En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

ULTIBRO BREEZHALER

Mis à jour : Jeudi 18 Octobre 2018
Famille du médicament :

Association de bronchodilatateurs

Médicament sous surveillance renforcée Ce médicament fait l’objet d’une surveillance supplémentaire afin de pouvoir identifier rapidement de nouvelles informations sur sa sécurité d’emploi.

Dans quel cas le médicament ULTIBRO BREEZHALER est-il prescrit ?

Ce médicament est un bronchodilatateur. Inhalé, il agit localement contre la contraction anormale des muscles de la paroi des bronches. Il associe deux substances qui ont un mode d'action complémentaire ciblant différents récepteurs :
  • l'indacatérol, un bronchodilatateur de longue durée d'action de la famille des bêta-2 stimulants, des substances apparentées à l'adrénaline ;

  • le bromure de glycopyrronium, un bronchodilatateur de longue durée d'action de la famille des anticholinergiques (atropiniques).

Il est utilisé dans le traitement continu de la bronchite chronique de type obstructif (BPCO), c'est-à-dire associée à un rétrécissement du diamètre des bronches.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament ULTIBRO BREEZHALER

ULTIBRO BREEZHALER : poudre pour inhalation ; boîte de 30 gélules avec inhalateur
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 51,13 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ULTIBRO BREEZHALER

p dose
Indacatérol maléate143 μg
Soit Indacatérol85 μg
Glycopyrronium bromure63 μg
Soit Glycopyrronium43 μg
Excipients : Lactose, Lactose monohydrate, Magnésium stéarate

Attention

Ce médicament doit être pris régulièrement. Il est prescrit lorsque la gène respiratoire persiste malgré l'utilisation plusieurs fois par jour d'un bronchodilatateur d'action rapide. Il n'est pas destiné au traitement d'un épisode aigu de bronchite chronique. Lorsque les doses habituellement efficaces deviennent insuffisantes ou que les difficultés respiratoires s'accentuent, consultez rapidement votre médecin.

En cas de difficulté à respirer ou à déglutir, de gonflement de la langue, des lèvres et du visage ou de réaction cutanée, ne poursuivez pas le traitement sans avis médical : il peut s'agit d'une réaction allergique.

Des précautions sont nécessaires en cas d'adénome de la prostate, de glaucome à angle fermé, d'insuffisance rénale grave, de maladie cardiovasculaire (insuffisance coronarienne, infarctus du myocarde, troubles du rythme cardiaque), d'hypertension artérielle, d'hyperthyroïdie ou d'épilepsie.

Chez les patients diabétiques, des contrôles plus fréquents de la glycémie peuvent être recommandés à l'instauration du traitement.

Ce médicament présente des effets atropiniques. Il peut provoquer un glaucome aigu chez les personnes prédisposées : œil rouge, dur et douloureux, avec vision floue. Une consultation d'extrême urgence auprès d'un ophtalmologiste est nécessaire.

L'administration de doses élevées de bronchodilatateur bêta-2 stimulant peut provoquer une hypokaliémie : votre médecin pourra être amené à contrôler votre taux de potassium sanguin.

Attention : sportifSportif : ce médicament contient une substance susceptible de rendre positifs certains tests antidopage.

Attention : conducteurConducteur : ce médicament peut être responsable de vertiges.

Interactions du médicament ULTIBRO BREEZHALER avec d'autres substances

Informez votre médecin si vous prenez un bêtabloquant, un médicament ayant des effets atropiniques ou susceptible de faire baisser la kaliémie.

Fertilité, grossesse et allaitement

L'effet de ce médicament pendant la grossesse ou l'allaitement est mal connu. Par prudence, son usage est déconseillé chez la femme enceinte ou chez celle qui allaite.

Mode d'emploi et posologie du médicament ULTIBRO BREEZHALER

Ces gélules ne doivent pas être avalées. Elles sont destinées à être utilisées uniquement avec l'inhalateur fourni dans la boîte.

