En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

STILNOX

Mis à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Hypnotique

Dans quel cas le médicament STILNOX est-il prescrit ?

Ce médicament est un hypnotique (somnifère) dont les propriétés sont proches de celles des benzodiazépines.

Il est utilisé dans le traitement de l'insomnie.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament STILNOX

STILNOX 10 mg : comprimé sécable (blanc) ; boîte de 7
Sur ordonnance (Liste I), durée de prescription limitée à 4 semaines - Remboursable à 15 % - Prix : 1,30 €.
STILNOX 10 mg : comprimé sécable (blanc) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Liste I), durée de prescription limitée à 4 semaines - Remboursable à 15 % - Prix : 1,91 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament STILNOX

p cp
Zolpidem hémitartrate10 mg
Lactose+
Excipients : Cellulose microcristalline, Hypromellose, Lactose monohydrate, Macrogol 400, Magnésium stéarate, Sodium carboxyméthylamidon, Titane dioxyde

Contre-indications du médicament STILNOX

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Certaines insomnies peuvent traduire une dépression masquée et justifier un traitement spécifique.

Une prise prolongée de somnifère, surtout à doses importantes, peut provoquer une dépendance. Ce risque de dépendance est accru chez les personnes ayant déjà présenté une dépendance à d'autres médicaments, substances ou à l'alcool.

L'arrêt brutal de ce médicament expose à un syndrome de sevrage : réapparition de l'insomnie, anxiété, maux de tête, douleurs musculaires. Il faut donc s'entourer de conseils médicaux pour diminuer progressivement les doses et espacer les prises, sur une période d'autant plus longue que le traitement a été prolongé.

Un trouble du sommeil persistant ne doit pas vous conduire à augmenter les doses, mais à consulter votre médecin.

Ce médicament expose à un risque de chute chez la personne âgée ayant l'habitude de se lever la nuit.

Un réveil nocturne après la prise du médicament peut entraîner des troubles de la mémoire, parfois angoissants.

Évitez les boissons alcoolisées : augmentation du risque de somnolence.

Attention : conducteurCe médicament est un somnifère. Conduire ou utiliser une machine dangereuse dans les heures qui suivent sa prise est bien sûr contre-indiqué. La durée de l'effet sédatif, ainsi que son intensité, est très variable d'une personne à l'autre. Il vous appartient de vérifier, après les premières prises, que la persistance éventuelle d'une somnolence au réveil est compatible avec la poursuite de vos activités habituelles.

Interactions du médicament STILNOX avec d'autres substances

Informez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez d'autres sédatifs (tranquillisants, somnifères, certains médicaments contre la toux ou contre la douleur contenant des opiacés, antidépresseurs, neuroleptiques...) ou en cas de traitement par la buprénorphine.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Ce médicament ne doit pas être utilisé sans avis médical pendant la grossesse. Les fortes doses au cours des 6 derniers mois sont déconseillées. En fin de grossesse, un traitement par benzodiazépine, même à faible dose, peut être responsable d'effets indésirables chez le nouveau-né : une surveillance médicale du nouveau-né est alors nécessaire pendant 1 à 3 semaines selon les cas.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel : l'allaitement est déconseillé.

Mode d'emploi et posologie du médicament STILNOX

Les comprimés doivent être avalés avec un verre d'eau juste avant le coucher.

Posologie usuelle :

  • Adulte : 1 comprimé, le soir au coucher.

  • Personne de plus de 65 ans, insuffisant hépatique ou respiratoire : 1/2 comprimé, le soir au coucher.

Conseils

Ce médicament vous a été prescrit dans une situation précise. Ne le conseillez pas à une autre personne et ne le réutilisez pas ultérieurement sans avis médical.

La durée de prescription des hypnotiques doit être la plus courte possible. Dans certaines situations, le traitement doit toutefois être prolongé. Il appartient alors au médecin de réévaluer périodiquement la nécessité de le poursuivre ou de l'interrompre.

Les somnifères ne sont pas la seule réponse aux troubles du sommeil. Une meilleure hygiène de vie, une consommation modérée d'excitants (y compris les boissons alcoolisées) permettent aussi de lutter efficacement contre les insomnies.

Conditions de prescription :

Les médicaments contenant du zolpidem doivent dorénavant être prescrits par le médecin sur une ordonnance sécurisée.

Effets indésirables possibles du médicament STILNOX

Sensation d'ivresse, maux de tête, troubles de la coordination des mouvements, somnolence pendant la journée, cauchemars, aggravation de l'insomnie, baisse de la libido.

Fatigue, faiblesse musculaire.

Réaction allergique cutanée, démangeaisons.

Troubles digestifs.

Vision double.

Dans certaines circonstances et chez certaines personnes :

Ces troubles nécessitent l'arrêt du traitement.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (21)

Le 14/01/2017 à 23:00
avatar boumedien amrani
boumedien amrani Pharmacien
merciiii

4 2
Le 24/10/2015 à 15:35
avatar Olivialth
Olivialth
Ma Mère en a pris pendant au moins 30 ans et un peu avant ses 100 ANS (EH OUI), elle a fait une nuit des hallucinations qui m'ont fait très peur. Elle a diminué à 1/2 CP et tout est rentré dans l'ordre. Il est vrai que tout le monde ne réagit pas pareil

7 4
Le 24/10/2015 à 15:29
avatar Olivialth
Olivialth
Je prenais depuis longtemps un comprimé tous les soirs. J'ai diminué petit à petit 1/2, 1/3, 1/4 de cp : même effet. Par contre si je l'oublie, je ne dors pas. Mais il faut noter qu'il y a des périodes dans les insomnies. Je rêve également beaucoup, mais ne sais si il y a un rapport.

