ANTIBIO SYNALAR

Mis à jour : Mardi 21 Janvier 2020
Famille du médicament :

Traitement local des otites

Dans quel cas le médicament ANTIBIO SYNALAR est-il prescrit ?

Ce médicament d'usage local contient deux antibiotiques et un anti-inflammatoire de la famille des corticoïdes.

Il est utilisé dans le traitement de certaines otites externes.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament ANTIBIO SYNALAR

ANTIBIO SYNALAR : solution pour instillation auriculaire ; flacon de 10 ml
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 15 % - Prix : 2,00 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ANTIBIO SYNALAR

p 100 ml
Polymyxine B sulfate1 M UI
Néomycine sulfate350 000 UI
Fluocinolone acétonide25 mg
Phénylmercure nitrate+
Excipients : Acide citrique monohydrate, Eau purifiée, Phénylmercure nitrate, Propylèneglycol

Contre-indications du médicament ANTIBIO SYNALAR

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament peut être dangereux en cas de tympan perforé : ne le réutilisez pas sans un contrôle médical de l'intégrité du tympan.

Attention : sportifSportif : ce médicament contient une substance susceptible de rendre positifs certains tests antidopage.

Fertilité, grossesse et allaitement

Les substances contenues dans ce médicament ne passent pas dans le sang dans les conditions d'utilisation (le médecin vérifie avant la prescription que le tympan ne présente pas de perforation). Il peut être utilisé pendant la grossesse ou l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament ANTIBIO SYNALAR

Réchauffer le flacon entre les mains avant l'emploi pour limiter la sensation désagréable liée à l'introduction d'un liquide froid dans l'oreille.

Pencher la tête sur le côté et introduire la solution dans l'oreille. Garder la tête dans cette position pendant 10 minutes (bain d'oreille).

Posologie usuelle :

1 instillation de 3 à 6 gouttes dans l'oreille à traiter, 2 fois par jour.

La durée du traitement ne dépasse généralement pas 10 jours.

Conseils

Si les troubles persistent ou si une fièvre apparaît malgré un traitement bien suivi, consultez votre médecin.

Ne conservez pas inutilement ce médicament après une première utilisation.

Effets indésirables possibles du médicament ANTIBIO SYNALAR

Mycose locale.

Réaction allergique.

Troubles de l'audition ou de l'équilibre en cas de perforation du tympan (voir ATTENTION).

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

allergie

Réaction cutanée (démangeaisons, boutons, gonflement) ou malaise général apparaissant après un contact avec une substance particulière, l'utilisation d'un médicament ou l'ingestion d'un aliment. Les principales formes d'allergie sont l'eczéma, l'urticaire, l'asthme, l'œdème de Quincke et le choc allergique (choc anaphylactique). L'allergie alimentaire peut également se traduire par des troubles digestifs.

antibiotique

Substance capable de bloquer la multiplication de certaines bactéries ou de les tuer. Le spectre d'un antibiotique est l'ensemble des bactéries sur lesquelles ce produit est habituellement actif. Contrairement aux bactéries, les virus ne sont pas sensibles aux antibiotiques. Les premiers antibiotiques furent extraits de cultures de champignons : penicillium (pénicilline), streptomyces (streptomycine). Ils sont actuellement fabriqués par synthèse chimique. Les antibiotiques sont divisés en familles : pénicillines, céphalosporines, macrolides, tétracyclines (cyclines), sulfamides, aminosides, lincosanides, phénicolés, polymyxines, quinolones, imidazolés, etc.

Un usage inapproprié des antibiotiques peut favoriser l'apparition de résistances : n'utilisez un antibiotique que sur prescription médicale, respectez sa posologie et sa durée, ne donnez pas et ne conseillez pas à une autre personne un antibiotique que l'on vous a prescrit.

anti-inflammatoire

Médicament qui lutte contre l'inflammation. Il peut être soit dérivé de la cortisone (anti-inflammatoire stéroïdien), soit non dérivé de la cortisone (anti-inflammatoire non stéroïdien ou AINS).

corticoïde

Substance proche de la cortisone. Les corticoïdes naturels, nécessaires au fonctionnement de l'organisme, sont fabriqués par les glandes surrénales. Les corticoïdes de synthèse, dérivés chimiques de la cortisone, sont utilisés comme anti-inflammatoires puissants.

mycose

Affection due à des champignons microscopiques, favorisée par la prise d'antibiotiques.

otite

Inflammation ou infection de l'oreille. L'otite externe ne concerne que le conduit auditif. L'otite moyenne aiguë et l'otite séreuse chronique touchent la partie de l'oreille située derrière le tympan (oreille moyenne).

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

test antidopage

Les sportifs peuvent être soumis à des tests destinés à détecter la présence dans leurs urines de substances dopantes ou de leurs dérivés. Le Comité international olympique et le ministère de la Santé et des Sports tiennent à jour une liste des substances considérées comme dopantes. Ces substances sont très variées : hormones anabolisantes qui développent les muscles, excitants qui augmentent la vigilance, bêtabloquants qui ralentissent le cœur et, par exemple, permettent aux tireurs à l'arc de décocher leur flèche entre deux battements cardiaques, etc. Certains médicaments tels que les crèmes, les gouttes auriculaires, contiennent des substances considérées comme dopantes, mais la probabilité pour que ces substances passent dans le sang et soient retrouvées dans les urines est très faible. Dans le doute, l'éventualité d'une réaction positive est mentionnée pour chaque médicament lorsqu'une substance dopante est présente dans sa composition. Il appartient au sportif de décider avec son médecin s'il peut utiliser ou non un tel médicament.