En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

OXYNORMORO

Mis à jour : Mardi 18 Septembre 2018
Famille du médicament :

Antalgique apparenté à la morphine

Dans quel cas le médicament OXYNORMORO est-il prescrit ?

Ce médicament est un antalgique puissant, apparenté à la morphine. Il combat la douleur en agissant directement sur le cerveau.

Il est utilisé dans le traitement des douleurs rebelles, notamment des douleurs d'origine cancéreuse.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament OXYNORMORO

OXYNORMORO 5 mg : comprimé orodispersible (arôme menthe) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 2,19 €.
OXYNORMORO 10 mg : comprimé orodispersible (arôme menthe) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 3,83 €.
OXYNORMORO 20 mg : comprimé orodispersible (arôme menthe) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 7,61 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament OXYNORMORO

p cpp cpp cp
Oxycodone chlorhydrate5 mg10 mg20 mg
Aspartam+++
Excipients : Amidon de maïs, Aspartam, Cellulose microcristalline, Crospovidone, Eudragit E 30D, Hypromellose, Magnésium stéarate, Maltodextrine, Mannitol, Menthe arôme, Saccharose, Silice dioxyde

Contre-indications du médicament OXYNORMORO

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament, comme les autres antalgiques apparentés à la morphine, expose à un risque de dépendance. Ce risque est minime dans les conditions d'utilisation médicale. Des symptômes de sevrage peuvent être observés en cas d'arrêt brutal du traitement. En cas de traitement prolongé, une diminution progressive des doses sous surveillance médicale permet de limiter le risque de syndrome de sevrage.

Des précautions sont nécessaires dans les situations suivantes : insuffisance rénale, insuffisance hépatique, hypothyroïdie, maladie d'Addison, rétrécissement des voies bilaires, maladie intestinale inflammatoire, épilepsie, hypertension intrâcranienne, adénome de la prostate, suite de chirurgie intestinale, alcoolisme ou de dépendance connue aux opiacés.

Chez la personne âgée, l'augmentation des doses en fonction de la douleur doit suivre les recommandations du médecin, du fait d'un risque plus important de surdosage.

La prise d'alcool doit être évitée pendant le traitement : risque d'augmentation des effets indésirables.

Attention : conducteurCe médicament peut induire une somnolence parfois intense chez certaines personnes. Cette somnolence peut être augmentée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs. La conduite ou l'utilisation de machines dangereuses sont déconseillées.

Attention : sportifSportif : ce médicament contient une substance susceptible de rendre positifs certains tests antidopage.

Interactions du médicament OXYNORMORO avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé à un antalgique contenant de la buprénorphine (TEMGESIC...), de la nalbuphine, de la pentazocine, de la naltrexone, du nalméfène : diminution de l'effet antalgique.

Il peut interagir avec certains antibiotiques de la famille des macrolides (clarithromycine, érythromycine, télithromycine), certains antifongiques (kétoconazole, itraconazole, voriconazole, posaconazole) et les traitements contenant du ritonavir, du cobicistat ou du bocéprévir.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez un sédatif (par exemple un tranquillisant, un somnifère, un antidépresseur, un neuroleptique ou un antalgique opiacé), un produit de phytothérapie contenant du millepertuis ou un médicament contenant l'une des substances suivantes : rifampicine, rifabutine, carbamazépine, phénytoïne, primidone, phénobarbital, éfavirenz ou oxcarbazépine.

Évitez également de consommer du jus de pamplemousse pendant le traitement.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu : seul votre médecin peut évaluer le risque éventuel de son utilisation dans votre cas.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel ; un choix est donc nécessaire entre l'allaitement et la prise du médicament. Cette décision devra être prise en accord avec votre médecin.

Mode d'emploi et posologie du médicament OXYNORMORO

Le comprimé doit être mis dans la bouche où il se délite rapidement.

Posologie usuelle :

  • Adulte à partir de 18 ans : 5 mg toutes les 4 à 6 heures. Cette posologie peut être augmentée quotidiennement en fonction du résultat sur la douleur. Chez les patients antérieurement traités par un autre dérivé de l'opium, la dose initiale peut être plus élevée.

Conseils

Respectez la posologie et la durée de traitement prescrites par votre médecin. Mais si le traitement paraît insuffisant, n'hésitez pas à reprendre contact avec lui.

La prescription de morphine et de substances apparentées (stupéfiants) est rédigée par le médecin sur une ordonnance sécurisée.

La durée de validité de l'ordonnance est limitée à 28 jours.

Effets indésirables possibles du médicament OXYNORMORO

Très fréquents (plus de 10 % des cas) : constipation, nausées, vomissements, somnolence, sensations vertigineuses, maux de tête, démangeaisons. Des médicaments peuvent être prescrits pour limiter la constipation.

Fréquents (1 à 10 % des cas) : diminution de l'appétit, anxiété, confusion des idées, dépression, insomnie, nervosité, troubles de la pensée, cauchemars, plus spécialement chez le sujet âgé, tremblements, essoufflement, douleur abdominale, diarrhée, bouche sèche, digestion difficile, éruption cutanée, transpiration excessive.

Peu fréquents (0,1 à 1 % des cas) : soif, agitation, euphorie, hallucinations, trous de mémoire, convulsions, perte de sensibilité de la peau, contractions musculaires involontaires, troubles du langage, malaise, fourmillements, altération du goût, trouble de la vision, contraction de la pupille, palpitations, ballonnements, renvois, sécheresse de la peau, troubles de l'érection, diminution de la libido, difficultés à uriner, frissons, syndrome de sevrage, augmentation des transaminases.

Rares : ralentissement du cœur, insuffisance respiratoire, hypotension orthostatique, urticaire, carie, arrêt des règles, réaction allergique.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (1)

Le 03/02/2018 à 10:30
avatar youen
youen Profession non médicale / Autre
bonjour,
ma femme prend du 5+5mg 4 fois par jour depuis 5 jours et du doliprane 1000 même fréquence sans améliorations de sa douleur vertébral est-il possible pour sa dernière prise du soir avant de se coucher de prendre 15mg??
Merci pour votre réponse

3 6
Le 06/02/2018 à 10:59
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour
Prendre 15 mg au lieu de 10 au coucher a de bonne chances d'être bien supporté, mais je ne peux pas vous le garantir. Elle le saura en essayant.

5 7

Actualités

DI-HYDAN est indiqué dans le traitement de certaines formes d'épilepsie chez l'enfant et l'adulte (illustration).

Epilepsie : rupture de stock de DI-HYDAN (phénytoïne) jusqu’en novembre

Nouvelle seringue de DOLIPRANE 2,4 % sans sucre suspension buvable.

DOLIPRANE 2,4 POUR CENT SANS SUCRE suspension buvable (paracétamol) : une nouvelle seringue pour administration orale

Représentation en 3D d'un virus de l'hépatite C (illustration).

Hépatite C chronique : arrêt de commercialisation d’EXVIERA et VIEKIRAX