En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

KIVEXA

Mis à jour : Mardi 19 Septembre 2017

Antirétroviral

Dans quel cas le médicament KIVEXA est-il prescrit ?

Ce médicament est une association de deux antirétroviraux actifs sur les virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Ils appartiennent à la famille des inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse. En bloquant une enzyme, ils empêchent la reproduction du virus dans les cellules infectées, sans toutefois permettre son élimination.

Il est utilisé en association avec d'autres antirétroviraux dans le traitement de l'adulte, de l'adolescent et de l'enfant de plus de 25 kg infectés par le VIH.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament KIVEXA

KIVEXA 600 mg/300 mg : comprimé (orange) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 362,86 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament KIVEXA

p cp
Abacavir300 mg
Lamivudine150 mg
Excipients : Cellulose microcristalline, Hypromellose, Jaune orangé S, Macrogol 400, Magnésium stéarate, Opadry orange, Polysorbate 80, Sodium carboxyméthylamidon, Titane dioxyde

Contre-indications du médicament KIVEXA

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

L'abacavir contenu dans ce médicament peut entraîner la survenue d'une réaction allergique parfois grave. Elle se traduit le plus souvent par une éruption cutanée et/ou de la fièvre. D'autres symptômes tels qu'un malaise, des douleurs musculaires, des manifestations respiratoires (difficulté à respirer, toux, mal de gorge) ou digestives (nausées, vomissements, diarrhée) sont également possibles. Si vous présentez de tels signes, prévenez rapidement votre médecin qui décidera de la conduite à tenir. Il est conseillé de garder avec vous les coordonnées de votre médecin traitant et la carte-patient mentionnant la prise de ce traitement.

Si ce médicament a été arrêté en raison d'une suspicion de réaction allergique, il ne doit jamais être repris par la suite. Il est préférable de rapporter les comprimés restants à la pharmacie pour éviter tout risque d'erreur. De même la prise d'un autre médicament contenant de l'abacavir (TRIUMEQ, TRIZIVIR, ZIAGEN...) est formellement contre-indiquée.

Le risque de réaction allergique liée à l'abacavir est augmenté chez les personnes porteuses du gène HLA-B (type 5701). Un test est toujours pratiqué avant de débuter le traitement pour déterminer si vous êtes porteur du gène. Le médicament ne peut être administré qu'aux patients qui ont un test négatif.

La lamivudine expose à un risque de complication rare mais grave : l'acidose lactique. Certains signes peuvent précéder sa survenue : manifestations digestives (nausées, vomissements, perte de l'appétit, douleurs abdominales, diarrhée), neuromusculaires (crampes ou douleurs musculaires, fourmillements des membres). Plus tardivement, apparaissent une altération de l'état général (fatigue importante, perte de poids) et des manifestations respiratoires (essoufflement). Il est donc important de consulter devant ses signes et d'effectuer une prise de sang comportant un dosage des lactates. L'aggravation de cette complication peut être brutale. Certains facteurs de risque sont signalés : l'obésité, le sexe féminin, certaines situations particulières (intervention chirurgicale, infection, grossesse), certains traitements associés (notamment le traitement d'une hépatite C par de la ribavirine et de l'interféron alpha).

La lamivudine a une activité antivirale contre le virus de l'hépatite B. De ce fait, en cas d'hépatite B chronique associée à l'infection VIH, une surveillance biologique renforcée est nécessaire après l'arrêt de ce médicament (risque de réactivation de l'hépatite).

La prise d'abacavir pourrait être associée à des problèmes cardiaques (infarctus du myocarde). Si vous fumez ou présentez des facteurs de risque cardiaque (hypertension artérielle, hyperlipidémie), informez-en votre médecin.

Des atteintes osseuses sont possibles avec les antirétroviraux, en particulier en cas de traitement corticoïde, d'obésité, de consommation excessive d'alcool ou de dépression du système immunitaire. Prenez un avis médical en cas de douleur de la hanche, du genou ou de l'épaule, de raideur articulaire ou des difficultés à vous déplacer.

