CAPÉCITABINE TEVA

Mis à jour : Jeudi 14 Mai 2020
Famille du médicament :

Chimiothérapie anticancéreuse

Ce médicament est un générique de XELODA.

Dans quel cas le médicament CAPÉCITABINE TEVA est-il prescrit ?

Ce médicament est une chimiothérapie anticancéreuse de la famille des antimétabolites. Il agit en tuant les cellules cancéreuses et en empêchant leur croissance.

Il est utilisé dans le traitement de certains cancers colorectaux, de l'estomac ou du sein.

Présentations du médicament CAPÉCITABINE TEVA

CAPÉCITABINE TEVA 500 mg : comprimé (pêche) ; boîte de 120
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 145,05 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament CAPÉCITABINE TEVA

p cp
Capécitabine500 mg
Excipients : Cellulose microcristalline, Croscarmellose sel de Na, Fer jaune oxyde, Fer rouge oxyde, Hypromellose, Lactose, Macrogol 400, Magnésium stéarate, Titane dioxyde

Contre-indications du médicament CAPÉCITABINE TEVA

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • antécédent de réaction sévère au cours d'un traitement contenant une fluoropyrimidine (fluorouracile par exemple),

  • déficit connu en dihydropyrimidine déshydrogénase (maladie rare),

  • insuffisance rénale grave,

  • insuffisance hépatique grave,

  • baisse importante des globules blancs et des plaquettes dans le sang ,

  • en association avec un médicament contenant de la sorivudine ou de la brivudine,

  • grossesse,

  • allaitement.

Attention

Un dosage du taux d'uracile dans le sang doit être effectué avant de débuter le traitement. Il permet de rechercher un déficit en dihydropyrimidine déshydrogénase, l'enzyme responsable de la dégradation de la capécitabine, et de s'assurer que le médicament sera bien éliminé par l'organisme. La mention du résultat de ce dosage doit figurer sur l'ordonnance pour que le pharmacien puisse délivrer le médicament.

Une surveillance particulière est nécessaire pendant le traitement : des prises de sang sont prescrites régulièrement afin de vérifier la numération de la formule sanguine, notamment avant chaque nouvelle cure.

Ce traitement entraîne fréquemment de la diarrhée. Signalez rapidement à votre médecin la survenue d'une diarrhée avec plus de 4 selles par jour ou des selles au cours de la nuit ; elle expose à un risque de déshydratation qui peut altérer le fonctionnement du rein. Dans certains cas, le traitement doit être momentanément interrompu.

Un syndrome pied-main pouvant se traduire par un engourdissement, des picotements, des douleurs ou des cloques dans la paume des mains ou dans la plante des pieds est parfois observé pendant le traitement. Si vous ressentez l'un de ces symptômes, contactez votre médecin. Une modification du traitement doit être envisagée.

De très rares réactions cutanées toxiques graves ont été observées sous traitement. En cas de rougeur cutanée douloureuse d'évolution rapide avec la formation de vésicules et d'un décollement cutané, consultez un médecin sans attendre.

Des précautions sont nécessaires en cas de taux anormal de calcium dans le sang, d'atteinte du système nerveux central, de troubles oculaires, de diabète ou d'antécédent de maladie cardiaque (troubles du rythme cardiaque, angine de poitrine).

Interactions du médicament CAPÉCITABINE TEVA avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec les médicaments contenant de la sorivudine ou de la brivudine. Un minimum de 4 semaines doit être observé entre la fin du traitement par la sorivudine ou la brivudine et le début du traitement pas ce médicament.

Votre médecin doit également être informé de vos autres traitements, notamment si vous prenez un anticoagulant oral ou un médicament contenant de la phénytoïne ou de l'allopurinol.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Une grossesse est contre-indiquée pendant le traitement.

Les femmes traitées par ce médicament doivent suivre une contraception ou s'abstenir de rapports sexuels non protégés durant la durée du traitement.

Allaitement :

L'utilisation de ce médicament contre-indique l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament CAPÉCITABINE TEVA

Les comprimés doivent être avalés tels quels avec un verre d'eau, dans les 30 minutes qui suivent le petit-déjeuner et le dîner.

Posologie usuelle :

Le traitement se fait habituellement par cure : 2 prises par jour pendant 2 semaines, suivies d'une pause sans traitement d'une semaine.

La dose par prise est individuelle ; pour l'établir, le médecin tient compte de votre surface corporelle, calculée à partir de votre taille et de votre poids, et de l'association éventuelle avec un autre traitement.

Conseils

En cas d'oubli d'une prise, ne pas prendre les comprimés oubliés, ni doubler la dose lors de la prise suivante.

En cas de diarrhées, il est recommandé de boire au moins 2 litres par jour (eau, thé, bouillon...) pour remplacer les liquides perdus. Votre médecin pourra vous prescrire un traitement pour les combattre.

