NÉVIRAPINE CRISTERS

Mis à jour : Mardi 17 Septembre 2019
Famille du médicament :

Antirétroviral

Ce médicament est un générique de VIRAMUNE.

Dans quel cas le médicament NÉVIRAPINE CRISTERS est-il prescrit ?

Ce médicament est un antirétroviral actif sur le virus de l'immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1). Il appartient à la famille des inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse. En bloquant cette enzyme, il empêche la reproduction du virus dans les cellules infectées, sans toutefois permettre son élimination. Il est inactif sur le virus de l'immunodéficience humaine de type 2 (VIH-2).

Il est utilisé chez les adultes et les enfants infectés par le VIH-1 en association avec d'autres médicaments antirétroviraux.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament NÉVIRAPINE CRISTERS

NÉVIRAPINE CRISTERS 200 mg : comprimé (blanc) ; boîte de 60
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 102,38 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament NÉVIRAPINE CRISTERS

p cp
Névirapine200 mg
Excipients : Amidon de maïs, Cellulose microcristalline, Croscarmellose sel de Na, Magnésium stéarate, Povidone K 30, Silice colloïdale anhydre, Sodium carboxyméthylamidon

Contre-indications du médicament NÉVIRAPINE CRISTERS

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • antécédent de réaction cutanée sévère ou accompagnée de symptômes généraux ou de troubles hépatiques liés à la prise de ce médicament,

  • augmentation importante des transaminases au cours d'un précédent traitement par ce médicament,

  • insuffisance hépatique grave,

  • en association avec les produits de phytothérapie contenant du millepertuis.

Attention

Ce médicament doit toujours être associé à au moins deux autres antirétroviraux : une résistance virale peut apparaître rapidement lorsqu'il est utilisé seul.

Les 18 premières semaines du traitement nécessitent une surveillance étroite afin de déceler l'éventuelle survenue de réactions cutanées sévères ou de lésions graves du foie.

Vous devez immédiatement informer votre médecin traitant si vous observez une éruption cutanée même peu importante. Si l'éruption cutanée est étendue ou s'accompagne de signes généraux (fièvre, cloques sur la peau, lésions buccales, conjonctivite, gonflement du visage, douleur musculaire ou articulaire, malaise général), il faut interrompre le traitement et consulter en urgence ; la névirapine ne doit pas être réutilisée dans ce cas.

Il est très important de débuter le traitement à faible dose pendant les 14 premiers jours. Si vous présentez une éruption cutanée pendant cette période, n’augmentez pas la dose mais consultez sans attendre votre médecin.

Des signes évocateurs d'une hépatite imposent également un avis médical urgent et un arrêt éventuel du traitement : perte d'appétit, nausées, vomissements, jaunisse, fatigue anormale, démangeaisons. Les atteintes hépatiques sont plus fréquentes chez les femmes et en cas d'hépatite chronique virale (hépatite B et C), de transaminases élevées ou de taux de CD4 élevé. Des analyses de sang (dosage des transaminases) vous seront régulièrement demandées.

Le traitement antiviral n'élimine pas le risque de transmission du VIH à d'autres personnes lors de rapports sexuels : vous devez continuer à prendre les mesures de protections appropriées (préservatifs).

Interactions du médicament NÉVIRAPINE CRISTERS avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec les produits de phytothérapie contenant du millepertuis : risque de diminution de son effet.

L'association à certains antirétroviraux, notamment éfavirenz, délavirdine, étravirine, atazanavir/ritonavir, fosamprénavir (sauf si il est associé à du ritonavir), élvitégravir/cobicistat n'est pas recommandée.

Il peut interagir avec les médicaments conteant de la méthadone, de la clarithromycine, de la rifabutine, de la rifampicine, du kétoconazole, du fluconazole, de l'itraconazole, du télaprévir ; des dosages sanguins peuvent être nécessaires pour adapter les doses

L'efficacité des contraceptifs oraux peut être diminuée par la néviparine. Un autre mode de contraception doit être envisagé pendant le traitement.

