En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

ESTRADIOL G GAM

Mis à jour : Mardi 23 Février 2010
Famille du médicament :

Estrogène

23/02/2010 : ce médicament est en arrêt de commercialisation. Il n’est plus disponible en pharmacie ou ne le sera bientôt plus.

Si vous devez prendre ce médicament, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui pourront vous conseiller un autre traitement.

Le document ci-dessous représente la dernière fiche publiée par Vidal concernant ce médicament et ne préjuge en rien des évolutions ayant pu survenir postérieurement à cette publication.

Dans quel cas le médicament ESTRADIOL G GAM est-il prescrit ?

Ce dispositif transdermique contient une hormone naturelle de la famille des estrogènes. Elle traverse la peau et passe progressivement dans le sang.

Il est utilisé pour soulager les symptômes dus au déficit en estrogènes lors de la ménopause (bouffées de chaleur, sécheresse vaginale...).

Présentations du médicament ESTRADIOL G GAM

ESTRADIOL G GAM 50 μg/24 h : dispositif transdermique ; boîte de 8
Sur ordonnance (Liste II)

Composition du médicament ESTRADIOL G GAM

p disp
Estradiol4 mg

Contre-indications du médicament ESTRADIOL G GAM

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Des études ont montré une augmentation du risque de survenue d'un cancer du sein chez les femmes ayant reçu un traitement prolongé des symptômes de la ménopause. Le traitement doit par conséquent être prescrit à la dose minimale efficace et pour une durée la plus courte possible. En l'absence de troubles, sa prescription ne doit pas être systématique.

Un bilan initial suivi d'une surveillance médicale régulière sont nécessaires, surtout dans les cas suivants :diabète, hypertriglycéridémie, hypertension artérielle, affection bénigne de l'utérus, lupus érythémateux disséminé, otospongiose, ictère (jaunisse) chronique ou survenu lors d'une grossesse, lithiase biliaire, migraine, insuffisance rénale ou cardiaque, épilepsie, asthme, antécédents familiaux de cancer hormonodépendant ou d'accident thromboembolique.

Arrêtez la prise de ce médicament et consultez votre médecin en cas d'apparition de l'un des symptômes suivants : élévation importante de la tension artérielle, maux de tête violents et inhabituels, ictère (jaunisse).

Si vous devez subir une intervention chirurgicale ou rester alitée, prévenez votre médecin ; il peut être nécessaire d'arrêter temporairement le traitement.

Interactions du médicament ESTRADIOL G GAM avec d'autres substances

L'efficacité du traitement peut être diminuée par la prise conjointe d'un médicament inducteur enzymatique.

Fertilité, grossesse et allaitement

Ce médicament n'a pas d'indication chez la femme enceinte. Si une grossesse survient sous traitement, éventualité rare mais possible en début de pré-ménopause, consultez votre médecin et arrêtez le traitement. Aucune malformation imputable à ce médicament n'a été observée à ce jour.

Lorsque la ménopause est confirmée, une grossesse est impossible, y compris en cas de réapparition des règles.

Mode d'emploi et posologie du médicament ESTRADIOL G GAM

Détacher le feuillet de protection qui recouvre la face adhésive et appliquer le dispositif sur la peau (zone non exposée au soleil) : thorax, abdomen, fesse, haut de la cuisse ou du bras.

Ne pas coller le dispositif :
  • sur les seins ;

  • sur de la peau mouillée ou graissée par l'application préalable d'une crème ou d'une huile ;

  • sur une lésion cutanée : plaie, grain de beauté... ;

  • sur une région soumise aux frottements des vêtements : ceinture, bretelle de soutien-gorge... ;

  • sur l'emplacement du précédent dispositif : utiliser alternativement 2 ou 3 régions cutanées différentes.

En cas de décollement intempestif du dispositif, tenter de le recoller à un autre endroit ou utiliser un dispositif neuf qui sera enlevé à la date prévue pour le retrait de celui qui s'est décollé.

Posologie usuelle :

Elle est strictement individuelle. Votre médecin l'adapte en fonction des signes de sous ou surdosage :
  • sous-dosage : persistance de bouffées de chaleur, de sécheresse vaginale... ;

  • surdosage : tension douloureuse des seins, sensation de gonflement, irritabilité...

Le dispositif est généralement renouvelé tous les 3 ou 4 jours. Il peut être utilisé en continu sans période d'arrêt, ou en discontinu pendant 21 jours par mois suivi d'un arrêt de traitement de 2 à 7 jours.

Conseils

Un progestatif est généralement associé aux estrogènes au moins 12 jours par mois pour éviter une stimulation excessive de l'utérus. N'arrêtez pas la prise du progestatif sans l'avis de votre médecin.

La réapparition de règles est fréquente (mais pas obligatoire) après chaque interruption de cycle ou à l'arrêt du progestatif. En revanche, tout saignement en cours de traitement doit être signalé à votre médecin.

Effets indésirables possibles du médicament ESTRADIOL G GAM

Irritation et rougeur transitoires au lieu d'application du dispositif.

Nausées, maux de tête, prise de poids, tension des seins, irritabilité.

Saignement génital intermittent (à signaler à votre médecin).

Des essais cliniques portant sur la prise d'estrogènes pendant plusieurs années ont mis en évidence des risques accrus :

D'autres effets ont été observé lors de traitements combinant un estrogène et un progestatif : calculs de la vésicule biliaire, taches sombres sur le visage, éruption cutanée.

Laboratoire Sandoz

Actualités

Les préparations coliques  sont indiquées pour le lavage colique, en préparation des examens d'exploration (endoscopie, radiologie) ou d'une chirurgie colique chez l'adulte (illustration).

Préparations coliques orales : prescription médicale obligatoire pour 10 spécialités passées sur liste I

SRILANE est indiqué dans le traitement local d'appoint des entorses, des contusions et de la lombalgie aiguë (illustration).

SRILANE 5 % crème (idrocilamide) : arrêt de commercialisation depuis mi-octobre

Les substituts nicotiniques remboursables sur prescription médicale « classique » n'entrent plus dans le cadre du forfait annuel, à hauteur de 150 € par an et par personne (illustration).

NICORETTESKIN (boîte de 7), NIQUITIN et NIQUITINMINIS : désormais remboursables sur prescription "classique"