rapide par les veines situées sous la langue. Le médicament doit être maintenu sous la langue suffisamment longtemps pour passer dans le sang (quelques minutes en général).

syndrome de sevrage

Réaction due à la privation brutale d'une substance (médicament, toxique, alcool, etc.) à laquelle l'organisme a été habitué. Certains médicaments pris pendant la grossesse peuvent provoquer cette réaction chez le nouveau-né. Une forme particulière de syndrome de sevrage est le manque ressenti par les toxicomanes lorsqu'ils sont privés de drogue.

test antidopage

Les sportifs peuvent être soumis à des tests destinés à détecter la présence dans leurs urines de substances dopantes ou de leurs dérivés. Le Comité international olympique et le ministère de la Santé et des Sports tiennent à jour une liste des substances considérées comme dopantes. Ces substances sont très variées : hormones anabolisantes qui développent les muscles, excitants qui augmentent la vigilance, bêtabloquants qui ralentissent le cœur et, par exemple, permettent aux tireurs à l'arc de décocher leur flèche entre deux battements cardiaques, etc. Certains médicaments tels que les crèmes, les gouttes auriculaires, contiennent des substances considérées comme dopantes, mais la probabilité pour que ces substances passent dans le sang et soient retrouvées dans les urines est très faible. Dans le doute, l'éventualité d'une réaction positive est mentionnée pour chaque médicament lorsqu'une substance dopante est présente dans sa composition. Il appartient au sportif de décider avec son médecin s'il peut utiliser ou non un tel médicament.