ATAZANAVIR BIOGARAN

Mis à jour : Jeudi 14 Mai 2020
Famille du médicament :

Antirétroviral

Ce médicament est un générique de REYATAZ.

Dans quel cas le médicament ATAZANAVIR BIOGARAN est-il prescrit ?

Ce médicament est un antirétroviral actif sur les virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Il appartient à la famille des inhibiteurs de la protéase du VIH (antiprotéase). En bloquant cette enzyme, il empêche la reproduction du virus dans les cellules infectées, sans toutefois permettre son élimination.

Il est utilisé chez les adultes et les enfants de plus de 6 ans infectés par le VIH-1, en association avec d'autres médicaments antirétroviraux.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament ATAZANAVIR BIOGARAN

ATAZANAVIR BIOGARAN 150 mg : gélule (bleue et bleu pâle) ; boîte de 60
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 172,70 €.
ATAZANAVIR BIOGARAN 200 mg : gélule (bleu) ; boîte de 60
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 172,70 €.
ATAZANAVIR BIOGARAN 300 mg : gélule (rouge et bleue) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 100 % - Prix : 172,70 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ATAZANAVIR BIOGARAN

p gélp gélp gél
Atazanavir150 mg200 mg300 mg
Lactose+++
Excipients communs : Crospovidone, Encre blanche, Gélatine, Gomme laque, Indigotine, Lactose monohydrate, Magnésium stéarate, Propylèneglycol, Silice colloïdale anhydre, Titane dioxyde
Autres excipient (spécifique à certaines formes) : Fer rouge oxyde

Contre-indications du médicament ATAZANAVIR BIOGARAN

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • insuffisance hépatique ;

  • en association avec les médicaments contenant l'une des substances suivantes : simvastatine, lovastatine, sildénafil (lorsqu'il est utilisé pour traiter l'hypertension artérielle pulmonaire), grazoprévir, quétiapine, alfuzosine, astémizole, terfénadine, cisapride, pimozide, quinidine, bépridil, triazolam, midazolam, dérivés de l'ergot de seigle, rifampicine ;

  • en association avec les produits de phytothérapie contenant du millepertuis.

Attention

Des éruptions cutanées ont été rapportées, le plus souvent au cours des premières semaines de traitement. Elles sont habituellement sans gravité. Néanmoins, l'apparition d'une éruption cutanée d'évolution rapide ou accompagnée d'autres symptômes (fièvre, cloques, aphtes, douleurs musculaires ou articulaires...) nécessite un avis médical sans attendre : risque de réaction cutanée toxique grave.

Ce médicament peut entraîner la formation de lithiases (calculs) dans les voies urinaires ou bilaires. En cas de saignements urinaires, de douleurs aiguës du ventre ou du dos, de jaunisse, contactez rapidement votre médecin. Pensez à mentionner votre traitement si vous êtes admis dans un service d'urgence.

Des précautions sont nécessaires en cas d'hépatite B ou C, de bloc auriculoventriculaire, de diabète ou d'hémophilie (augmentation du risque de saignement).

Une prise de poids ainsi qu'une augmentation des graisses et du glucose dans le sang peuvent survenir au cours d'un traitement antirétroviral : des analyses de sang régulières pourront être prescrites pour surveiller vos taux de sucre et de lipides dans le sang.

Des atteintes osseuses sont possibles avec les antirétroviraux, en particulier en cas de traitement corticoïde, d'obésité, de consommation excessive d'alcool ou de dépression du système immunitaire. Prenez un avis médical en cas de douleur de la hanche, du genou ou de l'épaule, de raideur articulaire ou des difficultés à vous déplacer.

Le traitement antiviral n'élimine pas le risque de transmission du VIH à d'autres personnes lors de rapports sexuels ; vous devez continuer à prendre les mesures de protection appropriées (préservatifs).

Attention : conducteurConducteur : ce médicament peut être responsable de vertiges.

Interactions du médicament ATAZANAVIR BIOGARAN avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec :
  • les médicaments contenant de la quétiapine, de l'alfuzosine, du pimozide, de la quinidine, du bépridil, du triazolam, du midazolam (administré par voie orale), de l'ergotamine, de la ihydroergotamine, de l'astémizole, de la terfénadine, du cisapride (ces 3 dernières substances n'étant plus commercialisées en France) : risque d'augmentation de leurs effets indésirables ;

  • les médicaments contenant du grazoprévir, de la rifampicine, de la simvastatine, de la lovastatine et les produits de phytothérapie contenant du millepertuis.

Il peut interagir avec de nombreux autres médicaments, notamment la rifabutine, le salmétérol, des corticoïdes (fluticasone), des antifongiques (voriconazole), des hypocholestérolémiants (atorvastatine, pravastatine, fluvastatine), des antiulcéreux (oméprazole par exemple), certains traitements des troubles de l'érection (sildénafil, tadalafil ou vardénafil).

