En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB

Mis à jour : Jeudi 24 Août 2017

Antidépresseur

Ce médicament est un générique de SEROPLEX.

Dans quel cas le médicament ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB est-il prescrit ?

Ce médicament est un antidépresseur de la famille des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine.

Il est utilisé dans le traitement :
  • des états dépressifs,

  • de certaines manifestations de l'anxiété (anxiété généralisée, phobie sociale...),

  • des troubles obsessionnels compulsifs.

Il est également utilisé dans le prévention des attaques de panique.

Présentations du médicament ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB

ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB 5 mg : comprimé (blanc) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 2,73 €.
ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB 10 mg : comprimé sécable (blanc) ; boîte de 28
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 6,36 €.
ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB 15 mg : comprimé sécable (blanc) ; boîte de 28
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 6,36 €.
ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB 20 mg/ml : solution buvable ; flacon compte-goutte de 15 ml (20 gouttes = 1 ml)
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 8,30 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB

p cpp cp
Escitalopram5 mg10 mg
p cpp gte
Escitalopram15 mg1 mg
Aucun excipient commun.

Contre-indications du médicament ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

L'utilisation des antidépresseurs est déconseillée avant l'âge de 18 ans. Des études ont en effet montré que l'utilisation d'un antidépresseur peut augmenter le risque de suicide chez les adolescents souffrant de dépression. Chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans, ce traitement est par conséquent réservé à certains cas graves et nécessite une surveillance médicale particulière et la vigilance de l'entourage.

Tous les traitements antidépresseurs sont susceptibles d'induire un épisode maniaque chez les personnes prédisposées : en cas d'euphorie, d'excitation inhabituelle ou de comportement anormal survenant sous traitement, une consultation médicale rapide est nécessaire.

Des troubles du rythme cardiaque ont été observés sous traitement, en particulier en cas d'hypokaliémie, d'insuffisance cardiaque non contrôlée, d'infarctus du myocarde récent ou de ralentissement important du cœur. Signalez sans tarder à votre médecin la survenue de battements du cœur rapides ou irréguliers, de malaises ou d'étourdissements. Un électrocardiogramme (ECG) pourra vous être prescrit pour s'assurer de l'absence d'anomalie.

Des précautions sont nécessaires en cas d'épilepsie (même ancienne), de maladie coronarienne, de diabète, de glaucome à angle fermé et de prédisposition aux hémorragies.

Bien qu'aucune interaction nette n'ait été constatée avec l'alcool, évitez la prise de boissons alcoolisées, comme avec tout médicament psychotrope.

Attention : conducteurSi vous devez conduire ou utiliser une machine dangereuse, assurez-vous préalablement que ce médicament n'altère pas votre vigilance.

Interactions du médicament ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec :
  • les IMAO non sélectifs (MARSILID) : des délais précis doivent être respectés entre la fin d'un traitement par IMAO et le début de ce traitement, et inversement ;

  • les médicaments susceptibles de provoquer des torsades de pointes : risque de troubles du rythme cardiaque.

Sauf nécessité absolue, il ne doit pas être associé également avec les médicaments contenant du moclobémide (MOCLAMINE), du linézolide (ZYVOXID disponible uniquement à l'hôpital) ou de la sélégiline (DÉPRÉNYL et ses génériques).

L'association avec un antimigraineux de la famille des triptans, un médicament contenant du lithium, du tramadol ou un produit de phytothérapie contenant du millepertuis augmente le risque d'apparition d'un syndrome sérotoninergique (voir Effets indésirables possibles).

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez un AINS (tel que l'ibuprofène ou le naproxène), de l'aspirine, un anticoagulant oral, un antidépresseur imipraminique, un neuroleptique, un médicament contenant de la méfloquine, du bupropion, de l'oméprazole, de la fluvoxamine, de la cimétidine, de la ticlopidine.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Les antidépresseurs ne doivent être utilisés pendant la grossesse que s'ils sont strictement nécessaires. Un traitement non médicamenteux (psychothérapie) doit être privilégié. Il est néanmoins envisageable d'utiliser l'escitalopram chez la femme enceinte. Si le traitement est poursuivi jusqu'à l'accouchement, une surveillance renforcée du nouveau-né peut être recommandée. En effet, une insuffisance respiratoire, des difficultés à s'alimenter ou une agitation peuvent parfois survenir dans les premiers jours de vie chez les nouveau-nés de mères traitées jusqu'à l'accouchement par un inhibiteur de la recapture de la sérotonine.