Retirer le capuchon protecteur et ouvrir l'inhalateur en inclinant l'embout buccal. Les gélules doivent toujours être conservées dans la plaquette et être sorties juste avant l'inhalation. Pour la sortir, soulever la feuille protectrice de la plaquette. Placer la gélule dans le logement central de l'inhalateur. Refermer l'embout buccal. Appuyer sur les 2 boutons latéraux pour percer la gélule (vous devez entendre un clic) puis relâcher. La poudre est prête à être inhalée. Expirer profondément puis placer l'embout buccal à l'entrée de la bouche et inspirer. Il faut tenir l'inhalateur sans appuyer sur les boutons latéraux. Lors de l'inspiration, la gélule tourne dans son logement et un bourdonnement se fait entendre. Un goût sucré se fait sentir quand le produit pénètre dans les poumons. Si vous n'entendez pas de bourdonnement, il faut ouvrir l'inhalateur, replacer la gélule et inhaler à nouveau.

L'inhalation doit être faite au cours d'une inspiration profonde, précédée d'une expiration forcée. Il est ensuite nécessaire de retenir sa respiration quelques instants.

Une fois l'inhalation terminée, ouvrir l'inhalateur pour voir s'il reste de la poudre dans la gélule. S'il reste de la poudre, répéter l'inhalation. Quand la gélule est vide, la retirer de l'inhalateur.

Posologie usuelle :

  • Adulte de plus de 18 ans : 1 gélule à inhaler par jour, de préférence à la même heure chaque jour.

En cas d'oubli d'une dose, la dose suivante doit être prise à l'heure habituelle le lendemain.

Conseils

N'hésitez pas à demander une démonstration du maniement de cet appareil à votre médecin ou à votre pharmacien.

Rincez-vous la bouche après l'inhalation pour éviter l'éventuelle irritation de la gorge due à la poudre.

La bronchite chronique s'accompagne souvent de toux : ne prenez jamais d'antitussif ou de fluidifiant bronchique sans l'avis de votre médecin. Les antalgiques opiacés et les somnifères sont également à éviter sans avis médical.

L'inhalateur doit être jeté après 30 jours d'utilisation.

Conditions de remboursement :

Ce médicament est remboursé uniquement lorsque les symptômes sont déjà contrôlés par l'association d'indacatérol et du bromure de glycopyrronium administrés séparément.

Effets indésirables possibles du médicament ULTIBRO BREEZHALER

Les effets indésirables sont souvent rares avec les formes inhalées. Leur survenue est favorisée par une augmentation de la posologie.

Très fréquents : infection respiratoire.

Fréquents : rhume, sinusite, maux de tête, vertiges, toux, douleur ou irritation de la gorge, infection urinaire, hyperglycémie, digestion difficile, caries, rétention d'urine.

Peu fréquents : insomnie, glaucome, saignement de nez, accélération du cœur, palpitations, troubles du rythme cardiaque, fatigue, bouche sèche, éruption cutanée, démangeaisons, douleur musculaire ou articulaire, crampes, douleur des extrémités.

Rarement : fourmillement des extrémités, réaction allergique.

Comme tout produit inhalé, l'utilisation de ce médicament peut exceptionnellement provoquer une aggravation paradoxale des difficultés respiratoires ; ne le réutilisez pas sans avoir pris l'avis de votre médecin.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (4)

Le 15/10/2018 à 18:10
avatar AUROREA
AUROREA Profession non médicale / Autre
Bonjour,
Je prends cette poudre à inhaler depuis trois jours... des la deuxième inhalation je n'ai pas pu attendre les secondes nécessaires au meilleur emploi de ce medicament. Immediatement le reflex de toux s'impose... ma toux est devenue plus douloureuse et chargee la nuit ( j' inhale le matin ) .... je sens leq effets d'une aggravation de mon état ( état fébrile, sans avoir pris ma temperature, grosse fatigue comme si mon corps pesait une tonne... Dans la journee je prends des vitamines afin de lever mon systeme immunitaire qui.me.semble s'affaiblir... je ne suis plus dans la ville où le medecin me.l'a prescrit..ces symptomes vont-ils s'arrêter ou serait-il.préférable d'arreter le traitement? Merci de votre réponse..
Je ne connais aucun médecin dans la region ou je suis

