ARIPIPRAZOLE EG

Mis à jour : Mardi 17 Septembre 2019
Famille du médicament :

Neuroleptique atypique

Ce médicament est un générique de ABILIFY.

Dans quel cas le médicament ARIPIPRAZOLE EG est-il prescrit ?

Ce médicament est un neuroleptique dit « atypique ». Certains de ses effets indésirables sont moins marqués que ceux des neuroleptiques classiques. Il a des propriétés antipsychotiques.

Il est utilisé :
  • dans le traitement de la schizophrénie,

  • dans le cadre d'un trouble bipolaire pour traiter les épisodes maniaques et pour prévenir les récidives.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament ARIPIPRAZOLE EG

ARIPIPRAZOLE EG 5 mg : comprimé (bleu) ; boîte de 28
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 18,51 €.
ARIPIPRAZOLE EG 10 mg : comprimé (rose) ; boîte de 28
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 18,51 €.
ARIPIPRAZOLE EG 10 mg : comprimé orodispersible (rose ; arôme vanille) ; boîte de 28
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 18,51 €.
ARIPIPRAZOLE EG 15 mg : comprimé (jaune) ; boîte de 28
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 18,51 €.
ARIPIPRAZOLE EG 15 mg : comprimé orodispersible (jaune ; arôme vanille) ; boîte de 28
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 18,51 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ARIPIPRAZOLE EG

p cpp cpp cp orodisp
Aripiprazole5 mg10 mg10 mg
Lactose+++
p cpp cp orodisp
Aripiprazole15 mg15 mg
Lactose++
Excipients communs : Acide tartrique, Arôme, Arôme naturel, Bicarbonate de sodium, Cellulose microcristalline, Crème de vanille arôme, Crospovidone, Glucose, Lactose, Magnésium hydroxycarbonate, Magnésium stéarate, Maltodextrine, Mannitol, Saccharine sodique, Silice colloïdale anhydre
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Fer jaune oxyde, Fer rouge oxyde, Indigotine laque aluminique

Attention

En cas de survenue d'une fièvre inexpliquée associée à une raideur musculaire (qui pourraient être dues au médicament), ne poursuivez pas le traitement sans avis médical : risque de syndrome malin des neuroleptiques.

En cas de prise de poids importante, d'apparition de mouvements anormaux ou de somnolence marquée au cours de la journée, contactez rapidement votre médecin. Une modification du traitement pourra être envisagée.

Des précautions sont nécessaires en cas de maladie cardiaque (antécédent d'infarctus du myocarde, angine de poitrine, insuffisance cardiaque, troubles du rythme cardiaque), de tension artérielle faible ou excessive, d'antécédent de convulsions, de diabète, de difficultés pour avaler, d'antécédent d'addiction aux jeux d'argent et chez les personnes âgées.

Évitez les boissons alcoolisées : augmentation du risque de somnolence.

Attention : conducteurCompte-tenu de ses effets indésirables potentiels, ce médicament peut, chez certaines personnes, ne pas être compatible avec la conduite automobile ou le maniement de machines dangereuses. Assurez-vous à l'occasion des premières prises que vous supportez bien ce médicament avant de conduire ou d'utiliser une machine.

Interactions du médicament ARIPIPRAZOLE EG avec d'autres substances

Les médicaments contenant les substances suivantes sont susceptibles de modifier l'efficacité du traitement : carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, primidone, griséofulvine, rifabutine, rifampicine, millepertuis, kétoconazole, itraconazole, quinidine, fluoxétine, paroxétine, antiprotéases.

Informez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez un antihypertenseur, d'autres sédatifs (tranquillisants, somnifères) ou un antidépresseur.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu : seul votre médecin peut évaluer le risque éventuel de son utilisation dans votre cas.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel : l'allaitement est déconseillé pendant le traitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament ARIPIPRAZOLE EG

Ce médicament est pris une seule fois par jour, au même moment de la journée, au cours ou en dehors des repas.

Les comprimés orodispersibles sont à placer directement sur la langue, avec ou sans eau. Ils peuvent également être préalablement dissous dans un peu d'eau.

Posologie usuelle :

Dans le traitement de la schizophrénie :

  • Adulte de plus de 18 ans : 10 à 15 mg par jour. La dose maximale ne doit pas dépasser 30 mg par jour.

  • Adolescent de plus de 15 ans : 10 mg par jour. Cette posologie est obtenue en augmentant progressivement la dose.

Dans le traitement des épisodes maniaques :
  • Adulte et adolescent de plus de 15 ans : 15 mg par jour. Pour la prévention des récidives d'épisodes maniaques, le traitement est maintenu à la même dose pendant une durée fixée par le médecin.