L'effet des contraceptifs oraux (pilule) peut être diminué par la prise de ce médicament associé au ritonavir. Un autre mode de contraception doit être envisagé pendant la durée du traitement.

Ne prenez aucun autre médicament sans prendre l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'effet de ce médicament pendant la grossesse est mal connu. Si une grossesse survient au cours du traitement, prévenez votre médecin.

Allaitement :

L'infection par le VIH contre-indique l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament ATAZANAVIR BIOGARAN

Les gélules doivent être avalées telles quelles avec un verre d'eau, en une prise par jour au cours d'un repas.

Posologie usuelle :

  • Adulte et enfant pesant 35 kg ou plus : 300 mg par jour, en association avec 100 mg de ritonavir.

  • Enfant de plus de 6 ans pesant entre 15 et 35 kg : 200 mg par jour, en association avec 100 mg de ritonavir.

Conseils

Ce traitement doit être pris tous les jours : veiller à toujours disposer d'une réserve de médicament.

L'activité d'un traitement antirétroviral est maximale si vous respectez strictement les doses et les modalités de prise. Dans le cas contraire, il existe un risque d'apparition de résistances virales qui peut compromettre l'efficacité des traitements ultérieurs.

Le traitement nécessite un suivi régulier pour s'assurer du bon contrôle de l'infection et prévenir la survenue de complications évolutives (notamment des infections opportunistes). Il est important de garder un contact régulier avec votre médecin traitant.

Conditions particulières de délivrance :

Ce médicament, disponible en ville et à l'hôpital, est un médicament à prescription restreinte : il doit être obligatoirement prescrit pour la première fois à l'hôpital (prescription initiale hospitalière annuelle). La prescription peut être renouvelée par le médecin traitant (pour une durée maximale d'un an, si les examens sont satisfaisants) mais toute modification nécessite une nouvelle prescription hospitalière. Elle doit être renouvelée après 12 mois obligatoirement à l'hôpital.

La délivrance des antirétroviraux se fait sur la présentation des 2 ordonnances : la prescription initiale hospitalière datant de moins de 1 an et l'ordonnance de renouvellement du médecin de ville identique à cette dernière.

Effets indésirables possibles du médicament ATAZANAVIR BIOGARAN

Fréquents (1 à 10 % des patients) : nausées, vomissement, diarrhée, douleur abdominale, digestion difficile, maux de tête, éruption cutanée, fatigue, jaunisse (de la peau ou du blanc des yeux).

Peu fréquents (moins de 1 % des patients) : brûlures d'estomac, ballonnements, aphtes, bouche sèche, dépression, désorientation, anxiété, insomnie, somnolence, rêves anormaux, fourmillements, malaise, vertiges, altération du goût, variation du poids, anorexie, augmentation de l'appétit, démangeaisons, chute de cheveux, essoufflement, douleur musculaire ou articulaire, hypertension, troubles du rythme cardiaque, hépatite, calcul rénal ou biliaire, éruption cutanée toxique grave (voir Attention), réaction allergique, présence de sang ou de protéines dans les urines, insuffisance rénale.

Modifications dans les analyses biologiques : augmentation de la créatinine), de la bilirubine, des transaminases), du sucres et des graisses dans le sang (voir Attention).

Augmentation du risque de saignement chez les hémophiles.

Comme avec d'autres antirétroviraux, cas de dégénescence des os (ostéonécrose), en particulier chez les patients présentant des facteurs de risque (voir Attention).

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

antifongique

Médicament qui détruit les champignons et levures microscopiques. Ceux-ci peuvent être présents sur la peau ou les muqueuses (tube digestif ou organes génitaux). La levure la plus courante est le Candida albicans.

antiprotéase

Médicament antirétroviral qui agit en bloquant une enzyme (la protéase) nécessaire à la maturation du virus du sida (VIH) dans les cellules infectées. Ce type de médicament bloque l'une des étapes de la reproduction du virus, sans toutefois permettre son éradication. Il est le plus souvent utilisé en association avec d'autres antirétroviraux.

antirétroviral

Médicament inhibant la reproduction des rétrovirus, dont le virus du sida (VIH).

bilirubine

Pigment jaune synthétisé dans le foie ou dans le sang lors de la dégradation de l'hémoglobine. Son taux dans le sang augmente fortement lors des hépatites (provoquant la « jaunisse ») et de certaines anémies par destruction des globules rouges.

bloc auriculoventriculaire

Ralentissement ou blocage de la transmission de l'influx nerveux entre les oreillettes et les ventricules du cœur. Un bloc complet peut provoquer un ralentissement excessif du cœur et une perte de connaissance.