Signalez à votre médecin ou à votre pharmacien tous les traitements associés.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu. Si une grossesse survient au cours du traitement, prévenez votre médecin.

Allaitement :

L'infection par le VIH contre-indique l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament NÉVIRAPINE CRISTERS

Les comprimés doivent être pris avec un verre d'eau, sans être ni écrasés ni mâchés. Ils peuvent être pris au cours ou en dehors des repas.

Respectez strictement la posologie prescrite par votre médecin, notamment au cours des 14 premiers jours de traitement (faible dose). Si le traitement est interrompu pendant plus de sept jours, il doit être repris à la posologie initiale à faible dose pendant les 14 premiers jours avant de repasser à 2 comprimés par jour.

Posologie usuelle :

  • Adulte et adolescent de plus de 16 ans : 1 comprimé par jour pendant les 14 premiers jours de traitement, puis 1 comprimé, 2 fois par jour, en association à au moins deux médicaments antirétroviraux.

  • Enfant de 8 à 16 ans : les comprimés à 200 mg conviennent aux enfants les plus grands, notamment les adolescents de moins de 16 ans et pesant 50 kg ou plus. Pour les enfants pesant moins de 50 kg, la névirapine est disponible sous forme de suspension buvable dont la posologie peut être ajustée en fonction du poids.

Conseils

Ce traitement doit être pris tous les jours : veiller à toujours disposer d'une réserve de médicament. En cas d'oubli d'une dose, si l'oubli est constaté dans les 8 heures suivant l'heure habituelle de prise, prendre la dose oubliée dès que possible. Si l'oubli a été constaté plus de 8 heures après l'heure de prise prévue, ne pas prendre la dose oubliée et continuer à l'heure habituelle

L'activité d'un traitement antirétroviral est maximale si vous respectez strictement les doses et les modalités de prise. Dans le cas contraire, il existe un risque d'apparition de résistances virales qui peut compromettre l'efficacité des traitements ultérieurs.

Le traitement nécessite un suivi régulier pour s'assurer du bon contrôle de l'infection et prévenir la survenue de complications évolutives (notamment des infections opportunistes). Il est important de garder un contact régulier avec votre médecin traitant.

Conditions particulières de délivrance :

Ce médicament est à prescription restreinte : il doit être obligatoirement prescrit pour la première fois à l'hôpital (prescription initiale hospitalière annuelle). La prescription peut être renouvelée par le médecin traitant (pour une durée maximale d'un an, si les examens sont satisfaisants) mais toute modification nécessite une nouvelle prescription hospitalière. Elle doit être renouvelée après 12 mois obligatoirement à l'hôpital.

La délivrance des antirétroviraux se fait sur la présentation des 2 ordonnances : la prescription initiale hospitalière datant de moins de 1 an et l'ordonnance de renouvellement du médecin de ville identique à cette dernière.

Effets indésirables possibles du médicament NÉVIRAPINE CRISTERS

Le principal risque est la survenue d'éruptions cutanées ou d'atteintes hépatiques, parfois graves (voir Attention).

Fréquents : maux de tête, nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhées, fatigue, fièvre, augmentation des transaminases.

Peu fréquents : douleurs articulaires ou musculaires, hypertension artérielle, anomalie de la numération formule sanguine, réaction allergique.

L'association de plusieurs antirétroviraux peut également entraîner une modification de la répartition des graisses corporelles, une prise de poids et des troubles du métabolisme (augmentation des taux de lipides et de glucose dans le sang).

Comme avec d'autres antirétroviraux, ce médicament peut être responsable d'une dégénescence des os (ostéonécrose).