Allaitement :

Ce médicament passe faiblement dans le lait maternel. L'allaitement est déconseillé pendant le traitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB

Ce médicament est pris en une fois, à n'importe quel moment de la journée, pendant ou entre les repas.

La solution buvable peut être diluée dans un peu d'eau ou de jus de fruits (orange, pomme).

Posologie usuelle :

  • Adulte de plus de 18 ans :

    • État dépressif, anxiété, troubles obsessionnels compulsifs : 10 à 20 mg par jour ;

    • Attaque de panique : la posologie initiale est de 5 mg par jour. Elle peut être ensuite augmentée jusqu'à 20 mg par jour.

La posologie est généralement plus faible en cas d'insuffisance hépatique et chez la personne de plus de 65 ans.

Conseils

L'efficacité des antidépresseurs n'est généralement pas immédiate. Un délai pouvant atteindre plusieurs semaines est parfois nécessaire pour que les effets bénéfiques se fassent sentir. Les effets indésirables éventuels apparaissant en début de traitement ne doivent pas vous conduire à l'arrêter prématurément.

Chez la personne souffrant de dépression, un état anxieux peut apparaître ou s'aggraver en début de traitement ; un anxiolytique est parfois prescrit de manière temporaire par le médecin pour prévenir ou traiter ces manifestations.

Lorsque les symptômes de la dépression ont disparu, le traitement doit absolument être poursuivi pendant la durée prescrite afin de consolider la guérison. Un arrêt prématuré exposerait à une rechute. La durée d'un traitement antidépresseur est rarement inférieure à 6 mois.

Des troubles, parfois d'intensité sévère, peuvent apparaître à l'arrêt du traitement antidépresseur : anxiété, culpabilité, cauchemars, vertiges, tremblements. Il est préférable d'arrêter le traitement progressivement en diminuant la posologie ou en espaçant les prises pour éviter ces effets indésirables observés en particulier en cas d'interruption brutale.

Effets indésirables possibles du médicament ESCITALOPRAM ZENTIVA LAB

Les effets indésirables surviennent surtout au cours des premières semaines de traitement et s'estompent habituellement ensuite.

Très fréquents : nausées, maux de tête.

Fréquents : modification de l'appétit, prise de poids, diarrhée, constipation, vomissements, bouche sèche, bâillements, anxiété, rêves anormaux, insomnie, somnolence, tremblements, sensation de vertiges, fourmillements des extrémités, transpiration excessive, fièvre, fatigue, sinusite, douleurs musculaires ou articulaires, baisse de la libido, trouble de l'érection ou de l'éjaculation.

Peu fréquents : modification du goût, perte de poids, grincement intempestif des dents, bourdonnement d'oreilles, chute de cheveux, agitation, nervosité, attaque de panique, confusion des idées, éruption cutanée, démangeaisons, urticaire, troubles des règles, troubles visuels, malaise, accélération du cœur.

Plus rarement : mouvements anormaux, agressivité, hallucinations, convulsions, hypotension orthostatique, difficulté à uriner, écoulement de lait par le mamelon, priapisme, réaction allergique, baisse du taux de sodium dans le sang, trouble du rythme cardiaque (voir Attention).

Les antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine peuvent également provoquer :
  • une agitation désagréable et un besoin irrépressible de bouger (impossibilité à rester assis ou debout tranquillement). Si ces troubles surviennent, contactez votre médecin ;

  • des saignements tels que des bleus, des saignements de nez, des hémorragies génitales ou digestives ;

  • de rares cas de syndrome sérotoninergique dont les principales manifestations sont : tremblements, confusion, agitation, exagération des réflexes, rigidité musculaire, vertiges, fièvre inexpliquée, sueurs. L'apparition de plusieurs de ces symptômes impose un avis médical.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

Douze nouveaux groupes sont inscrits au répertoire des génériques (illustration).

ADENURIC, ATRIPLA, BARACLUDE, FUCIDINE, INEGY, RENVELA, TERCIAN, VESICARE : 12 nouveaux groupes génériques

Les APSI de la gamme IRIS sont utilisés pour le traitement de désensibilisation par voie injectable sous-cutanée (illustration).

Produits d'allergologie injectables de la gamme IRIS : interruption des traitements et rappel de tous les lots non périmés

Représentation en 3D de rétrovirus (illustration).

VIH : arrêt de commercialisation de VIDEX et ZERIT fin mars 2018