Les blocs auriculoventriculaires graves nécessitent la mise en place d'un pacemaker.

contraceptif

Qui s'oppose à la conception : contraceptif oral (pilule), local (stérilet, spermicide, diaphragme et préservatif).

corticoïde

Substance proche de la cortisone. Les corticoïdes naturels, nécessaires au fonctionnement de l'organisme, sont fabriqués par les glandes surrénales. Les corticoïdes de synthèse, dérivés chimiques de la cortisone, sont utilisés comme anti-inflammatoires puissants.

créatinine

Substance dosable dans le sang, dont l'élévation anormale traduit une insuffisance rénale.

diabète

Terme général désignant les maladies se traduisant par l'émission d'urines abondantes et par une soif intense. Employé seul, le mot diabète concerne généralement le diabète sucré, qui correspond à une perturbation de la régulation des sucres de l'organisme par l'insuline. Il se traduit par l'augmentation du sucre (glucose) dans le sang et par sa présence éventuelle dans les urines. Il existe deux sortes de diabète sucré : le diabète de type 1, ou insulinodépendant, qui nécessite un traitement par l'insuline en injection, et le diabète de type 2, ou non insulinodépendant, qui peut, dans un premier temps, être traité par les antidiabétiques oraux.

enzyme

Substance capable d'activer une réaction chimique spécifique.

ergot de seigle

Champignon parasite du seigle, dont la consommation accidentelle provoque une maladie appelée ergotisme. Les substances dérivées de celles contenues dans ce champignon sont utilisées pour leurs propriétés vasoconstrictrices (contraction des vaisseaux), vasodilatatrices (dilatation des vaisseaux) ou utérotoniques (contraction de l'utérus).

hémophilie

Maladie héréditaire de la coagulation transmise par les femmes, mais touchant uniquement les individus de sexe masculin. Le risque principal de l'hémophilie est la survenue d'hémorragies. Elle nécessite des transfusions sanguines régulières.

hypocholestérolémiant

Médicament qui fait baisser le taux de cholestérol dans le sang.

infections opportunistes

Infections secondaires à un déficit immunitaire, dues notamment à une infection par le VIH (virus du sida). Les germes responsables (virus, bactéries ou levures) profitent de la baisse des défenses de l'organisme pour provoquer une infection. La plupart de ces germes n'entraînent pas d'infection lorsqu'il n'y a pas de déficit immunitaire.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

insuffisance rénale

Incapacité des reins à éliminer les déchets ou les substances médicamenteuses. Une insuffisance rénale avancée ne se traduit pas forcément par une diminution de la quantité d'urine éliminée. Seuls une prise de sang et le dosage de la créatinine peuvent révéler cette maladie.

lithiase

Concrétion (pierre) qui se forme dans les voies excrétrices de certains organes : voies urinaires, biliaires, salivaires.

Synonyme : calcul.

médicament à prescription restreinte
Terme regroupant certains médicaments susceptibles de poser des problèmes en matière de santé publique et dont la prescription obéit à des règles précises :
  • Médicament réservé à l'usage hospitalier : il ne peut être ni prescrit ni délivré en dehors de l'hôpital.

  • Médicament à prescription initiale hospitalière : il doit être obligatoirement prescrit initialement à l'hôpital, mais la délivrance du médicament et les ordonnances de renouvellement peuvent être réalisées en dehors de l'hôpital.

  • Médicament à surveillance particulière : pendant toute la durée du traitement, les malades traités par un médicament appartenant à cette catégorie doivent faire l'objet de soins particuliers (prises de sang, examens complémentaires, consultations plus fréquentes). Le renouvellement de l'ordonnance est subordonné au respect des règles de surveillance.

D'autres médicaments obéissent à des règles de délivrance particulière : les médicaments d'exception et les stupéfiants (voir ces termes).

phytothérapie

Méthode de traitement fondée sur l'utilisation des plantes.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

sucre

Terme général désignant différentes substances dont la plus répandue est le saccharose. D'autres sucres peuvent être contenus dans les médicaments : glucose, fructose, lactose, etc. Le glucose est le sucre utilisé par l'organisme ; il est le seul à circuler en quantité notable dans le sang.

Les édulcorants (faux sucre) sont autorisés chez les diabétiques ou les personnes suivant un régime, et sont très peu caloriques.

transaminases

Enzymes dosées dans le sang, dont le taux s'élève lors de certaines hépatites. Elles figurent dans les analyses de sang sous le nom de SGOT et SGPT ou ASAT et ALAT.

vertige

Symptôme qui peut désigner une impression de perte d'équilibre (sens commun) ou, plus strictement, une sensation de rotation sur soi-même ou de l'environnement (sens médical).

VIH

Abréviation du virus de l'immunodéficience humaine (en anglais HIV), responsable d'une infection pouvant évoluer vers le sida.

On distingue le VIH-1 (responsable de l'épidémie mondiale) et le VIH-2 (beaucoup moins répandu que le VIH-1, surtout présent en Afrique de l'Ouest).

virus

Organisme microscopique qui pénètre dans les cellules de l'hôte, où il se reproduit. Beaucoup plus petits que les bactéries, les virus sont insensibles aux antibiotiques. Ils peuvent parfois être détruits par des substances antivirales.