CLOPIDOGREL SANDOZ

Mis à jour : Mardi 17 Septembre 2019
Famille du médicament :

Antiagrégant plaquettaire

Ce médicament est un générique de PLAVIX

Dans quel cas le médicament CLOPIDOGREL SANDOZ est-il prescrit ?

Ce médicament est un fluidifiant du sang qui appartient à la famille des antiagrégants plaquettaires. Il est destiné à réduire le risque de formation de caillots dans les vaisseaux sanguins en empêchant les plaquettes de s'agglutiner.

Il est utilisé pour prévenir les accidents cardiovasculaires dus à l'athérosclérose :

Il est également utilisé en association avec l'aspirine en prévention des accidents thromboemboliques chez les personnes atteintes de fibrillation auriculaire (une forme d'arythmie), lorsque les anticoagulants oraux ne peuvent pas être utilisés.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament CLOPIDOGREL SANDOZ

CLOPIDOGREL SANDOZ 75 mg : comprimé (rose) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 10,40 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament CLOPIDOGREL SANDOZ

p cp
Clopidogrel75 mg
Huile de ricin+
Excipients : Cellulose microcristalline, Fer rouge oxyde, Hyprolose faiblement substituée, Hypromellose, Macrogol 400, Opadry rose, Ricin huile hydrogénée, Titane dioxyde

Contre-indications du médicament CLOPIDOGREL SANDOZ

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Comme tout fluidifiant sanguin, ce médicament est susceptible d'allonger le temps de saignement en cas de blessure. Néanmoins, tout saignement anormal par sa durée ou son type (saignement de nez ou des gencives, présence de sang dans les urines ou les selles...) impose un avis médical rapide : la réalisation d'une numération formule sanguine peut être nécessaire.

De cas de purpura thrombopénique thrombotique, un trouble potentiellement grave, ont été très rarement observés lors de l'utilisation du clopidogrel : en cas de survenue d'une fièvre, de troubles de la conscience, de petites taches rouges sous la peau, d'une fatigue intense, consultez sans tarder votre médecin.

Des précautions sont nécessaires en cas de traumatisme, de troubles de la coagulation, d'insuffisance rénale, de trouble du foie ou d'antécédent d'allergie à un autre antiagrégant plaquettaire (ticlopidine, prasugrel).

En cas d'intervention chirurgicale ou dentaire programmée, signalez la prise de ce médicament à l'anesthésiste ou au dentiste. Il pourra être décidé en accord avec votre médecin de suspendre le traitement quelques jours afin de limiter le risque de saignements.

Interactions du médicament CLOPIDOGREL SANDOZ avec d'autres substances

L'addition de l'effet de ce médicament à celui des autres antiagrégants plaquettaires (aspirine notamment) ou des anticoagulants peut augmenter le risque de saignement.

Ne prenez pas d'AINS sans en informer votre médecin ; ils sont susceptibles de provoquer des saignements du tube digestif qui peuvent être aggravés par ce médicament.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez un médicament contenant de l'oméprazole ou l'ésoméprazole (utilisé pour traiter les brûlures d'estomac ou les ulcères de l'estomac ou du duodénum).

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu : seul votre médecin peut évaluer le risque éventuel de son utilisation dans votre cas.

Allaitement :

Les données disponibles ne permettent pas de savoir si ce médicament passe dans le lait maternel ; un choix est donc nécessaire entre l'allaitement et la prise du médicament. Cette décision devra être prise en accord avec votre médecin.

Mode d'emploi et posologie du médicament CLOPIDOGREL SANDOZ

Ce médicament doit être pris si possible au même moment tous les jours, au cours ou en dehors des repas.

En cas d'infarctus du myocarde, le traitement peut être démarré quelques jours après l'infarctus et jusqu'à 35 jours après celui-ci et dans le cas d'un accident vasculaire cérébral, il peut être démarré sept jours après l'accident et jusqu'à six mois après celui-ci.

Posologie usuelle :

  • Adulte : 1 comprimé à 75 mg par jour.

Chez les personnes souffrant d'un syndrome coronarien aigu : une dose d'attaque de 300 mg est initialement prescrite. Le traitement est poursuivi avec 1 comprimé à 75 mg par jour en association avec l'aspirine.

Conseils

En cas d'oubli d'un comprimé, si celui-ci est constaté moins de 12 heures après l'heure habituelle, il faut prendre immédiatement le comprimé oublié et poursuivre le traitement à l'heure habituelle. Si l'oubli est constaté plus de 12 heures après l'heure prévue, ne pas prendre le comprimé oublié et continuer le traitement à l'horaire habituel.

