En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

CAPÉCITABINE EG

Mis à jour : Mardi 22 Octobre 2019
Famille du médicament :

Chimiothérapie anticancéreuse

Ce médicament est un générique de XELODA.

Dans quel cas le médicament CAPÉCITABINE EG est-il prescrit ?

Ce médicament est une chimiothérapie anticancéreuse de la famille des antimétabolites. Il agit en tuant les cellules cancéreuses et en empêchant leur croissance.

Il est utilisé dans le traitement de certains cancers colorectaux, de l'estomac ou du sein.

Présentations du médicament CAPÉCITABINE EG

CAPÉCITABINE EG 150 mg : comprimé (pêche clair) ; boîte de 60
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 23,10 €.
CAPÉCITABINE EG 500 mg : comprimé (pêche) ; boîte de 120
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 146,86 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament CAPÉCITABINE EG

p cpp cp
Capécitabine150 mg500 mg
Excipients : Cellulose microcristalline, Croscarmellose sel de Na, Fer jaune oxyde, Fer rouge oxyde, Hypromellose, Lactose anhydre, Magnésium stéarate, Talc, Titane dioxyde

Contre-indications du médicament CAPÉCITABINE EG

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • antécédent de réaction sévère au cours d'un traitement contenant une fluoropyrimidine (fluorouracile par exemple),

  • déficit connu en dihydropyrimidine déshydrogénase (maladie rare),

  • insuffisance rénale grave,

  • insuffisance hépatique grave,

  • baisse importante des globules blancs et des plaquettes dans le sang ,

  • en association avec un médicament contenant de la sorivudine ou de la brivudine,

  • grossesse,

  • allaitement.

Attention

Un dosage du taux d'uracile dans le sang doit être effectué avant de débuter le traitement. Il permet de rechercher un déficit en dihydropyrimidine déshydrogénase, l'enzyme responsable de la dégradation de la capécitabine, et de s'assurer que le médicament sera bien éliminé par l'organisme. La mention du résultat de ce dosage doit figurer sur l'ordonnance pour que le pharmacien puisse délivrer le médicament.

Une surveillance particulière est nécessaire pendant le traitement : des prises de sang sont prescrites régulièrement afin de vérifier la numération de la formule sanguine, notamment avant chaque nouvelle cure.

Ce traitement entraîne fréquemment de la diarrhée. Signalez rapidement à votre médecin la survenue d'une diarrhée avec plus de 4 selles par jour ou des selles au cours de la nuit ; elle expose à un risque de déshydratation qui peut altérer le fonctionnement du rein. Dans certains cas, le traitement doit être momentanément interrompu.

Un syndrome pied-main pouvant se traduire par un engourdissement, des picotements, des douleurs ou des cloques dans la paume des mains ou dans la plante des pieds est parfois observé pendant le traitement. Si vous ressentez l'un de ces symptômes, contactez votre médecin. Une modification du traitement doit être envisagée.

De très rares réactions cutanées toxiques graves ont été observées sous traitement. En cas de rougeur cutanée douloureuse d'évolution rapide avec la formation de vésicules et d'un décollement cutané, consultez un médecin sans attendre.

Des précautions sont nécessaires en cas de taux anormal de calcium dans le sang, d'atteinte du système nerveux central, de troubles oculaires, de diabète ou d'antécédent de maladie cardiaque (troubles du rythme cardiaque, angine de poitrine).

Interactions du médicament CAPÉCITABINE EG avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec les médicaments contenant de la sorivudine ou de la brivudine. Un minimum de 4 semaines doit être observé entre la fin du traitement par la sorivudine ou la brivudine et le début du traitement pas ce médicament.

Votre médecin doit également être informé de vos autres traitements, notamment si vous prenez un anticoagulant oral ou un médicament contenant de la phénytoïne ou de l'allopurinol.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Une grossesse est contre-indiquée pendant le traitement.

Les femmes traitées par ce médicament doivent suivre une contraception ou s'abstenir de rapports sexuels non protégés durant la durée du traitement.

Allaitement :

L'utilisation de ce médicament contre-indique l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament CAPÉCITABINE EG

Les comprimés doivent être avalés tels quels avec un verre d'eau, dans les 30 minutes qui suivent le petit-déjeuner et le dîner.

Posologie usuelle :

Le traitement se fait habituellement par cure : 2 prises par jour pendant 2 semaines, suivies d'une pause sans traitement d'une semaine.

La dose par prise est individuelle ; pour l'établir, le médecin tient compte de votre surface corporelle, calculée à partir de votre taille et de votre poids, et de l'association éventuelle avec un autre traitement.

Conseils

En cas d'oubli d'une prise, ne pas prendre les comprimés oubliés, ni doubler la dose lors de la prise suivante.

En cas de diarrhées, il est recommandé de boire au moins 2 litres par jour (eau, thé, bouillon...) pour remplacer les liquides perdus. Votre médecin pourra vous prescrire un traitement pour les combattre.

Conditions particulières de prescription :

Ce médicament est un médicament à prescription restreinte : il doit être prescrit à l'hôpital par un médecin spécialisé en cancérologie ou en hématologie.

Effets indésirables possibles du médicament CAPÉCITABINE EG

Fréquents : inflammation de la muqueuse buccale (stomatite) que l'on peut soulager par des traitements adaptés, herpès, déshydratation, perte de poids, insomnie, dépression, maux de tête, sensations vertigineuses, fourmillements, troubles du goût, larmoiement, conjonctivite, irritation oculaire, essoufflement, saignement de nez, constipation, brûlure d'estomac, ballonnement, bouche sèche, éruption cutanée, chute de cheveux, sécheresse cutanée, démangeaisons, trouble de la pigmentation, mal de dos, douleurs articulaires, phlébite, baisse des globules rouges ou des globules blancs, augmentation des transaminases ;

Peu fréquents : infection, attaque de panique, confusion des idées, baisse de la libido, diabète, hypokaliémie, trouble de l'appétit, troubles de la mémoire, difficultés d'élocution, perte de connaissance, trouble de l'équilibre, vision double ou trouble, douleur dans l'oreille, palpitations, bouffées de chaleur, atteinte pulmonaire, reflux gastro-œsophagien, jaunisse, taches violacées sur la peau, photosensibilisation, ampoule, sang dans les urines, incontinence urinaire, saignements vaginaux inhabituels, frissons, syndrome grippal, tremblements, baisse des plaquettes.

Certains effets indésirables nécessitent un avis médical rapide :
  • diarrhées, si les selles sont nombreuses (plus de 4 par jour) ou surviennent pendant la nuit ;

  • nausées accompagnées d'une perte d'appétit ou des vomissements importants ;

  • rougeur, engourdissement, douleurs, picotements ou toute autre sensation inhabituelle dans les mains ou les pieds ;

  • éruption cutanée d'évolution rapide.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

Le nombre de patients se plaignant de constipation en France est imprécis, de l’ordre de 15 à 35 % des adultes, mais tous ne l'exposent pas au médecin (illustration).

Prise en charge de la constipation : ce que disent les experts

Les ruptures de stock déclarées à l’ANSM par les laboratoires pharmaceutiques ont pour origine des difficultés liées à la production de ces médicaments (illustration).

ELLAONE, QUESTRAN, ADIAZINE : 1 remise à disposition, 2 ruptures de stock

ALDACTAZINE et génériques sont indiqués dans l'hypertension artérielle et l'œdème d'origine rénale, cardiaque et hépatique (illustration).

ALDACTAZINE et certains génériques : pénurie prolongée et alternatives conseillées par l'ANSM