6 14
Le 28/07/2015 à 00:22
avatar Olivialth
Olivialth
Je vient de lire un peu les effets négatifs, et vos commentaires, je pense tout simplement , que c'est un médicament très dangereux, et que celui qui fait la prescription, devrait au moins prévenir le patient! Mois vu la dangerosité, je veux a tout prix l'arrêter, car il ne fait même plus ses effets après environ deux mois. Je vais donc pas continuer a m'empoissonner pour rien. Malheureusement je ne trouve pas les doses et la durée pour le sevrage.

9 3
Le 16/06/2015 à 20:15
avatar Olivialth
Olivialth
je prenais pour dormir comme vous et je vous assure qu'au bout de trois quatre nuit j'ai fini par dormir çà été très dur mais maintenant je revis la nature est bien faîte et il faut lui faire confiance maintenant j'ai un sommeil enfin réparateur je m'endors vers 23 h c'est un peu tard et me réveille plusieurs fois dans la nuit , parfois je reste éveillée jusqu'à 5 h du matin et je finis par me rendormir jusqu'à 8 h mais tant pis il est vrai que je suis en invalidité et puis me permettre de me rendormir jusqu'à 7 h ou 8 h mais tant pis je me sens bien moins fatiguée je ne prends plus aucun médicament à part l'homéopathie et en cas de fortes douleurs que du doliprane et encore quand j'ai bien mal LES MEDICMENTS=POISON je vous en conjure soyez vigilent et puis tous ces somnifères à long terme provoque des maladies très grave notamment la maladie alzeimer voilà tenez bon et je vous assure que vous finirez par dormir prenez 10 granules de sépia tous les soirs çà aid...

26 6
Le 22/05/2015 à 22:20
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour Véro,

Il y a aussi, souvent un effet "rebond" lorsque l'on arrête ce type de médicaments.. IL faut donc accepter d'avoir du mal à dormir pendant quelques jours, une semaine, tout en optimisant les conditions de votre sommeil (pas d'écran, de nourriture, d'activité physique avant de se coucher, relaxation maximale...). MAis si cela ne marche pas, il faut faire le point avec votre médecin..

3 2
Le 07/05/2015 à 20:59
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour Kimy et Véro,

Il faut déjà en parler au médecin qui vous le prescrit, afin qu'il tente d'analyser les causes de vos troubles du sommeil, de ce début de dépendance et surtout vous propose une solution pour mieux vivre vos nuits, quitte à vous adresser à un spécialiste (centre du sommeil par exemple).

5 2
Le 29/04/2015 à 17:05
avatar Olivialth
Olivialth
Je prends1/2 stilnox le soir que j'aimerais arrêter mais quand je l'arrête, impossible de dormir... Que puis-je faire pour remédier àce pproblème? Merci pour votre répons...

20 11
Le 10/04/2015 à 15:43
avatar Olivialth
Olivialth
Bonjour, je prends du stilnox depuis plus de 2ans et maintenant je perds un peu la mémoire et me réveil 3h après la prise et j'ai prise la sale habitude d'en prendre un de plus. Les effets dans la journée sont la fatigue. Je pense être complètement à croc. Mon ami pour des raison personnel m'en donne de plus en plus et j'ai de moins en moins mes capacités à réfléchir. Que dois-je faire?. Merci d'avance. Je soupçonne mon ami de me garder dans cet état. Perte de confiance et donc plus dépendante de lui. Puis-je trouver une tructure pour m'en sortir?. Très cordialement.

12 23
Le 27/03/2015 à 15:33
avatar Modérateur
Modérateur
Bonjour Imed,

Cet effet paradoxal du zolpidem (Stilnox) a été découvert il y a 20 ans; IL est encore mal expliqué, mais, en gros, serait lié à l'inhibition par le zolpidem d'une modification de l'activité cérébrale due à la cause de la catatonie (gros choc psychologique par exemple). Le cerveau est "bloqué" par un phénomène électrique local, phénomène lui-même bloqué par le zolpidem....

17 3
Lire tous les commentaires

Actualités

L'ancienne formule du LEVOTHYROX (EUTHYROX) représente 0,5 % des spécialités délivrées dans les pharmacies en France (source : ANSM - CNOP).

EUTHYROX : le Conseil d'Etat rejette une plainte, Merck annonce la fin prochaine de son importation

La vaccination contre l’hépatite B est recommandée chez tous les nourrissons, ainsi qu'un rattrapage vaccinal chez les enfants et les adolescents jusqu’à l’âge de 15 ans révolus (illustration).

Vaccins contre l'hépatite B : distribution normale dans les collectivités, rupture de stock persistante en ville

L'halopéridol est un médicament antipsychotique typique de la classe des neuroleptiques (illustration).

HALDOL et HALDOL DECANOAS : harmonisation européenne des indications, posologies, contre-indications, etc.