VAXIGRIPTETRA

Mis à jour : Mardi 22 Octobre 2019
Famille du médicament :

Vaccin contre la grippe

Médicament sous surveillance renforcée Ce médicament fait l’objet d’une surveillance supplémentaire afin de pouvoir identifier rapidement de nouvelles informations sur sa sécurité d’emploi.

Dans quel cas le médicament VAXIGRIPTETRA est-il prescrit ?

Ce vaccin est composé de 4 souches de virus grippaux tués. Il ne contient aucun germe vivant. L'immunité apparaît 2 à 3 semaines après l'injection.

Il est utilisé dans la prévention de la grippe chez l'adulte et l'enfant à partir de 6 mois.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament VAXIGRIPTETRA

VAXIGRIPTETRA : suspension injectable IM ou SC ; seringue préremplie de 0,5 ml
- Remboursable à 65 % - Prix : 9,59 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament VAXIGRIPTETRA

p seringue
2 souches de virus grippaux inactivés de type A (H1N1 et H3N2) et 2 souches de virus grippaux inactivés de type B1 dose
Excipients : Eau ppi, Formaldéhyde, Néomycine, Octoxinol 9, Oeuf, Phosphate disodique dihydrate, Phosphate monopotassique, Potassium chlorure, Protéines de poulet, Sodium chlorure, Solution saline tamponnée

Contre-indications du médicament VAXIGRIPTETRA

Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas d'allergie aux protéines de l'œuf, à la néomycine, au formaldéhyde ou à l'octoxinol-9 (ces substances sont utilisées pour la fabrication du vaccin et persistent en infime quantité dans la solution injectable).

Attention

En cas de fièvre élevée, de maladie aiguë, il est préférable de différer la vaccination.

Le vaccin antigrippal ne protège que contre la vraie grippe, maladie grave, potentiellement mortelle chez les personnes fragiles. Il est incapable de prévenir les bronchites banales et autres affections virales saisonnières.

Comme pour tous les vaccins, des cas exceptionnels de réactions allergiques graves ont été constatés ; ce risque justifie la nécessité de réaliser la vaccination en milieu médical où un traitement d'urgence pourra être entrepris sans délai.

Un malaise (évanouissement) peut survenir après toute vaccination, voire même avant, en particulier chez les adolescents, en réaction au stress de la piqûre. Signalez à votre médecin tout antécédent de sensation de malaise à l'occasion d'une vaccination.

Dans les suites de la vaccination antigrippale, certains tests de dépistage (sida, hépatite C...) peuvent être exceptionnellement rendus faussement positifs. Pour éviter toute inquiétude injustifiée, ne pratiquez pas ces tests pendant le mois qui suit la vaccination.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Les données actuellement disponibles n'ont pas montré de problème particulier lors de la vaccination contre la grippe chez la femme enceinte. Ce vaccin peut être utilisé au cours de la grossesse selon les recommandations de votre médecin.

Allaitement :

Cette vaccination peut être pratiquée pendant l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament VAXIGRIPTETRA

La seringue doit être agitée avant l'emploi et réchauffer à température ambiante si nécessaire. L'injection doit être réalisée par voie sous-cutanée ou intramusculaire (dans la cuisse pour les enfants de moins de 35 mois et dans l'épaule pour les adultes et les enfants de 36 mois et plus).

Posologie usuelle :

  • Adulte : 1 injection.

  • Enfant de 6 mois à 17 ans : 1 injection. Pour les enfants de moins de 9 ans qui n'ont encore jamais été vaccinés, une deuxième dose est nécessaire après un délai d'au moins 4 semaines.

La prévention de la grippe repose sur une injection annuelle, car l'immunité diminue au cours de l'année.

Conseils

Les réactions fébriles dues aux vaccins peuvent être combattues en prenant du paracétamol.

Pour garder son efficacité, ce médicament doit être conservé entre + 2 °C et + 8 °C (partie la plus froide du réfrigérateur). Toutefois, une rupture de la chaîne du froid pendant une durée limitée (quelques heures à température ambiante inférieure à 25 °C) ne devrait pas prêter à conséquence. En pratique, en cas de nécessité, un délai de quelques heures peut séparer l'achat du vaccin en pharmacie de son stockage au réfrigérateur ou de la vaccination.

Ce vaccin ne doit pas être congelé.

