ROSUVASTATINE ZENTIVA

Mis à jour : Mardi 18 Juin 2019
Famille du médicament :

Hypolipémiant de la famille des statines

Ce médicament est un générique de CRESTOR.

Dans quel cas le médicament ROSUVASTATINE ZENTIVA est-il prescrit ?

Ce médicament est un hypolipidémiant de la famille des statines. Il permet d'abaisser les taux de cholestérol et de triglycérides circulant dans le sang. Des études cliniques ont également montré l'aptitude des statines à diminuer le risque de mortalité et de d'évènement cardiovasculaire (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral).

Il est utilisé en complément d'un régime adapté dans le traitement des excès de cholestérol associés ou non à un excès de triglycérides, lorsque le régime et les autres mesures non médicamenteuses (exercice physique, perte de poids) se sont avérés insuffisants.

Il est également utilisé dans la prévention des accidents cardiovasculaires chez les patients à risque élevé de survenue d'événement cardiovasculaire.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament ROSUVASTATINE ZENTIVA

ROSUVASTATINE ZENTIVA 5 mg : comprimé (blanc) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 5,75 €.
ROSUVASTATINE ZENTIVA 5 mg : comprimé (blanc) ; boîte de 90
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 16,98 €.
ROSUVASTATINE ZENTIVA 10 mg : comprimé sécable (rose pâle) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 8,57 €.
ROSUVASTATINE ZENTIVA 10 mg : comprimé sécable (rose pâle) ; boîte de 90
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 25,33 €.
ROSUVASTATINE ZENTIVA 20 mg : comprimé (rose) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 10,86 €.
ROSUVASTATINE ZENTIVA 20 mg : comprimé (rose) ; boîte de 90
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 32,20 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ROSUVASTATINE ZENTIVA

p cpp cpp cp
Rosuvastatine5 mg10 mg20 mg
Lactose+++
Excipients communs : Cellulose microcristalline, Croscarmellose sel de Na, Hypromellose, Lactose monohydrate, Macrogol 6000, Magnésium stéarate, Silice colloïdale anhydre, Talc, Titane dioxyde
Autres excipient (spécifique à certaines formes) : Fer rouge oxyde

Contre-indications du médicament ROSUVASTATINE ZENTIVA

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

De plus, la dose à 40 mg ne doit pas être utilisée dans les situations prédisposant au risque de toxicité musculaire, notamment :insuffisance rénale modérée, hypothyroïdie, antécédent de maladie musculaire d'origine génétique ou liée à la prise de fibrates ou de statines, abus d'alcool, personne d'origine asiatique, en association avec les fibrates.

Attention

Ce médicament peut être toxique pour le foie ou les muscles. Signalez à votre médecin toute fatigue anormale, perte d'appétit, douleur ou faiblesse musculaire. Des analyses de sang peuvent être prescrites afin de vérifier que le médicament est bien supporté.

Des études ont montré que les médicaments de la famille des statines peuvent augmenter le taux de sucre dans le sang (glycémie). En cas de diabète ou de prédisposition au diabète (taux élevé de sucre ou de triglycérides dans le sang, surpoids, hypertension artérielle), votre médecin pourra décider d'une surveillance renforcée.

De rares atteintes pulmonaires ont été observées avec certaines statines, le plus souvent lors de traitement prolongé. En cas d'essoufflement, de toux persistante ou de fatigue inexpliquée, informez-en votre médecin.

Attention : conducteurConducteur : ce médicament peut parfois provoquer des étourdissements.

Interactions du médicament ROSUVASTATINE ZENTIVA avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec les médicaments contenant de l'acide fusidique ou de la ciclosporine : risque accru d'atteintes musculaires.

Il peut interagir avec les antiprotéases utilisés dans le traitement du VIH et les hypolipidémiants de la famille des fibrates.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez des anticoagulants oraux, des antiacides, un estroprogestatif (pilule, traitement de la ménopause) ou un médicament contenant de l'érythromycine.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Ce médicament est contre-indiqué chez la femme enceinte et il doit être interrompu en cas de désir de grossesse.

Si une grossesse survient sous traitement, arrêtez la prise de ce médicament et consultez votre médecin.

Allaitement :

Les données disponibles ne permettent pas de savoir si ce médicament passe dans le lait maternel ; un choix est donc nécessaire entre l'allaitement et la prise du médicament. Cette décision devra être prise en accord avec votre médecin.

