En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

CARBOPLATINE SUN

Mis à jour : Lundi 16 Octobre 2017
Famille du médicament :

Chimiothérapie anticancéreuse

16/10/2017 : ce médicament est en arrêt de commercialisation. Il n’est plus disponible en pharmacie ou ne le sera bientôt plus.

Si vous devez prendre ce médicament, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui pourront vous conseiller un autre traitement.

Le document ci-dessous représente la dernière fiche publiée par Vidal concernant ce médicament et ne préjuge en rien des évolutions ayant pu survenir postérieurement à cette publication.

Dans quel cas le médicament CARBOPLATINE SUN est-il prescrit ?

Ce médicament est une chimiothérapie anticancéreuse apparentée aux alkylants.

Il est utilisé, seul ou en association avec d'autres chimiothérapies, dans le traitement de certains cancers de l'ovaire, des bronches, de la bouche, de la gorge, du nez et des sinus de la face.

Présentations du médicament CARBOPLATINE SUN

CARBOPLATINE SUN 10 mg/ml : solution pour perfusion IV ; flacon de 5 ml
Sur ordonnance (Liste I), réservé à l'usage hospitalier
CARBOPLATINE SUN 10 mg/ml : solution pour perfusion IV ; flacon de 15 ml
Sur ordonnance (Liste I), réservé à l'usage hospitalier
CARBOPLATINE SUN 10 mg/ml : solution pour perfusion IV ; flacon de 45 ml
Sur ordonnance (Liste I), réservé à l'usage hospitalier
CARBOPLATINE SUN 10 mg/ml : solution pour perfusion IV ; flacon de 60 ml
Sur ordonnance (Liste I), réservé à l'usage hospitalier

Composition du médicament CARBOPLATINE SUN

p ml
Carboplatine10 mg

Contre-indications du médicament CARBOPLATINE SUN

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament est potentiellement toxique pour les reins. Le fonctionnement des reins est apprécié par le dosage sanguin de la créatinine : cet examen vous sera donc prescrit avant chaque cure et en cas de complication ; il permettra d'adapter la dose à l'état de vos reins.

Une baisse des globules rouges, des globules blancs ou des plaquettes peut survenir : des analyses de sang (numération formule sanguine) vous seront régulièrement demandées, notamment avant chaque cure.

Les patients traités par ce médicament (femme ou homme) doivent suivre une contraception ou s'abstenir de rapports sexuels non protégés durant la durée du traitement et au cours des 3 à 6 mois suivant son arrêt.

Interactions du médicament CARBOPLATINE SUN avec d'autres substances

En cas de vaccination, l'utilisation d'un vaccin vivant est déconseillée (contre-indiquée dans le cas du vaccin contre la fièvre jaune).

Ce médicament peut interagir avec les antiépileptiques contenant de la phénytoïne.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez des antibiotiques de la famille des aminosides ou un médicament contenant de la ciclosporine ou du tacrolimus.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Une grossesse est contre-indiquée lorsque l'un des partenaires (femme ou homme) est traité par ce médicament : voir Attention.

Allaitement :

L'utilisation de ce médicament contre-indique l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament CARBOPLATINE SUN

La solution est injectée par voie intraveineuse en perfusion. La pose d'un cathéter ou d'une chambre implantable est souvent nécessaire.

Le traitement peut être réalisé soit pendant une hospitalisation classique, soit en hôpital de jour.

Posologie usuelle :

La posologie est strictement individuelle ; pour l'établir, le médecin tient compte de vos antécédents, de votre surface corporelle, calculée à partir de votre taille et de votre poids, de votre fonction rénale (créatinine), du type de tumeur, de sa localisation, de l'atteinte ou non de plusieurs organes, de l'association éventuelle avec un autre traitement.

Conseils

Comme d'autres chimiothérapies anticancéreuses, le carboplatine peut provoquer des nausées et des vomissements. Pour contribuer à limiter ces désagréments, vous pouvez :
  • tenter de vous distraire pendant la perfusion : radio, télévision, conversations ;

  • sucer des bonbons à la menthe ;

  • faire après la perfusion des repas fréquents et peu abondants ;

  • éviter la friture et les aliments gras ou fortement odorants ;

En cas de vomissements, les boissons gazeuses ou le thé glacé aident l'estomac à se rétablir.

Effets indésirables possibles du médicament CARBOPLATINE SUN

Le traitement par le carboplatine peut entraîner une baisse des globules rouges (anémie), des globules blancs et des plaquettes liée à la toxicité du produit sur la moelle osseuse (voir Attention). En cas de malaise, de fièvre ou d'hémorragie, consultez rapidement votre médecin.

Ce produit a également une toxicité rénale qui est appréciée par le dosage sanguin de la créatinine (voir Attention).

Le carboplatine peut provoquer des nausées et des vomissements dans les heures qui suivent la perfusion ; votre médecin vous prescrira un traitement préventif pour les effets immédiats et retardés : à domicile, si ces troubles persistent et empêchent une hydratation correcte vous devez rapidement le recontacter.

Une toxicité auditive peut au fil du temps se manifester par des bourdonnements d'oreille ; votre médecin doit être informé de vos antécédents auditifs.

Ce traitement peut entraîner des troubles neurologiques se traduisant par des fourmillements des pieds et des mains et une diminution de certains réflexes. Des troubles du goût ou de la vision sont également possibles.

Le carboplatine est responsable dans de rares cas de réaction allergique dans les minutes qui suivent l'administration.

Utilisé seul, ce produit fait peu tomber les cheveux.

Laboratoire Sun Pharmaceuticals Industries Europe BV

Actualités

ESMYA est indiqué dans la prise en charge de fibromes utérins (illustration).

ESMYA (ulipristal) : restriction des indications et mesures de réduction du risque d'atteintes hépatiques

Représentation en 3D de Streptococcus pneumoniae (illustration).

Vaccin PNEUMOVAX : mise à disposition exceptionnelle de seringues préremplies à péremption courte

L’amyotrophie spinale (ASA ou SMA) est une maladie neuromusculaire progressive d’origine génétique, caractérisée par une dégénérescence des motoneurones (illustration).

SPINRAZA (nusinersen) : risque d'hydrocéphalie communicante, non reliée à une méningite ou à une hémorragie