En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

REMICADE

Mis à jour : Mardi 18 Septembre 2018
Famille du médicament :

Agent anti-TNF

Dans quel cas le médicament REMICADE est-il prescrit ?

Ce médicament est un immunosuppresseur qui appartient à la famille des agents anti-TNF. Il contient un anticorps monoclonal, produit par biotechnologie et conçu pour se fixer sur le facteur de nécrose tumorale (TNF ou Tumor Necrosis Factor) et bloquer son action. Le TNF est une protéine qui intervient dans les processus inflammatoires. En bloquant le TNF, il permet de diminuer l'inflammation dans diverses maladies inflammatoires chroniques invalidantes. Il contribue ainsi à réduire les symptômes de certains rhumatismes inflammatoires (douleur, raideur, gonflement...) et à ralentir la progression des lésions articulaires.

Il est utilisé dans le traitement de fond :
  • de la polyarthrite rhumatoïde de l'adulte, en association avec le méthotrexate ;

  • de la spondyarthrite ankylosante de l'adulte, en cas de réponse insuffisante aux autres traitements de fond classiques ;

  • du psoriasis et du rhumatisme psoriasique de l'adulte, seul ou en association avec le méthotrexate, en cas de réponse insuffisante aux autres traitements habituels ;

  • de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique chez l'adulte et l'enfant de plus de 6 ans.

Présentations du médicament REMICADE

REMICADE : poudre pour solution à diluer pour perfusion ; 1 flacon
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte -  

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament REMICADE

p fl
Infliximab100 mg
Excipients : Caoutchouc, Phosphate disodique, Phosphate monosodique, Polysorbate 80, Protéines murines, Saccharose

Contre-indications du médicament REMICADE

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Des cas exceptionnels de réaction allergique grave ont été constatés au cours de la perfusion ou dans les heures qui ont suivi ; ce risque justifie la nécessité de réaliser la perfusion en milieu hospitalier où un traitement d'urgence pourra être entrepris sans délai en cas de problème.

Ce médicament diminue les défenses immunitaires et expose à un risque accru d'infection. Son utilisation nécessite un bilan approfondi à la recherche d'une infection, notamment de la tuberculose ou d'une hépatite B, avant la mise en route du traitement. Une vigilance particulière de votre part est également préconisée pendant le traitement : vous devez consulter rapidement votre médecin en cas de fièvre supérieure à 38 °C, de toux, d'amaigrissement, de douleurs dentaires, de brûlures urinaires. Toute infection doit être traitée sans tarder pour éviter les complications.

Une carte de signalement patient contenant des informations importantes de sécurité d'emploi vous est remise au moment de la prescription. Elle permet de noter les dates des tests de dépistage de la tuberculose et de l'hépatite B, ainsi que les dates d'injection.

Un suivi médical est effectué pendant le traitement et doit être poursuivi 5 mois après la fin du traitement. Ce suivi est renforcé en cas d'antécédent d'infections fréquentes ou chroniques, de prédisposition aux infections (diabète), de bronchite chronique ou de sclérose en plaques.

Des analyses de sang (numération formule sanguine, dosage des transaminases) doivent être pratiquées régulièrement. Signalez rapidement à votre médecin tout signe de trouble sanguin tel que fièvre persistante, bleus sans cause évidente, saignements, pâleur.

Prenez également un avis médical en cas de signes d'insuffisance cardiaque (essoufflement inhabituel, gonflement des pieds). L'arrêt du traitement doit être envisagé.

Les traitements par anti-TNF peuvent augmenter le risque de cancer (dont lymphome et mélanome). Un examen cutané régulier est recommandé, en particulier pour les personnes ayant des facteurs de risque de cancer cutané.

En cas d'intervention chirurgicale ou de soins dentaires, signalez à votre chirurgien ou à votre dentiste la prise de ce médicament.