Mode d'emploi et posologie du médicament ROSUVASTATINE ZENTIVA

Les comprimés doivent être avalés avec un verre d'eau, en une prise quotidienne, indifféremment au cours ou en dehors des repas.

Posologie usuelle :

Traitement des excès de cholestérol :

  • Adulte : la dose initiale est de 5 ou 10 mg par jour. Elle peut être augmentée si nécessaire par le médecin. La dose maximale est de 40 mg par jour.

  • Enfant et adolescent de 6 à 17 ans : la posologie est fixée par le médecin ; elle ne doit pas dépasser 10 mg par jour chez l'enfant de 6 à 9 ans et 20 mg par jour chez l'enfant de 10 à 17 ans.

Prévention des accidents cardiovasculaires :

  • Adulte : 20 mg par jour.

Conseils

Ce médicament est utilisé en plus et non en remplacement d'un régime adapté. Un régime pauvre en cholestérol et en graisses animales n'est pas simple à suivre : les erreurs sont fréquentes. Demandez conseil à votre médecin, à votre pharmacien ou à un professionnel de la nutrition.

Un taux élevé de cholestérol ne provoque généralement pas de symptômes, mais constitue un facteur de risque de maladie coronarienne. Il est mesuré à l'aide d'un dosage sanguin. Faites régulièrement les mesures de contrôle et discutez avec votre médecin des résultats à atteindre.

La prévention cardiovasculaire repose avant tout sur la mise en œuvre de mesures hygiénodiététiques : arrêt du tabac, limitation de la consommation d'alcool, contrôle du poids, exercice physique régulier.

Effets indésirables possibles du médicament ROSUVASTATINE ZENTIVA

Fréquents (1 à 10 % des utilisateurs) : maux de tête, vertiges, fatigue, constipation, nausées, douleur abdominale, douleurs musculaires.

Peu fréquents (moins de 1 patient sur 100) : éruption cutanée, démangeaisons, urticaire.

Rares (moins de 1 patient sur 1000) : réaction allergique (dont œdème de Quincke), élévation des transaminases et atteintes graves des muscles (voir Attention).

Très rares ou de fréquence indéterminée : perte de mémoire, atteinte de nerfs, dépression, troubles du sommeil, toux, essoufflement, sang dans les urines, gynécomastie, hépatite.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

accident vasculaire cérébral

Lésion du cerveau due à une hémorragie ou à l'obstruction brutale d'une artère. En fonction de l'importance de la lésion, les conséquences sont plus ou moins graves : malaise passager, paralysie, coma.

Abréviation : AVC.

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

antiacide

Médicament qui neutralise l'acidité des sécrétions gastriques ou qui bloque les glandes responsables de la sécrétion d'acide.

anticoagulant

Médicament qui empêche le sang de coaguler et qui prévient donc la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins.

Les anticoagulants sont utilisés pour traiter ou prévenir les phlébites, les embolies pulmonaires, certains infarctus. Ils permettent aussi d'empêcher la formation de caillots dans le cœur lors de troubles du rythme comme la fibrillation auriculaire ou en cas de valve cardiaque artificielle.

Il existe deux grand types d'anticoagulants :
  • les anticoagulants oraux, qui bloquent l'action de la vitamine K (antivitamine K, ou AVK) et dont l'efficacité est contrôlée par un dosage sanguin : l'INR (anciennement TP) ;

  • les anticoagulants injectables, dérivés de l'héparine, dont l'efficacité peut être contrôlée par le dosage sanguin de l'activité anti-Xa, le Temps de Howell (TH) ou le Temps de Cephalin Kaolin (TCK) suivant les produits utilisés. Un dosage régulier des plaquettes sanguines est nécessaire pendant toute la durée d'utilisation d'un dérivé de l'héparine.

antiprotéase

Médicament antirétroviral qui agit en bloquant une enzyme (la protéase) nécessaire à la maturation du virus du sida (VIH) dans les cellules infectées. Ce type de médicament bloque l'une des étapes de la reproduction du virus, sans toutefois permettre son éradication. Il est le plus souvent utilisé en association avec d'autres antirétroviraux.

cholestérol

Principale graisse circulant dans le sang. Elle est utilisée dans l'organisme comme matière première, notamment pour l'enveloppe des cellules et pour la synthèse des hormones stéroïdes. En excès, le cholestérol est éliminé dans la bile, mais il peut également s'accumuler dans les artères et former des plaques d'athérome.

diabète

Terme général désignant les maladies se traduisant par l'émission d'urines abondantes et par une soif intense. Employé seul, le mot diabète concerne généralement le diabète sucré, qui correspond à une perturbation de la régulation des sucres de l'organisme par l'insuline. Il se traduit par l'augmentation du sucre (glucose) dans le sang et par sa présence éventuelle dans les urines. Il existe deux sortes de diabète sucré : le diabète de type 1, ou insulinodépendant, qui nécessite un traitement par l'insuline en injection, et le diabète de type 2, ou non insulinodépendant, qui peut, dans un premier temps, être traité par les antidiabétiques oraux.