  • Adolescent de plus de 13 ans : la dose initiale est de 2 mg par jour et est augmentée progressivement jusqu'à 10 mg par jour. La durée du traitement doit être aussi courte que nécessaire afin de contrôler les symptômes et ne doit pas dépasser 12 semaines.

Conseils

Dans le traitement de la schizophrénie et autres psychoses, les neuroleptiques permettent de contrôler efficacement la maladie, mais une modification ou un arrêt intempestif du traitement expose à une rechute grave.

Effets indésirables possibles du médicament ARIPIPRAZOLE EG

Fréquents (moins de 1 personne sur 10) : maux de tête, fatigue, nausées, vomissements, digestion difficile, constipation, salivation excessive, étourdissement, insomnie, agitation, anxiété, somnolence, mouvements involontaires, tremblement et vision trouble.

Peu fréquents (moins de 1 personne sur 100) : hypotension orthostatique (sensation de vertige en passant en position debout), état dépressif.

Effets indésirables rapportés après commercialisation, de fréquence non connue : palpitations, apparition ou aggravation d’un diabète, prise de poids, anorexie, nervosité, addiction aux jeux d'argent, idées suicidaires, trouble de l'élocution, éruption cutanée, transpiration excessive, crampes, raideur ou douleur musculaire, faiblesse, difficulté à uriner, priapisme, gonflement des mains, des chevilles ou des pieds, convulsions, malaise, hypertension artérielle, accident thromboembolique, troubles de la déglutition avec risque d'inhalation de nourriture, inflammation du pancréas, hépatite, réaction allergique, anomalie de la numération formule sanguine, baisse du taux de sodium dans la sang.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

accident thromboembolique

Accident qui résulte de l'obstruction (embolie) d'un vaisseau sanguin par un caillot (thrombus).

Le vaisseau peut être une artère : il s'agit alors d'une embolie artérielle, qui provoque une ischémie (privation de sang oxygéné) dans la région que cette artère irriguait. Une ischémie grave aboutit à la mort des tissus privés d'oxygène : l'infarctus. Heureusement, dans de nombreux cas, une artère voisine permet d'éviter l'infarctus en apportant du sang oxygéné dans la région victime de l'ischémie.

Le cœur est irrigué par les artères coronaires qui ont la propriété d'être peu reliées entre elles, ce qui explique la gravité d'un accident thromboembolique coronarien : une partie du muscle cardiaque, le myocarde, est détruite (infarctus du myocarde).

L'obstruction d'une veine est moins grave, car les veines assurent le retour du sang chargé de gaz carbonique vers le cœur. L'obstruction d'une veine est généralement appelée thrombophlébite. La gravité d'une thrombophlébite, ou phlébite, tient à la possibilité pour un caillot de se détacher de la veine et d'être emporté par le sang veineux jusqu'au cœur. Après avoir traversé l'oreillette droite et le ventricule droit, ce caillot va pénétrer dans une artère pulmonaire et obstruer un vaisseau sanguin, provoquant une embolie pulmonaire et un infarctus pulmonaire.

angine de poitrine

Douleur oppressante due à une obstruction partielle des artères coronaires qui irriguent le muscle cardiaque. Elle peut se manifester dans la poitrine, les bras ou la mâchoire.

Synonyme : angor.

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

antidépresseur

Médicament qui agit contre la dépression. Certains antidépresseurs sont également utilisés pour combattre les troubles obsessionnels compulsifs, l'anxiété généralisée, certaines douleurs rebelles, l'énurésie, etc.

En fonction de leur mode d'action et de leurs effets indésirables, les antidépresseurs sont divisés en différentes familles : les antidépresseurs imipraminiques, les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, les IMAO (sélectifs ou non sélectifs). Enfin, d'autres antidépresseurs n'appartiennent à aucune de ces familles, car ils possèdent des propriétés originales.

Le mode d'action des antidépresseurs comporte deux aspects principaux : le soulagement de la souffrance morale et la lutte contre l'inhibition qui enlève toute volonté d'action au déprimé. Il arrive qu'un décalage survienne entre ces deux effets : la souffrance morale peut persister, alors que la capacité d'action réapparaît. Pendant cette courte période, le risque suicidaire présent chez certains déprimés peut être accru. Le médecin en tient compte dans sa prescription (association éventuelle à un tranquillisant) et celle-ci doit être impérativement respectée.

antihypertenseur

Médicament qui lutte contre l'excès de tension artérielle. Les principaux sont les bêtabloquants, les diurétiques, les inhibiteurs calciques, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion, les inhibiteurs de l'angiotensine II et les vasodilatateurs.

antiprotéase

Médicament antirétroviral qui agit en bloquant une enzyme (la protéase) nécessaire à la maturation du virus du sida (VIH) dans les cellules infectées. Ce type de médicament bloque l'une des étapes de la reproduction du virus, sans toutefois permettre son éradication. Il est le plus souvent utilisé en association avec d'autres antirétroviraux.

