En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

BUCCOLAM

Mis à jour : Jeudi 18 Octobre 2018
Famille du médicament :

Anticonvulsivant

Dans quel cas le médicament BUCCOLAM est-il prescrit ?

Ce médicament est un anticonvulsivant de la famille des benzodiazépines. Il possède également des propriétés sédatives, anxiolytiques et myorelaxantes.

Il est utilisé dans le traitement curatif des convulsions chez le nourrisson, l'enfant et l'adolescent (de 3 mois à 18 ans).

Présentations du médicament BUCCOLAM

BUCCOLAM 2,5 mg : solution buccale ; boîte de 4 seringues préremplies de 0,5 ml (étiquette jaune)
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 83,55 €.
BUCCOLAM 5 mg : solution buccale ; boîte de 4 seringues préremplies de 1 ml (étiquette bleu)
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 83,55 €.
BUCCOLAM 7,5 mg : solution buccale ; boîte de 4 seringues préremplies de 1,5 ml (étiquette mauve)
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 83,55 €.
BUCCOLAM 10 mg : solution buccale ; boîte de 4 seringues préremplies de 2 ml (étiquette orange)
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 83,55 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament BUCCOLAM

p serp ser
Midazolam2,5 mg5 mg
p serp ser
Midazolam7,5 mg10 mg
Excipients : Acide chlorhydrique, Eau ppi, Sodium chlorure, Sodium hydroxyde

Contre-indications du médicament BUCCOLAM

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Chez le nourrisson âgé de 3 à 6 mois, ce médicament ne doit être administré qu'en milieu hospitalier où une assistance respiratoire pourra être entreprise si besoin.

Un carnet de suivi doit être remis par le médecin lors de toute initiation de traitement. Il est également disponible sur le site de l'agence du médicament (ANSM). Il contient les informations nécessaires à l'administration du produit, les gestes préconisés cas de crise, et permet de tenir un journal des différentes crises afin d'assurer un meilleur suivi.

Lors du retrait du capuchon rouge, l'embout interne blanc peut rester fixé à la seringue et entraîner un risque d'étouffement s'il tombe dans la bouche. Avant l'administration, assurez-vous que l'embout blanc a bien été retiré avec le capuchon. Si ce n'est pas le cas, retirez-le manuellement.

Des précautions sont nécessaires en cas d'insuffisance respiratoire chronique, de maladie du foie, des reins ou du cœur ou d'antécédent d'alcoolisme ou de toxicomanie.

Attention : conducteurCe médicament peut induire une somnolence, parfois intense chez certaines personnes. Cette somnolence peut être augmentée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs. La conduite et l'utilisation de machines dangereuses sont déconseillées, surtout dans les heures qui suivent la prise du médicament.

Interactions du médicament BUCCOLAM avec d'autres substances

Informez votre médecin ou votre pharmacien en cas de traitement par d'autres sédatifs, un antifongique de la famille des imidazolés, un antibiotique de la famille des macrolides (érythromycine, clarithromycine), un antiulcéreux (cimétidine, ranitidine, oméprazole), un antiviral (inhibiteur de protéase) ou un médicament contenant du diltiazem, du vérapamil, de la rifampicine, de l'atorvastatine, de la phénytoïne ou du millepertuis.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Ce médicament ne doit pas être utilisé pendant la grossesse qu'en cas de nécessité absolue, notamment pendant les 3 derniers mois de la grossesse.

Allaitement :

Ce médicament passe faiblement dans le lait maternel : une dose unique ne nécessite pas l'arrêt de l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament BUCCOLAM

La solution doit être administrée lentement dans la bouche : insérez la seringue dans l'espace entre la gencive et la joue, puis inclinez-la légèrement avant d'appuyez lentement sur le piston. Veillez à ce que la solution ne ressorte pas de la bouche. Si besoin, une moitié de la dose peut être administrée d'un côté de la bouche, puis l'autre moitié de l'autre côté.

Les modalités d'utilisation doivent être précisées par le médecin au moment de la prescription.

Posologie usuelle :

  • Adolescent, enfant et nourrisson de plus de 6 mois : la dose est adaptée à l'âge de l'enfant :

    • nourrisson de 6 mois à moins de 1 an : 1 seringue préremplie de 2,5 mg ;

    • enfant de 1 an à moins de 5 ans : 1 seringue préremplie de 5 mg ;

    • enfant de 5 ans à 10 ans : 1 seringue préremplie de 7,5 mg ;

    • enfant de 10 ans à 18 ans : 1 seringue préremplie de 10 mg.

Si la crise convulsive n'a pas cessé dans les 10 minutes suivant l'administration de la dose, un service d'urgences médicales (15 ou 112) doit être appelé immédiatement. N'administrez jamais une autre dose sans avis médical.

Conseils

En cas de crise, il est conseillé d'écarter de l'enfant tout objet contre lequel il pourrait se blesser, de ne rien introduire dans sa bouche après l'administration du produit, de le placer dès que possible en position latérale de sécurité et ne pas le laisser seul dans les minutes qui suivent la crise.

Il est également recommandé de conserver la seringue pour la montrer si besoin au service d'urgence, de noter l'heure d'administration et la durée de la crise.

Ce médicament a été prescrit dans une situation précise : ne le conseillez pas à une autre personne.

Conditions particulières de prescription :

Ce médicament est un médicament à prescription restreinte : l'ordonnance initiale, valable un an, ne peut être faite que par un neurologue ou un pédiatre. Elle doit être présentée avec les ordonnances de renouvellement qui peuvent être faites par tout autre médecin. De plus, la prescription doit être rédigée par le médecin en toutes lettres sur une ordonnance « sécurisée ». De plus,

Effets indésirables possibles du médicament BUCCOLAM

Fréquents : nausées, vomissements, somnolence, ralentissement des idées, fatigue, dépression respiratoire.

Peu fréquents : éruption cutanée avec ou sans démangeaisons, urticaire.

D'autres effets ont également été très rarement observés lors de l'administration de midazolan par voie injectable : anxiété, agitation, agressivité, confusion des idées, hallucinations, sensation de faiblesse musculaire, amnésie antérograde, hoquet.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

Une personne sur 5 a souffert ou souffrira d'une dépression au cours de sa vie (illustration).

Dépression : étude française du risque d’hypertension artérielle sous inhibiteur de la recapture de la sérotonine

L'injection sous-cutanée de l'énoxaparine doit être réalisée dans le tissu cellulaire sous-cutané de la ceinture abdominale alternativement du côté droit et du côté gauche (illustration).

LOVENOX (énoxaparine) : tensions d'approvisionnement des dosages à 4 000 UI/0,4 ml, 6 000/0,6 ml, 8 000 UI/0,8 ml

La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques infectés (illustration).

Fièvre jaune : tensions d'approvisionnement et distribution contingentée de STAMARIL jusqu'à fin janvier 2019