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

antirétroviral

Médicament inhibant la reproduction des rétrovirus, dont le virus du sida (VIH).

conjonctivite

Inflammation de la conjonctive, due à un corps étranger, à une allergie, à une infection ou à un produit irritant.

contraceptif

Qui s'oppose à la conception : contraceptif oral (pilule), local (stérilet, spermicide, diaphragme et préservatif).

enzyme

Substance capable d'activer une réaction chimique spécifique.

éruption cutanée

Apparition de boutons ou de plaques sur la peau. Ces lésions peuvent être dues à un aliment, à un médicament, et traduire une allergie ou un effet toxique. De nombreux virus peuvent également provoquer des éruptions de boutons : celles de la rubéole, de la roséole et de la rougeole sont les plus connues.

hépatite

Inflammation du foie. Elle peut être due à un médicament, à un virus, à l'alcool ou à une autre cause.

Les hépatites virales guérissent généralement sans traitement. Contrairement aux hépatites A et E presque toujours bénignes, les hépatites B et C peuvent devenir chroniques : le virus persiste dans l'organisme du malade qui reste contagieux mais ne souffre pas obligatoirement de troubles hépatiques. L'hépatite chronique est dite active lorsque le virus continue à détruire les cellules du foie, destruction traduite par l'augmentation des transaminases dans le sang.

infections opportunistes

Infections secondaires à un déficit immunitaire, dues notamment à une infection par le VIH (virus du sida). Les germes responsables (virus, bactéries ou levures) profitent de la baisse des défenses de l'organisme pour provoquer une infection. La plupart de ces germes n'entraînent pas d'infection lorsqu'il n'y a pas de déficit immunitaire.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

médicament à prescription restreinte
Terme regroupant certains médicaments susceptibles de poser des problèmes en matière de santé publique et dont la prescription obéit à des règles précises :
  • Médicament réservé à l'usage hospitalier : il ne peut être ni prescrit ni délivré en dehors de l'hôpital.

  • Médicament à prescription initiale hospitalière : il doit être obligatoirement prescrit initialement à l'hôpital, mais la délivrance du médicament et les ordonnances de renouvellement peuvent être réalisées en dehors de l'hôpital.

  • Médicament à surveillance particulière : pendant toute la durée du traitement, les malades traités par un médicament appartenant à cette catégorie doivent faire l'objet de soins particuliers (prises de sang, examens complémentaires, consultations plus fréquentes). Le renouvellement de l'ordonnance est subordonné au respect des règles de surveillance.

D'autres médicaments obéissent à des règles de délivrance particulière : les médicaments d'exception et les stupéfiants (voir ces termes).

numération formule sanguine

La numération mesure le nombre de globules rouges (hématies), de globules blancs (leucocytes) et de plaquettes dans le sang. La formule sanguine précise le pourcentage des différents globules blancs : neutrophiles, éosinophiles, basophiles, lymphocytes, monocytes.

Abréviation : NFS.

phytothérapie

Méthode de traitement fondée sur l'utilisation des plantes.

posologie

Quantité et répartition de la dose d'un médicament en fonction de l'âge, du poids et de l'état général du malade.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

symptôme

Trouble ressenti par une personne atteinte d'une maladie. Un même symptôme peut traduire des maladies différentes et une même maladie ne donne pas forcément les mêmes symptômes chez tous les malades.

transaminases

Enzymes dosées dans le sang, dont le taux s'élève lors de certaines hépatites. Elles figurent dans les analyses de sang sous le nom de SGOT et SGPT ou ASAT et ALAT.

VIH

Abréviation du virus de l'immunodéficience humaine (en anglais HIV), responsable d'une infection pouvant évoluer vers le sida.

On distingue le VIH-1 (responsable de l'épidémie mondiale) et le VIH-2 (beaucoup moins répandu que le VIH-1, surtout présent en Afrique de l'Ouest).

virus

Organisme microscopique qui pénètre dans les cellules de l'hôte, où il se reproduit. Beaucoup plus petits que les bactéries, les virus sont insensibles aux antibiotiques. Ils peuvent parfois être détruits par des substances antivirales.