OPTRUMA

Mis à jour : Mardi 18 Juin 2019
Famille du médicament :

Modulateur des récepteurs aux estrogènes

Dans quel cas le médicament OPTRUMA est-il prescrit ?

Ce médicament contient une substance qui reproduit les effets protecteurs des estrogènes sur l'os. Des études ont montré qu'il diminue le risque de fractures des vertèbres dues à l'ostéoporose. Contrairement aux estrogènes, il n'a pas d'effet stimulant sur la glande mammaire et sur l'utérus.

Il est utilisé pour traiter et prévenir l'ostéoporose chez la femme ménopausée.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament OPTRUMA

OPTRUMA 60 mg : comprimé (ovale ; blanc) ; boîte de 28
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 15,03 €.
OPTRUMA 60 mg : comprimé (ovale ; blanc) ; boîte de 84
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 42,61 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament OPTRUMA

p cp
Raloxifène chlorhydrate60 mg
Lactose+
Excipients : Cire de carnauba, Crospovidone, Encre pour impression, Hypromellose, Indigotine, Lactose, Macrogol 400, Magnésium stéarate, Polysorbate 80, Povidone, Propylèneglycol, Shellac, Titane dioxyde

Contre-indications du médicament OPTRUMA

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament n'agit que sur l'os et n'a pas d'effet sur les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur par exemple).

Comme les estrogènes, ce médicament augmente légèrement le risque de thrombose. Les situations qui exposent à un risque de phlébite, comme une intervention chirurgicale ou un alitement prolongé, peuvent nécessiter l'arrêt du traitement.

En l'absence de données, ce médicament ne peut être utilisé en cas de cancer du sein en cours de traitement.

Tout saignement génital inexpliqué doit être signalé à votre médecin.

Interactions du médicament OPTRUMA avec d'autres substances

Ce médicament peut interagir avec les médicaments qui contiennent de la colestyramine (QUESTRAN).

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez un anticoagulant oral : le taux de prothrombine doit être surveillé plus régulièrement dans le mois qui suit la mise en route ou l'arrêt du traitement.

Fertilité, grossesse et allaitement

Ce médicament n'a pas d'indication chez la femme non ménopausée.

Mode d'emploi et posologie du médicament OPTRUMA

Le comprimé est pris indifféremment pendant ou entre les repas.

Posologie usuelle :

1 comprimé par jour.

Conseils

Pendant toute la durée du traitement, des apports de calcium sont nécessaires, soit par l'alimentation (produits laitiers), soit par un traitement conjoint spécifique.

Des exercices physiques réguliers contribuent à limiter l'évolution de l'ostéoporose.

Effets indésirables possibles du médicament OPTRUMA

Bouffées de chaleur.

Œdèmes des jambes, crampes.

Rarement : Accidents thromboemboliques.

Très rarement : éruption cutanée, nausées, vomissements, douleurs abdominales, digestion difficile.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

accident thromboembolique

Accident qui résulte de l'obstruction (embolie) d'un vaisseau sanguin par un caillot (thrombus).

Le vaisseau peut être une artère : il s'agit alors d'une embolie artérielle, qui provoque une ischémie (privation de sang oxygéné) dans la région que cette artère irriguait. Une ischémie grave aboutit à la mort des tissus privés d'oxygène : l'infarctus. Heureusement, dans de nombreux cas, une artère voisine permet d'éviter l'infarctus en apportant du sang oxygéné dans la région victime de l'ischémie.

Le cœur est irrigué par les artères coronaires qui ont la propriété d'être peu reliées entre elles, ce qui explique la gravité d'un accident thromboembolique coronarien : une partie du muscle cardiaque, le myocarde, est détruite (infarctus du myocarde).

