En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

ELIGARD

Mis à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Hormonothérapie

Dans quel cas le médicament ELIGARD est-il prescrit ?

Ce médicament appartient à la famille des analogues de la LHRH. Il contient une hormone de synthèse qui bloque la sécrétion de testostérone par les testicules. Cet effet est réversible à l'arrêt du traitement.

Il est utilisé dans le traitement du cancer de la prostate à un stade avancé.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament ELIGARD

ELIGARD 7,5 mg : préparation pour solution injectable SC ; 1 seringue de poudre et 1 seringue de solvant
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 100 % - Prix : 115,62 €.
ELIGARD 22,5 mg : préparation pour solution injectable SC ; 1 seringue de poudre et 1 seringue de solvant
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 100 % - Prix : 326,09 €.
ELIGARD 45 mg : préparation pour solution injectable SC ; 1 seringue de poudre et 1 seringue de solvant
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 100 % - Prix : 614,54 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ELIGARD

p serp serp ser
Leuproréline acétate7,5 mg22,5 mg45 mg
Excipients : N-méthylpyrrolidone, Polymère DL-lactide coglycolide

Contre-indications du médicament ELIGARD

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • allergie aux médicaments de la famille des analogues de la LHRH,

  • chez les patients ayant subi une ablation des testicules,

  • chez la femme ou chez l'enfant.

Attention

Un manque d'efficacité peut survenir du fait d'une reconstitution ou d'une administration incorrecte du produit. Un dosage du taux de testostérone dans le sang est prescrit tous les 3 mois pour s'assurer de l'efficacité de médicament. Le médecin doit mentionner sur l'ordonnance de renouvellement que le dosage a été effectué.

Lors des premiers jours du traitement, une aggravation des symptômes peut survenir, due à une période initiale de stimulation des organes de la reproduction. Votre médecin peut être amené à vous prescrire un traitement complémentaire afin de diminuer ces effets.

Des précautions sont nécessaires en cas d'obstruction des voies urinaires, de compression de la moelle épinière, de cancer qui a migré vers les vertèbres ou le cerveau.

L'utilisation des médicaments de la famille des analogues de la LHRH a été associée chez certains hommes à une augmentation du risque d'accidents cardiovasculaires ; signalez sans tarder à votre médecin tout symptôme inhabituel.

Attention : sportifSportif : ce médicament contient une substance interdite chez les sportifs de sexe masculin par l'Agence mondiale antidopage.

Fertilité, grossesse et allaitement

Ce médicament n'a pas d'indication chez la femme.

Mode d'emploi et posologie du médicament ELIGARD

Ce médicament se présente sous forme de 2 seringues stériles préremplies dont les contenus doivent être mélangés juste avant l'injection.

La solution est administrée par voie sous-cutanée.

Posologie usuelle :

1 injection à 7,5 mg toutes les mois ou 1 injection à 22,5 mg tous les 3 mois ou 1 injection à 45 mg tous les 6 mois, suivant des modalités précisées par le médecin.

Conseils

Ce médicament ne convient pas au traitement de tous les cancers de la prostate. Si vous avez l'impression que son effet est insuffisant, n'hésitez pas à en parlez à votre médecin.

L'impuissance est une conséquence inévitable du traitement, mais réversible à son arrêt.

Ce médicament doit être conservé au réfrigérateur (entre + 2 et + 8° C). Il doit être sorti du réfrigérateur au moins 30 minutes avant l'injection. Une fois hors du réfrigérateur, il peut être conservé dans son emballage d'origine à température ambiante (ne dépassant pas 25 °C) pendant 4 semaines.

Effets indésirables possibles du médicament ELIGARD

Réaction au site d'injection : rougeur, douleur, picotement, bleu.

Très fréquents : bouffées de chaleur, fatigue, ecchymoses, rougeur cutanée.

Fréquents : rhume, nausées, diarrhée, démangeaisons, sueurs nocturnes, douleurs musculaires ou articulaires, troubles urinaires (difficulté à uriner, envie d'uriner la nuit, diminution du volume des urines), augmentation de la sensibilité ou du volume des seins, diminution de la taille des testicules.

Peu fréquents : maux de tête, vertiges, insomnie, troubles du goût ou de l'odorat, diminution de la sensibilité, bouche sèche, constipation, digestion difficile, cauchemars, dépression, diminution de la libido, diabète, mal de dos, crampes, variation de la tension artérielle, essoufflement, blocage des urines, sang dans les urines, impuissance, prise de poids, infection des voies urinaires ou de la peau.

Rares : malaise, chute de cheveux, mouvements involontaires.

D'autres effets ont été observés avec la leuproréline : œdèmes des membres inférieurs, troubles de la mémoire, de l'humeur, de la vision, palpitations.

Risque de décalcification (ostéoporose), notamment lors des traitements prolongés.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

Les APSI de la gamme IRIS sont utilisés pour le traitement de désensibilisation par voie injectable sous-cutanée (illustration).

Produits d'allergologie injectables de la gamme IRIS : interruption des traitements et rappel de tous les lots non périmés

Représentation en 3D de rétrovirus (illustration).

VIH : arrêt de commercialisation de VIDEX et ZERIT à partir de mars 2018

GENESERINE est indiqué dans le traitement d'appoint des troubles dyspeptiques (illustration).

Troubles dyspeptiques : arrêt de commercialisation de GENESERINE (salicylate d'éséridine) en octobre 2017