Interactions du médicament REMICADE avec d'autres substances

Aucun vaccin vivant (contre la fièvre jaune, la rougeole, les oreillons ou la rubéole) ne doit être administré pendant le traitement.

Informez votre médecin si vous prenez un immunosuppresseur contenant l'une des substances suivantes : anakinra, abatacept.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Chez la femme en âge de procréer, une contraception efficace doit être utilisée pendant le traitement et au cours des 6 mois suivant son arrêt.

L'effet de ce médicament sur la grossesse est mal connu : son usage est déconseillé chez la femme enceinte. En cas d'injection du médicament durant la deuxième moitié de la grossesse, informez-en le médecin qui suit votre bébé ; des précautions particulières sont recommandées les premiers mois en raison d'un risque plus élevé d'infection.

Allaitement :

La possibilité d'un effet du médicament chez le nourrisson est peu probable. Néanmoins, l'allaitement est déconseillé pendant toute la durée du traitement, et au moins 6 mois après son interruption.

Mode d'emploi et posologie du médicament REMICADE

La solution est injectée en perfusion intraveineuse lente de 1 à 2 heures en milieu hospitalier.

Posologie usuelle :

La posologie est fonction du poids du patient et des indications.

L'intervalle entre les injections varie selon les cas.

Conseils

Les flacons doivent être conservés au réfrigérateur (entre + 2 °C et + 8 °C). Ils ne doivent pas être congelés.

Conditions particulières de délivrance :

Ce médicament est un médicament à prescription restreinte : il doit obligatoirement être prescrit à l'hôpital.

Effets indésirables possibles du médicament REMICADE

Très fréquents (plus de 10 % des patients) : infection virale (telle que grippe), infection des voies respiratoires supérieures, sinusite, nausées, douleur abdominale, maux de tête.

Fréquents (1 à 10 % des patients) : infection bactérienne, bronchite, essoufflement, saignement de nez, dépression, insomnie, vertiges, étourdissement, troubles de la sensibilité, conjonctivite, tachycardie, palpitations, bouffées de chaleur, bleus, diarrhée, constipation, brûlures d'estomac, hémorragie digestive, éruption cutanée, démangeaisons, transpiration excessive, peau sèche, urticaire, aggravation d'un psoriasis, douleur articulaire ou musculaire, élévation des transaminases, anomalie de la numération formule sanguine, réaction au point d'injection.

Peu fréquents (moins de 1 % des patients) : somnolence, agitation, confusion, nervosité, fourmillements, mycose, pyélonéphrite, arythmie, malaise, aggravation ou apparition d'une insuffisance cardiaque, hypertension artérielle, hépatite, fatigue, fièvre, œdèmes.

Rares (moins de 0,1 % des patients) : tuberculose, septicémie, cancer (dont lymphome et mélanome), atteinte neurologique pouvant évoquer une sclérose en plaque, choc anaphylactique, éruption cutanée bulleuse.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (14)

Le 24/04/2015 à 19:55
avatar Pika64
Pika64
Bonjour, J'ai un Crohn diagnostiqué en 2007, plusieurs longues hospitalisations, traitée par Humira pendant 3 mois mais le traitement n'a pas marché. Mon gastro entérologue m'a mise sous Rémicade , j'ai fait ma 2ème perf il y a 2 jours. Je souffre de bouffées de chaleur, prise de poids , faiblesse musculaire, grosse fatigue . Difficile de dire pour l'instant si le traitement est efficace ou non mais les effets secondaires ressentis sont très gênants et handicapants, j'ai pris tellement de poids que je n'ose plus sortir de chez moi. Pouvez vous me dire si vous ressentez les mêmes symptômes? Merci pour vos conseils

28 13
Le 24/11/2014 à 14:59
avatar Pika64
Pika64
bonjour j'ai un ami malade du crohn

8 9
Le 19/09/2014 à 20:59
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour Lakat,

II est de la même famille qu'Enbrel ou Humira, mais pas identique, donc il est possible qu'il vous réussisse mieux que les autres.... Mais ce sont vos soignants qui pourront davantage vous éclairer sur son intérêt en fonction de votre état de santé...