Conditions particulières de prescription :

Ce médicament est un médicament à prescription restreinte : il doit être prescrit à l'hôpital par un médecin spécialisé en cancérologie ou en hématologie.

Effets indésirables possibles du médicament CAPÉCITABINE TEVA

Fréquents : inflammation de la muqueuse buccale (stomatite) que l'on peut soulager par des traitements adaptés, herpès, déshydratation, perte de poids, insomnie, dépression, maux de tête, sensations vertigineuses, fourmillements, troubles du goût, larmoiement, conjonctivite, irritation oculaire, essoufflement, saignement de nez, constipation, brûlure d'estomac, ballonnement, bouche sèche, éruption cutanée, chute de cheveux, sécheresse cutanée, démangeaisons, trouble de la pigmentation, mal de dos, douleurs articulaires, phlébite, baisse des globules rouges ou des globules blancs, augmentation des transaminases ;

Peu fréquents : infection, attaque de panique, confusion des idées, baisse de la libido, diabète, hypokaliémie, trouble de l'appétit, troubles de la mémoire, difficultés d'élocution, perte de connaissance, trouble de l'équilibre, vision double ou trouble, douleur dans l'oreille, palpitations, bouffées de chaleur, atteinte pulmonaire, reflux gastro-œsophagien, jaunisse, taches violacées sur la peau, photosensibilisation, ampoule, sang dans les urines, incontinence urinaire, saignements vaginaux inhabituels, frissons, syndrome grippal, tremblements, baisse des plaquettes.

Certains effets indésirables nécessitent un avis médical rapide :
  • diarrhées, si les selles sont nombreuses (plus de 4 par jour) ou surviennent pendant la nuit ;

  • nausées accompagnées d'une perte d'appétit ou des vomissements importants ;

  • rougeur, engourdissement, douleurs, picotements ou toute autre sensation inhabituelle dans les mains ou les pieds ;

  • éruption cutanée d'évolution rapide.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

angine de poitrine

Douleur oppressante due à une obstruction partielle des artères coronaires qui irriguent le muscle cardiaque. Elle peut se manifester dans la poitrine, les bras ou la mâchoire.

Synonyme : angor.

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

anticoagulant

Médicament qui empêche le sang de coaguler et qui prévient donc la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins.

Les anticoagulants sont utilisés pour traiter ou prévenir les phlébites, les embolies pulmonaires, certains infarctus. Ils permettent aussi d'empêcher la formation de caillots dans le cœur lors de troubles du rythme comme la fibrillation auriculaire ou en cas de valve cardiaque artificielle.

Il existe deux grand types d'anticoagulants :
  • les anticoagulants oraux, qui bloquent l'action de la vitamine K (antivitamine K, ou AVK) et dont l'efficacité est contrôlée par un dosage sanguin : l'INR (anciennement TP) ;

  • les anticoagulants injectables, dérivés de l'héparine, dont l'efficacité peut être contrôlée par le dosage sanguin de l'activité anti-Xa, le Temps de Howell (TH) ou le Temps de Cephalin Kaolin (TCK) suivant les produits utilisés. Un dosage régulier des plaquettes sanguines est nécessaire pendant toute la durée d'utilisation d'un dérivé de l'héparine.

antimétabolite

Variété de chimiothérapie anticancéreuse qui agit en empêchant la synthèse de l'ADN des cellules en division.

cancer

Maladie due au développement anarchique et incontrôlable de certaines cellules de l'organisme. Ces cellules anormales, capables de se multiplier indéfiniment, peuvent envahir des organes ou des vaisseaux sanguins et lymphatiques, formant à distance de nouvelles tumeurs, appelées métastases. On classe les cancers en tumeurs solides (qui se développent à partir d'un organe visible) et en tumeurs liquidiennes, qui proviennent des cellules de la moelle osseuse (leucémies notamment).

chimiothérapie anticancéreuse

Traitement médicamenteux destiné à soigner les cancers. Le mécanisme d'action des différentes chimiothérapies est très proche : il consiste à détruire les cellules cancéreuses, qui se divisent rapidement, en altérant leur ADN, leur métabolisme ou les mécanismes moléculaires qui leur permettent de se diviser. Suivant leur mode d'action, les chimiothérapies anticancéreuses sont classées en plusieurs grandes familles : les alkylants, les antimétabolites, les poisons du fuseau et les inhibiteurs de la topo-isomérase. D'autres ont un mode d'action complexe, qui ne permet pas de les classer facilement.

