En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

STELARA

Mis à jour : Mardi 19 Septembre 2017

Immunosuppresseur

Dans quel cas le médicament STELARA est-il prescrit ?

Ce médicament contient un anticorps monoclonal qui bloque l'action de deux protéines du système immunitaires (interleukines). Il a un effet immunosuppresseur sélectif. Il pourrait diminuer ainsi certains processus inflammatoires susceptibles d'avoir un rôle dans la survenue du psoriasis.

Il est utilisé dans le traitement du psoriasis en cas d'échec, de contre-indication ou d'intolérance aux autres traitements généraux dont la ciclosporine, le méthotrexate ou la puvathérapie chez l'adulte et l'enfant de plus de 12 ans.

Il est également utilisé, seul ou en association avec le méthotrexate, dans le traitement du rhumatisme psoriasique en cas de non réponse à un autre traitement chez l'adulte.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament STELARA

STELARA 45 mg : solution injectable SC ; seringue préremplie de 0,5 ml
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte, médicament d'exception - Remboursable à 65 % - Prix : 2486,99 €.
STELARA 90 mg : solution injectable SC ; seringue préremplie de 1 ml
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte, médicament d'exception - Remboursable à 65 % - Prix : 2486,99 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament STELARA

p serp ser
Ustekinumab45 mg90 mg
Excipients : Caoutchouc naturel, Eau ppi, Histidine, Histidine chlorhydrate monohydrate, Polysorbate 80, Protéines murines, Saccharose

Contre-indications du médicament STELARA

Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas d'infection sévère en cours (tuberculose en évolution par exemple).

Attention

Ce médicament expose à un risque accru d'infections, notamment des voies respiratoires. Un bilan approfondi à la recherche d'une infection, notamment de la tuberculose, doit être effectué avant la mise en route du traitement. Cette surveillance doit être poursuivie au cours du traitement et après son arrêt.

Consultez rapidement votre médecin en cas de fièvre persistante même légère, de toux, d'amaigrissement même modéré, de douleurs dentaires, de brûlures urinaires.

Des précautions sont nécessaires en cas d'infections fréquentes ou chroniques.

Les immunosuppresseurs, comme l'ustekinumab, sont susceptibles d'augmenter le risque de cancer. Signalez à votre médecin tout antécédent de cancer.

Le traitement doit être interrompu en cas de réaction allergique (éruption cutanée, œdème, vertiges, essoufflement...).

Interactions du médicament STELARA avec d'autres substances

Aucun vaccin vivant (fièvre jaune, rougeole, oreillons, rubéole par exemple) ne doit être administré pendant le traitement. Un délai d'au mois 3 mois et demi est nécessaire entre la dernière injection de ce médicament et l'administration d'un vaccin vivant.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament sur la grossesse est mal connu : son usage est déconseillé chez la femme enceinte. Une méthode de contraception appropriée doit être utilisée pendant le traitement et au cours des 4 mois suivant son arrêt.

Allaitement :

L'allaitement est déconseillé pendant toute la durée du traitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament STELARA

La solution est injectée par voie sous-cutanée, si possible dans une zone de peau non lésée. Les patients peuvent être formés à la technique d'auto-injection. La première injection doit être réalisée sous la surveillance d'un professionnel de santé.

Posologie usuelle :

  • Adulte de plus de 18 ans : une première injection de 45 mg, suivie d'une autre injection de 45 mg, 4 semaines plus tard, puis une injection tous les 3 mois. Une dose de 90 mg par injection peut être prescrite aux personnes pesant plus de 100 kg.

  • Adolescent de plus de 12 ans : le volume à injecter est fonction du poids de l'enfant. Les deux premières injections sont espacées d'un mois, puis les injections sont ensuite pratiquées toutes les 12 semaines.

En l'absence d'amélioration après 6 mois de traitement, l'arrêt de celui doit être envisagé.

Conseils

La solution doit être conservée au réfrigérateur (entre 2° C et 8° C), à l'abri de la lumière.

Le produit ne doit pas être injecté si la solution est décolorée ou laiteuse, ou si elle contient des particules.

Conditions particulière de délivrance :

Ce médicament est un médicament à prescription restreinte et un médicament d'exception : il doit obligatoirement être prescrit pour la première fois à l'hôpital, par un médecin spécialisé en dermatologie ou en médecine interne. Chaque ordonnance de renouvellement (d'un modèle particulier) doit être présentée au pharmacien, accompagnée de la prescription hospitalière initiale, valable 1 an.

Effets indésirables possibles du médicament STELARA

Très fréquents : rhume, infection des voies respiratoires.

Fréquents : vertiges, maux de tête, dépression, nez bouché, nausées, diarrhée, démangeaisons, douleur du dos, douleurs musculaires ou articulaires, fatigue, rougeur au point d'injection.

Plus rarement : douleur ou gonflement au point d'injection, infection grave, tumeur, réaction allergique.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

La prescription d'un THS semble plus utile les premières années suivant le début de la ménopause (illustration).

Ménopause : un suivi de 18 ans de 27 000 femmes sous THS ou placebo écarte les risques annoncés en 2002

Les IEC et les ARA II sont formellement contre-indiqués aux 2e et 3e trimestres de la grossesse (illustration).

IEC et ARA II : un mésusage persistant pendant la grossesse

A partir du 17 octobre, l'un ou l'autre des pictogramme ci-dessus sera présent sur les boîtes des médicaments à risque pendant la grossesse.

Grossesse : les boîtes de médicaments à risque arborent le pictogramme "femmes enceintes"