8 1
Le 11/09/2014 à 20:25
avatar Pika64
Pika64
Bonjour cela fait 2 ans que l'on m'a diagnostiqué une s.p.a.....enbrel.imeth.metoject.humira...rien n ´y fait...en arrêt maladie car je fatigue très vite....je rentre en hopital de jour demain pour un bilan.....voir remikade ????????merci de bien vouloir me renseigner sur ce medicament............

19 6
Le 28/07/2014 à 12:04
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour Roland,

Difficile à dire, il peut y avoir de multiples raisons à ces symptômes, liés directement au médicament ou pas... (infections ? Stress ? Autre ?). S'il s'agit d'une infection (complication possible), le traitement qu'ils vous donnent devrait faire rentrer dans l'ordre la situation, progressivement...

3 3
Le 19/07/2014 à 09:30
avatar Pika64
Pika64
bonjour voila je suis traité par remiked depuis 7 ans et la je me retrouve hospitalisé avec 39,5 de fièvre depuis 10 jours dur dur les doc ne trouvent pas les moyens de me stabiliser et de plus de gros frissons comme des cris que faire

8 9
Le 04/01/2014 à 03:45
avatar Pika64
Pika64
Je suis à ma 4ème seançe de Remicade pour un syndrome de sapho, associé à du methotrexate, je suis satisfaite du résultat, car Humira en stylo n'était pas suffisant, pas d'effets secondaires pour l'instant, 2ans que je suis en longue maladie, cette maladie ne me permet pas de faire trop d'efforts sinon je me bloque facilement, mais le remicade m'apporte beaucoup pour calmer les inflammations.

14 0
Le 21/11/2013 à 22:41
avatar Pika64
Pika64
moi je suis sur remicade depuis 7 ans ....j'ai commencer a 18 ans et franchement je vais beaucoup mieux et je le supporte tres bien enfin pour l instant en tous cas force et courage a vous !!!

14 11
Le 08/11/2013 à 20:16
avatar Pika64
Pika64
Bonjour, je dois commencer le remicade vendredi prochain et je ne suis pas du tout rassurée. Cela fait maintenant depuis l'âge de 19 ans que l'on m'a diagnostiqué une SA et j'ai tout essayé. Metrotrexate, humira, embrel et autres que je passe. J'ai 36 ans et je suis fatigué et je commence à avoir peur. Je vous souhaite bon courage en espérant que vous vous sentiez mieux. Bizz

18 1
Le 25/09/2013 à 01:05
avatar Pika64
Pika64
Il est 1h du matin. De nouveau une petite crise de panique. Eruption cutanée dans le bas mollet gauche. Disparue à l'avant bras droit (début = deux gros boutons purulents). @ Marcot @June @Henri7. SPA depuis 1987 : les anti Tnf changent la vie. Documentez-vous sur les effets secondaires pour y pallier. Bisous de tout coeur.. Fayçal

15 0
Lire tous les commentaires

Actualités

SRILANE est indiqué dans le traitement local d'appoint des entorses, des contusions et de la lombalgie aiguë (illustration).

SRILANE 5 % crème (idrocilamide) : arrêt de commercialisation depuis mi-octobre

Les substituts nicotiniques remboursables sur prescription médicale « classique » n'entrent plus dans le cadre du forfait annuel, à hauteur de 150 € par an et par personne (illustration).

NICORETTESKIN (boîte de 7), NIQUITIN et NIQUITINMINIS : désormais remboursables sur prescription "classique"

La seringue pour administration orale de VIMPAT 10 mg/mL sirop doit être utilisée chez les enfants et adolescents de moins de 50 kg.

VIMPAT 10 mg/mL sirop (lacosamide) : ajout d'une seringue orale adaptée aux enfants à partir de 4 ans