éruption cutanée

Apparition de boutons ou de plaques sur la peau. Ces lésions peuvent être dues à un aliment, à un médicament, et traduire une allergie ou un effet toxique. De nombreux virus peuvent également provoquer des éruptions de boutons : celles de la rubéole, de la roséole et de la rougeole sont les plus connues.

glycémie

Quantité de sucre présente dans un litre de sang. Elle varie habituellement entre 0,6 et 1,1 g/l (3,3 mmol/l à 6 mmol/l) chez la personne à jeun. Le diagnostic de diabète doit être envisagé lorsque la glycémie dépasse 1,2 g/l (6,6 mmol/l).

gynécomastie

Augmentation du volume des seins chez l'homme, congénitale ou due à une maladie, à une tumeur ou à la prise de certains médicaments.

hépatite

Inflammation du foie. Elle peut être due à un médicament, à un virus, à l'alcool ou à une autre cause.

Les hépatites virales guérissent généralement sans traitement. Contrairement aux hépatites A et E presque toujours bénignes, les hépatites B et C peuvent devenir chroniques : le virus persiste dans l'organisme du malade qui reste contagieux mais ne souffre pas obligatoirement de troubles hépatiques. L'hépatite chronique est dite active lorsque le virus continue à détruire les cellules du foie, destruction traduite par l'augmentation des transaminases dans le sang.

hypertension artérielle

Excès de pression (tension) du sang dans les artères. Cette pression est assurée par le cœur et est exprimée par deux chiffres. Elle est maximale lors de la contraction du cœur, ou systole (premier chiffre), et minimale lors du repos cardiaque, ou diastole (deuxième chiffre). Une hypertension artérielle se caractérise par une pression maximale (systolique) supérieure ou égale à 16, ou une pression minimale (diastolique) supérieure ou égale à 9,5. Un traitement est instauré lorsque ces chiffres sont dépassés ou pour des tensions plus faibles chez certaines personnes présentant des facteurs de risque cardiovasculaire : hérédité, tabagisme, diabète, excès de cholestérol. Un traitement antihypertenseur permanent permet de limiter les dommages du cœur et des vaisseaux sanguins dus à l'hypertension artérielle.

hypolipidémiant

Médicament qui fait baisser le taux des graisses dans le sang : cholestérol et triglycérides, essentiellement.

Synonyme : hypolipémiant.

hypothyroïdie

Insuffisance de sécrétion des hormones thyroïdiennes. Elle se traduit notamment par une diminution du pouls, un ralentissement des idées, une constipation, une fatigue chronique, une crainte du froid, etc.

infarctus du myocarde

Destruction d'une partie du muscle cardiaque (myocarde), privé de sang par obstruction de ses artères.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

insuffisance rénale

Incapacité des reins à éliminer les déchets ou les substances médicamenteuses. Une insuffisance rénale avancée ne se traduit pas forcément par une diminution de la quantité d'urine éliminée. Seuls une prise de sang et le dosage de la créatinine peuvent révéler cette maladie.

myopathie

Maladie des muscles, souvent génétique, dont il existe différentes formes de gravité variable.

posologie

Quantité et répartition de la dose d'un médicament en fonction de l'âge, du poids et de l'état général du malade.

Quincke (œdème de)

Réaction allergique touchant généralement le visage. L'œdème de Quincke se traduit par un gonflement parfois spectaculaire. Les paupières sont souvent les premières touchées. Dans les rares cas où l'œdème touche la gorge, des troubles respiratoires peuvent survenir et un traitement urgent est nécessaire.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

transaminases

Enzymes dosées dans le sang, dont le taux s'élève lors de certaines hépatites. Elles figurent dans les analyses de sang sous le nom de SGOT et SGPT ou ASAT et ALAT.

vertige

Symptôme qui peut désigner une impression de perte d'équilibre (sens commun) ou, plus strictement, une sensation de rotation sur soi-même ou de l'environnement (sens médical).