convulsions

Contractions involontaires limitées à quelques muscles ou généralisées à tout le corps. Elles sont dues à une souffrance ou à une stimulation excessive du cerveau : fièvre, intoxication, manque d'oxygène, lésion du cerveau. Les convulsions peuvent être dues à une crise d'épilepsie ou à une fièvre élevée chez le jeune enfant.

diabète

Terme général désignant les maladies se traduisant par l'émission d'urines abondantes et par une soif intense. Employé seul, le mot diabète concerne généralement le diabète sucré, qui correspond à une perturbation de la régulation des sucres de l'organisme par l'insuline. Il se traduit par l'augmentation du sucre (glucose) dans le sang et par sa présence éventuelle dans les urines. Il existe deux sortes de diabète sucré : le diabète de type 1, ou insulinodépendant, qui nécessite un traitement par l'insuline en injection, et le diabète de type 2, ou non insulinodépendant, qui peut, dans un premier temps, être traité par les antidiabétiques oraux.

épisode maniaque

Modification de l'humeur associant à des degrés divers une exaltation ou une irritabilité inhabituelles, un important besoin de parler, des difficultés de concentration, des comportements inadaptés (séduction, dépenses inconsidérées par exemple). Il peut alterner avec des épisodes dépressifs dans le cadre d'un trouble bipolaire, ou être la conséquence d'un traitement antidépresseur.

hépatite

Inflammation du foie. Elle peut être due à un médicament, à un virus, à l'alcool ou à une autre cause.

Les hépatites virales guérissent généralement sans traitement. Contrairement aux hépatites A et E presque toujours bénignes, les hépatites B et C peuvent devenir chroniques : le virus persiste dans l'organisme du malade qui reste contagieux mais ne souffre pas obligatoirement de troubles hépatiques. L'hépatite chronique est dite active lorsque le virus continue à détruire les cellules du foie, destruction traduite par l'augmentation des transaminases dans le sang.

infarctus du myocarde

Destruction d'une partie du muscle cardiaque (myocarde), privé de sang par obstruction de ses artères.

insuffisance cardiaque

Incapacité du cœur à remplir sa fonction de pompe. Les principaux symptômes de l'insuffisance cardiaque sont une fatigue et un essoufflement lors d'un effort.

neuroleptique

Famille de médicaments utilisés dans le traitement de certains troubles nerveux ou de symptômes divers : troubles digestifs, troubles de la ménopause, etc.

numération formule sanguine

La numération mesure le nombre de globules rouges (hématies), de globules blancs (leucocytes) et de plaquettes dans le sang. La formule sanguine précise le pourcentage des différents globules blancs : neutrophiles, éosinophiles, basophiles, lymphocytes, monocytes.

Abréviation : NFS.

orodispersible

Qualifie un comprimé qui se désagrège dans la bouche au contact de la salive. Il peut également être dispersé dans un verre d'eau avant ingestion.

palpitations

Perception anormale de battements cardiaques irréguliers.

priapisme

Érection anormalement prolongée et douloureuse.

psychose

Maladie mentale que le malade n'est pas capable de reconnaître en tant que telle. Le psychotique n'est pas conscient de sa maladie, contrairement à la personne atteinte de névrose, qui a la capacité de se rendre compte de l'existence d'un trouble.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

schizophrénie

Maladie psychique se manifestant par des épisodes d'hallucinations, de délire, de troubles de la pensée et du langage, voire d'agitation psychomotrice. Elle entraîne un repli sur soi et des difficultés relationnelles d'intensité variable, qui nécessitent le plus souvent un traitement neuroleptique.

sédatif
  • Qui apaise, qui calme.

  • Médicament appartenant à différentes familles : anxiolytiques, hypnotiques, antalgiques, antitussifs, antiépileptiques, neuroleptiques, etc. mais aussi antidépresseurs, antihistaminiques H1, antihypertenseurs. Un sédatif peut être responsable de somnolence et augmenter les effets de l'alcool.

sodium

Substance minérale qui peut former des sels, notamment avec le chlore (chlorure de sodium, ou sel de table).

syndrome malin des neuroleptiques

Affection rarissime qui se traduit, chez un malade sous traitement neuroleptique, par les symptômes suivants : pâleur, sueurs, fièvre élevée, troubles de conscience, salivation excessive, etc. Ces symptômes doivent conduire à arrêter toute prise de neuroleptiques et à contacter un service d'urgence (15 ou 112). Contrairement à une banale grippe, il n'existe pas de toux, et les troubles de la conscience sont importants.

troubles bipolaires

Maladie psychique caractérisée par l'alternance et la répétition de phases de dépression et d'états maniaques.

Synonymes : maniaco-dépression, psychose maniaco-dépressive.