GLATIRAMER MYLAN

Mis à jour : Mardi 21 Avril 2020
Famille du médicament :

Immunomodulateur

Dans quel cas le médicament GLATIRAMER MYLAN est-il prescrit ?

Ce médicament contient une petite protéine qui module l'action du système immunitaire, l'acétate de glatiramère. Des études ont montré qu'il permet de réduire la fréquence des poussées de sclérose en plaques chez les patients ayant présenté au moins deux poussées de troubles neurologiques (rechutes) au cours des deux précédentes années. En revanche, il n'a pas été démontré que le traitement ait un effet bénéfique sur la durée ou la gravité des poussées, ni sur la progression éventuelle du handicap.

Il est utilisé dans le traitement de fond des formes rémittentes de sclérose en plaques.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament GLATIRAMER MYLAN

GLATIRAMER MYLAN 20 ml/ml : solution injectable SC ; boîte de 28 seringues préremplies de 1 ml
Sur ordonnance (Liste I), médicament d'exception, médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 595,25 €.
GLATIRAMER MYLAN 40 ml/ml : solution injectable SC ; boîte de 12 seringues préremplies de 1 ml
Sur ordonnance (Liste I), médicament d'exception, médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 538,90 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament GLATIRAMER MYLAN

p ser p ser
Glatiramère acétate20 mg 40 mg
Excipients : Eau ppi, Mannitol

Attention

Ce médicament n'est pas adapté au traitement des formes progressives d'emblée ou secondairement progressives de sclérose en plaques.

L'injection du produit peut être suivie de bouffées de chaleur, d'une oppression thoracique, d'un essoufflement, de palpitations ou de tachycardie. Si ces effets durent ou sont particulièrement importants, prévenez votre médecin et ne pratiquez pas de nouvelles injections sans son avis. Une surveillance particulière est recommandée chez les patients ayant des antécédents de troubles cardiaques ou en cas de troubles rénaux.

Des convulsions et/ou des réactions allergiques, parfois graves, ont été rarement observés. Elles peuvent nécessiter l'arrêt du traitement.

Interactions du médicament GLATIRAMER MYLAN avec d'autres substances

Les interactions de l'acétate de glatiramère avec les autres médicaments sont mal connues.

Fertilité, grossesse et allaitement

L'effet de ce médicament chez la femme enceinte ou qui allaite est mal connu. Son utilisation est déconseillée pendant la grossesse ou l'allaitement. Une contraception efficace doit être envisagée chez la femme en âge de procréer.

Mode d'emploi et posologie du médicament GLATIRAMER MYLAN

Les seringues sont prêtes à l'emploi. Si elles sont conservées au réfrigérateur, sorter une seringue de la boîte au moins 20 minutes avant l'injection pour qu'elle soit à température ambiante au moment de l'injection.

La solution est injectée sous la peau de l'abdomen, des bras, des hanches ou des cuisses. Il est recommandé de changer de site d'injection à chaque fois, afin de réduire les risques d'irritation ou de douleur au point d'injection. Les patients peuvent être formés à la technique d'auto-injection. La première injection doit être réalisée sous la surveillance d'un personnel de santé, pendant au moins 30 minutes.

La solution à 40 mg/ml n'est pas administrée tous les jours à la différence de la solution à 20 mg/ml, mais uniquement 3 fois par semaine, avec un intervalle d'au moins 48 heures entre chaque injection, par exemple les lundi, mercredi et vendredi. Il est recommandé de faire les injections les mêmes jours chaque semaine.

Posologie usuelle :

  • Adulte de plus de 18 ans :

    • Seringue à 20 mg/ml : 1 injection par jour,

    • Seringue à 40 mg/ml : 1 injection, 3 fois par semaine.

Conseils

Les seringues doivent être conservées au réfrigérateur entre + 2 °C et + 8 °C (mais ne doivent jamais être congelées). En cas de nécessité, elles peuvent être conservées dans leur emballage à température ambiante entre 15 °C et 25 °C, une seule fois, pendant 1 mois maximum. Passé ce délai, elles doivent être remises au réfrigérateur.

Conditions particulières de délivrance :

Ce médicament est un médicament à prescription restreinte : la prescription initiale ainsi que les renouvellements d'ordonnance ne peuvent être faits que par un neurologue. Une ordonnance d'un modèle particulier (médicament d'exception) est nécessaire pour obtenir le remboursement.

Effets indésirables possibles du médicament GLATIRAMER MYLAN

Très fréquents (plus de 10 % des cas) :
  • réaction au point d'injection : rougeur, douleur, induration, démangeaisons, œdème. De rares cas de nécrose ont été observés ;

  • vasodilatation (rougeur, chaleur), oppression thoracique, essoufflement, palpitations ou tachycardie dans les minutes suivant l'injection (voir Attention) ;

  • anxiété, maux de tête, nausées, éruption cutanée, douleur articulaire, mal de dos, fatigue.

Fréquents (1 à 10 % des cas) : infection (grippe, otite, rhinite...) ; candidose vaginale, ganglions, nervosité, troubles du goût, tremblements, troubles de la vision (vision double), vomissements, caries, digestion difficile, bleus, sueurs, démangeaisons, frissons, œdème (gonflement) de la face.

Très rarement : réaction allergique, convulsions, modification de la numération formule sanguine, augmentation des transaminases.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (0)

Actualités

Les ruptures de stock déclarées à l’ANSM par les laboratoires pharmaceutiques ont pour origine des difficultés liées à la production de ces médicaments (illustration).

Disponibilité des médicaments distribués en ville et à l'hôpital : ruptures de stock et remises à disposition

Représentation anatomique en 3D de la thyroïde (illustration).

Patients sous lévothyroxine : anticiper l'arrêt d'EUTHYROX en France

Les ruptures de stock déclarées à l’ANSM par les laboratoires pharmaceutiques ont pour origine des difficultés liées à la production de ces médicaments (illustration).

Disponibilité de médicaments distribués en ville et à l'hôpital