0 0
Le 16/10/2018 à 10:03
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,
Il est préférable de voir un nouveau médecin pour en parler avec lui et être examinée. Achetez un thermomètre pour savoir si vous avez vraiment de la fièvre.

0 0
Le 08/10/2018 à 03:10
avatar J-C38
J-C38 Profession non médicale / Autre
Je suis suivi pour une bronchite chronique BPCO, moyen fumeur (15 blondes jours), je prend le traitement depuis 2ans, c'est "lourd" pour moi. Je tousse immédiatement après l'inhalation, malhres un e grande inspiration. J'ai l'impression de fumer plus et avoir de +en+ de mal à respirer malgré la prescription d'une ventoline à prendre en cas de sensations de souffle court ou de difficulté à respirer. Je n'ai pas l'impression que mon cas évolue dans le bon sens et j'ai envie d'arrêter ce traitement. J'ai 60 ans et je fume depuis mes 16 ans. Souvent essoufflé en cas d'efforts mais si je fais attention mon souffle reviens normalement.

1 0
Le 08/10/2018 à 09:20
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,
Il semblerait préférable d'arrêter le tabac plutôt que le traitement !

0 2
Le 09/07/2017 à 12:18
avatar Syl95
Syl95 Profession non médicale / Autre
Je prends Ultibro Breezhaler depuis quelques mois et récemment je ressens une gêne énorme au niveau de la trachée. J'ai arrêté d'en prendre deux jours, ça allait beaucoup mieux, je l'ai repris ce matin : même gêne qu'auparavant.
Sur la notice il est indiqué qu'il ne faut pas arrêter le traitement. Mais je ne peux pas continuer à prendre celui-ci, qu'en pensez-vous ? Je vois mon médecin jeudi de toutes façons.
Pour ajouter une pierre à l'édifice peut-être.

3 3
Le 11/07/2017 à 10:45
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,
Il faut en effet en parler à votre médecin. Pour qu'il puisse se faire une idée en voyant votre gorge, il peut être utile d'en prendre le jour de la consultation.

1 1
Le 17/03/2016 à 12:53
avatar edena
edena Autre professionnel de santé
Je le prends depuis 8 jours. J'ai un peu mal à la tête; tousse un peu, assez profond. J'ai juste une question : est-ce que ça va faire de l'effet si je ne peux retenir mon souffle en le prenant car j'ai un réflexe de toux immédiatement ?

42 8
Le 18/03/2016 à 20:01
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour,

Si la toux est immédiate, il risque de ne pas être efficace (il faut retenir sa respiration au moins quelques secondes après l'inhalation). Si vous n'y arrivez vraiment pas, il faut en parler au médecin qui vous l'a prescrit...

41 27

Actualités

Les substituts nicotiniques diffusent de la nicotine de manière lente et régulière, permettant ainsi au fumeur de se libérer petit à petit de sa dépendance physique (illustration).

NICOTINELL comprimé à sucer (boîte de 204) et patch (boîte de 28) : désormais remboursables à 65 %

La prise de lévothyroxine permet de substituer une carence en hormones thyroïdiennes (illustration).

LEVOTHYROX : l’ancienne formule (EUTHYROX) restera commercialisée en 2019

Les patients traités par hydrochlorothiazide doivent vérifier régulièrement l\'état de leur peau et faire examiner toute lésion cutanée suspecte par leur médecin (illustration).

Hydrochlorothiazide : risque accru de "cancer de la peau non mélanome" à doses cumulatives croissantes