L'obstruction d'une veine est moins grave, car les veines assurent le retour du sang chargé de gaz carbonique vers le cœur. L'obstruction d'une veine est généralement appelée thrombophlébite. La gravité d'une thrombophlébite, ou phlébite, tient à la possibilité pour un caillot de se détacher de la veine et d'être emporté par le sang veineux jusqu'au cœur. Après avoir traversé l'oreillette droite et le ventricule droit, ce caillot va pénétrer dans une artère pulmonaire et obstruer un vaisseau sanguin, provoquant une embolie pulmonaire et un infarctus pulmonaire.

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

anticoagulant

Médicament qui empêche le sang de coaguler et qui prévient donc la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins.

Les anticoagulants sont utilisés pour traiter ou prévenir les phlébites, les embolies pulmonaires, certains infarctus. Ils permettent aussi d'empêcher la formation de caillots dans le cœur lors de troubles du rythme comme la fibrillation auriculaire ou en cas de valve cardiaque artificielle.

Il existe deux grand types d'anticoagulants :
  • les anticoagulants oraux, qui bloquent l'action de la vitamine K (antivitamine K, ou AVK) et dont l'efficacité est contrôlée par un dosage sanguin : l'INR (anciennement TP) ;

  • les anticoagulants injectables, dérivés de l'héparine, dont l'efficacité peut être contrôlée par le dosage sanguin de l'activité anti-Xa, le Temps de Howell (TH) ou le Temps de Cephalin Kaolin (TCK) suivant les produits utilisés. Un dosage régulier des plaquettes sanguines est nécessaire pendant toute la durée d'utilisation d'un dérivé de l'héparine.

embolie

Obstruction d'une artère par un caillot ou une plaque d'athérome apportés par le courant sanguin. L'embolie pulmonaire est généralement due à un caillot formé dans une veine qui remonte vers le cœur et vient obstruer une artère pulmonaire.

éruption cutanée

Apparition de boutons ou de plaques sur la peau. Ces lésions peuvent être dues à un aliment, à un médicament, et traduire une allergie ou un effet toxique. De nombreux virus peuvent également provoquer des éruptions de boutons : celles de la rubéole, de la roséole et de la rougeole sont les plus connues.

estrogène

Famille d'hormones stimulant les organes sexuels féminins (utérus et glandes mammaires essentiellement). On écrit aussi œstrogène.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

insuffisance rénale

Incapacité des reins à éliminer les déchets ou les substances médicamenteuses. Une insuffisance rénale avancée ne se traduit pas forcément par une diminution de la quantité d'urine éliminée. Seuls une prise de sang et le dosage de la créatinine peuvent révéler cette maladie.

ménopause

Arrêt progressif des cycles menstruels, qui survient chez la femme vers l'âge de 50 ans. La ménopause est due à une forte diminution de la sécrétion d'hormones par les ovaires. Elle peut également être la conséquence de l'ablation chirurgicale des ovaires ou d'un traitement médicamenteux.

œdème

Accumulation d'eau ou de lymphe provoquant un gonflement localisé.

ostéoporose

Fragilisation des os, qui deviennent poreux et cassants.

phlébite

Inflammation d'une veine profonde avec formation d'un caillot sanguin, touchant généralement les jambes. La gravité des phlébites est liée à la possibilité d'un déplacement du caillot qui peut migrer jusqu'au cœur et venir ensuite obstruer une artère des poumons (embolie pulmonaire). Une paraphlébite, ou phlébite superficielle, est l'inflammation d'une veine superficielle ; elle est beaucoup moins préoccupante.

symptôme

Trouble ressenti par une personne atteinte d'une maladie. Un même symptôme peut traduire des maladies différentes et une même maladie ne donne pas forcément les mêmes symptômes chez tous les malades.

taux de prothrombine

Dosage sanguin permettant de mesurer l'efficacité du traitement anticoagulant. Le taux de prothrombine est normalement proche de 100 % ; lorsqu'il baisse, le risque de formation d'un caillot diminue mais le risque d'hémorragie augmente. Le TP tend à être supplanté par l'INR, technique de mesure internationale standardisée.

Abréviation : TP.

thrombose

Formation d'un caillot dans une veine, une artère ou dans l'une des cavités du cœur.