Ce médicament ne dispense pas des mesures non médicamenteuses ayant montré leur efficacité pour lutter contre l'athérosclérose : arrêt d'un tabagisme éventuel, régime alimentaire de type méditerranéen, exercice physique régulier.

Effets indésirables possibles du médicament CLOPIDOGREL SANDOZ

Les effets indésirables les plus fréquents sont les saignements : hématome, saignements de nez, hémorragie digestive, saignement au point d'injection en cas de piqûre ; plus rarement : saignement oculaire, cérébral, pulmonaire ou articulaire, sang dans les urines.

Les autres effets indésirables sont :

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

accident thromboembolique

Accident qui résulte de l'obstruction (embolie) d'un vaisseau sanguin par un caillot (thrombus).

Le vaisseau peut être une artère : il s'agit alors d'une embolie artérielle, qui provoque une ischémie (privation de sang oxygéné) dans la région que cette artère irriguait. Une ischémie grave aboutit à la mort des tissus privés d'oxygène : l'infarctus. Heureusement, dans de nombreux cas, une artère voisine permet d'éviter l'infarctus en apportant du sang oxygéné dans la région victime de l'ischémie.

Le cœur est irrigué par les artères coronaires qui ont la propriété d'être peu reliées entre elles, ce qui explique la gravité d'un accident thromboembolique coronarien : une partie du muscle cardiaque, le myocarde, est détruite (infarctus du myocarde).

L'obstruction d'une veine est moins grave, car les veines assurent le retour du sang chargé de gaz carbonique vers le cœur. L'obstruction d'une veine est généralement appelée thrombophlébite. La gravité d'une thrombophlébite, ou phlébite, tient à la possibilité pour un caillot de se détacher de la veine et d'être emporté par le sang veineux jusqu'au cœur. Après avoir traversé l'oreillette droite et le ventricule droit, ce caillot va pénétrer dans une artère pulmonaire et obstruer un vaisseau sanguin, provoquant une embolie pulmonaire et un infarctus pulmonaire.

accident vasculaire cérébral

Lésion du cerveau due à une hémorragie ou à l'obstruction brutale d'une artère. En fonction de l'importance de la lésion, les conséquences sont plus ou moins graves : malaise passager, paralysie, coma.

Abréviation : AVC.

AINS

Abréviation d'anti-inflammatoire non stéroïdien. Famille de médicaments anti-inflammatoires qui ne sont pas dérivés de la cortisone (stéroïdes), et dont le plus connu est l'aspirine.

allergie

Réaction cutanée (démangeaisons, boutons, gonflement) ou malaise général apparaissant après un contact avec une substance particulière, l'utilisation d'un médicament ou l'ingestion d'un aliment. Les principales formes d'allergie sont l'eczéma, l'urticaire, l'asthme, l'œdème de Quincke et le choc allergique (choc anaphylactique). L'allergie alimentaire peut également se traduire par des troubles digestifs.

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

antiagrégant plaquettaire

Médicament qui empêche les plaquettes de s'agglutiner et donc les caillots de se former. L'antiagrégant plaquettaire le plus ancien est l'aspirine prise à petite dose.

Les antiagrégants ne doivent pas être confondus avec les anticoagulants dont le mécanisme d'action est différent.

anticoagulant

Médicament qui empêche le sang de coaguler et qui prévient donc la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins.

Les anticoagulants sont utilisés pour traiter ou prévenir les phlébites, les embolies pulmonaires, certains infarctus. Ils permettent aussi d'empêcher la formation de caillots dans le cœur lors de troubles du rythme comme la fibrillation auriculaire ou en cas de valve cardiaque artificielle.

Il existe deux grand types d'anticoagulants :
  • les anticoagulants oraux, qui bloquent l'action de la vitamine K (antivitamine K, ou AVK) et dont l'efficacité est contrôlée par un dosage sanguin : l'INR (anciennement TP) ;

  • les anticoagulants injectables, dérivés de l'héparine, dont l'efficacité peut être contrôlée par le dosage sanguin de l'activité anti-Xa, le Temps de Howell (TH) ou le Temps de Cephalin Kaolin (TCK) suivant les produits utilisés. Un dosage régulier des plaquettes sanguines est nécessaire pendant toute la durée d'utilisation d'un dérivé de l'héparine.

artérite

Maladie des artères favorisée par le tabagisme et le plus souvent localisée aux jambes. Elle se caractérise par un épaississement des parois artérielles qui gêne la circulation du sang et entraîne des douleurs au cours de la marche (claudication intermittente). L'artérite des membres inférieurs augmente le risque de survenue d'infarctus du myocarde et nécessite un traitement médicamenteux. À un stade évolué, elle peut être traitée chirurgicalement.