Effets indésirables possibles du médicament VAXIGRIPTETRA

Chez l'adulte et la personne âgée :
  • Très fréquents (plus de 10 % des cas) : maux de tête, douleur musculaire, malaise, douleur au point d'injection.

  • Fréquents (1 à 10 % des cas) : frissons, fièvre ; gonflement, rougeur ou nodule au point d'injection.

  • Peu fréquents : ganglions, sensations vertigineuses, nausées, diarrhées, bouffées de chaleur, fatigue ; bleus ou démangeaisons au point d'injection.

  • Rares : somnolence, fourmillement des extrémités, douleur articulaire, sueur, essoufflement.

Chez l'enfant de 3 à 18 ans :
  • Très fréquents (plus de 10 % des cas) : maux de tête, douleur musculaire, malaise, frissons ; douleur, gonflement ou rougeur au site d'injection.

  • Fréquents (1 à 10 % des cas) : fièvre, bleus au site d'injection.

  • Peu fréquents : diarrhées, vomissements, douleur abdominale, sensations vertigineuses, douleur articulaire, agitation, gémissements, fatigue, démangeaisons au site d'injection.

Chez l'enfant de moins de 3 ans :
  • Très fréquents (plus de 10 % des cas) : maux de tête, vomissements, douleur musculaire, irritabilité, perte de l'appétit, pleurs anormaux, malaise, fièvre, somnolence ; douleur ou rougeur au site d'injection.

  • Fréquents (1 à 10 % des cas) : frissons, gonflement ou bleus au site d'injection.

  • Peu fréquents : éruption cutanée ou démangeaisons au site d'injection.

D'autres effets ont été rarement observés : syndrome pseudogrippal, réaction allergique, troubles neurologiques pouvant se traduire par une raideur, des engourdissements, une perte de l'équilibre ou des réflexes.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

allergie

Réaction cutanée (démangeaisons, boutons, gonflement) ou malaise général apparaissant après un contact avec une substance particulière, l'utilisation d'un médicament ou l'ingestion d'un aliment. Les principales formes d'allergie sont l'eczéma, l'urticaire, l'asthme, l'œdème de Quincke et le choc allergique (choc anaphylactique). L'allergie alimentaire peut également se traduire par des troubles digestifs.

germe

Terme général qui désigne tous les organismes microscopiques susceptibles de provoquer une infection : bactéries, virus, parasites, champignons.

hépatite

Inflammation du foie. Elle peut être due à un médicament, à un virus, à l'alcool ou à une autre cause.

Les hépatites virales guérissent généralement sans traitement. Contrairement aux hépatites A et E presque toujours bénignes, les hépatites B et C peuvent devenir chroniques : le virus persiste dans l'organisme du malade qui reste contagieux mais ne souffre pas obligatoirement de troubles hépatiques. L'hépatite chronique est dite active lorsque le virus continue à détruire les cellules du foie, destruction traduite par l'augmentation des transaminases dans le sang.

IM

Abréviation d'intramusculaire. Voir ce terme.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

SC

Abréviation de sous-cutanée. Voir ce terme.

vaccin

Solution injectable destinée à immuniser l'organisme contre un virus ou une bactérie.

Il existe plusieurs sortes de vaccins :
  • Les vaccins vivants atténués : le germe contenu dans le vaccin est vivant, mais incapable de provoquer la maladie (BCG, rougeole, rubéole, oreillons, etc.).

  • Les vaccins préparés à partir de fragments de germes tués : les parties les plus immunisantes du virus ou de la bactérie sont utilisées pour préparer le vaccin (vaccins contre la polio, contre les hépatites, etc.).

  • Les vaccins contenant des toxines neutralisées (inactivées) : dans le cas du tétanos, c'est une toxine sécrétée par le germe qui est responsable de la gravité de la maladie ; le vaccin permet l'immunisation contre cette toxine.

virus

Organisme microscopique qui pénètre dans les cellules de l'hôte, où il se reproduit. Beaucoup plus petits que les bactéries, les virus sont insensibles aux antibiotiques. Ils peuvent parfois être détruits par des substances antivirales.

voie
  • Chemin (voie d'administration) utilisé pour administrer les médicaments : voie orale, sublinguale, sous-cutanée, intramusculaire, intraveineuse, intradermique, transdermique.

  • Ensemble d'organes creux permettant le passage de l'air (voies respiratoires), des aliments (voies digestives), des urines (voies urinaires), de la bile (voies biliaires), etc.