En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

AMIODARONE ZYDUS

Mis à jour : Mardi 12 Juillet 2016
Famille du médicament :

Antiarythmique

12/07/2016 : ce médicament est en arrêt de commercialisation. Il n’est plus disponible en pharmacie ou ne le sera bientôt plus.

Si vous devez prendre ce médicament, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui pourront vous conseiller un autre traitement.

Le document ci-dessous représente la dernière fiche publiée par Vidal concernant ce médicament et ne préjuge en rien des évolutions ayant pu survenir postérieurement à cette publication.

Ce médicament est un générique de CORDARONE

Dans quel cas le médicament AMIODARONE ZYDUS est-il prescrit ?

Ce médicament appartient à la classe III de la famille des antiarythmiques. Il ralentit le cœur et le fait battre plus régulièrement. Il contient de l'iode.

Il est utilisé dans la prévention et le traitement de certains troubles du rythme cardiaque.

Présentations du médicament AMIODARONE ZYDUS

AMIODARONE ZYDUS 200 mg : comprimé sécable ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste I)

Composition du médicament AMIODARONE ZYDUS

p cp
Amiodarone chlorhydrate200 mg
Lactose+

Contre-indications du médicament AMIODARONE ZYDUS

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament peut provoquer divers troubles : anomalie du fonctionnement de la thyroïde, inflammation du foie, altération pulmonaire. Des prises de sang régulières (bilan thyroïdien, dosage des transaminases) et une éventuelle radiographie des poumons permettent de dépister ces anomalies.

Pensez à signaler à votre médecin, lors des consultations pour le suivi du traitement, tout trouble nouvellement apparu tel que : essoufflement, toux sèche, fatigue inexpliquée, perte d'appétit, amaigrissement, douleurs musculaires.

La survenue d'un trouble de la vision ou d'une baisse de la vision nécessite un examen ophtalmologique rapide.

L'amiodarone peut entraîner une photosensibilisation : une exposition minime aux rayons ultraviolets peut être responsable de coups de soleil. Pendant le traitement, évitez de vous exposer au soleil ou appliquez un écran total.

En cas d'intervention chirurgicale programmée, prévenez l'anesthésiste de la prise de ce médicament.

Interactions du médicament AMIODARONE ZYDUS avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé aux autres médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes : risque de troubles du rythme cardiaque, parfois mortels.

Il peut interagir avec les médicaments contenant de l'halofantrine ou de la pentamidine.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez un anticoagulant oral, un digitalique, un bêtabloquant, un médicament susceptible de provoquer une hypokaliémie (diurétique hypokaliémiant, laxatifs stimulants, corticoïde, amphotéricine B) ou un médicament contenant une des substances suivantes : diltiazem, vérapamil, clonidine, guanfacine, ciclosporine, phénytoïne, rivastigmine, donézépil ou tacrine.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Ce médicament est contre-indiqué à partir du 2e trimestre de la grossesse : risque d'anomalie de la glande thyroïde chez le nouveau-né.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel : l'allaitement est contre-indiqué.

Mode d'emploi et posologie du médicament AMIODARONE ZYDUS

Ce médicament présente une caractéristique particulière : son effet est long à apparaître (une semaine) et à disparaître (plusieurs semaines après un traitement prolongé). Il est donc fréquent que le médecin prescrive au début des posologies élevées pour obtenir un effet plus rapide. De même, un traitement discontinu est possible : pas de prise le samedi ni le dimanche par exemple.

Posologie usuelle :

Traitement d'entretien : 1/2 à 2 comprimés par jour, en une seule prise.

Effets indésirables possibles du médicament AMIODARONE ZYDUS

L'accumulation d'amiodarone dans la cornée peut, rarement, provoquer un dépôt susceptible d'entraîner des troubles visuels : halo coloré en lumière vive, brouillard visuel. Tous ces troubles disparaissent progressivement et complètement à l'arrêt du traitement. Très rarement, baisse de la vision, nécessitant l'arrêt du traitement.

Rougeurs par photosensibilisation (voir Attention) ; plus rarement, coloration grisâtre réversible de la peau, réaction allergique cutanée.

Anomalies du fonctionnement de la glande thyroïde (voir Attention).

Atteinte des poumons, pouvant se traduire par un essoufflement, une toux sèche et parfois une fatigue prononcée et une perte de poids. Un avis médical s'impose. Très rarement, crise d'asthme.

Ralentissement du cœur, bloc auriculoventriculaire.

Troubles digestifs bénins (nausées, vomissements, goût amer ou métallique), habituellement en début de traitement.

Tremblements, troubles du sommeil (cauchemars), maux de tête, engourdissement ou picotement dans les extrémités, faiblesse musculaire.

Augmentation des transaminases, jaunisse, hépatite.

Laboratoire Zydus France

Actualités

SRILANE est indiqué dans le traitement local d'appoint des entorses, des contusions et de la lombalgie aiguë (illustration).

SRILANE 5 % crème (idrocilamide) : arrêt de commercialisation depuis mi-octobre

Les substituts nicotiniques remboursables sur prescription médicale « classique » n'entrent plus dans le cadre du forfait annuel, à hauteur de 150 € par an et par personne (illustration).

NICORETTESKIN (boîte de 7), NIQUITIN et NIQUITINMINIS : désormais remboursables sur prescription "classique"

La seringue pour administration orale de VIMPAT 10 mg/mL sirop doit être utilisée chez les enfants et adolescents de moins de 50 kg.

VIMPAT 10 mg/mL sirop (lacosamide) : ajout d'une seringue orale adaptée aux enfants à partir de 4 ans