Le traitement antiviral n'élimine pas le risque de transmission du VIH à d'autres personnes lors de rapports sexuels : vous devez continuer à prendre les mesures de protections appropriées (préservatifs).

Interactions du médicament KIVEXA avec d'autres substances

les recommandations vis-à-vis de l'association à certains médicaments dépendent des situations et de l'importance de ce traitement associé. Il est préférable de demander conseil à votre médecin traitant ou à votre pharmacien pour la prise d'autres médicaments, surtout en cas de prise prolongée.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu. Si une grossesse survient au cours du traitement, prévenez votre médecin.

Les enfants nés de mère traitée avec ce médicament pendant la grossesse doivent faire l'objet d'un suivi médical renforcé.

Allaitement :

L'infection par le VIH contre-indique l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament KIVEXA

Ce médicament peut être pris pendant ou en dehors des repas.

Posologie usuelle :

  • Adulte et enfant pesant plus de 25 kg : 1 comprimé par jour.

Conseils

Le traitement doit être pris tous les jours : veillez à toujours disposer d'une réserve de médicament.

L'activité d'un traitement antirétroviral est maximale si vous respectez strictement les doses et les modalités de prise. Dans le cas contraire, il existe un risque d'apparition de résistances virales qui peut compromettre l'efficacité des traitements ultérieurs.

Le traitement nécessite un suivi régulier pour s'assurer du bon contrôle de l'infection et prévenir la survenue de complications évolutives (notamment des infections opportunistes). Il est important de garder un contact régulier avec votre médecin traitant.

Conditions particulières de délivrance :

Ce médicament, disponible en ville et à l'hôpital, est un médicament à prescription restreinte : il doit être obligatoirement prescrit pour la première fois à l'hôpital (prescription initiale hospitalière). La prescription peut être renouvelée par le médecin traitant (pour une durée maximale d'un an, si les examens sont satisfaisants) mais toute modification nécessite une nouvelle prescription hospitalière. Elle doit être renouvelée après 12 mois obligatoirement à l'hôpital.

La délivrance des antirétroviraux se fait sur la présentation des 2 ordonnances : la prescription initiale hospitalière datant de moins de 1 an et l'ordonnance de renouvellement du médecin de ville identique à cette dernière.

Effets indésirables possibles du médicament KIVEXA

Fréquents : maux de tête, insomnie, nausées, diarrhée, vomissements, crampes abdominales, perte d'appétit, éruption cutanée, chute de cheveux, toux, douleur articulaire ou musculaire, fièvre, fatigue, faiblesse générale.

Rares : insomnie, fourmillements, hépatite, pancréatite, acidose lactique (voir Attention).

Une réaction allergique, potentiellement grave, peut survenir, le plus souvent au cours des six premières semaines de traitement (voir Attention). Les effets tels que nausées, vomissements, diarrhée, fièvre, torpeur, éruption cutanée sont fréquents et s'aggravent avec la poursuite du traitement. Leur apparition nécessite un avis médical.

Une augmentation des graisses et du taux de glucose dans le sang peut être observée au cours des traitements antirétroviraux.

Les analyses de sang peuvent également révéler une augmentation des transaminases, une diminution du nombre de globules blancs ou des plaquettes sanguines, une anémie, une élévation de la créatine phosphokinase (avec parfois une faiblesse musculaire).

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

La prescription d'un THS semble plus utile les premières années suivant le début de la ménopause (illustration).

Ménopause : un suivi de 18 ans de 27 000 femmes sous THS ou placebo écarte les risques annoncés en 2002

Les IEC et les ARA II sont formellement contre-indiqués aux 2e et 3e trimestres de la grossesse (illustration).

IEC et ARA II : un mésusage persistant pendant la grossesse

A partir du 17 octobre, l'un ou l'autre des pictogramme ci-dessus sera présent sur les boîtes des médicaments à risque pendant la grossesse.

Grossesse : les boîtes de médicaments à risque arborent le pictogramme "femmes enceintes"