La toxicité des chimiothérapies n'est malheureusement pas dirigée exclusivement contre les cellules cancéreuses. D'autres cellules à développement rapide, comme celles du sang, des cheveux ou du tube digestif, sont également touchées, entraînant de nombreux effets indésirables. Mais contrairement aux cellules tumorales, les cellules saines ont des capacités de réparation plus ou moins complètes, ce qui explique par exemple que les cheveux repoussent après une chimiothérapie qui a provoqué leur chute.

diabète

Terme général désignant les maladies se traduisant par l'émission d'urines abondantes et par une soif intense. Employé seul, le mot diabète concerne généralement le diabète sucré, qui correspond à une perturbation de la régulation des sucres de l'organisme par l'insuline. Il se traduit par l'augmentation du sucre (glucose) dans le sang et par sa présence éventuelle dans les urines. Il existe deux sortes de diabète sucré : le diabète de type 1, ou insulinodépendant, qui nécessite un traitement par l'insuline en injection, et le diabète de type 2, ou non insulinodépendant, qui peut, dans un premier temps, être traité par les antidiabétiques oraux.

globule blanc

Cellule présente dans le sang. Il en existe différents types : les polynucléaires neutrophiles, qui augmentent lors des infections ; les polynucléaires éosinophiles, dont le nombre est élevé chez les personnes allergiques ou en cas de parasitose ; les polynucléaires basophiles ; les lymphocytes et monocytes, dont le nombre s'élève en cas d'infection virale ou d'atteinte de la moelle osseuse.

globule rouge

Cellule présente dans le sang (5 millions par mm3), qui contient l'hémoglobine.

Synonyme : hématie.

inflammation

Réaction naturelle de l'organisme contre un élément reconnu comme étranger. Elle se manifeste localement par une rougeur, une chaleur, une douleur ou un gonflement.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

insuffisance rénale

Incapacité des reins à éliminer les déchets ou les substances médicamenteuses. Une insuffisance rénale avancée ne se traduit pas forcément par une diminution de la quantité d'urine éliminée. Seuls une prise de sang et le dosage de la créatinine peuvent révéler cette maladie.

médicament à prescription restreinte
Terme regroupant certains médicaments susceptibles de poser des problèmes en matière de santé publique et dont la prescription obéit à des règles précises :
  • Médicament réservé à l'usage hospitalier : il ne peut être ni prescrit ni délivré en dehors de l'hôpital.

  • Médicament à prescription initiale hospitalière : il doit être obligatoirement prescrit initialement à l'hôpital, mais la délivrance du médicament et les ordonnances de renouvellement peuvent être réalisées en dehors de l'hôpital.

  • Médicament à surveillance particulière : pendant toute la durée du traitement, les malades traités par un médicament appartenant à cette catégorie doivent faire l'objet de soins particuliers (prises de sang, examens complémentaires, consultations plus fréquentes). Le renouvellement de l'ordonnance est subordonné au respect des règles de surveillance.

D'autres médicaments obéissent à des règles de délivrance particulière : les médicaments d'exception et les stupéfiants (voir ces termes).

muqueuse

Tissu (membrane) qui tapisse les cavités et les conduits du corps communiquant avec l'extérieur (tube digestif, appareil respiratoire, voies urinaires, etc.).

numération formule sanguine

La numération mesure le nombre de globules rouges (hématies), de globules blancs (leucocytes) et de plaquettes dans le sang. La formule sanguine précise le pourcentage des différents globules blancs : neutrophiles, éosinophiles, basophiles, lymphocytes, monocytes.

Abréviation : NFS.

phlébite

Inflammation d'une veine profonde avec formation d'un caillot sanguin, touchant généralement les jambes. La gravité des phlébites est liée à la possibilité d'un déplacement du caillot qui peut migrer jusqu'au cœur et venir ensuite obstruer une artère des poumons (embolie pulmonaire). Une paraphlébite, ou phlébite superficielle, est l'inflammation d'une veine superficielle ; elle est beaucoup moins préoccupante.

photosensibilisation

Sensibilité anormale de la peau à la lumière ou aux rayons ultraviolets, due à un médicament ou à une substance naturelle ou chimique.

plaquettes

Petites cellules présentes dans le sang : elles participent à la formation des caillots.

stomatite

Inflammation de la bouche et des gencives qui peut être due à une infection, mais aussi à certains médicaments qui se concentrent dans la salive.

surface corporelle

Les produits anticancéreux sont généralement injectés par voie intraveineuse : ils se dispersent alors dans la circulation générale ; la concentration de produit qui arrivera au niveau des tissus, et de la tumeur en particulier, est donc fonction de la quantité injectée et du débit du sang ; celui-ci est corrélé à la surface du corps calculée à partir du poids et de la taille : la dose des médicaments qui sont administrés est donc fonction de cette donnée appelée surface corporelle.

transaminases

Enzymes dosées dans le sang, dont le taux s'élève lors de certaines hépatites. Elles figurent dans les analyses de sang sous le nom de SGOT et SGPT ou ASAT et ALAT.