Synonyme : artériopathie oblitérante des membres inférieurs.

arythmie

Irrégularité du fonctionnement du cœur.

Voir aussi : trouble du rythme cardiaque.

athérosclérose

Vieillissement et rétrécissement des artères, dus à des dépôts de cholestérol et de calcium.

duodénum

Partie de l'intestin dans laquelle pénètrent les aliments issus de l'estomac.

éruption cutanée

Apparition de boutons ou de plaques sur la peau. Ces lésions peuvent être dues à un aliment, à un médicament, et traduire une allergie ou un effet toxique. De nombreux virus peuvent également provoquer des éruptions de boutons : celles de la rubéole, de la roséole et de la rougeole sont les plus connues.

globule blanc

Cellule présente dans le sang. Il en existe différents types : les polynucléaires neutrophiles, qui augmentent lors des infections ; les polynucléaires éosinophiles, dont le nombre est élevé chez les personnes allergiques ou en cas de parasitose ; les polynucléaires basophiles ; les lymphocytes et monocytes, dont le nombre s'élève en cas d'infection virale ou d'atteinte de la moelle osseuse.

hématome

Accumulation anormale de sang à l'intérieur du corps.

hémorragie

Perte de sang à partir d'une artère ou d'une veine. Une hémorragie peut être externe, mais également interne et passer inaperçue.

hépatite

Inflammation du foie. Elle peut être due à un médicament, à un virus, à l'alcool ou à une autre cause.

Les hépatites virales guérissent généralement sans traitement. Contrairement aux hépatites A et E presque toujours bénignes, les hépatites B et C peuvent devenir chroniques : le virus persiste dans l'organisme du malade qui reste contagieux mais ne souffre pas obligatoirement de troubles hépatiques. L'hépatite chronique est dite active lorsque le virus continue à détruire les cellules du foie, destruction traduite par l'augmentation des transaminases dans le sang.

infarctus du myocarde

Destruction d'une partie du muscle cardiaque (myocarde), privé de sang par obstruction de ses artères.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

insuffisance rénale

Incapacité des reins à éliminer les déchets ou les substances médicamenteuses. Une insuffisance rénale avancée ne se traduit pas forcément par une diminution de la quantité d'urine éliminée. Seuls une prise de sang et le dosage de la créatinine peuvent révéler cette maladie.

numération formule sanguine

La numération mesure le nombre de globules rouges (hématies), de globules blancs (leucocytes) et de plaquettes dans le sang. La formule sanguine précise le pourcentage des différents globules blancs : neutrophiles, éosinophiles, basophiles, lymphocytes, monocytes.

Abréviation : NFS.

pancréatite

Inflammation ou infection du pancréas. Cette glande située derrière l'estomac sécrète des enzymes digestives ainsi que l'insuline, indispensable au métabolisme des sucres.

Une pancréatite aiguë se traduit par des douleurs abdominales ou dorsales extrêmement violentes. Elle est confirmée par une prise de sang spécifique.

plaquettes

Petites cellules présentes dans le sang : elles participent à la formation des caillots.

purpura

Taches cutanées rouges ou violacées dues à de petites hémorragies sous-cutanées. Le purpura thrombopénique est provoqué par une baisse importante du nombre de plaquettes dans le sang.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

syndrome coronarien aigu

Occlusion partielle d'une artère coronaire irriguant le cœur, qui se traduit par une douleur oppressante dans la poitrine, accompagnée ou non de douleurs au cou, aux mâchoires et/ou aux épaules. Le syndrome coronarien aigu nécessite, au même titre que l'infarctus du myocarde, une prise en charge médicale urgente.

Synonyme : angor instable.

ulcère

Lésion en creux de la peau, des muqueuses ou de la cornée.

  • Ulcère de jambe : plaie chronique due à une mauvaise circulation du sang.

  • Ulcère gastroduodénal : plaie localisée de la muqueuse de l'estomac ou du duodénum, due à un excès d'acidité et très souvent à la présence d'une bactérie (Helicobacter pylori). L'ulcère est favorisé par le stress, l'alcool, le tabagisme et la prise de certains médicaments (aspirine, AINS, etc.).